Global Statistics

All countries
266,680,657
Confirmed
Updated on December 7, 2021 3:00 am
All countries
238,459,729
Recovered
Updated on December 7, 2021 3:00 am
All countries
5,277,356
Deaths
Updated on December 7, 2021 3:00 am

Acné Rosacée : Causes, Symptômes et Traitements

Les maladies de la peau sont des pathologies particulièrement gênantes. Pire, elles ne sont pas toujours faciles à guérir. L’acné rosacée fait partie de ces affections cutanées. Il s’agit d’une maladie de la peau qui provoque des rougeurs au visage. Cette pathologie cutanée touche entre 2 et 3 % de la population. Quelle en est l’origine ? Quels sont les facteurs déclencheurs de l’acné rosacée ? Qui sont les personnes à risques ? Quels sont les symptômes ? Quel est son degré de gravité ? Comment s’en débarrasser ? Plusieurs questions qui traversent l’esprit lorsqu’on entend parler d’une maladie de la peau. Nous vous donnons quelques réponses dans cet article.

L’acné rosacée : de quoi s’agit-il ?

De son vrai nom rosacée, l’acné rosacée est une maladie cutanée chronique. Cette pathologie touche les vaisseaux sanguins, principalement au visage. L’acné rosacée créé des rougeurs, de la couperose et parfois de l’acné. Eh oui ! Il ne faut pas confondre acné et rosacée. En effet, la rosacée est un mal qui touche les adultes tandis que l’acné peut toucher même les enfants. La rosacée provoque des boutons rouges avec des têtes blanches qui pourraient bien être confondus avec ceux que l’on observe au cours de l’acné. Cette affection se distingue de l’acné par les rougeurs et la couperose qui accompagnent cette éruption.

Les rougeurs au visage ou couperose, causées par l’acné rosacée, se présentent de façon intermittente. Toutefois, elles peuvent devenir persistantes. Elles sont dues à une dilatation excessive des vaisseaux sanguins du visage qui est même parfois, visible à l’œil nu. L’acné rosacée se localise principalement sur le visage, sur les joues, le front, le nez, le menton, mais très rarement sur les oreilles. L’acné rosacée peut également toucher les yeux.

La maladie peut également toucher les régions adjacentes au visage telles que le crâne, le cou, la poitrine ou encore le dos. Cette pathologie survient à l’âge adulte, généralement entre 30 et 50 ans . Cependant, les femmes sont touchées dès l’âge de 35 ans mais chez les hommes, c’est plutôt à partir de 50 ans. Rarement, il arrive que des enfants et des adolescents soient également atteints de cette affection.

Qui sont les personnes à risque ?

En effet, l’acné rosacée ne touche que les adultes. Ensuite, certaines personnes sont un peu plus exposées à cette pathologie. Il s’agit des :

  • Des personnes qui ont le teint pâle : Il s’agit généralement des personnes de descendance écossaise, nord-européenne (pays scandinaves) ou irlandaise ;
  • Des personnes avec des parents ayant souffert de rosacée : certains facteurs héréditaires augmentent en effet le risque d’en être atteint ;
  • Des femmes : elles sont deux fois plus touchées que les hommes.

Quelles sont les causes de l’acné rosacée ?

Les causes de la Rosacée
Les causes de la Rosacée – © Crédit : informationhospitaliere.com

L’origine exacte de l’acné rosacée est encore inconnue. Cependant, la recherche propose plusieurs hypothèses qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes en souffrent. Il s’agit :

  • Des facteurs génétiques et héréditaires : elles concernent les personnes à la peau, aux yeux et aux cheveux clairs) ;
  • D’un dérèglement du système immunitaire au niveau de la peau ;
  • D’une « hyperréactivité » des vaisseaux sanguins : qui se situent au niveau du visage. Ces derniers se dilatent de façon excessive, c’est ce qui crée les rougeurs et la sensation de chaleur ;
  • Des microorganismes : comme des bactéries ou acariens de type Demodex folliculorum ;
  • D’une réaction anormale de la peau exposée au soleil ;
  • De l’environnement ;
  • Des causes d’ordre psychologiques et les émotions comme le stress ;
  • L’application continue de crème à base de cortisone sur le visage : elle peut entraîner des lésions cutanées qui sont à vue d’œil, identiques à celles de la rosacée. Dans cette situation, on a plutôt affaire à une rosacée induite par la corticothérapie. Il faut en cesser le traitement.

