Global Statistics

All countries
623,891,251
Confirmed
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
602,590,214
Recovered
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 2:44 pm

10 maladies causant la chute des cheveux

Les cheveux jouent un rôle incontournable dans la beauté du visage. De ce fait, de nombreuses personnes ont une peur bleue de la chute des cheveux. Ce mal est pourtant fréquent, car il touche des millions de personnes dans le monde. Afin de mieux le comprendre pour le combattre, il convient de se pencher sur ses principales causes. En effet, de nombreuses pathologies peuvent avoir pour conséquence la perte des cheveux. Découvrez-les ici.

L’alopécie

L'alopécie – Crédit : informationhospitaliere.com
L’alopécie – Crédit : informationhospitaliere.com

L’alopécie est désignée en dermatologie comme une chute accélérée des cheveux ou des poils. Le terme alopécie est utilisé, seulement lorsque la quantité de cheveux perdus en une journée est supérieure à 100 unités, et lorsque ces pertes se font sur une longue période. Il existe plusieurs types d’alopécies.

L’alopécie héréditaire, encore qualifiée d’androgénétique, est la forme la plus fréquente de cette maladie. Elle se caractérise par une diminution importante et quotidienne du volume des cheveux. Cette forme d’alopécie touche près de 70% des hommes, à partir de l’âge de 20 ans jusqu’à l’âge de 30 ans.

L’alopécie areata, qui peut encore être appelée la pelade, est une pathologie qui touche certaines parties du crâne. Elle fait perdre les cheveux de façon localisée et non régulière. Dans certains cas, elle peut atteindre la totalité de la tête, on parle dans ce cas d’alopécie totalis. Cette variante de l’alopécie peut aussi se généraliser et s’en prendre à tout le corps : il s’agit de l’alopécie universalis. En dehors de ces deux catégories, il existe d’autres types d’alopécie comme :

  • L’alopécie aiguë ;
  • L’alopécie localisée ;
  • L’alopécie congénitale.

L’alopécie est généralement la principale maladie causant la chute des cheveux.

La ménopause

La ménopause touche généralement les femmes à partir de 50 ans. Elle consiste en l’arrêt des règles chez la femme. Cet arrêt est causé par une insuffisance de follicules. Ces dernières qui se font rares, soit en raison d’une dégénérescence des cellules folliculaires, soit à cause d’une utilisation par le cycle ovarien.

La ménopause est une maladie qui se manifeste en deux étapes. D’une part, elle démarre par la phase de périménopause, qui se caractérise par de fortes irrégularités au niveau du cycle menstruel. D’autre part, la ménopause s’achève par la phase de la post-ménopause encore appelée ménopause confirmée. Au cours de cette phase, on assiste à l’arrêt définitif des règles et du cycle menstruel.

La ménopause est un élément marquant profondément le corps d’une femme, en y apportant de grands changements physiologiques. En effet, l’arrêt des règles crée une baisse de la production d’œstrogènes, qui chute de 80%.

De façon parallèle, la testostérone sécrétée chez la femme ne diminue que de 10 à 30%. La faible quantité d’œstrogènes dans le corps n’arrive pas alors à contrebalancer l’effet androgène de la présence de testostérone. Il en résulte donc une alopécie androgénique, qui causera la chute des cheveux.

Alopécie androgénétique – Crédit : informationhospitaliere.com
Alopécie androgénétique – Crédit : informationhospitaliere.com

L’hyperthyroïdie ou l’hypothyroïdie

La thyroïde est l’organe responsable de la régulation du métabolisme cellulaire dans le corps. Pour mener à bien cette mission, elle sécrète deux hormones que sont : la thyroxine libre circulante appelée FT4 et la triiodothyronine libre appelée la FT3.

L’hyperthyroïdie est un syndrome clinique qui se caractérise par une sécrétion excessive de l’une de ces hormones ou des deux à la fois. Cette maladie peut prendre l’appellation de thyréotoxicose ou thyrotoxicose, lorsqu’elle est à un stade aggravé.

L'hypothyroïdie – Crédit : informationhospitaliere.com
L’hypothyroïdie – Crédit : informationhospitaliere.com

L’hypothyroïdie quant à elle, n’est rien d’autre qu’une sécrétion lacunaire de l’une ou des deux hormones thyroïdiennes.

Symptômes d'hypothyroïdie – Crédit : informationhospitaliere.com
Symptômes d’hypothyroïdie – Crédit : informationhospitaliere.com

Les hormones T3 et T4 jouent un rôle prépondérant dans le fonctionnement métabolique du corps. Une variation du taux de ces deux hormones (excès ou carence) affecte inéluctablement le corps. La chute des cheveux occupe une place de choix parmi les nombreuses conséquences de cette variation.

En réalité, les hormones thyroïdiennes interviennent dans le développement des follicules pileux, afin de donner plus de ténacité aux cheveux. Leur variation en excès ou en défaut affecte donc le développement et le maintien des cheveux.

Le stress émotionnel ou le choc physiologique

Le stress est une réaction normale du corps, pour s’adapter à une pression intervenue dans notre environnement. Lorsque la pression environnementale atteint des conditions extrêmes, la réaction déclenchée est tout aussi violente, il s’agit du choc physiologique.  C’est une situation clinique extrêmement urgente, dont la prise en charge tardive entraîne la mort, dans la quasi-totalité des cas.

Cette situation clinique se caractérise par une défectuosité du système circulatoire. Ce qui a pour conséquence, un déséquilibre entre l’apport en oxygène et les besoins des cellules. En plus de la défaillance du système circulatoire, on assiste aussi à un bouleversement de la production hormonale. Il en résulte une augmentation du taux d’acide gras et de glucose présent dans le corps.

Ce stress émotionnel peut déboucher sur la perte massive des cheveux pendant une certaine période. En effet, les hormones étant impliquées dans le développement des cheveux, une variation brusque de leur taux influence directement la chevelure. Toutefois, il a été établi que contrairement aux autres cas, la chute de cheveux occasionnée par le stress émotionnel est réversible. Vous pourrez donc espérer arborer fièrement votre belle chevelure. Mais pour arriver à ce résultat, il faudra utiliser certains produits spécifiques pour vos cheveux.

La chimiothérapie

La chimiothérapie peut être définie comme l’ensemble des traitements médicaux qui se basent uniquement sur l’utilisation des substances chimiques. Elle constitue à elle seule, un mode de traitement complet à l’instar de la chirurgie ou encore de la radiothérapie.

La chimiothérapie est utilisée, principalement dans le traitement du cancer. Elle permet de détruire la tumeur, en bloquant la division des cellules qui la constituent. C’est un traitement dont on peut faire une utilisation singulière ou combinée. De ce fait, la chimiothérapie pour plus d’efficacité, peut être accompagnée de la radiothérapie, la chirurgie ou encore d’une thérapie ciblée.

La chimiothérapie se base sur la destruction des cellules cancéreuses, en bloquant la division de ces dernières. De ce fait, lorsqu’elle n’est pas pratiquée avec une grande précision, elle peut détruire aussi des cellules saines.

Malgré les nombreux efforts consentis dans ce sens, la chimiothérapie continue de présenter quelques déboires. En effet, ce traitement est suivi de nombreux effets secondaires. Il s’agit notamment de la perte des ongles et des cheveux. Par rapport à ce dernier cas, il est question d’un blocage de l’activité folliculaire. Cela entraîne un arrêt de croissance des jeunes cheveux et par ricochet leur chute.

Le syndrome des ovaires polykystiques

Ce syndrome est une affection hormonale très fréquente chez les femmes pouvant procréer. Elle s’explique par une surproduction de kystes par les ovaires. Les kystes étant en surnombre, leur production d’hormones androgènes explose littéralement. Ce qui crée chez la femme un fort taux de testostérone.

Il s’agit d’une maladie qui atteint au moins une femme sur dix. Elle est accompagnée de nombreux symptômes, dont les premiers sont l’irrégularité des cycles menstruels. D’autres symptômes de cette maladie sont les problèmes de fertilité, les acnés ou encore une pilosité excessive.

La chute des cheveux n’est qu’une des nombreuses conséquences du syndrome des ovaires polykystiques. En effet, la surproduction de testostérone qui, à la base, n’est pas une hormone féminine, crée un déséquilibre hormonal. Ce dernier trouble la production normale des hormones responsables de la croissance et du maintien des cheveux.

Lorsque ces dernières sont en faibles proportions ou en proportions trop élevées, il en résulte une chute inéluctable des cheveux. Toutefois, vous avez la possibilité de limiter les effets de ce dérèglement hormonal. Il faut pour cela, remédier au manque de vigueur des cheveux. Vous pouvez donc opter pour des produits plus riches, en voulant prendre soin de vos cheveux.

Certains traitements médicaux

Principales causes de chute des cheveux – Crédit : informationhospitaliere.com
Principales causes de chute des cheveux – Crédit : informationhospitaliere.com

À l’instar de la chimiothérapie, certains traitements médicaux spécifiques peuvent causer la chute des cheveux. En effet, nombreux sont les traitements qui créent des dysfonctionnements dans le fonctionnement de l’organisme, en raison de leurs principes actifs. Il est généralement conseillé de prévenir le patient des effets secondaires, avant l’utilisation de cette catégorie de traitement. Parmi la panoplie de produits pharmaceutiques qui causent la chute des cheveux, les plus nocifs pour la santé capillaire sont :

  • Les médicaments cardio-vasculaires ;
  • Les antifongiques ;
  • Les antidépresseurs.

Les antifongiques sont des produits pharmaceutiques, intervenant dans la lutte contre les champignons qui menacent la santé dermatologique. Ils sont utilisés pour traiter les champignons présents dans la chevelure et à la racine des cheveux. Cependant, une fois le traitement achevé, les effets de la substance persistent, et occasionnent plus tard la chute des cheveux.

Certains antidépresseurs sont aussi responsables de la chute des cheveux, en raison du lithium qu’ils contiennent. Quant aux médicaments cardio-vasculaires, ils sont à la base d’une chute de cheveux dans environ 30% des cas. Toutefois, ces médicaments provoquent une chute de cheveux seulement au bout d’une longue durée d’utilisation. Comme c’est le cas de la chimiothérapie, la chute de cheveux occasionnée par les traitements concernés ici est réversible.

La dépression nerveuse

La dépression nerveuse, encore appelée dépression tout simplement, est un trouble de l’humeur. Cette dernière se caractérise par un certain nombre de symptômes, aussi graves les uns que les autres à savoir :

  • Une grande irritabilité ;
  • Un accroissement des comportements antisociaux comme le repli sur soi ;
  • Une perte soudaine d’intérêt pour les activités autrefois appréciées ;
  • Une culpabilité excessive.

Cette maladie s’accompagne aussi de troubles psychomoteurs dans certains cas. Il est important de préciser ici que, la dépression ne doit pas être confondue avec le « coup de déprime », qui est une forme atténuée et passagère de la dépression.

La dépression peut causer la chute des cheveux de deux manières. D’une part, cette maladie a pour conséquence directe de modifier le fonctionnement hormonal de l’organisme. Ainsi, sous le coup de la dépression, les hormones androgènes sont produites en abondance, ce qui crée un déséquilibre hormonal.

Ce déséquilibre va affecter les zones capillaires et causer la chute des cheveux. D’autre part, pour lutter contre la dépression, le traitement par excellence est l’utilisation des antidépresseurs. En se basant sur le point précédent, ce traitement peut aussi être à la base d’une chute des cheveux.

L’anesthésie générale

L’anesthésie est une pratique qui intervient avant une opération chirurgicale. Elle permet d’inhiber les récepteurs sensoriels qui se retrouvent au niveau de la peau, afin d’épargner le patient de la douleur. Dans la plupart des cas, l’anesthésie est locale. C’est-à-dire qu’elle est pratiquée à un endroit précisément. Dans le cas présent, nous sommes plutôt intéressés par l’anesthésie générale. Il s’agit d’une anesthésie qui permet d’inhiber les récepteurs sensoriels situés sur tout le corps.

L’action de l’anesthésie générale dans la chute des cheveux est évaluable en termes de durée. En effet, cette anesthésie peut troubler la microcirculation sanguine au niveau du cuir chevelu. Cela entraîne donc une baisse de la fourniture de nutriments et d’énergie aux cheveux. Il en résulte un freinage de la pousse des cheveux, et par conséquent la chute de ces derniers.

Plus le cuir chevelu est privé de nutriments, plus il est inactif. Ce qui signifie que si l’anesthésie dure pendant un long moment, cela peut entraîner de plus lourdes chutes de cheveux. Un facteur aggravant peut aussi intervenir à ce niveau. Il s’agit de la carence en fer. Plus le patient perd du sang pendant l’opération, plus ses cheveux sont susceptibles de chuter.

La calvitie

Après l’alopécie, la calvitie est sans doute la principale cause de chute des cheveux. Cette maladie se caractérise par une chute progressive des cheveux, qui débute généralement par le front ou la partie centrale du crâne. Elle est causée par un taux excessif d’androgène dans l’organisme. Cette maladie ne touche en principe que les hommes, mais certaines femmes peuvent en souffrir.

Contrairement au cas de l’alopécie où la perte des cheveux commence vers l’âge de 20 ans, la calvitie fait ses premiers dégâts seulement à partir de 40 ans. Elle est due à un phénomène d’origine génétique. Il est donc beaucoup plus facile de la combattre, contrairement aux autres maladies. Pour y arriver, les médicaments les plus conseillés sont le finastéride et le minoxidil.

Vous aimerez aussi :

Related Articles