Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-07-26
Revue de presse


Publicité

L'elvitégravir, l'inhibiteur de l'intégrase anti-VIH administré une fois par jour se révèle aussi efficace que deux prises quotidiennes de raltégravir après deux ans de thérapie dans le cadre de l'étude pivot de phase III menée par Giléad (suite)

Page précédente (1 / 5)

le 9 décembre 2011.

À propos de l'étude 145

L'étude 145 est un essai clinique randomisé (1:1), en double aveugle et double placebo, contrôlé de phase III comparant l'efficacité et la sécurité de l'elvitégravir (n = 354) par rapport au raltégravir (n = 358), chacun administré avec un traitement de fond amplifié par le ritonavir. Les participants admissibles étaient infectés par le VIH ayant subi un traitement et affichant un taux d'ARN dans le VIH (charge virale) supérieur ou égal à 1 000 copies/ml. Ces patients devaient présenté une résistance virale documentée ou avoir subi au moins six mois de traitement avec au moins deux classes différents d'antirétroviraux avant l'inscription.

Les participants à l'essai ont reçu soit une dose quotidienne d'elvitégravir (150 mg ou 85 mg) ou deux doses quotidiennes de raltégravir (400 mg). Les traitements de fond des patients étaient basés sur les résultats d'essais de résistance et comprenaient un inhibiteur de protéase pleinement actif amplifié par le ritonavir et un second agent qui pouvait être un inhibiteur nucléosidique ou nucléotidique de la transcriptase inverse, de l'étravirine, du maraviroc ou de l'enfuvirtide. En raison des interactions pharmacocinétiques connues, les patients randomisés pour l'elvitégravir dont l'inhibiteur de protéase de fond était l'atazanavir ou le lopinavir reçurent une dose de 85 mg d'elvitégravir.

En janvier 2011, Gilead a annoncé l'extension de la période randomisée en aveugle de l'étude 145, des 48 semaines prévues à l'origine à 96 semaines afin d'obtenir des données d'innocuité et d'efficacité à plus long terme. Sur la base de l'obtention du critère d'évaluation de non-infériorité à 48 semaines, les patients ont continué à recevoir en aveugle pendant 96 semaines le régime posologique pour lequel ils avaient été randomisés. Les critères d'évaluation secondaires comprenaient diverses mesures supplémentaires de l’efficacité, de l’innocuité et de la tolérabilité des deux régimes du ...

Page suivante (3 / 5)

Article écrit le 2012-07-26 par Business wire
Source: Communiqué de presse GileadAccéder à la source


Publicité

En savoir plus