Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-05-24
Revue de presse


Publicité

The New Health Report évalue l’équation du risque en médecine biopharmaceutique (suite)

Page précédente (1 / 6)

de la santé ne voient pas les risques et les avantages de la même façon. The New Health Report fait ressortir que plus de la moitié des payeurs Étasuniens, des cadres de la Sécurité sociale britannique (National Health Service, NHS) et des investisseurs s’accordent à dire que le secteur biopharmaceutique doit accepter plus de risques afin d’améliorer les agents biopharmaceutiques et la santé publique. Par opposition, 65 % des cadres d’entreprises du secteur biopharmaceutique pensent qu’elles devraient soit réduire leur profil de risque actuel, soit le maintenir au même niveau.

D’autres conclusions suggèrent que les parties prenantes clés doivent travailler ensemble pour réviser complètement les méthodes et les outils d’évaluation des risques. Les sociétés de biopharmaceutique, les payeurs Étasuniens et les cadres de la NHS disent que les mesures qu’ils utilisent à l’heure actuelle pour évaluer les compromis risque/valeur des nouveaux médicaments potentiels sont inadéquates. La majorité des groupes de parties prenantes interrogées déclarent utiliser des mesures des résultats indiqués par les patients, l’efficacité clinique minimum ou l’espérance de vie corrigée en fonction de la qualité (QALY - quality-adjusted life years) pour évaluer le risque. Pourtant ces groupes ne croient pas que ces outils soient suffisants.

Les nouvelles mesures pour évaluer les compromis risque/valeur sont également susceptibles de permettre de mieux négocier les écueils de ce qui est perçu comme un environnement réglementaire difficile. Bien que huit sur dix des cadres du secteur de la biopharmaceutique soient optimistes quant à la qualité des médicaments sous ordonnance dans 10 ans, le plus grand nombre d’entre eux cite un processus d’autorisation de mise sur le marché plus difficile comme le plus gros défi pour leur entreprise. Un autre 20 % considèrent que c’est l’accès au capital qui représente leur principal défi. Les investisseurs sont d’accord, 56 % d’entre eux citant un ...

Page suivante (3 / 6)

Article écrit le 2012-05-24 par Business Wire
Source: Communiqué de presse QuintilesAccéder à la source


Publicité

En savoir plus