Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-11-22
Actualité médicale


Publicité

Les mâles alpha s'exposent à de plus gros risques (suite)

Page précédente (1 / 3)

de la Bourse. »

Une observation chez les hommes

À l'aide d'un sondage, le professeur Saad et son équipe ont analysé la prise de risques chez 413 étudiants et étudiantes. « L'exposition prénatale à la testostérone influence non seulement le développement du cerveau du fœtus, mais elle ralentit également la croissance de l'index par rapport aux quatre autres doigts sauf le pouce », ajoute Zack Mendenhall, coauteur de l'étude et étudiant à la maîtrise à Concordia.

La longueur des doigts, modifiée par la testostérone, constitue une mesure pratique de l'exposition prénatale à l'hormone mâle. Dans le cadre de l'étude, la taille de l'index a été comparée à celle des autres doigts, ce qui a permis d'exprimer le rapport rel2. Les chercheurs ont ainsi découvert que les sujets dont l'indice rel2 est moins élevé ont davantage tendance à prendre des risques. Ces données ont été confirmées par une mesure supplémentaire, soit la différence entre la proportion de l'index et celle de l'annulaire. En outre, la corrélation a uniquement été observée chez les répondants masculins.

« L'absence de cette corrélation chez la femme pourrait s'expliquer par le fait que la prise de risques ne constitue pas pour elle un comportement d'accouplement, et ce, contrairement à l'homme », explique le professeur Saad.

Article écrit le 2010-11-22 par Personality and Individual Differences - Concordia University
Source: Personality and Individual Differences - Concordia University Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

À propos de l'étude :

L'étude Testosterone and domain-specific risk: Digit ratios (2D:4D and rel2) as predictors of recreational, financial, and social risk-taking behaviors, publiée dans le journal Personality and Individual Differences, est signée Eric Stenstrom, Gad Saad, Marcelo V. Nepomuceno et Zack Mendenhall de l'Université Concordia.