p
u
b
Publicité
Mon compte
Inscription au site IH
mot de passe oublié ?
Actualité Médicale

 
 
 
 



 
La Chiropratique : 3ème profession de santé mondiale après la médecine et la dentisterie.
Intérêts économiques de la prise en charge chiropratique - La Chiropratique : 3ème profession de santé mondiale après la médecine et la dentisterie. Intérêts économiques de la prise en charge chiropratique

 Thème du mois :
  - Introduction
  - Pertinance et évaluation économique du traitement chiropratique
  - Coût et efficacité des soins dispensés par les chiropraticiens
  - Intérêts économiques de la prise en charge chiropratique
  - Conclusion

Incidence sur les co-interventions (traitements ou actes diagnostiques)

En matière de soins, se limiter au seul rapport coût/efficacité d'un traitement
n'est pas satisfaisant pour appréhender l'impact économique de celui-ci. Une des
clefs de dépenses ou d'économies possibles pour un traitement est
l'augmentation ou la diminution des co-interventions en rapport avec ce
traitement.

En 2007, Sarnat et col(26) ont publié une étude concernant le recours par des
patients à des chiropraticiens comme praticiens référents dans le cadre de la
couverture maladie. Cette étude d'une durée de 7 années a porté sur un groupe
de 70.274 membres.

Par rapport au groupe témoin, comparable en tous points à l'exception du
praticien référent, il est constaté à la faveur des chiropraticiens, une nette
diminution des admissions hospitalières, des durées d'hospitalisation, des
prescriptions médicamenteuses et du recours à la chirurgie.

En 2005, Nelson et col(27) ont évalué l'incidence des prises en charge médicale et chiropratique sur la prescription d'examens complémentaires et sur le recours à la chirurgie ou aux traitements invasifs au regard des données recueillies pendant 4 ans dans le cadre d'un Managed-Care plan. La prise en charge chiropratique modifie les taux de recours comme suit :

-> Pour les lombalgies : chirurgie -32.1%; scanner (CT)/IRM -37.2%;
radiographies -23.1%; traitements invasifs -40.1%.

-> Pour les cervicalgies, les résultats sont les suivants : chirurgie -49.4%;
scanner/IRM -45.6%; radiographies -36.0%; traitements invasifs -49.5%.

Les résultats significatifs en faveur de la prise en charge chiropratique sont
retrouvés pour tous les critères évalués.

En 2004, une équipe médico-chiropratique(28) a conduit une étude visant d'une
part 700 000 bénéficiaires d'un « plan de couverture santé » doté d'une prise en charge chiropratique et d'autre part, 1 million de membres du même plan santé
sans prise en charge chiropratique.

Les critères d'évaluation ont été le coût des soins, le recours à la chirurgie, la durée des hospitalisations, la prescription de radiographies et d'IRM.

Pour l'ensemble de ces critères, il y a une différence significative (p< .001) en faveur des patients possédant une couverture chiropratique.

Rapports gouvernementaux et études des organismes payeurs

Dans de très nombreux pays, les décideurs en matière de politique de santé, à
savoir les pouvoirs publics et les organismes assurant la protection sociale, ont commandé au cours des 20 dernières années différents rapports sur l'intérêt de la prise en charge chiropratique et de son intégration dans les systèmes de soins.

En 1984, un comité consultatif(29) oeuvrant sous l'égide de l'assurance collective Medicare a été mandaté par le Ministre fédéral de la Santé australien afin de "considérer l'inclusion de certains services paramédicaux au sein de la couverture nationale d'assurance santé". Ce plan incluait l'étude des services chiropratiques.

Il a conclu à l'intégration de chiropraticiens dans les hôpitaux et services de
santé.

Une étude a été réalisée en Floride auprès des assurés d'une même compagnie
d'assurance afin de comparer la gestion chiropratique d'un cas de mal de dos
avec la gestion médicale de ce cas, s'agissant de la durée d'invalidité de l'assuré sinistré, de l'absentéisme et du coût total du traitement jusqu'à la reprise du travail(30).

La durée de la période d'indemnisation, représentée par le nombre moyen de
jours d'invalidité temporaire totale est réduite de 48.7 % lorsque les soins sont prodigués par des chiropraticiens. Le coût des soins chiropratiques est réduit de 55.3 % par rapport aux soins médicaux.

