Global Statistics

All countries
240,190,120
Confirmed
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
215,766,611
Recovered
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
4,893,211
Deaths
Updated on October 14, 2021 6:59 pm

Adiadococinésie : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les mouvements rapides et naturels sont caractéristiques de toute personne en bonne santé. Les personnes qui ont des difficultés à exécuter régulièrement et rapidement des mouvements alternatifs souffrent certainement de l’adiadococinésie. Cette maladie est souvent due à une lésion du cervelet et s’observe dans d’autres pathologies du système nerveux comme la sclérose en plaques. Elle se manifeste également par l’asynergie, la composition des mouvements complexes en plusieurs étapes et sur une longue période. Elle s’observe aussi par des signes de troubles de la coordination des mouvements retrouvés dans le syndrome cérébelleux. Dans cet article, nous levons le voile sur le mal de l’adiadococinésie en mettant en exergue les causes, symptômes, diagnostics et traitements.

Les causes de l’adiadococinésie

L’adiadococinésie est causée par une perturbation dans le cervelet. Or, le cervelet est la grande et vaste partie du cerveau humain pour le contrôle des mouvements musculaires volontaires et involontaires de la posture et de l’équilibre. Les personnes souffrant de l’adiadococinésie se retrouvent souvent dans l’impossibilité de changer les actions musculaires opposées sur-le-champ et en dehors de la manière coordonnée.

Le cerveau humain – © Crédit : informationhospitaliere.com

Elle est la plupart du temps le résultat d’une condition cérébrale sous-jacente comme : la sclérose en plaques, l’ataxie de Friedrich et l’ataxique dysarthrie. Cette maladie est la cause du syndrome de parkinsonien associé à une réduction d’amplitude et à un défaut d’initiation avec une rigidité dite plastique ou un tremblement de repos. L’existence d’un syndrome parkinsonien montre qu’il y a un déficit de dopaminergique. Le dopaminergique est le processus neurodégénératif, mais également l’incapacité de la dopamine à exercer son action.

Les symptômes de la maladie d’adiadococinésie

L’adiadococinésie touche trois grandes parties du corps humain, à savoir : les muscles des membres supérieurs, les muscles des membres inférieurs et les muscles sous contrôle de la parole. Les symptômes peuvent se présenter dans ces différents cas ou sous d’autres formes évidentes. De même, l’ensemble de ces symptômes peut se présenter à la fois à une personne atteinte en cas de dysfonctionnement profond. Il y a des changements de caractère qui s’observent chez la personne touchée par cette maladie. Ils résument comme :

  • le changement dans l’équilibre et la marche avec des lenteurs ou des mouvements difficiles et rigides ;
  • une grande difficulté dans la coordination du mouvement des bras, des mains ou des jambes ;
  • des difficultés majeures dans l’articulation des mots pour une bonne compréhension ;
  • l’incapacité à arrêter un mouvement en cours pour en enchaîner un autre dans une direction qui s’oppose à la première ;
  • des difficultés à reprendre une action immédiate ;
  • des difficultés aggravées par les émotions et le calcul mental ;
  • la déformation des membres, des lèvres et du menton ;
  • la raideur des extrémités ou de la nuque, etc.

Les personnes souffrant de l’adiadococinésie ne sont pas en mesure de tourner rapidement la main à plusieurs reprises contre une surface plane et dure. Elles ne peuvent pas non plus visser ou dévisser une ampoule, un vice, un boulon, etc. Elles ont de grandes difficultés à répéter avec rapidité une à trois syllabes dans le même ordre comme « pa-ta-ka ».

Le syndrome peut prendre également d’autres aspects trompeurs comme la rhumatologie ou la neuropsychique. D’autres manifestations sous forme de déficit de l’odorat par atteinte du noyau du nerf olfactif ou de troubles de comportement en sommeil paradoxal sont également observées.

Les diagnostics appropriés

Plusieurs méthodes existent pour diagnostiquer l’adiadococinésie. Les médecins peuvent utiliser des tests physiques pour observer et voir l’étendue de la maladie. Si la maladie est au premier stade, les médecins recommandent généralement des tests physiques pour étudier la capacité du patient à faire des mouvements alternatifs. Ces tests se font la plupart du temps dans le bureau du médecin avec un neurologue. En dehors des tests physiques, il existe d’autres tests faisant appel à des techniques et compétences spécifiques.

Alternance rapide de l’évaluation du mouvement

La paume de main doit être posée sur une surface plane et retournée en continu, puis à nouveau du côté de la paume vers le bas aussi rapidement que prévu.

L’évaluation du mouvement point par point

Ce diagnostic consiste à demander aux patients malades de toucher leur nez et dans le même temps d’utiliser le même doigt rapidement possible pour toucher le doigt tendu de la personne qui aide à effectuer le test.

