Global Statistics

All countries
591,712,323
Confirmed
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
561,930,639
Recovered
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
6,443,303
Deaths
Updated on August 10, 2022 10:20 pm

Amétropie : Causes, Diagnostic et Traitements

L’amétropie est le terme médical que l’on emploie pour désigner un dysfonctionnement de la réfraction chez un individu. Elle peut se manifester par une vision proche floue, une vision lointaine floue, des maux de tête, une fatigue visuelle, etc. Le diagnostic de l’amétropie est basé sur la réalisation d’un bilan ophtalmique. Qu’est-ce que l’amétropie ? Quelles sont ses causes et comment peut-on la soigner ?

Définition de l’amétropie

Les personnes n’ayant aucun trouble de vision sont qualifiées « d’emmétropes ». Par contre, celles ayant un défaut oculaire sont qualifiées d’amétropes. Plusieurs anomalies de la réfraction sont regroupées sous ce terme, notamment :

  • la myopie ;
  • l’hypermétropie ;
  • l’astigmatisme.

L’astigmatisme peut être associé à l’un des deux troubles précédemment cités.

Un autre type d’amétropie survient avec l’âge et peut affecter tous les séniors sans qu’il y ait une prédisposition génétique. Il s’agit de la presbytie. Celle-ci se manifeste par une altération de la vision proche.

La myopie

La myopie est une anomalie visuelle extrêmement courante. Elle est caractérisée par une altération de la vision éloignée. Ce trouble affecte près d’un Français sur cinq et se manifeste lorsque l’image se forme en avant de la rétine.

L’œil est composé d’une membrane superficielle, appelée la cornée. C’est une membrane protectrice qui joue le rôle de « première lentille ». La lumière se faufile au travers de la pupille pour atteindre le cristallin. Ce dernier a pour fonction d’adapter la vision de l’image observée (quelle que soit sa distance de l’œil).

Cependant, pour avoir une bonne vue de l’objet, il faut que la projection de l’image sur la rétine soit précise. Lorsque l’image se forme en avant de la rétine, la vision devient floue. Par conséquent, la personne concernée est qualifiée de myope.

Le punctum remotum est le point le plus éloigné que l’œil peut apercevoir nettement. Chez un individu sans problème de vue, ce point se situe à une distance inestimable (infinie). Chez un myope par contre, il est situé à une distance d’environ 5 mètres.

L’hypermétropie

L’hypermétropie est également une anomalie visuelle très courante, en particulier chez les enfants. Cette affection se manifeste par une perception floue des objets proches.

Chez les emmétropes, les faisceaux lumineux se concentrent sur la rétine, ensuite une image nette est obtenue. Lorsque l’image ne se forme pas sur la rétine, on parle d’œil amétrope et la vision est altérée. Chez un individu hypermétrope, l’image se forme en arrière de la rétine.

L’astigmatisme

L’astigmatisme est une anomalie extrêmement fréquente de la membrane superficielle de l’œil (cornée).

Chez les sujets présentant ce trouble, la cornée prend une forme plutôt ovale au lieu d’être ronde. Par conséquent, les rayons lumineux ne convergent pas en un point sur la rétine, comme d’ordinaire. L’image qui en découle est floue. L’individu a donc une vision déformée de près comme de loin.

L’amétropie désigne un phénomène de déviation durant lequel la lumière passe d’un milieu à un autre. La cornée et le cristallin sont les principaux éléments réfractifs de l’œil. Ces éléments sont chargés de diriger les rayons lumineux vers la rétine. On mesure leurs puissances de convergence en dioptries.

Le pouvoir réfractif de la cornée dépend de sa courbure. Une fois la croissance terminée, la courbure ne change pas (environ +40 dioptries). À l’inverse, le pouvoir réfractif du cristallin est variable, car son rayon de courbure change sous l’influence de la contraction du muscle ciliaire (la dioptrie est de +20 au repos). L’œil est dit optiquement parfait, lorsque sa puissance réfractive permet à l’image d’un objet éloigné de se projeter nettement sur le centre de la rétine.

Toutefois, on parle d’isométropie, uniquement si les deux yeux souffrent du même type d’amétropie. Lorsque ce n’est pas le cas, on parle d’anisométropie.

Causes de l’Amétropie

L’amétropie est le plus souvent causée par des déformations de l’œil et de ses composantes internes. Ces déformations sont liées au vieillissement ou à des malformations. En effet, l’œil a pour rôle d’effectuer une convergence des rayons lumineux (qui entourent un individu) en un point focal.

La déviation des rayons lumineux est liée à deux paramètres :

  • la profondeur de la cavité de l’œil ;
  • la déviation des rayons lumineux effectuée par deux lentilles biconvexes (le cristallin et la cornée).

L’amétropie peut également être engendrée par une profondeur du globe oculaire ou encore un dysfonctionnement de la cornée et du cristallin.

Symptômes de l’Amétropie

Les symptômes de l’amétropie sont liés aux différents cas de divergence. Ces symptômes peuvent être accompagnés de fatigue oculaire ou de maux de tête.

La myopie

On parle de myopie lorsque l’œil est trop profond ou lorsque le cristallin de l’œil focalise trop tôt les rayons lumineux. Dans ce cas, étant donné que les rayons lumineux des objets lointains sont focalisés très tôt, l’œil ne verra pratiquement rien de loin et par conséquent les images seront donc floues sur la rétine.

L’hypermétropie

L’hypermétropie se manifeste par une vision floue de près. À ce niveau, le scénario est l’inverse de ce qui se déroule durant la myopie. En effet, l’hypermétropie est caractérisée par une focalisation tardive des rayons lumineux ou par un œil qui n’est pas suffisamment profond. La vision de loin pourra s’effectuer normalement. En revanche, la vision des objets proches sera floue pour l’œil.

La presbytie

La presbytie se traduit par une vision floue liée à l’âge. Lorsque l’œil vieillit naturellement, le cristallin perd son élasticité et se durcit. Par conséquent, il lui sera compliqué de rendre une image nette, si cette dernière se trouve très proche. La presbytie démarre habituellement à l’âge de 45 ans.

L’astigmatisme

L’astigmatisme se caractérise généralement par une vision imprécise de près comme de loin. Lorsque la membrane superficielle de l’œil est déformée, les rayons lumineux sont déviés. À partir de cet instant, l’image sur la rétine sera difforme, quelle qu’en soit la distance. Les astigmates voient généralement en double.

Diagnostic de l’amétropie

Le diagnostic de l’amétropie se fait par un examen ophtalmologique. Une mesure précise de l’acuité visuelle permet de diagnostiquer les anomalies visuelles. Elle s’accompagne souvent d’un examen du fond de l’œil. En fonction des résultats obtenus, il est possible de faire une classification de l’acuité visuelle selon la sévérité :

  • Profonde ;
  • Moyenne et ;
  • Légère.

L’examen du fond de l’œil vise à analyser ses différentes structures localisées en arrière du cristallin. C’est un examen sans douleur effectué par un ophtalmologue. Cela est indispensable pour dépister certaines atteintes oculaires, notamment :

  • une dégénérescence maculaire ou ;
  • une rétinopathie diabétique.

Ainsi, en cas d’amétropie, il est recommandé de se rendre chez un ophtalmologue pour un diagnostic précis.

Traitement de l’amétropie

La prise en charge de l’amétropie repose sur la chirurgie réfractive et le port de lentilles de contact ou de lunettes.

Si l’ophtalmologue opte pour un port de lunettes, la puissance (exprimée en dioptrie) de celle-ci doit être adaptée à l’importance du défaut à corriger.

La correction doit prendre en compte les caractéristiques et le type d’amétropie. Ainsi :

  • en cas de presbytie, on utilise les verres de proximité ;
  • en cas de myopie, on utilise les verres concaves ;
  • en cas d’hypermétropie, on utilise des verres convexes et ;
  • en cas d’astigmatisme, on fait recours aux verres non sphériques.

Quant à la chirurgie réfractive, elle s’effectue sous anesthésie locale en chirurgie ambulatoire. Cependant, cette intervention est uniquement réalisée en dernier recours. Autrement, le patient peut opter pour la chirurgie réfractive lorsqu’il :

  • décide de ne pas porter de lunettes de vue ;
  • pratique des loisirs incompatibles avec le port de lunettes ;
  • ne supporte plus les lentilles.

Avant toute chirurgie, l’ophtalmologue vérifie les caractéristiques de l’amétropie et procède à une consultation préparatoire. Cette dernière va lui permettre de s’assurer que le patient est bien en mesure de subir une intervention chirurgicale.

Durant la chirurgie réfractive, plusieurs techniques peuvent être utilisées, en particulier :

  • la technique PRK ;
  • la technique LASIK ;
  • la technique des lentilles intraoculaires.

En effet, l’intervention au LASIK consiste à découper la membrane superficielle de l’œil avec un laser. Cette découpe est réalisée dans l’optique de réduire l’épaisseur de la cornée. Elle permet de modifier la courbure de la cornée afin de compenser les erreurs du cristallin.

La technique des lentilles intraoculaires vise à implanter des lentilles « permanentes », directement en dessous de la cornée. Quant à l’intervention au PRK, elle est similaire à celle du LASIK. La seule différence ici est qu’il y a que de petits fragments qui sont retirés.

Toutefois, prévenir une amétropie est impossible. En revanche, il serait préférable de vérifier régulièrement la vision des enfants. Ainsi, en cas de symptômes, l’ophtalmologue pourra fournir un traitement immédiat et efficace, pour soigner le trouble en cause.

En somme, l’amétropie se traduit par une absence de netteté de la vision. C’est une affection liée à une divergence des faisceaux lumineux sur la rétine. Elle regroupe l’hypermétropie, la presbytie la myopie et l’astigmatisme. L’amétropie se manifeste par une vision floue de près comme de loin, une fatigue oculaire et des maux de tête. Son traitement repose sur un port de lunettes ou sur la chirurgie réfractive. Toutefois, il est impossible de prévenir cette affection. En présence des signes indicatifs, il est recommandé de se rendre à l’hôpital.

Vous aimerez aussi :

Related Articles