Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2015-06-01
Revue de presse


Publicité

Transgene annonce la présentation à l’ASCO de nouvelles données positives de la phase 2b de l’étude TIME avec TG4010, son produit d’immunothérapie, en cancer du poumon non à petites cellules (suite)

Page précédente (1 / 5)

était la validation prospective du biomarqueur3 prédictif TrPAL ; la sécurité et d’autres paramètres d’efficacité de TG4010 en combinaison avec la chimiothérapie étaient également évalués.
Des améliorations du taux de réponse et de la durée médiane de réponse ont également été observées. Le taux de réponse vu dans le groupe ‘non squameux’ était de 39,8 % avec TG4010 contre 27,6% avec le placebo ; la durée médiane de réponse était de 40,9 semaines (TG4010) contre 18,1 semaines (placebo).

TG4010 a été bien toléré, avec des effets secondaires de même nature et incidence que dans les précédentes études de phase 2. Les effets secondaires liés à TG4010 les plus fréquents étaient des réactions faibles à modérées au site d’injection. A ce jour, TG4010 a été administré à plus de 350 patients.

A propos de TG4010
TG4010, un nouveau produit d’immunothérapie ciblant MUC1, est en cours de développement pour le traitement de première ligne du cancer du poumon « non à petites cellules » (NSCLC, non-small cell lung cancer) au stade métastatique. TG4010 est un virus de la vaccine recombinant (souche MVA, Modified Virus Ankara) exprimant l'antigène MUC1 et la cytokine Interleukine-2 (IL2). Dans les cellules saines, la protéine MUC1 se trouve normalement à la surface des cellules épithéliales de nombreux types de tissus et intervient dans la protection de ces cellules. Dans les cellules tumorales, plusieurs modifications de la protéine peuvent se produire : surexpression, hypoglycosylation et changements de la localisation cellulaire. Ces modifications transforment MUC1 en un antigène tumoral très immunogène et en font une cible de choix pour l’immunothérapie des cancers. La stratégie consiste alors à induire l'expression de l'antigène tumoral MUC1 dans un environnement non tumoral, c'est-à-dire dans lequel le système immunitaire est totalement fonctionnel, afin d'induire une immunité à la fois innée et adaptative. Outre le cancer du ...

Page suivante (3 / 5)

Article écrit le 2015-06-01 par Business wire
Source: Communiqué de presse TransgèneAccéder à la source


Publicité

En savoir plus