Global Statistics

All countries
552,936,305
Confirmed
Updated on July 1, 2022 3:48 pm
All countries
525,457,222
Recovered
Updated on July 1, 2022 3:48 pm
All countries
6,358,421
Deaths
Updated on July 1, 2022 3:48 pm

Anéjaculation : causes et traitements du manque d’éjaculation

La majorité des hommes qui n’atteignent pas l’orgasme souffrent de l’anéjaculation. Ce phénomène se traduit par une difficulté d’éjaculation chez les hommes pendant les rapports sexuels. Les facteurs l’engendrant peuvent être, à la fois internes et externes à l’individu. Quels sont les causes et traitements du défaut d’éjaculation pendant les rapports sexuels ?

Qu’est-ce que l’anéjaculation ?

L’anéjaculation est un trouble sexuel masculin, qui se manifeste par une incapacité ou une impossibilité à éjaculer. Il peut se manifester de différentes manières, et implique l’infertilité de l’homme.

En effet, ce rare phénomène est caractérisé par une absence de sperme dans l’urètre. Par conséquent, aucun sperme n’est émis, même après l’orgasme ou à la fin des rapports sexuels.

Ce trouble peut exister chez l’individu depuis la puberté. Il peut aussi apparaître suite à un évènement traumatisant ou un traumatisme. Dans le premier cas, il est catégorisé comme étant primaire. Dans le second cas, il s’agit de l’anéjaculation secondaire.

Quels sont les différents types d’anéjaculation ?

L’anéjaculation se présente sous différentes formes chez les patients. Ces différentes formes sont : l’anéjaculation orgasmique, l’éjaculation rétrograde et l’anéjaculation sans orgasme encore appelée l’éjaculation asthénique.

L’anéjaculation orgasmique

Encore appelée orgasme sec ou orgasme sans éjaculation, cette forme d’anéjaculation est caractérisée par une absence d’éjaculation après l’orgasme. Dans ce cas, il est aussi remarqué une absence d’éjaculation dans n’importe quelle circonstance d’excitation. Toutefois, il peut y avoir une toute petite émission de sperme, inférieure à 0,5 millilitre.

L’éjaculation rétrograde

Ce type d’anéjaculation implique un refoulement du sperme lors de l’orgasme. En effet, au moment où l’éjaculation doit se produire, le sperme est reconduit dans la vessie.

L’anéjaculation sans orgasme

Cette forme est encore appelée l’éjaculation asthénique. Elle n’engendre ni éjaculation ni orgasme. Cependant, dans des cas rares, certaines personnes peuvent éjaculer uniquement lorsqu’elles se masturbent. Toutefois, il s’agit le plus souvent d’un petit écoulement du sperme.

Quelles sont les causes de l’anéjaculation ?

L’anéjaculation peut être causée par divers facteurs. Il s’agit de facteurs pathologiques, psychologiques, toxiques et organiques.

Les causes pathologiques

Les raisons pathologiques liées à l’anéjaculation sont entre autres :

  • Un cancer de la prostate empêchant la production de sperme ;
  • Une atteinte des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux ;
  • Des troubles mentaux qui agissent sur la capacité d’éjaculation ;
  • Des affections altérant les nerfs du pénis comme la sclérose en plaques ;
  • Une neuropathie diabétique ;
  • Une lésion du sphincter de la vessie, du col des vésicules qui entraîne un déversement du sperme dans la vessie ;
  • Une sténose urétrale qui consiste en un amincissement du conduit du sperme.

Un traumatisme de la moelle épinière et des maladies congénitales rares, peuvent aussi conduire à une absence d’éjaculation.

Les causes psychologiques

Les facteurs psychologiques qui entraînent l’anéjaculation sont :

  • Les troubles d’anxiété ;
  • Les troubles de culpabilité, de honte, de dégoût et de peur qui conduisent à une baisse de libido ;
  • La réticence inconsciente afin de satisfaire son partenaire ;
  • L’addiction aux sites pornographiques qui amène les hommes à éjaculer uniquement devant une vidéo pornographique. Elle conduit donc à une anéjaculation lors des rapports sexuels ;
  • La préférence de certains critères physiques (type de corps, longueur des jambes) et de certaines pratiques sexuelles du partenaire ;
  • La faible excitation.

Un refus psychologique de ne pas vouloir d’enfant et une maîtrise régulière de son éjaculation sont aussi des facteurs psychologiques du troubles.

Les causes toxiques

Parmi les causes toxiques de l’anéjaculation, il y a :

  • La consommation excessive du tabac ;
  • La prise régulière des drogues ou d’autres stimulants ;
  • L’alcoolisme ;
  • La consommation démesurée des antidépresseurs, des antipsychotiques et des antihypertenseurs.

En effet, les antipsychotiques et les antidépresseurs diminuent l’excitation et l’orgasme.

Les causes organiques

En ce qui concerne les causes organiques, elles sont directement en rapport avec les organes ou les systèmes de l’individu. Dans ce cas, l’anéjaculation provient :

  • D’un dysfonctionnement des organes génitaux, qui conduit à l’absence de sperme ;
  • D’un défaut des canaux de propulsion du sperme ;
  • D’une anomalie de la voie d’excrétion ;
  • D’une ablation de la prostate ;
  • D’une hypothyroïdie qui est une insuffisance de la sécrétion de la thyroïde ;
  • D’une destruction des canaux éjaculateurs.

Quels sont les symptômes de l’anéjaculation ?

L’anéjaculation présente des signes assez similaires à d’autres troubles d’éjaculation. Elle peut donc être confondue à l’éjaculation précoce ou invisible.

En effet, dans l’anéjaculation, le patient gère le rapport sexuel jusqu’au moment de l’orgasme et se retrouve dans l’incapacité d’éjaculer. Il est donc remarqué une absence répétée d’éjaculation, malgré une forte excitation et un orgasme.

Par ailleurs, l’éjaculation trop tôt dite précoce, qui peut passer inaperçue et l’éjaculation non visible ne sont pas une anéjaculation. Il est donc très important d’effectuer une consultation médicale en cas de trouble d’éjaculation, pour être situé.

Comment se fait le diagnostic de l’anéjaculation ?

Le diagnostic de l’anéjaculation est basé sur un examen clinique effectué par un médecin-sexologue. Certaines analyses biomédicales peuvent également être nécessaires. L’examen clinique repose en premier lieu sur des questions posées au patient, afin de détecter s’il s’agit de cette pathologie.

Ces questions tournent principalement autour des antécédents médicaux et pathologiques du sujet. Il s’agit :

  • Des antécédents du patient impliquant une chirurgie abdominale ou pelvienne ;
  • Des antécédents de tout type de diabète ;
  • Des antécédents de pathologies neurologiques ;
  • De la présence de maladies urogénitales ou d’anomalies lors de la miction ;
  • De la capacité du patient à atteindre l’orgasme et à éjaculer.

Suite à ces questions, il faut un examen des organes génitaux externes et un toucher rectal. Ensuite, il est effectué une vérification de la sensibilité du périnée et des testicules. Enfin, il est procédé à une recherche d’éventuelles anomalies hormonales.

Après l’examen clinique, des analyses supplémentaires doivent être effectuées pour mieux détecter le mal. Ainsi, il est effectué généralement, une urinoculture pour vérifier l’absence effective de sperme dans les urines.

Il faut préciser que l’urinoculture doit être réalisée par un prélèvement d’urine fraîchement émis, après le rapport sexuel. Cela permet d’exclure ou de confirmer les cas d’éjaculation rétrograde où le sperme est acheminé vers la vessie.

Quels sont les traitements adaptés à l’anéjaculation ?

Les traitements de l’anéjaculation varient en fonction de l’origine du trouble.

Traitement de l’anéjaculation d’origine pathologique

Lorsqu’il s’agit d’une origine pathologique, celle-ci doit être d’abord traitée pour que le patient guérisse de l’anéjaculation. Ainsi, un traitement à base de testostérone ou un protocole chirurgical peut être recommandé selon le cas.

Traitement de l’anéjaculation d’origine psychologique

Lorsque les causes de l’anéjaculation sont psychologiques, le traitement est axé sur une sexothérapie et la stimulation vibratoire. Il peut également être basé sur l’hypnose ou une thérapie comportementale et cognitive, suivie de séances de relaxation. Elle est effectuée avec une psychothérapeute et est très efficace pour traiter ce type de trouble de l’éjaculation.

Aussi, ces thérapies peuvent-elles être accompagnées d’un traitement antirétroviral. Le traitement antirétroviral permet au patient de se relâcher lors des rapports sexuels.

De plus, l’électroéjaculation peut être utilisée, surtout quand le patient a des projets de conception. Il s’agit d’une technique qui permet de stimuler la prostate par une électrode, afin d’obtenir une éjaculation.

Traitement de l’anéjaculation suite à la prise de produit toxique

En ce qui concerne le traitement de l’anéjaculation d’origine toxique, il est conseillé :

  • D’éviter la consommation excessive de l’alcool, des drogues ou d’autres stimulants ;
  • D’arrêter ou de modérer la prise de certains médicaments pouvant être à l’origine du trouble.

Autrement dit, il faut identifier le produit engendrant l’anéjaculation et stopper ou modérer sa consommation.

Traitement de l’anéjaculation d’origine organique

En ce qui concerne les causes liées au dysfonctionnement des organes génitaux, il faut apporter les soins nécessaires à l’organe concerné. À cet effet, le traitement peut se faire par la prise d’hormones. Une intervention chirurgicale peut également être envisagée dans la mesure du possible. Cependant, il faut noter que l’anéjaculation survenue suite à une ablation de la prostate est irréversible.

Astuces pour renforcer les traitements de l’anéjaculation

Il est conseillé de pratiquer certaines astuces pour renforcer le traitement lié à l’anéjaculation. Il s’agit :

  • D’effectuer des activités relaxantes avant les rapports sexuels afin de réduire le stress ou l’anxiété ;
  • De communiquer avec sa partenaire des techniques sexuelles qui vous procurent une excitation intense ;
  • De réduire les séances de masturbation ;
  • De se relâcher lors des rapports sexuels avec sa partenaire.

Il est également recommandé de modérer la visualisation des vidéos pornographiques et d’effectuer un travail psychologique permettant de désirer davantage sa partenaire.   

Vous aimerez aussi :

Related Articles