L’acné rosacée n’est pas une maladie contagieuse et contrairement à ce qui se dit souvent, elle n’est pas due à la consommation de l’alcool.

Quels sont les symptômes de l’acné rosacée ?

Plusieurs caractéristiques propres à la rosacée peuvent vous permettre de reconnaître la pathologie. Ainsi, vous pouvez observer :

  • De nombreuses rougeurs sur le visage (érythème) ;
  • Une peau sèche et sensible : accompagnée de la sensation de brûlure ;
  • Une forte tendance à rougir facilement sur les joues : mais quelquefois aussi sur le nez, le front et le menton. Des bouffées vasomotrices, ou accès de rougeur apparaissent souvent après le repas. Elles sont déclenchées par les émotions et les changements de température ;
  • L’apparition de petits vaisseaux sanguins sur le nez et les joues : on parle de télangiectasies ou couperose ;
  • L’apparition de petits boutons rouges : qui sont soit solides (papules) soit remplis de pus (pustules) sur le nez, le front, les joues et le menton ;
  • Des yeux rouges, secs et irrités ;
  • Un nez enflé, rouge et recouvert de nodules, au stade avancé de la maladie.

Cependant, certaines pathologies cutanées, comme le lupus ou la sclérodermie, peuvent s’accompagner de lésions de la peau qui ressemblent à celles de l’acné rosacée notamment les télangiectasies. Il est donc capital de consulter un médecin pour confirmer le diagnostic.

Le diagnostic de l’acné rosacée

C’est le médecin traitant ou un dermatologue qui pose le diagnostic de la rosacée. Il examine le visage de la personne suspecte et la questionne sur ses symptômes. S’il remarque la présence d’une rougeur persistante et symétrique de la partie centrale du visage depuis plus de 3 mois, il peut suspecter la maladie. S’il voit apparaître en plus, d’autres symptômes comme la couperose, les bouffées vaso-motrices au niveau du visage, les papules…, il peut alors poser le diagnostic de l’acné rosacée.

Il arrive parfois, bien que ce soit rare, des cas où il est difficile d’identifier la maladie, le médecin en charge du diagnostic pourrait demander une biopsie cutanée. Un fragment de peau est alors prélevé et ensuite analysé au microscope pour préciser le diagnostic.

Aussi, le médecin recherche une atteinte des yeux, qu’on observe au cours de certains cas d’acné rosacée. Ces formes oculaires de l’acné rosacée peuvent survenir avant l’apparition des lésions cutanées ou au même moment que ces dernières. Il peut s’agir d’une conjonctivite, une kératite (inflammation de la cornée ), ou une blépharite (inflammation des paupières). Elles se manifestent à travers les symptômes suivants :

  • Des larmoiements des yeux et qui sont injectés de sang ;
  • Une sensibilité anormale à la lumière ou vision brouillée.
  • Le gonflement et la rougeur des paupières : ils présentent sur leurs bords de petits vaisseaux apparents ;
  • Des sensations de corps étranger, de brûlure, de démangeaison et de piqûre dans l’œil ;
  • Une sécheresse oculaire ;

Dans ce cas, il est nécessaire de faire un bilan ophtalmologique.

Différents degrés de sévérité de l’acné rosacée

L’acné rosacée est une pathologie qui évolue différemment d’une personne à l’autre. Quatre niveaux de la maladie ont été établis. Ceux-ci étaient auparavant, considérés comme les différentes phases de la maladie. Cependant, le mal n’évolue jamais jusqu’au degré de sévérité le plus grave chez de nombreuses personnes. Par ailleurs, la plupart des patients présentent une combinaison de sous-types. Il n’est donc pas possible de prédire l’évolution de la maladie.