AUMED(31) (H.MO), une assurance de couverture maladie a adressé à un centre
chiropratique un panel de 100 patients en échec thérapeutique, dont 12 en
attente de chirurgie du rachis pour hernie discale.

Les résultats sont probants avec 86% de guérison, sans nécessité de recours à la
chirurgie et sans aggravation. Le rédacteur du rapport (un médecin) conclut que
cette prise en charge a fait économiser 250 000 $ à l'assurance.

Il a donc été décidé que désormais l'ensemble des assurés de cette HMO se
devait de consulter un chiropraticien, avant toute hospitalisation pour des
douleurs rachidiennes.

Une enquête(32) sur la chiropratique a été menée par J.Daams et M.Pierey
(Fondation A.Z.M.) pour la Caisse Générale d'Assurance Maladie de la région
minière de Heerlen.

En conclusion de cette enquête, les patients considèrent la chiropratique comme
une méthode de traitement positive. Un peu plus de 70 % des patients
reconnaissent que leur état s'est nettement amélioré grâce à la chiropratique :
« Il serait donc bon de permettre aux chiropraticiens de s'intégrer dans le circuit officiel de santé et de bénéficier ainsi d'un système de recommandation et de remboursement normal des soins de santé ».

En 1996, l'AMJC(33) (HMO) a conduit une analyse sur les statistiques des
remboursements effectués entre le 1er octobre 1994 et le 1er octobre 1995. Le
coût de prise en charge par patient était significativement plus bas pour les soins chiropratiques (à pathologie comparable).

Des rapports gouvernementaux sont aussi disponibles. Le plus ancien est le
rapport du gouvernement Néo-Zélandais établi en 1979(34). Une commission a été
mise en place pour évaluer l'intérêt de la prise en charge chiropratique et son
intégration dans le système national de santé.

Cette étude a commencé début 1978 et a été complètement achevée et
présentée au Gouvernement de la Nouvelle-Zélande le 5 octobre 1979, sous la
forme d'un rapport de 377 pages.

13.000 questionnaires ont été remplis et renvoyés à la Commission par des
malades traités par des chiropraticiens. Cette commission s'est rendue en
Australie, au Canada, en Angleterre et aux États-Unis où ils ont pu visiter les
facultés de chiropratique.

Tout orthopédiste, neurologue, rhumatologue, chercheur, chiropraticien que la
Commission a jugé susceptible d'apporter une contribution valable à cette
enquête a été convoqué pour témoigner contradictoirement et sous serment.

La Commission conclut ainsi : « À la fin de l'enquête, nous nous trouvions
irrésistiblement et avec une complète unanimité conduits à la conclusion que la
chiropratique moderne avait une base et était une partie valable du traitement
médical dans un secteur spécialisé et négligé par le corps médical ».

En 1988, Le gouvernement italien a achevé une étude(35) de 2 ans portant sur
17.000 patients soignés par des chiropraticiens dans 22 cliniques médicales.
Cette étude montre que les soins chiropratiques ont réduit la durée
d'hospitalisation de 87% et les arrêts de travail de 75%.

La chiropratique est aujourd'hui profession médicale en Italie(36).

Le Professeur MANGA, mandaté par le gouvernement de l'Ontario, a établi la
meilleure revue littéraire rétrospective concernant l'efficacité des services
chiropratiques(37) pour les lombalgies. Il s'agit d'un économiste de la santé
reconnu, directeur du « Health Administration Program » à l'Université d'Ottawa.

Ses conclusions sont claires : « Il faudrait assurer entièrement les services des chiropraticiens dans le cadre du Régime d'assurance maladie de l'Ontario et
supprimer les facteurs économiques qui dissuadent les patients d'avoir recours
auxdits services, de même pour les professionnels de la santé qui dissuaderaient
ces patients de se mettre en rapport avec les chiropraticiens…. Les services
chiropratiques devraient être entièrement intégrés au système de santé. En
raison de la forte incidence et des coûts élevés des lombalgies, les hôpitaux, les organismes de soins de santé (centres de soins communautaires, organisations
de médecine globale et organisme de services de santé) et les centres de soins
de longue durée devraient employer des chiropraticiens à temps plein et/ou à
temps partiel… »

En 1994, le gouvernement d'Ontario charge T.Well(38) de compléter le rapport
Manga. Il recommande « qu'aucune barrière, financière ou autre, ne complique
la tâche de la profession chiropratique ; que le financement des programmes de
fondation soit supporté par le gouvernement de façon similaire à ceux octroyés
aux institutions médicales, et enfin que le gouvernement appuie un programme de coordination en ressources humaines en accord avec le rôle maintenant établi
de la profession chiropratique ».