Test tibia au talon

Ce test permet de placer un talon sur un tibia juste au-dessous du genou. Ensuite, le talon est glissé vers le bas du tibia au pied. Les mouvements rapides et coordonnés doivent être visés en plus.

Test de Romberg

Il veut que les talons soient tenus dans leur ensemble sur place les yeux fermés. Si le patient perd l’équilibre dans cette posture, on peut affirmer qu’il a les symptômes de la maladie.

Test Gait

Ce test consiste à demander au patient de marcher de façon naturelle que possible et ensuite de mener une démarche talon aux pieds. En effet, une personne qui souffre de l’adiadococinésie ne pourra pas réussir ces tests de façon coordonnée et correcte. Elle présente toujours des mouvements maladroits, inhabituels ou ralentis. Au cas où les symptômes observés dénoteraient d’une lésion cérébrale, le médecin peut prescrire une IRM pour localiser et décrire la lésion.

Les traitements possibles de l’adiadococinésie

Plusieurs causes peuvent justifier une lésion cérébrale ou l’adiadococinésie. Pour cela, de multiples traitements, à la fois variés et stimulants, sont prévus pour soulager un peu de cette maladie. L’approche commune la plus utilisée par les médecins est la thérapie physique pour aider à retrouver l’équilibre perdu lors des troubles de mouvements. D’autres traitements de cette maladie existent également et sont vraiment populaires.

Les exercices pour l’adiadococinésie

Si un patient a de l’adiadococinésie ou toutes autres formes de déséquilibre de marche, il faut qu’il consulte nécessairement un kinésithérapeute avant d’essayer un exercice à la maison. L’exercice doit se pratiquer dans un lieu sûr et calme pour plus d’efficacité. Il est interdit de faire des exercices dans une surface dure pour qu’en cas de chute du patient, il ne subisse pas des blessures graves.

Un échauffement préalable des muscles doit s’effectuer pour préparer le corps. Une activité d’une durée moyenne de 5 minutes comme le jogging est vivement souhaitée avec l’usage d’un vélo à bras ou un tapis roulant. C’est un moyen efficace pour augmenter la température des muscles et du corps. Cela permet en effet d’augmenter l’amplitude des mouvements, de diminuer la raideur, de dilater les vaisseaux sanguins et d’améliorer la concentration mentale.

L’exercice de Romberg

C’est un exercice qui se fait de la même façon que le test de Romberg. Il consiste à maintenir les talons sur une position fixe et à garder les yeux ouverts pendant 10 secondes pour chercher l’équilibre. Ensuite, il faut fermer les yeux jusqu’au moment du constat de déséquilibre de position. Il convient également de s’assurer qu’il existe un support devant lequel le malade doit s’appuyer en cas de perte d’équilibre.

Se tenir en position unilatérale

La personne souffrant de l’adiadococinésie doit s’exercer à se tenir sur chaque jambe pendant 30 secondes et de façon alternative. Cet exercice doit être répété plusieurs fois dans la journée jusqu’à l’amélioration de l’équilibre du malade. Il est également souhaité que la surface et les mouvements soient variés pour changer les stratégies de posture et de l’équilibre.

Opter pour la formation et d’autres équilibres

Les bras et les jambes peuvent être déplacés de manière coordonnée dans une position assise ou debout. On peut par exemple alterner les robinets de talon et les orteils sur le sol. On peut aider le malade à serrer le ventre tout en faisant attention à sa posture. Ce dernier exercice permet de renforcer les muscles du tronc qui représentent la partie la plus importante de la force générale du corps.

Exercice de renforcement des muscles

La faiblesse des muscles est la principale cause de la maladie, et elle est responsable des difficultés de mouvements observées. Il faut noter que si l’âge avance, les muscles de l’être humain s’affaiblissent. Il est donc conseillé par les spécialistes de réaliser des exercices sportifs de renforcement des membres inférieurs et supérieurs du corps. Il est pratiqué dans les centres sportifs ou par les enseignants de sports pour aider à renforcer les épaules. Il permet de maintenir l’équilibre et la force musculaire, quel que soit l’âge.

Le soutien moral

Le cerveau est l’organe moteur du contrôle des muscles et de tout l’organisme en général. Pour arriver à bout de n’importe quelle maladie, il faut nécessairement que le patient puisse bénéficier d’un grand soutien moral. Des séances de coaching pour doper son moral sont d’une importance capitale. C’est pourquoi, dans la majorité des cas, l’aide des physiothérapeutes, des ergothérapeutes et des orthophonistes est plus que nécessaire. Les exercices proposés par l’ensemble de ces professionnels avec le suivi d’un coach neurolinguiste permettent d’arriver plus facilement à bout de cette maladie incurable.

Pour finir, l’adiadococinésie est une maladie à part entière qui se manifeste par la faiblesse des organes indispensables pour les mouvements. Elle se traite avec plus d’efficacité lorsqu’on suit les conseils des spécialistes ou médecins traitants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles