Global Statistics

All countries
695,327,438
Confirmed
Updated on September 16, 2023 12:34 am
All countries
626,645,771
Recovered
Updated on September 16, 2023 12:34 am
All countries
6,915,706
Deaths
Updated on September 16, 2023 12:34 am

Bilirubine : définition, dosage sanguin et interprétation des résultats

L’hémoglobine, protéine présente dans les hématies, s’occupe du transport de l’oxygène dans l’organisme. Lorsque ceux-ci sont dégradés, elle est transformée en différents pigments, dont la bilirubine. Cette dernière joue un rôle important dans la détoxification du foie, la neutralisation des radicaux libres et le transport des graisses. Zoom dans cet article sur la  bilirubine, ses différents types et ses dosages.

Définition de la Bilirubine

La bilirubine est un pigment jaune, issu du processus de dégradation des hématies, dans le foie. Dans l’organisme, ces derniers ont une espérance de vie limitée. Ils sont principalement dégradés au niveau de la rate et du foie. Cette dégradation engendre une décomposition de l’hémoglobine en biliverdine, laquelle est ensuite convertie en bilirubine.

La bilirubine produite doit être transportée dans le sang pour être éliminée du corps. Durant son transport, elle est captée par les cellules hépatiques (hépatocytes), par un processus de captation récepteur-dépendant. Elle pénètre alors dans les hépatocytes, où elle subit un processus de conjugaison, qui lui permet de passer de bilirubine indirecte à bilirubine directe.

Ensuite, la bilirubine directe est excrétée dans la bile, puis stockée dans la vésicule biliaire. Par la suite, la bile est libérée dans l’intestin grêle, où la bilirubine est éliminée du corps à travers les selles. Une petite partie de la bilirubine est réabsorbée dans l’intestin, puis retourne dans le foie, où elle peut être de nouveau excrétée dans la bile.

Les différents types de Bilirubine

On distingue plusieurs types de bilirubine, qui sont classés en fonction de leur état chimique et de leur solubilité. Les principaux types de bilirubine sont, entre autres, la bilirubine directe et celle indirecte.

Bilirubine indirecte (ou non conjuguée)

La bilirubine indirecte est celle qui est produite durant la dégradation des hématies. Elle est aussi connue pour être insoluble dans l’eau. Elle est généralement transportée dans le sang sous cette forme, jusqu’au foie où elle est transformée en bilirubine directe.

Bilirubine directe (ou conjuguée)

Après être passée dans le foie, la bilirubine indirecte est convertie en bilirubine directe, grâce à une réaction chimique appelée conjugaison. La bilirubine directe est soluble dans l’eau et peut être excrétée dans la bile, pour être éliminée du corps par le biais des selles.

Indications d’un dosage de la bilirubine

Un dosage de la bilirubine peut être prescrit pour plusieurs raisons médicales, notamment :

  • Une évaluation de la fonction hépatique ;
  • Un dépistage de maladies génétiques ;
  • La détection d’une jaunisse (ictère) ;
  • Une évaluation des obstructions biliaires ;
  • La surveillance d’un traitement.

Par ailleurs, la décision de prescrire un dosage de la bilirubine dépend du contexte médical et des symptômes du patient.

Évaluation de la fonction hépatique

Le métabolisme de la bilirubine a principalement lieu dans le foie. Par conséquent, un dosage de celle-ci peut être effectué pour permettre une analyse de la fonction hépatique. En d’autres termes, un dosage de la bilirubine peut être indiqué pour surveiller l’évolution de la fonction hépatique au fil du temps.

Détection d’une jaunisse (ictère)

La jaunisse désigne une coloration jaune des yeux et de la peau, due à une accumulation excessive de bilirubine au niveau des tissus et dans le sang. Un dosage de la bilirubine peut donc être prescrit pour déterminer si la jaunisse est d’origine hépatique ou hémolytique. Cela peut ainsi aider à orienter le diagnostic et à instaurer le traitement approprié.