Rosacée érythématotélangiectasique

Apparition de rougeurs sur le visage et le cou, à la suite d’un repas, après la consommation d’alcool ou de boissons chaudes ou encore lors d’un changement de température. Ces rougeurs qui apparaissent sont appelées bouffées vasomotrices ou congestives (flushes). Elles durent quelques minutes, et disparaissent. Il s’agit là souvent du premier symptôme de la maladie.

Par ailleurs, une rougeur (érythème) se présente en permanence sur la zone centrale du visage, en particulier sur les joues, le milieu du front et le nez.

Les petits vaisseaux qui sont sous l’épiderme deviennent visibles à l’œil nu et créent de fines lignes rouges, surtout sur les joues et les ailes du nez. On parle de télangiectasie ou de la couperose. La rougeur de la peau peut les masquer, mais les lignes rouges réapparaissent généralement lorsque la rougeur s’estompe.

La peau du sujet peut devenir rugueuse, sèche et donner des sensations de brûlure et de picotement.

La rosacée papulopustuleuse

La maladie peut évoluer vers la rosacée papulopusteuse. Là, ce sont de petits boutons rouges et solides (papules) ou remplis de pus (pustules) qui envahissent le visage en s’ajoutant à l’érythème. Au niveau de ce sous-type de la maladie, la rougeur persiste sur la zone centrale du visage.

La rosacée phymateuse

Il s’agit du sous-type qui présente les symptômes les plus marqués. Tout d’abord, le volume des glandes sébacées du nez s’augmentent. Ensuite, les pores se dilatent et la peau devient épaisse formant ainsi des boursouflures (nodules) ou des protubérances charnues. Le nez est la partie du visage, qui est plus sujette à des déformations. Cette déformation, appelée rhinophyma, touche beaucoup plus les hommes (95 % des cas) que les femmes et elle survient après 50 ans. Lorsque votre acné rosacée atteint cette évolution, il faut une correction chirurgicale.

La rosacée oculaire

C’est la dernière forme de l’évolution de la pathologie de l’acné rosacée. Ce degré de gravité est caractérisé par une irritation des yeux. En effet, les yeux deviennent rouges et secs, avec un larmoiement excessif et une sensibilité à la lumière. L’acné rosacée oculaire touche plus de la moitié des personnes qui souffrent de rosacée. Les autres symptômes à ce sous-type sont des conjonctivites et une inflammation des paupières (blépharite). Toutefois, l’irritation demeure minime dans la plupart des cas. Cependant il va falloir intervenir rapidement si la situation s’aggrave. Sinon, vous pourrez vite faire face à une forte diminution de la vision. L’acné rosacée oculaire est parfois le responsable des premiers symptômes cutanés.

Quelques formes particulières l’acné rosacée

L’acné rosacée prend parfois certaines formes qualifiées de particulières. Il s’agit de :

