Global Statistics

All countries
643,290,708
Confirmed
Updated on November 21, 2022 11:59 pm
All countries
621,043,526
Recovered
Updated on November 21, 2022 11:59 pm
All countries
6,626,895
Deaths
Updated on November 21, 2022 11:59 pm

Balanite : comment traiter l’infection du gland du pénis ?  

Les organes reproducteurs sont sujets à certaines pathologies. Parmi ces dernières, on distingue la balanite qui concerne particulièrement les hommes. Les facteurs à l’origine de cette maladie sont multiples. Heureusement, il existe de nombreuses formes de prise en charge. Outre le traitement, la prévention de cette maladie est également envisageable. Quelles sont les causes de la balanite et comment la traiter ?

Définition

La balanite désigne une affection inflammatoire (chronique ou aiguë) qui s’attaque au gland du pénis. Elle est qualifiée de chronique quand elle dure plus d’un mois. En revanche, lorsqu’elle dure moins d’un mois, on parle de balanite aiguë. Cependant, quand l’homme n’est pas circoncis, cette maladie s’attaque non seulement au gland, mais aussi au prépuce : on parle de balanoposthite.

Causes de la balanite

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une balanite. Cependant, les causes sous-jacentes varient en fonction de la nature de l’affection.

Causes de la balanite aiguë

La balanite aiguë est généralement d’origine infectieuse :

  • Candidose ;
  • Infection bactérienne ;
  • Chancre mou ;
  • Pathologie parasitaire ;
  • Affection de la peau ;
  • Inflammation de l’urètre ;
  • Syphilis.

Des allergies au latex peuvent également entraîner le développement de cette maladie inflammatoire. Quand celles-ci représentent la véritable cause de la balanite chez un patient, elles provoquent une irritation locale. Sans le savoir, l’individu infecté peut tomber dans un excès d’hygiène. Cet excès peut faire accroître l’irritation. Il faut noter que les balanites provoquées par une maladie sexuellement transmissible sont très rares.

Causes de la balanite chronique

Quant à la balanite chronique, ses causes sont variées. Elles peuvent d’être d’origine non infectieuse ou tumorale :

  • Lichen scléro-atrophique ;
  • Inflammation d’une région cutanée où la densité des glandes sébacées est très élevée (dermite séborrhéique) ;
  • Affection chronique de la peau (psoriasis par exemple) ;
  • Contact avec des agents irritants ;
  • Tumeur de la peau (maladie de Bowen par exemple) ;
  • Erythroplasie de Queyrat.

Lorsque le lichen scléro-atrophique est à l’origine de la balanite, on remarque une rétraction de l’anneau préputial. Celle-ci s’accompagne d’une difficulté à dégager le prépuce.

En absence de prise en charge, la balanite peut engendrer une inflammation de la petite peau qui recouvre le pénis. Elle peut aussi provoquer un phimosis ou un paraphimosis.

Symptômes de la balanite

Les symptômes de cette maladie inflammatoire surviennent généralement deux à trois jours après un rapport sexuel. Les premiers signes visibles sont le gonflement et l’inflammation du pénis. On assiste ensuite à l’apparition de lésions superficielles. L’aspect de celles-ci varie selon la cause de la balanite. On peut constater :

  • L’apparition de taches de couleur rouges ou blanches ;
  • Des érythèmes ;
  • L’apparition de légères fissures ou encore ;
  • Des érosions à la surface de la muqueuse.

Aussi, la balanite peut entraîner la manifestation de douleurs et de démangeaisons au niveau du pénis. En outre, elle peut se caractériser par une irritation, une hausse pathologique du volume des ganglions (localisés dans l’aine). On constate aussi des écoulements anormaux au niveau du pénis (plus précisément la région du prépuce).

Balanite : diagnostic de la maladie

Il n’est pas facile de poser le diagnostic de la balanite. En effet, toutes formes de pathologies de la peau, des affections irritatives, des maladies sexuellement transmissibles ou des affections allergiques peuvent attaquer le gland du pénis.

Quand des signes d’inflammation apparaissent, aucune crème ne doit être appliquée sur le gland sans avis médical. L’utilisation de certains produits antifongiques ou antiseptiques peut aggraver les irritations, et de ce fait, biaiser le diagnostic de la maladie.

Cependant, si le patient n’envisage pas de se rendre de si tôt au soin, il peut appliquer une crème émolliente à l’oxyde de zinc. Pour diagnostiquer une balanite aiguë, le médecin procède à un prélèvement dans la peau du gland. Celui-ci lui permettra d’identifier le champignon ou la bactérie en cause. Quand le patient est un jeune ou un adolescent, le médecin réalise très souvent un bilan MST. Il peut effectuer une biopsie dès qu’il s’agit d’une balanite chronique. Celle-ci permet de rechercher une éventuelle tumeur.

Prévention de la balanite

Pour limiter les symptômes de cette maladie inflammatoire, il existe quelques habitudes quotidiennes simples que l’on peut adopter.

Avoir une bonne hygiène de vie

En premier lieu, avoir une bonne hygiène de vie peut être déterminant dans la prévention de la balanite. Cela implique un entretien régulier du pénis (gland et prépuce). Les produits ou savons antiseptiques sont à éviter. Comme alternative, il est possible d’utiliser des savons neutres afin de limiter les irritations. Outre l’utilisation des savons neutres, il est conseillé de porter des sous-vêtements pour limiter le risque de frottements. À cet effet, les sous-vêtements en matière synthétique ne doivent pas être utilisés, car ils peuvent favoriser la transpiration.

Limiter les contacts avec certains allergènes

Outre la bonne hygiène, il est également recommandé d’éviter tout contact avec les allergènes. En effet, l’inflammation du prépuce ou du gland peut être provoquée par une allergie. Pour ce fait, le contact avec les allergènes est à éviter afin d’éviter le déclenchement local d’une réaction allergique.

L’utilisation des déodorants, des parfums, des crèmes corporelles, des lotions, de même que celle des détergents est à bannir. Les allergènes peuvent être également présents au niveau des latex de préservatif ou des sous-vêtements.

Avoir une alimentation saine

Enfin, adopter une alimentation saine et équilibrée pourrait être efficace dans la prévention de l’inflammation du prépuce ou du gland. Ce mode de vie préserve par exemple l’organisme contre la candidose qui est une cause de la balanite. Toujours dans le cadre de la prévention de cetteaffection, il est recommandé de limiter la consommation du sucre. Outre le sucre, les aliments fermentés et les levures doivent être éliminés de l’alimentation, de même que la viande rouge. Les substances psychoactives, les produits laitiers sont également à éviter, car ils constituent des facteurs de risque de la candidose.

Traitement de la balanite

La prise en charge de cette maladie inflammatoire tient compte du facteur en cause. Par exemple, si la balanite est d’origine infectieuse, le médecin peut prescrire des antibiotiques au patient. Outre la prise en charge médicale, il est possible de traiter cette pathologie inflammatoire à partir de quelques remèdes naturels. La prise en charge naturelle se fait aussi selon la pathologie en cause. Ainsi, dans le cas de la gale, l’herpès ou le lichen plan (comme cause sous-jacente), le traitement varie.

La gale

Il existe de nombreux remèdes naturels efficaces dans le traitement de la gale. Après des études, certains chercheurs affirment que l’utilisation de l’huile de neem issue des graines de margousier pourrait être efficace dans le traitement de la gale. En effet, cette huile a des propriétés antiparasitaires. Elle est très efficace dans le traitement des affections dermatologiques.

Outre l’huile de neem, il est possible de recourir à l’utilisation de l’huile de clou de girofle pour traiter la balanite. Elle contient de l’eugénol. Cette substance est efficace dans l’élimination des sarcoptes de la gale. Pour l’utiliser, il faut la diluer avec de l’huile végétale. Ensuite, le mélange pourra être appliqué au niveau de la région affectée. L’application doit se faire à travers un massage. Une heure après, la partie massée doit être nettoyée avec de l’eau tiède. Ce traitement dure 5 jours et l’application doit se faire une fois par jour.

Par ailleurs, l’utilisation de ces deux types d’huiles (huile de neem et huile de clou de girofle) doit se faire avec réserve, car il n’existe pas encore des essais cliniques pouvant attester leurs efficacités.

Lichen plan

Lorsque la balanite est provoquée par un lichen plan, il est possible d’utiliser de l’acitrétine. Dérivé de la vitamine A, l’efficacité de ce remède naturel a été testée lors d’une étude. Lors de cette étude, 20 milligrammes d’acitrétine ont été administrés à des sujets atteints de lichen sur une durée de 12 semaines. Au terme de ce délai, les médecins ont noté la guérison totale des lésions cutanées. L’utilisation de l’acitrétine n’a entraîné aucun effet secondaire.

En outre, l’utilisation de l’aloe verra est possible dans le traitement de la balanite. D’après les résultats de certaines expériences, l’application d’un gel à base de l’aloe verra sur des sujets atteints de lichen a permis d’atténuer les symptômes de la maladie et de soulager les douleurs.

Herpès

Plusieurs sources confirment l’efficacité de l’aloès dans le traitement de l’herpès génital. Le traitement consiste à appliquer une crème à base de l’aloès sur un intervalle de cinq jours au niveau de la région touchée.

Tout comme l’aloès, la propolis permet de traiter l’herpès. Elle atténue les symptômes de la maladie. Pour son utilisation, il est recommandé d’appliquer une pommade à base de propolis 4 fois par jour. Par ailleurs, en absence d’amélioration après 10 jours d’utilisation, le traitement doit être arrêté.

Vous aimerez aussi :

Related Articles