Surveillance d’un traitement

En cas de traitement de certains troubles hépatiques, un dosage régulier de la bilirubine peut être prescrit. À ce niveau, il va permettre un contrôle de l’efficacité du traitement, puis un ajustement des médicaments ou des interventions en conséquence.

Évaluation des obstructions biliaires

Les obstructions dans les voies biliaires peuvent occasionner une accumulation de bilirubine dans le sang. De ce fait, un dosage de celle-ci peut être pratiqué, en vue de permettre l’identification d’une obstruction biliaire, ainsi que sa cause.

Dépistage de maladies génétiques

Certains troubles génétiques sont associés à des anomalies dans le métabolisme de la bilirubine. Un dosage de cette dernière peut donc être effectué pour permettre le dépistage de ces pathologies génétiques.

Dosage sanguin de la bilirubine

Le dosage sanguin de la bilirubine est un test de laboratoire couramment pratiqué pour la mesure des niveaux de bilirubine dans le sang. Il est habituellement précédé par la préparation du patient, le prélèvement sanguin, puis le traitement de l’échantillon.

Préparation du patient

Le patient reste généralement à jeun, pendant plusieurs heures avant le prélèvement sanguin, selon les instructions du médecin traitant.

Prélèvement sanguin

Grâce à une aiguille stérile, le sang du patient est prélevé au niveau de sa veine. Le plus souvent, celle se situant au niveau du bras est la plus sollicitée.

Traitement de l’échantillon

Le sang prélevé est traité en laboratoire pour favoriser une séparation du sérum ou du plasma. Ainsi, la bilirubine sera mesurée aisément.

Dosage de la bilirubine

Différentes méthodes de dosage peuvent être utilisées, pour permettre une détermination des taux de bilirubine (directe et indirecte) dans le sérum ou le plasma.

Les résultats du dosage de la bilirubine sont généralement exprimés en micromoles par litre (µmol/L) ou en milligrammes par décilitre (mg/dL).

L’interprétation des résultats du dosage de la bilirubine doit être effectuée par un médecin spécialiste qualifié. Ce critère est essentiel, car certains facteurs peuvent influencer les taux de bilirubine dans le sang. Par conséquent, seul un médecin professionnel peut évaluer, de manière appropriée, les résultats du dosage de la bilirubine, en tenant compte du contexte médical du patient.

Méthodes de dosage de la bilirubine

Il existe plusieurs méthodes de dosage de la bilirubine qui peuvent être classées en fonction de leur principe de mesure et de leur complexité technique. On peut donner l’exemple de la méthode de Van den Bergh ou celle de Jendrassik et Grof.

Méthode de Van den Bergh

Cette méthode est basée sur la capacité des sels biliaires à se lier à la bilirubine directe, pour former un complexe coloré. Une fois obtenu, ce dernier peut être mesuré à l’aide d’un spectrophotomètre.

Méthode de Jendrassik et Grof

La méthode de Jendrassik et Grof est similaire à la méthode de Van den Bergh. Cependant, contrairement à la méthode de Van den Bergh, elle utilise du méthanol pour précipiter les protéines du sérum. Cela permet l’élimination de l’interférence de certains composants sanguins.

Méthode de Malloy et Evelyn

La méthode de Malloy et Evelyn est basée sur l’oxydation de la bilirubine directe, par un réactif oxydant. Ce dernier produit un chromophore bleu vert, qui peut être mesuré à l’aide d’un spectrophotomètre.

Méthode de HPLC

Effectuée avec des instruments plus spécifiques, la méthode de HPLC est bien plus complexe que les méthodes précédentes. Elle permet une séparation des différentes formes de bilirubine, en fonction de leur polarité. Ainsi, les taux de chaque type de bilirubine peuvent être mesurés, de façon précise.

Chacune de ces méthodes présente des désavantages et profits, en termes de sensibilité, de spécificité, de coût, et de complexité technique. Le choix de la méthode de dosage dépend donc des objectifs cliniques, de la disponibilité des équipements et des réactifs, puis des préférences du médecin.

Taux de bilirubine indirecte élevé

Un taux élevé de bilirubine indirecte peut indiquer un dysfonctionnement du métabolisme de la bilirubine dans l’organisme. Divers facteurs peuvent être responsables de ce dysfonctionnement :

  • Une hémolyse : lorsque les globules rouges se dégradent de manière excessive, par exemple en cas d’hémolyse aiguë ou chronique, cela déclenche une libération accrue de bilirubine dans la circulation sanguine. Il s’en déduit une augmentation de la bilirubine indirecte ;
  • Le syndrome de Gilbert : le syndrome de Gilbert est une pathologie héréditaire bénigne, qui affecte le métabolisme de la bilirubine dans le foie. Les personnes atteintes de ce syndrome subissent une chute de l’activité de la glucuronyltransférase (responsable du processus de conjugaison de la bilirubine). Cela entraîne une accumulation de bilirubine indirecte dans le sang ;
  • Le syndrome de Crigler-Najjar : le syndrome de Crigler-Najjar est un trouble rare et grave, qui se traduit par une absence totale ou quasi totale de l’enzyme glucuronyltransférase. On assiste alors à une importante accumulation de bilirubine indirecte (non conjuguée) dans le sang. Il existe deux types de syndromes de Crigler-Najjar, avec des niveaux de bilirubine et des symptômes variables.

En outre, on peut parler des médicaments ou toxines. En effet, certains médicaments ou toxines peuvent interférer avec le métabolisme de la bilirubine dans le foie. Il en découle une accumulation de bilirubine indirecte dans le sang. Cela se produit surtout avec les médicaments dédiés au traitement de l’hypertension artérielle ou des troubles infectieux.

Valeurs normales de bilirubine

Les valeurs normales de bilirubine dans l’organisme varient en fonction de l’âge et du sexe. Toutefois, dans la plupart des cas, elles correspondent à :

  • Bilirubine totale : 0,3 à 1,9 mg/dL (5 à 32 µmol/L) ;
  • Bilirubine directe (ou conjuguée) : jusqu’à 0,3 mg/dL (5 µmol/L) ;
  • Bilirubine indirecte (ou non conjuguée) : jusqu’à 1,6 mg/dL (27 µmol/L).

Par ailleurs, il faudrait notifier que ces taux référentiels peuvent légèrement différer d’un laboratoire d’étude à l’autre. Il est donc essentiel de se référer aux valeurs de référence spécifiques fournies par le laboratoire, où les tests ont été effectués.

Taux de bilirubine conjuguée élevé

Un taux élevé de bilirubine conjuguée dans le sang peut indiquer la présence d’une cholestase, d’une hépatite ou d’un syndrome de Dubin-Johnson.

Cholestase

La cholestase est une pathologie caractérisée par un arrêt ou une chute du flux biliaire. Cela peut induire une accumulation de bilirubine conjuguée (directe) dans le sang. La cholestase peut être secondaire à diverses affections hépatiques ou biliaires (calculs biliaires, les infections, les tumeurs, la cirrhose).

Hépatite

L’hépatite est une inflammation du foie, qui peut occasionner une perturbation du métabolisme de la bilirubine. Les hépatites d’origine virale, toxique ou auto-immune peuvent entraîner une augmentation de la bilirubine conjuguée dans le sang.

Syndrome de Dubin-Johnson

Le syndrome de Dubin-Johnson est un trouble rare et héréditaire. Il se caractérise par une diminution de la capacité du foie à excréter la bilirubine conjuguée dans la bile. Ce dysfonctionnement du foie provoque alors une accumulation de bilirubine conjuguée dans le sang.

Vous aimerez aussi :

Related Articles