  • La Rosacée conglobata : Cette forme d’acné rosacée est très rare. Elle se caractérise par des nodules inflammatoires profonds qui se développent sur le visage ;
  • Rosacée fulminans: Cette forme d’acné rosacée est une variante extrême. La rosacée fulminans a un début soudain mais connait surtout une évolution rapide en l’espace de quelques jours ou semaines. La rosacée fulminans n’apparaît uniquement que chez la femme jeune en l’occurrence pendant et après la grossesse. Elle se caractérise par la formation de grands nodules, partiellement adhérents ainsi que de nombreuses pustules, accompagnées d’une surproduction de sébum ;
  • Rosacée lupoïde: cette forme de rosacée se caractérise par la présence de nodules brun-rouges (principalement au niveau des arcades zygomatiques, des paupières et autour de la bouche) éparpillées sur un visage présentant déjà des rougeurs. Il s’agit d’une forme d’acné rosacée très difficile à traiter ;
  • Morbus Morbihan: Cette forme particulière se caractérise quant à elle, par le gonflement de la peau rugueuse. À peine garde-t-elle l’empreinte du doigt à la pression, en l’occurrence au niveau des joues, du nez et du front suite à une atteinte majeure des vaisseaux lymphatiques. Cette forme de la maladie semble apparaître plus fréquemment dans la région du Morbihan, en Bretagne. C’est donc du nom de la région qu’a été inspiré le morbus Morbihan ;
  • Rosacée à germes gram négatif : L’acné rosacée à germes gram négatif se distingue par une inflammation cutanée avec pustules et rougeurs. Cette forme de rosacée survient après l’administration interne ou externe d’un traitement antibiotique, durant plusieurs mois, qui conduit à une sélection de germes spécifiques. En raison de sa similarité avec le degré de gravité dénommé rosacée papulo-pustulaire, cette forme est souvent mal identifiée.
  • Rosacée stéroïdienne : Cette forme de l’acné rosacée se développe suite à l’administration interne ou externe de corticostéroïdes pendant une longue durée ;

Comment prévenir l’acné rosacée ?

Il est difficile de prévenir efficacement l’acné rosacée puisque ses causes exactes restent inconnues. Cependant, on peut toutefois lutter contre les facteurs qui favorisent son déclenchement et prévenir ainsi l’aggravation des symptômes.

Les facteurs déclencheurs qu’il faut éviter (surtout pour les personnes à risques)

La méthode idéale pour prévenir ou pour limiter les symptômes de l’acné rosacée consiste à éviter les facteurs qui pourraient les déclencher ou même les aggraver. Si vous êtes une personne à risque, il faut éviter par exemple :

  • La consommation de boissons chaudes (thé, café) et de plats épicés ;
  • La consommation de vin rouge ;
  • Les émotions fortes comme la colère et le stress ;
  • Les activités physiques très intenses ;
  • L’exposition au soleil et au vent ;
  • De gratter la peau de votre visage ;
  • Des produits pour la peau qui contiennent l’un ou l’autre des ingrédients qui suivent : acide salicylique, hamamélis (effet trop astringent), menthe poivrée, menthol, huile d’eucalyptus ou essence de girofle ;
  • Les crèmes à raser, les gels contenant de l’alcool et les lotions après-rasage ;
  • L’exposition à des températures très chaudes comme les bains très chauds, les endroits surchauffés ;
  • Les températures très froides comme l’exposition au froid l’hiver ou aux congélateurs.

Quelques idées pour prévenir ou éviter l’aggravation de la rosacée

Après les pratiques à éviter, voici quelques- unes qui pourraient permettront de prévenir ou d’éviter que cette pathologie s’aggrave. Ainsi, il faut :

  • Toujours bien hydrater sa peau ;
  • Employer des nettoyants doux ;
  • Bien protéger le visage des températures froides et du vent ;
  • Appliquer un écran solaire en été comme en hiver ;
  • Consommer beaucoup d’eau ;
  • Utiliser un humidificateur pour la compensation de l’effet desséchant du chauffage ;
  • Opter pour un rasoir électrique plutôt que pour un rasoir à lame, qui est plus irritant pour la peau ;
  • Opter pour des produits de maquillage légers : une palette correctrice de teint pour dissimuler la rougeur du visage et les imperfections.

Le traitement de la maladie de l’acné rosacée

Traitements de la Rosacée
Traitements de la Rosacée – © Crédit : informationhospitaliere.com

Il faut avant tout retenir que l’acné rosacée ne peut être complètement guérie. Cependant, on peut prévenir l’apparition ou l’aggravation des symptômes non seulement en évitant les facteurs déclencheurs cités plus haut, mais aussi en utilisant les soins adéquats. Le plus important est d’en reconnaître les symptômes précoces et de consulter son médecin. Cela lui permettra d’en faire le diagnostic et de prescrire un traitement approprié. En effet, on retrouve plusieurs types de traitements contre l’acné rosacée.

Traitement médicamenteux

Il existe certains médicaments prescrits par les médecins qui peuvent lutter efficacement contre les rougeurs. Selon le degré de gravité de l’acné rosacée, les médecins traitent souvent dans un premier temps à l’aide d’un médicament topique (crème, lotion, gel ou onguent). Dans des cas d’acné rosacée plus graves, la prise de médicaments par voie orale peut s’avérer nécessaire. Les médecins utilisent alors des antibiotiques oraux et, dans certains cas, l’isotrétinoïne (Accutane).

Vous l’aurez compris, il existe pour le traitement deux types de médicaments, notamment, ceux à application externe et ceux à administration interne. En ce qui concerne la lutte contre les deux premiers sous-types de l’évolution de la rosacée, les médicaments de la première catégorie ( à application externe ) suffisent généralement. Ils sont sous forme de gel, lotion, émulsion ou crème). Mais dans les cas graves ou tenaces, les deux catégories de médicaments peuvent être associées.

Médicaments à application externe

Nous pouvons citer dans cette catégorie, des antibiotiques qui réduisent les papules et les pustules. Ils le font probablement par action anti-inflammatoire et diminution des réactions immunitaires. Cependant, ces produits ont un effet limité sur les télangiectasies et les rougeurs.

Ensuite, on a le principe actif antiparasitaire. Il a un effet anti-inflammatoire en cas de rosacée papulo-pustulaire. Il réduit de cette manière les papules et pustules, ce qui est efficace contre les acariens demodex.

Le principe actif spécifique avec propriétés vasoconstrictrices, il diminue les rougeurs au niveau du visage. Des produits à appliquer sur la peau comme l’ivermectine, l’acide azélaïque, le métronidazole, le brimonidine et les trétinoïnes ont se sont déjà montré efficace dans le traitement.

Il faut souligner que les crèmes qui comportent des corticoïdes sont à éviter.

Médicaments à administration interne

Dans cette catégorie, il est question d’antibiotiques à faible dose. En effet, ils possèdent à cette dose un effet anti-inflammatoire et non pas antibactérien. Il existe aussi d’autres médicaments certes efficaces, mais non autorisés dans le traitement de la rosacée (usage hors indications). Par contre, veuillez éviter les corticostéroïdes. Ils sont favorables à l’évolution de l’affection et pourraient conduire à une rosacée stéroïdienne.

Important : Le traitement antibiotique oral ne doit pas être pris sur une trop longue période.

Autres approches thérapeutiques d’ordre opératoire :

  • Il est possible de faire une ablation chirurgicale de phymes ;
  • Le traitement laser a également une bonne efficacité contre les télangiectasies : mais elle est moins efficace contre les rougeurs étendues. Ce traitement présente également des effets secondaires parmi lesquels : des cicatrices ou des décolorations persistantes. L’ablation par laser peut être aussi utilisée dans le traitement de rhinophymes ;
  • Le traitement par lumière pulsée intense dénommé IPL (pour Intense Pulse Light): cette méthode est particulièrement efficace contre les télangiectasies. Elle permet le traitement de zones plus étendues qu’avec le laser ;
  • La thérapie photodynamique : Les premiers résultats positifs de cette méthode n’ont pas encore pu être vérifiés ;
  • Le traitement des rougeurs peut se faire par laser ou par lumière pulsée (lampe flash) : La lampe flash offre d’excellents résultats, en particulier sur des vaisseaux très fins et moyens. Aussi, est-elle efficace sur la rougeur diffuse (érythrose) ;
  • Le laser Nd-yag long pulse est quant à lui très efficace sur les vaisseaux moyens et gros.

Soins esthétiques à domicile pour lutter contre l’acné rosacée

Vous pouvez traiter à travers des soins esthétiques à domicile l’acné rosacée, s’il n’est pas encore très avancé. Il vous faudra utiliser des dermo-cosmétiques adaptés aux peaux sensibles.

