Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Allergies au pollen :Comment s’en débarrasser?

Le système immunitaire de l’homme protège naturellement l’organisme humain contre les agressions auxquelles il se confronte quotidiennement. Mais parfois, il arrive que certaines substances majoritairement aériennes ou alimentaires appelées allergènes viennent dérégler l’organisme. On parle généralement d’allergie.

Quand vient le printemps, beaucoup d’individus sont exposés à des allergies respiratoires provoquées par les pollens. Les pollens proviennent des graminées et des arbres dont les graines sont souvent portées par le vent. Ces graines intègrent notre environnement et peuvent se loger dans les muqueuses oculaires et respiratoires. Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur les allergies au pollen.

Allergie aux pollens : qu’est-ce que c’est ?

Une allergie est tout simplement une réaction d’hypersensibilité du corps humain. Au contact avec les voies respiratoires et les yeux, les pollens engendrent des réactions inflammatoires à peu près invalidantes. Les allergies aux pollens surviennent généralement en été ou au printemps et peuvent s’étendre jusqu’à l’automne. Les températures chaudes, douces et sèches sont des facteurs favorables à la propagation de l’allergène. Dans ces conditions de température favorable, on peut dénombrer jusqu’à mille graines de pollens par mètre cube d’air.

Quels sont les symptômes d’une allergie aux pollens ?

Issus d’arbres et propagés par les aulnes, les bouleaux, les noisetiers, les chênes ; les pollens font leur apparition entre mars et septembre. Les graines des graminées vont continuer à répandre les pollens jusqu’en été. Une allergie aux pollens peut se manifester de différentes manières. Le diagnostic est parfois difficile puisque la plupart des symptômes de cette forme d’allergie peuvent se manifester dans d’autres pathologies. Néanmoins, le symptôme principal de cette allergie reste le rhume des foins. Mais une allergie aux pollens peut aussi se manifester par l’asthme, la toux ou encore la conjonctivite.

Le rhume des foins

Encore appelé rhinite saisonnière, le rhume des foins constitue une réaction allergique provoquée par l’inhalation de pollens. Le rhume des foins débute généralement au printemps, période favorable à la libération des pollens dans l’air. Il provoque différents symptômes que sont entre autres :

  • l’asthme ;
  • écoulement nasal ;
  • éternuements ;
  • congestion nasale ;
  • céphalées ;
  • picotements du nez ;
  • démangeaison des oreilles et de la gorge ;
  • etc.

Les effets secondaires du rhume des foins affectent essentiellement la qualité de vie des personnes allergiques, mais aussi celle de leurs familles. La rhinite saisonnière peut aussi provoquer de la fatigue, des irritations, des troubles du sommeil et des problèmes de concentration.

Si elle n’est pas vite traitée, la rhinite saisonnière peut être objet de complications. Les formes de complications les plus connues du rhume des foins sont : sinusites récurrentes, essoufflement rapide, respiration sifflante, etc. Chez les enfants, le rhume des foins non pris en charge peut engendrer en plus des sinusites à répétition, des otites.

L’asthme

L’asthme est généralement provoqué par l’association de certains facteurs environnementaux favorisants et d’une prédisposition génétique à l’allergie. Des éléments extérieurs, comme c’est le cas des pollens, peuvent causer des réactions allergiques chez des individus prédisposés.

Lorsqu’un sujet asthmatique présente d’autres manifestations allergiques comme le rhume des foins, le risque que son asthme soit d’origine allergique est très fort. Toutefois, le diagnostic d’une allergie ne signifie pas que l’asthme soit forcément dû à celle-ci. Néanmoins, la rhinite saisonnière, qu’elle soit saisonnière ou pas, représente un facteur de risque de l’asthme.

Les manifestations de l’asthme sont nombreuses. Le symptôme le plus régulier de cette manifestation de l’allergie aux pollens est la crise d’essoufflement aiguë. L’asthme peut aussi se manifester par une sensation d’oppression dans la cage thoracique, une toux, une respiration sifflante, une difficulté à respirer profondément, etc. La plupart de ces manifestations de l’asthme peuvent être aggravés par la grippe, le rhume, la fumée de la cigarette, la pollution, le sport, les solvants ou les parfums.

La conjonctivite

Inflammation de l’œil et principalement de la conjonctive, la conjonctivite se traduit par un aspect rougi et une irritation diffuse de l’œil. Elle est le plus souvent virale d’origine bactérienne ou allergique. En général, une conjonctivite se manifeste par des douleurs et des picotements aux yeux, un larmoiement réflexe ou des sécrétions formant une croûte pendant le sommeil. Elle se traduit également par des sensations d’égratignure, de brûlure ou d’abrasion ou une rougeur au niveau des yeux. Lorsqu’elle est provoquée par une allergie, dans ce cas une allergie aux pollens, la conjonctivite touche les deux yeux et la membrane transparente de la conjonctive est irritée.

Comment diagnostiquer une allergie aux pollens ?

Le diagnostic d’une allergie aux pollens se fait grâce à la combinaison d’un examen clinique, des résultats des tests d’allergie et de l’état de santé du patient. Si vous soupçonnez une allergie aux pollens, prenez rendez-vous avec un médecin qui pourra identifier les symptômes évocateurs d’une allergie et de suspecter un allergène.

Les tests pour dépister l’allergie permettront à votre médecin d’exclure ou de confirmer l’origine allergique de vos symptômes. Le test de dépistage vient en complément de l’examen clinique et s’il se révèle positif, un test sanguin d’identification viendra préciser si l’allergène est bien le pollen. L’identification de l’allergène permet au médecin traitant de personnaliser le traitement.

Dans certains cas, les médecins recommandent aux patients de faire recours à un allergologue. Ce dernier va effectuer des tests cutanés afin de détecter le ou les allergènes impliqués. Les tests allergologiques consistent à introduire dans la peau du patient des échantillons d’allergènes. Dans le cas où le résultat est positif, un petit bouton va apparaître à l’endroit où l’allergène a été appliqué dans les 30 minutes qui suivent l’application.

Comment traiter une allergie aux pollens ?

L’allergie aux pollens ne dispose que d’un traitement à long terme. Il s’agit de la désensibilisation. Ce traitement consiste à mettre régulièrement en contact l’allergène avec l’organisme, et ceci, à faible dose. Le traitement grâce à la désensibilisation dure plusieurs années et va permettre à l’organisme de reconnaître l’allergène comme un soi.

Les autres traitements disponibles pour combattre les allergies aux pollens sont des traitements symptomatiques. Ces derniers permettent de limiter dans le temps, les manifestations de la rhinite saisonnière. Pour échapper aux irritations allergiques, il est recommandé de rincer régulièrement le nez avec un spray d’eau de mer ou avec du sérum physiologique.

Vous pouvez aussi prendre des médicaments antihistaminiques, afin de réduire les réactions allergiques provoquées par les pollens. Dans le cas où vous ressentez des difficultés respiratoires importantes, vous pouvez faire usage de produits dérivés de la cortisone pour vous soulager. Quant aux antihistaminiques, vous pouvez les acheter dans les pharmacies, sans ordonnance.

Allergie aux pollens : traitement lorsque les symptômes apparaissent pour la première fois et persistent

Dès les premières apparitions des symptômes d’une allergie dûe aux pollens, vous êtes invité à demander des conseils à votre pharmacien. Ce dernier vous recommandera un produit de nettoyage nasal ainsi qu’une solution de nettoyage oculaire, en général pour une semaine. Votre pharmacien peut vous conseiller aussi la prise d’antihistaminique (desloratadine, cétirizine, etc).

Si les symptômes persistent, faites-le également savoir à votre pharmacien. Il se chargera de vous conseiller un antihistaminique de dernière génération. Dans la plupart des cas, les antihistaminiques de dernière génération qui interviennent sont : ebastine, bilastine ou rupatadine. Ces derniers sont à prendre à raison de 1 comprimé par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Allergie aux pollens : quels traitements naturels ?

Il existe des solutions naturelles pour soulager les manifestations des allergies aux pollens sans faire recours au traitement médicamenteux. Ces solutions ne garantissent pas une guérison totale, encore moins un traitement de la cause de l’allergie. Elles permettent juste d’améliorer le quotidien du patient. Il s’agit entre autres :

  • Des tisanes à base de menthe poivrée et d’ortie pour aider l’organisme à combattre l’allergie ;
  • Des jus d’agrumes (riche en vitamine C) ;
  • Des pommes ou des oignons pour diminuer la production d’histamine.

En plus de ces solutions naturelles pour soulager les symptômes de l’allergie, vous pouvez également faire usage des huilesessentielles de lavande et d’estragon. Ces dernières vont vous permettre de réduire les crises d’éternuements.

Comment prévenir les allergies aux pollens ?

L’action idéale à mener pour éviter les allergies de façon générale est de vivre sainement en évitant de fumer par exemple. Vous devez aussi mettre en place un programme d’activités physiques et un régime alimentaire constitué de fruits et des légumes riches en antioxydants. Un tel régime alimentaire va permettre à l’organisme de renforcer votre système immunitaire. Vous devez aussi vous informer, notamment pendant les saisons de pollinisation, afin de connaître le degré de risque d’allergie. Pour cela, consultez régulièrement la carte de surveillance des régions de France. Cette carte est mise à jour tous les ans pendant les périodes de pollinisation à titre de prévention.

Si vous êtes un sujet à risque exposé aux allergies, essayez de simplifier votre quotidien par des gestes logiques et simples. Vous devez nettoyer régulièrement votre literie, aspirer les sommiers et aérer votre maison. Essayez de ne pas accueillir dans votre maison des chats ou des oiseaux si vous ou un membre de votre famille êtes un sujet à risque. Vous devez aussi bien choisir les fleurs et les plantes à mettre dans votre jardin.

Pour les nouveaux nés, afin de les préserver contre toutes les formes d’allergie, il est recommandé de les allaiter pendant quelques mois. Le lait maternel lui permettra de renforcer son système immunitaire. En plus du lait maternel, évitez à votre bébé les aliments susceptibles de contenir des allergènes. Ce faisant, votre enfant sera prémuni d’une bonne défense immunitaire.

Vous aimerez aussi :

Related Articles