Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-08-05
Revue de presse


Publicité

Une étude portant sur le REVLIMID® (lénalidomide) chez les patients atteints de myélome multiple dormant asymptomatique à haut risque a été publiée dans le New England Journal of Medicine (suite)

Page précédente (1 / 15)

du groupe d'observation (2 %). Les cancers hématologiques étaient équilibrés entre les deux bras de l'étude. Un patient du groupe de traitement souffrait en effet de polycythémie vraie (avec une mutation de JAK2 présente dans les échantillons prélevés au début de l'étude) et un patient du groupe d'observation était atteint de syndrome myélodysplasique. Un cancer du sein s'est développé chez un patient et un cancer de la prostate chez deux patients du groupe de traitement (les deux avaient des antécédents d'hyperplasie de la prostate avec un niveau élevé d'antigène spécifique à la prostate).

Sur les 119 patients inclus en Espagne et au Portugal, 57 ont été traités au lénalidomide (25 mg quotidiennement les jours 1 à 21 sur un cycle de 28 jours) et à la dexaméthasone (20 mg les jours 1 à 4 et 12 à 15 sur un cycle total de 28 jours) durant une phase d'induction de neuf cycles. Leur traitement a ensuite été poursuivi par une dose moins importante de lénalidomide (10 mg quotidiennement les jours 1 à 21 sur un cycle de 28 jours) lors d'une phase d'entretien. La durée totale du traitement pour le volet recevant le lénalidomide et la dexaméthasone (induction) plus la thérapie d'entretien au REVLIMID pouvait aller jusqu'à deux ans. Les 62 patients du groupe d'observation, qui ont été suivis jusqu'à la progression de la maladie, n'ont reçu aucun traitement actif lors des phases d'induction ou d'entretien. La maladie à haut risque a été définie comme une infiltration de plasmocytes dans au moins 10 % de la moelle osseuse et d'un composant monoclonal (défini comme un niveau d'immunoglobuline G ? 3 g par décilitre et d'immunoglobuline A ? 2 g par décilitre, ou un niveau de protéines Bence-Jones ? 1 g sur 24 heures) ou de l'un de ces ...

Page suivante (3 / 15)

Article écrit le 2013-08-05 par Business wire
Source: Communiqué de presse CelgèneAccéder à la source


Publicité

En savoir plus