Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-03-12
Fil actus Santé


Publicité

CROI 2013 : le bilan (suite)

Page précédente (1 / 4)

interactions médicamenteuses chez les patients co-infectés et à leur impact sur leur santé.

Très attendus, les résultats de l’essai VOICE, dont l’objectif était de comparer l'efficacité de trois modes de prophylaxie pré-exposition par rapport à un placebo vis-à-vis de l'infection par le VIH, n’ont pas permis de montrer une quelconque efficacité. Déjà, fin 2011, peu de temps après le terme de l’inclusion des dernières femmes séronégatives volontaires, les NIH et le Comité indépendant de l'essai (DSMB) avaient demandé l’interruption de l’essai pour les femmes sous Tenofovir oral et sous gel de Tenofovir, en raison de l’inefficacité de ces deux traitements en prophylaxie. Seules restaient les données concernant la prise de Truvada® (Ténofovir/Emtracitabine). Ces dernières, présentées à l’occasion de la CROI 2013, montrent l’échec de ce type de traitement lorsqu’il est utilisé en prévention.
Par ailleurs, la CROI a été l’occasion pour des chercheurs français, de présenter les résultats de leur grande étude sur l'innocuité du traitement anti-VIH pendant le premier trimestre de la grossesse. L’analyse a porté sur l’étude des dossiers médicaux de 13 124 enfants nés entre 1994 et 2010. Les premières données montrent que le traitement à base d' Efavirenz est associé à un risque accru d'anomalies neurologiques. Selon Jeanne Sibiude, principale auteure de cette recherche, ce médicament n’est que très rarement utilisé en France chez la femme enceinte. Elle recommande, autant que faire se peut, d'éviter l' Efavirenz pendant le premier trimestre. Les chercheurs ont aussi constaté des risques accrus de malformations cardiaques chez les nourrissons exposés à l’AZT au cours de leur développement. Si ces travaux montrent une prévalence totale de risques d’anomalies (entre 4 et 8 %), il est impossible de déterminer s’il existe un réel lien entre la prise de ce type de médicaments pendant la grossesse et ...

Page suivante (3 / 4)

Article écrit le 2013-03-12 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: ANRSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus