Global Statistics

All countries
648,392,672
Confirmed
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
624,678,103
Recovered
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
6,642,169
Deaths
Updated on December 2, 2022 2:06 am

15 aliments potentiellement dangereux ou mortels

Certains aliments peuvent paraître inoffensifs, mais camoufler des dangers. La réalité est que la consommation de ces aliments nécessite un certain nombre de précautions, notamment la sélection, la cuisson soignée ou encore le retrait de certaines parties toxiques. Sans ces étapes, leur consommation peut être fatale pour celui qui les ingère. En effet, lorsque ces aliments sont mal conservés ou en mauvais état, ils peuvent être potentiellement dangereux. Quels sont les aliments dont la consommation peut être fatale pour l’Homme ?

Le manioc

Très fréquent au niveau des pays tropicaux, le manioc est à la fois une plante et une racine, qui renferme de la linamarine. Cette dernière peut se transformer en acide cyanhydrique, entraînant ainsi de sévères intoxications, et même la mort. Pour échapper à de telles retombées, il existe quelques précautions que l’on peut prendre avant d’envisager sa consommation.

En premier lieu, le manioc doit être râpé, épluché puis trempé dans de l’eau propre pendant au moins quatre jours.  Une fois cette étape franchie, il doit ensuite être lavé. Enfin, le manioc peut être préparé. Notons que la cuisson doit être longue. Ce n’est qu’après ces étapes que l’on pourrait envisager la consommation du manioc.

L’amande

L’amande est un aliment très consommé. Par ailleurs, en absence de cuisson, elle peut être source de poison. En effet, la graine de l’amande, particulièrement celle de l’amande amère, contient du cyanure. C’est d’ailleurs pour cette raison que dans de nombreux pays, la législation exige le retrait du poison se trouvant dans la graine avant la vente de l’amande.

Le noyau d’abricot

Le noyau d’abricot est très consommé en Turquie. Pourtant, tout comme la graine d’amande, il est composé d’amygdaline, se transformant en cyanure après consommation. Cela expose les consommateurs à :

  • Des nausées ;
  • Des douleurs articulaires ;
  • Une fièvre ;
  • Des maux de tête.

La consommation excessive du noyau d’abricot pourrait être fatale pour le consommateur.

Les noix de cajou

Les noix de cajou sont inoffensives, uniquement lorsqu’elles sont consommées, après une cuisson à la vapeur. Lorsqu’elles sont à l’état brut, les noix de cajou renferment de l’urushiol. Il s’agit d’un poison qui, absorbé en excès, peut entraîner la mort. Très souvent, les personnes qui s’occupent de la préparation des noix de cajou souffrent d’effets secondaires.

Le ricin

Le ricin est très utilisé au Québec pour la production de l’huile de ricin. Cette dernière est très bénéfique pour la beauté des cheveux. Cependant, lorsque celle-ci est utilisée comme laxatif, elle peut être à l’origine de l’altération de la muqueuse intestinale.

Tout comme l’huile de ricin, les fèves de ricin ne doivent pas être consommées (même en petite quantité), car elles peuvent être mortelles. Autant les bannir de l’alimentation, pour plus de sûreté.

La carambole

Produite par le carambolier, la carambole est un fruit riche en polyphénols et en vitamine C. Le plus souvent, on la retrouve dans les zones tropicales. Toutefois, lorsque ce fruit est consommé en quantité importante, il peut être toxique et provoquer l’apparition de certains symptômes (arrêts cardiorespiratoires, vomissements, nausées et insomnies). La seule règle de préservation est donc de la consommer en petite quantité.

Le fugu

Le fugu est une espèce de poisson (poisson globe) asiatique. Lorsque ce type de poisson est mal préparé, il peut être responsable d’une mort, par arrêt respiratoire. Moins de quatre heures suffisent pour que ses effets néfastes se manifestent.

Le foie, les yeux et les ovaires de cette espèce de poisson, contiennent de la tétrodotoxine. Il s’agit d’un poison qui peut entraîner une paralysie des muscles. En Asie, pour préparer ce type de poisson, il faut détenir une licence particulière.

Le durian

Encore appelé durion, le durian est un fruit de la famille des Bombacaceae. On le retrouve fréquemment en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est. Le durian peut être toxique s’il est mal préparé. En effet, ses graines contiennent de l’acide gras cyclopropane. Ce type d’acide est particulièrement connu pour ses effets néfastes.

Lorsque le durian est associé à de l’alcool, on assiste à l’inhibition d’une enzyme qui permet au foie de se préserver de la toxicité de l’alcool, ce qui peut être fatal.

Le crapaud buffle africain

Le crapaud buffle africain est un amphibien. Il appartient à la famille des Pyxicephalidae. Il est aussi connu sous le nom de grenouille taureau africaine. On le retrouve fréquemment en Afrique subsaharienne. Ce type de crapaud est très consommé en Namibie. Mais, le corps de la grenouille taureau africaine renferme une toxine pouvant être à l’origine d’une insuffisance rénale chez l’Homme.

Le tegillarca granosa

De la famille des Arcidae, le tegillarca granosa est un type de mollusques bivalves, que l’on croise dans le Pacifique et l’Océan Indien. Il fréquente les zones pauvres en oxygène. Il vit dans le sable et la boue. Lorsqu’il est mal préparé avant d’être consommé, il peut refiler à l’Homme les virus de l’hépatite A, de la dysenterie et du typhus. Il est donc indispensable de le cuire à l’eau bouillante.

Le hákarl

Il s’agit d’un mets islandais concocté à partir de la chair du requin de Groenland. Ce type de requin a une teneur en acide urique très élevée. Cela s’explique par le fait qu’il n’a pas de reins, et qu’il utilise son corps pour faire évacuer son urine, à travers la sueur.

Cependant, pour mieux le consommer, il est conseillé de le faire sécher pendant trois mois au moins avant d’envisager sa préparation.

La nemopilema nomurai

Encore appelée méduse de Nomura, la nemopilema nomurai est une espèce de méduse que l’on rencontre dans les mers du Japon. Elle mesure environ 2 mètres et pèse plus de 200 kilogrammes. C’est une espèce qui se multiplie en grand nombre. Le venin de cette méduse géante est très toxique. Avant de la consommer, il serait préférable de retirer toutes ses parties pouvant contenir des substances toxiques et ensuite bien la cuire.

Le pangium edule

Il s’agit d’un arbre qui produit des fruits toxiques. En effet, les fruits provenant de cet arbre contiennent du cyanure d’hydrogène. Vous n’êtes pas sans savoir que ce dernier peut être fatal pour l’organisme. Pour consommer les fruits du pangium edule, il est conseillé de les laisser fermentés. Les graines doivent faire 40 jours au sous-sol, dans des feuilles de bananier.

Le fesikh

C’est une espèce de poisson très consommée par les Égyptiens. On retrouve dans ce poisson la bactérie Clostridium botulinum. Cette dernière est très dangereuse. C’est la raison pour laquelle, il est recommandé de sécher le poisson et de le conserver dans du sel avant de le cuisiner.

Les palourdes de sang

C’est une espèce de crustacés que l’on retrouve en Asie. Les Chinois en consomment assez. Cependant, il est conseillé de bien les cuire, car elles servent de niches à de nombreux virus et bactéries. D’après certaines sources, plus de 10% des individus qui consomment les palourdes de sang sont infectés.

Vous aimerez aussi :

Related Articles