Le professeur Miron STANO PhD, de l'Université d'OAKLAND, économiste
spécialisé dans le domaine de la Santé a publié en 1993 une étude (39),(40) sur
396.000 patients traités par des docteurs en chiropratique et des docteurs en
médecine pour un ou plusieurs des 496 troubles musculo-squelettiques
répertoriés par la classification internationale des maladies (CIM-9).

Il retrouve des coûts médicaux 30% plus élevés que ceux découlant de la prise
en charge chiropratique.

Il conclut ainsi son rapport : « Il se dégage de ces chiffres que l'utilisation des soins chiropratiques réduit la nécessité d'avoir recours à d'autres formes de soins... Cette situation à l'échelle nationale est confirmée par les analyses
d'unités géographiques plus petites comme les états ou les divisions
administratives de recensement La différence entre les deux prises en charge est
telle qu'elle ne peut être écartée même par les plus sceptiques... La prise en
compte de ce rapport coût efficacité pourrait représenter une avancée majeure
de l'effort national pour promouvoir le qualité des soins tout en combattant la
progression des dépenses de Santé ».

-------------------------------------------------

26 Clinical utilization and cost outcomes from an integrative medicine independent physician association: an additional 3-year
update. Sarnat et col 2007 JMPT May;30(4):263-9

27 Effects of a managed chiropractic benefit on the use of specific diagnostic and therapeutic procedures in the treatment of low
back and neck pain. Nelson CF et al. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, 2005 Oct;28(8):564-9.

28 COMPARATIVE ANALYSIS OF INDIVIDUALS WITH AND WITHOUT CHIROPRACTIC COVERAGE. Patient Characteristics,
Utilization, and Costs. Antonio P. Legorreta et al Arch Intern Med. 2004;164:1985-1992.

29 Second Report Medicare Benefits Review Committee. Thompson CJ. Commonwealth Government Printer, Canberra, Australia,
Chapter 10 (Chiropractic) - June 1986.

30 Steve Wolk, PH. D. Director of Research, the Foundation for Chiropractic Education and Research. September 1988. “A cost
analysis of disability and treatement for back- related workers' compensation cases”.

31 Chiropratic Report AUMED Jan. 1988

32 J.Daams et M.Pierey Fondation A.Z.M. 1989

33 MOSLEY CD et al. Cost effectiveness of chiropractic in a managed care setting. Am J Man Care 1996; 2:280-282.

34 The government Printer - Wellington New Zealand 1979.

35 F.SPLENDORI : L'efficacité des soins chiropratiques : impact social, incidence sur les congés maladie et l'hospitalisation,
1988.

36 Legge Finanziaria per il 2008 Disposizioni per la formazione del bilancio annuale e pluriennale dello StatoLegge finanziaria
2008 Art 2

37 Manga The effectiveness and Cost-effectiveness of chiropractic management of Low Back pain 1993.

38 The Wells report: An Internal Review commissioned by the Ministry of Health. Ontario, November 1994

39 STANO M« An overview of the American Chiropractic Association cost of care analysis project » ACA Journal of Chiropractic
March 1993 30 (3): 41-45.

40 STANO M Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Vol 16, numéro 5, juin 1993, page 291-299.

r

En savoir plus:


Source: Lauren Laik - AFC (Association Française de Chiropratique)

Réagir sur nos forums...
Actualités médicales
revues de presse
Débats
Thématiques
Réformes
Divers
Le Forum
 

 

RSS Actualités médicales   Newsletter
Publicité

Les cahiers de l'information hospitalière : l'essentiel de l'information médicale. En savoir plus.
Publicité
Disponible en librairie
Maladie d’Alzheimer

Enjeux scientifiques, médicaux et sociétauxCollection Expertise collective

En savoir plus...
Les retombées radioactives de l'accident de Tchernobyl sur le territoire français

Conséquences environnementales et exposition des personnesCollection sciences et techniquesRENAUD P., CHAMPION D.I, BRENOT J. - IRSN

En savoir plus...
Médicaments en relation avec des systèmes hormonaux

Traité de chimie thérapeutique - 4AFECT

En savoir plus...