Nettoyage de la peau

Commencez d’abord par vous nettoyer la peau. À cet effet, veuillez éviter les savons et les nettoyants ordinaires. Ces derniers sont souvent durs, ils dessèchent et irritent la peau. Il est plutôt recommandé d’utiliser un nettoyant doux pour la peau sans aucun savon irritant, huile ou parfum, car l’acné rosacée est une affection desséchante. Veuillez ne pas frotter la peau, mais nettoyez-la en douceur.

Médicaments

Avant tout, n’oubliez pas que le traitement des boutons se fait par la combinaison d’antibiotiques oraux et d’un gel antibiotique. Il est nécessaire de bien suivre le traitement antibiotique par voie orale pour une gestion efficace de l’acné rosacée. Le gel antibiotique doit être appliqué sur une peau propre et sèche, d’où l’intérêt de la première étape. Il faut attendre que le gel ait bien pénétré dans la peau avant d’appliquer une crème hydratante ou votre maquillage.

Hydratation

L’acné rosacée cause un dessèchement épidermique qui peut nuire à la barrière naturelle qui protège la peau de votre visage. Afin de bien réhydrater la peau, appliquez une lotion ou une crème hydratante longue durée à base d’eau. Celle-ci va atténuer les sensations de brûlures et apporter ainsi du confort. Veuillez cependant, choisir un produit sans parfum ou lanoline et non comédogène. Votre dermatologue pourra pratiquer des mésolifts à base d’acide hyaluronique afin d’hydrater la peau en profondeur.

Entretien

L’hydratation de votre peau reste le soin esthétique le plus important à pratiquer chaque matin et soir.

Protection solaire

Se protéger des rayons solaires est primordial surtout pour les personnes qui ont une peau sensible. Ceci afin d’éviter l’aggravation des rougeurs de même que les effets secondaires en rapport avec certains antibiotiques photosensibilisants.

Pour rappel, les crèmes solaires ont pour but de garantir une protection contre les rayons U.V A et U.V B. Le choix doit donc dépendre de votre phototype. En ce qui concerne l’application sur la peau, elle doit être renouvelée toutes les 2 heures.

Astuces et pratiques naturelles contre l’acné rosacée

En dehors des solutions médicamenteuses et opératoires, on peut aussi traiter l’acné rosacée de façon naturelle. En effet, l’une des merveilleuses alliées pour combattre cette pathologie cutanée sont des huiles essentielles. Elles permettent de traiter les symptômes de la rosacée, tout en renforçant les capillaires sanguins de la peau.

Aude Maillard, docteur en pharmacie, diplômée de la faculté de pharmacie de Tours déclare à cet effet : ‘’la couperose et la rosacée sont dues à un ralentissement circulatoire local et favorisées par un terrain hépatique un peu paresseux. Nous recommandons alors vivement un traitement à base d’huile essentielle de Citron, ceci pour ses effets stimulants du foie et fortifiants du système vasculaire. Faites une cure de 15 jours en prenant 3 gouttes d’huile essentielle de citron matin et soir, déposées sur une pastille neutre ou diluées dans 1/2 cuillerée de miel. Le mélange est à laisser fondre sous la langue. Vous pouvez renouveler cette cure 2 à 4 fois par an, avec toujours au moins un mois de pause.’’

Aussi pour ceux qui ont beaucoup de boutons, vous pouvez par exemple prendre 2 capsules d’origan compact 3x/jour pendant 10 jours. Il faut prendre le soin de nettoyer avec délicatesse la peau à l’aide d’une lotion purifiante pour les boutons et/ou apaisante pour les rougeurs. Vous pouvez la nettoyer avec un hydrolat de thym, sauge, romarin ou rose, au choix et surtout le soir. Il est en effet important d’utiliser des hydrolats 100% purs et naturels.

Toujours pour traiter l’acné rosacée, des synergies d’huiles essentielles adaptées permettront d’agir localement. Vous pouvez par exemple appliquer matin et soir 4 à 5 gouttes de la synergie d’huiles essentielles et végétales suivante:

  • Huile essentielle de Carotte -0,5 ml- Daucus carota var.sativus ;
  • Huile essentielle de Tanaisie annuelle – 0,1 ml – Tanacetum annuum ;
  • Huile essentielle d’Hélichryse italienne – 0,2 ml- Helichrysum italicum ssp serotinum ;
  • Huile végétale de Calendula – 3 ml – Calendula officinalis ;
  • Huile essentielle de Ciste Ladanifère – 0,2 ml -Cistus ladaniferus ;
  • Huile essentielle de Lentisque pistachier – 0,2 ml – Pistacia lentiscus ;
  • Huile végétale de Jojoba – Simmondsia chinensis pour un total de 15 ml ;

Vous pouvez aussi penser à un supplément en oméga 3.

En ce qui concerne l’alimentation, veuillez privilégier les produits biologiques. Consommez ensuite de l’huile de noix et de colza chaque jour. Pensez également aux aliments amers comme l’artichaut, radis noir, endives etc. et aux plantes : romarin, chardon-marie… pour aider à la détoxication hépatique. La plante alliée de la peau est la bardane que vous pouvez prendre en gélules ou infusions, par exemple.

Par ailleurs, rappelons que le stress émotionnel est également un facteur qui déclenche des épisodes de rosacée en cela, qu’il perturbe le bon fonctionnement de l’organisme à travers une constipation, comme exemple. Vous pouvez alors recourir à des techniques de réduction du stress. Nous pensons au yoga, à la sophrologie, à la visualisation, à la relaxation, la respiration consciente, les exercices d’étirements et de relâchements musculaires qui peuvent se révéler utiles. L’objectif est de veiller à votre bien-être général. Il est nécessaire de bien vous nourrir, de faire régulièrement de l’exercice et de dormir suffisamment. Vous pouvez toujours faire un bilan hormonal qui vous permettra d’approfondir votre enquête.

En résumé, l’acné rosacée est une affection cutanée qui touche généralement des adultes et le plus souvent, les femmes. Elle apparaît la plupart du temps sur le visage et y laisse des rougeurs, des boutons qui sont soit solides ou remplis de pus et donne des sensations de brûlures. Il est clair que ce n’est pas une affection facile à vivre surtout pour une femme. Le degré de gravité de l’acné rosacée varie d’un sujet atteint à un autre. Il faut tout de même retenir qu’il peut aller jusqu’à attaquer les yeux. En ce qui concerne son origine, les chercheurs pensent que cette pathologie serait surtout liée à des facteurs héréditaires et génétiques. Les personnes qui ont une peau plus claire sont souvent les plus exposées.

À ce jour, il n’y a pas un traitement définitif pour l’acné rosacée. Mais pour maîtriser ce mal, il est capital de suivre fidèlement le traitement, d’éviter au mieux les facteurs qui pourraient déclencher des poussées et d’adopter chez vous un programme de soins cutanés conçu pour les peaux sensibles.

En évitant les facteurs qui le déclenchent et en adoptant les soins quotidiens adaptés, vous pourrez calmer les poussées de rosacée. Il est possible d’associer des antibiotiques à prendre par voie orale et des gels antibiotiques pour la peau. Vous pouvez aussi utiliser la crème solaire pour vous protéger contre les rayons UV. Les traitements au laser et la luminothérapie sont aussi possibles. Ils sont utilisés pour réparer les vaisseaux sanguins brisés qui ne répondent pas aux médicaments oraux et aux crèmes topiques. Avant d’adopter un quelconque traitement, parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin. Pour finir, vous pouvez toujours essayer une cure à l’aide d’huile essentielle. Il faut aussi s’assurer d’avoir les bonnes pratiques pour son bien être.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles