Global Statistics

All countries
240,190,120
Confirmed
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
215,766,611
Recovered
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
4,893,211
Deaths
Updated on October 14, 2021 6:59 pm

Amygdales : quand opérer et pourquoi ?

Maux de gorge et d’oreilles, difficultés de déglutition, enrouement voire perte de voix, malaise généralisé… si vous ou un de vos proches présente ces symptômes, il est fort probable qu’il s’agisse de l’amygdalite. Ne pas la traiter dans des circonstances données risque de vous compliquer la vie. Quand opérer les amygdales et pourquoi ? Réponses à ces questions dans cet article.

 Les amygdales, qu’est-ce que c’est précisément ?

Situées au fond de la gorge, les amygdales sont de petits organes à la base de la langue qui servent à nous défendre contre les infections. Ce sont elles en effet qui en premier produisent les anticorps permettant de nous défendre lorsqu’un microbe entre dans l’organisme.

En règle générale, lorsque le microbe se présente à l’entrée, les amygdales ont la capacité de le repousser sans qu’il n’y ait lieu d’infection. Maillon clé dans la défense immunitaire dans la sphère oto-rhino laryngologique (nez-gorge-oreilles), l’importance des amygdales n’est donc plus à discuter. Toutefois, elles sont vulnérables.

L’amygdalite et ses causes

L’amygdalite est une infection qui touche les amygdales, laquelle empêche ces dernières de jouer efficacement leur rôle de barrière à certains virus ou bactéries. Elles touchent tous les sexes et tous les âges, mais les enfants et les adultes sont les plus exposés à cette infection.

Ses causes sont généralement de trois (03) ordres à savoir : d’abord certains virus respiratoires (le rhume et la grippe), ensuite une infection par des streptocoques de type A, enfin, le virus de la mononucléose infectieuse qui est provoquée précisément par le virus Epstein-Barr.

L’autre réalité souvent moins évoquée est que l’amygdalite, qu’elle soit d’origine bactérienne ou virale, reste contagieuse. Il peut s’agir dans ce dernier cas de contact direct, ou de celui indirect avec les sécrétions respiratoires d’une personne infectée. Heureusement, l’on peut efficacement traiter l’amygdalite, même à travers des pratiques très simples.

Le traitement de l’amygdalite

L’amygdalite peut être traitée avec des antibiotiques prescrits par le médecin, lesquels doivent être pris jusqu’à la date exigée pour un résultat véritablement satisfaisant. La prescription ne peut intervenir qu’après un diagnostic bien posé par ce dernier, aux fins de s’assurer de la réelle origine de l’amygdalite.

En outre, il existe quelques de ces pratiques habituelles qui peuvent soulager les symptômes à savoir, boire d’eau en quantité suffisante, sucer des pastilles pour la gorge, faire des gargarismes d’eau salée ou des tisanes de jus de citron sucrées au miel, manger des produits glacés ou encore placer un humidificateur dans votre logement pour ne citer que ces mesures-là.

D’ailleurs, quand bien même elle n’est pas traitée, l’amygdalite, quelle que soit sa forme, disparaît d’elle-même au bout d’un temps. Si donc toutes ces précautions permettent de pallier le mal, qu’est-ce qui peut bien conduire à l’ablation des amygdales, malgré ce grand rôle qu’elles jouent dans un organisme humain ?

Les raisons de l’amygdalectomie

Par amygdalectomie, il faut simplement entendre l’ablation des amygdales. Elle s’avère nécessaire lorsque l’amygdalite atteint un niveau sensible, autrement dit, lorsque les amygdales se révèlent comme un potentiel danger pour l’organisme.

C’est le cas par exemple des abcès péri amygdalien ou phlegmons qui sont des inflammations graves dues à des bactéries du tissu conjonctif, avec formation de pus. Ceux-ci se diffusent, ne créant donc pas d’abcès, lequel peut néanmoins apparaître ensuite.

Il en est de même pour les angines assez fortes et très fréquentes, ou encore les amygdales trop grosses qui se retrouvent au fond de la gorge et provoque des ronflements et trouble du sommeil. L’une ou l’autre de ces survenances peut conduire un souffrant à se faire opérer. Cela peut porter à croire que l’intéressé peut ne pas se faire opérer, mais en réalité, le choix ne s’offre pas à ce dernier.

La nécessité de se faire opérer en cas d’amygdalite chronique

Lorsqu’une amygdalite devient chronique, la nécessité de « ’l’éliminer »’ devient indiscutable, d’autant plus qu’il faut la considérer comme hostile à votre organisme. En effet, comme dit un peu plus haut, la fonction des amygdales est de constituer la première barrière contre les infections lorsque le corps se sent attaqué par un microbe.

Les défenses immunitaires sont ipso facto stimulées pour affronter la maladie et les amygdales prennent du volume. Quand donc ces dernières sont fréquemment touchées, elles s’affaiblissent et se muent en potentiel grand foyer de bactéries qui laisse libre court aux infections. Elles restent donc hypertrophiées, libèrent régulièrement des bactéries, d’où la nécessité de les éliminer.

Il faut notifier qu’une fois opéré, le patient se doit de se priver de tous les aliments solides, afin de faciliter la cicatrisation. Par ailleurs, si par la force des choses vous ne prenez pas la situation au sérieux, voici les risques auxquels vous vous exposez.

Les implications d’une amygdalite chronique non traitée

Partant typiquement des streptocoques de type a qui sont l’une des causes de l’amygdalite aiguë, celle chronique elle autre part généralement des streptocoques de type B.

Dans ce contexte, à la longue, certaines couches de ces streptocoques peuvent provoquer chez des personnes sensibles, une réaction immunitaire de l’organisme susceptible d’endommager divers tissus à savoir, les articulations, le cœur et les reins.

Les conséquences sont qu’à la longue, il peut survenir l’arthrite, une inflammation cardiaque, la valvulopathie et l’insuffisance rénale.

En conclusion, il faut retenir que les amygdales sont opérées lorsqu’elles sont chroniquement infectées. Décider de ne pas les faire enlever dans ces circonstances serait une très mauvaise décision, parce que leur présence ne ferait qu’exposer le souffrant à des complications plus graves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles