Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2002-07-16
Actualité médicale


Publicité

Comment les fourmis organisent leurs nécropoles (suite)

Page précédente (1 / 3)

de différentes tailles d'enceintes, sur le nombre et la distribution spatiale des tas qui sont formés par les fourmis. Dans la situation expérimentale les fourmis agrègent les cadavres et forment des tas qui s'organisent de manière régulière dans l'espace. Cette propriété provient du fait que les comportements des fourmis conduisent à une amplification locale, l'auto-catalyse du dépôt (plus le tas est important, plus forte est la probabilité d'un nouveau dépôt par la fourmi) et à une inhibition à plus longue portée, les cadavres déposés au niveau d'un tas n'étant plus disponibles pour initier de nouveaux tas. Cette étude a montré que ce processus possède les principales caractéristiques de ces modèles de réaction-diffusion, à savoir compétition entre modes, brisure de symétrie et émergence d'une longueur d'onde caractéristique entre les agrégats formés par les fourmis. Les résultats d'un modèle mathématique incorporant les caractéristiques des comportements individuels des fourmis sont similaires aux résultats expérimentaux. Ainsi pour des conditions initiales et de densité identiques, les dynamiques spatio-temporelles d'agrégation obtenues dans le modèle et dans l'expérience sont similaires. De même les distributions des distances inter-tas obtenues dans le modèle sont similaires à celles obtenues expérimentalement. D'autre part, les prédictions du modèle ont été vérifiées expérimentalement. Ce travail démontre pour la première fois l'existence de processus de morphogenèse reposant sur un mécanisme d'activation locale et d'inhibition à longue portée en biologie chez des organismes supérieurs et montre que les insectes sociaux peuvent utiliser ce types d'instabilités pour construire leur nid et produire tout un ensemble de structures spatiales. Ces résultats conduisent également à poser un nouveau regard sur la cognition animale et en particulier sur les capacités cognitives individuelles nécessaires pour produire des structures aussi complexes qu'un nid ou un réseau de communication . Ce travail suggère également que de nombreuses structures spatiales ...

Page suivante (3 / 3)

Article écrit le 2002-07-16 par Guy Theraulaz
Source: source Accéder à la source


Publicité

En savoir plus