Global Statistics

All countries
623,891,251
Confirmed
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
602,590,214
Recovered
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 2:44 pm

Boule au poignet : causes et traitements

La boule au poignet est une enflure sous-cutanée, qui apparaît généralement au niveau des articulations. Elle est, le plus souvent, remplie d’un liquide visqueux et diaphane. Bien qu’elle soit inoffensive et bénigne, il est important de très tôt la soigner pour éviter d’éventuelles complications. Quelles sont donc les causes de la boule au poignet ? Comment se manifeste-t-elle ? Quelles sont ses conséquences sur la santé et quels sont les traitements possibles ?

La boule au poignet : qu’est-ce que c’est ?

Encore appelée le kyste synovial du poignet, la boule au poignet est une poche qui contient un liquide visqueux, gélatineux et assez transparent appelé : le liquide synovial. Elle se développe généralement dans les tissus et organes du corps, notamment au niveau des articulations. Il faut noter cependant que, cette bosse ou cette grosseur qui se développe au niveau de l’articulation du poignet n’est pas cancéreuse.

La plupart du temps, elle disparaît d’elle-même et de façon spontanée. Lorsqu’une boule ne disparaît pas spontanément, il est important de consulter un médecin pour une prise en charge ou un traitement efficace. Autrement, elle pourrait s’avérer douloureuse lorsqu’elle touche un nerf.

Le kyste synovial, de façon générale, peut également se loger au niveau des doigts, du pied, des genoux, des coudes, de la cheville, de la colonne vertébrale et même de la hanche. Il apparaît le plus souvent, chez des personnes ayant entre 20 et 30 ans. Cependant, il peut apparaitre à tout âge, et se manifester aussi bien chez l’homme que chez la femme.

Quels sont les symptômes de la boule au poignet ?

La boule au poignet survient généralement sans fondement particulier. Le patient qui en souffre constatera l’apparition d’un gonflement cutané au niveau de son articulation. Cette tuméfaction sphérique prend de volume de façon progressive, et ce sur plusieurs mois. Son volume étant assez variable, la boule au poignet peut mesurer entre quelques millimètres de diamètre et plusieurs centimètres.

La boule au poignet, remplie du liquide synovial, peut ne pas être douloureuse. D’ailleurs, elle demeure assez souple et ferme, indolore et bénigne au simple toucher. Néanmoins, elle peut être source de gêne et de douleurs, suite à une exploitation ou une sollicitation excessive de l’endroit infecté. Du coup, certains mouvements de la main deviennent exigeants et difficiles.

Quelles sont les causes de la boule au poignet ?

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la boule au poignet chez une personne. En effet, cette enflure au poignet est souvent la cause d’un certain nombre de mouvements faits à l’excès ou de façon répétée, au niveau de l’articulation dudit poignet. On parlera donc d’une surexploitation ou d’une sur-sollicitation de l’articulation.

Par ailleurs, nous avons également comme cause, la dégénérescence ou le vieillissement, ou encore la faiblesse de la capsule de l’articulation. Il faut noter que ladite capsule est le tissu qui protège les articulations et favorise leur imperméabilité. Elle empêche justement la pénétration de liquides hostiles dans la zone articulaire.

En fait, les différents mouvements causent une défaillance au niveau de la capsule. Cela permet donc au liquide articulaire de pénétrer la zone de faiblesse et de s’y engouffrer. Il forme ainsi une poche de liquide visqueux ou une boule.

Comment diagnostiquer la boule au poignet ?

Le diagnostic de la boule au poignet peut se faire sur plusieurs plans, et prend d’ailleurs en compte un certain nombre de paramètres, aussi variés les uns que les autres.

Faire un examen clinique

Lorsque l’on constate l’apparition d’une enflure au poignet, il est recommandé de procéder à un examen clinique. Cette consultation du médecin traitant permet dans un premier temps de vérifier la nature de la boule. L’examen est généralement précédé d’une série de questions posées au patient, pour évaluer les différents symptômes, afin d’éliminer d’éventuelles causes.

Opter pour la radiographie

Lorsque les résultats de l’examen clinique confirment qu’il s’agit bel et bien d’un kyste synovial, il est important d’opter pour une radiographie. Il s’agit d’un examen d’imagerie médicale très poussé, qui permettra de localiser le kyste et de préciser sa nature.

Elle devra être faite de façon systématique, pour s’assurer de l’absence d’éventuelles lésions au niveau des os. Ce type d’examen permettra également de vérifier le caractère offensif ou non de la boule au poignet.

Envisager une IRM

Si les résultats des examens pour le kyste arthro-synovial sont négatifs et que les douleurs au poignet sont de plus en plus persistantes, il est conseillé de procéder à une IRM. En effet, l’Imagerie par Résonance Magnétique est aussi un examen d’imagerie médicale plus performant que le premier.

Elle peut favoriser la détection d’un kyste, même s’il est de très petite taille et en phase d’embryon. Il s’agit d’un examen à envisager, lorsque l’on est en présence d’un cas de kyste assez particulier et polémique.

Comment traiter la boule au poignet ?

Le traitement de la boule au poignet dépend généralement de son caractère douloureux ou non. Lorsqu’elle est indolore et ne constitue pas une entrave aux différents mouvements du malade, aucun traitement n’est envisagé. Dans ce cas justement, il est mis en place une surveillance médicale pour suivre la progression de la boule. Dans la majorité des cas, elle disparaît au bout de quelque temps.

Lorsque la boule au poignet est douloureuse, des traitements peuvent être envisagés. Ils se font selon plusieurs méthodes ; des plus simples et naturelles aux plus complexes.

Application de crème à l’arnica

Cette méthode fait partie des traitements naturels de la boule au poignet. Elle consiste à appliquer une crème à l’arnica sur la partie infectée de l’articulation. Rappelons que cette option est envisageable lorsque le kyste est douloureux. Bien que la crème ne permette pas de réduire la taille de la boule, elle contribue à apaiser de façon considérable la douleur ressentie par la personne infectée.

Appliquer le froid sur la boule au poignet

Il faut dire, en effet, que le froid est un allié efficace contre la boule au poignet. En plus de contribuer à l’apaisement de la douleur, il participe à une réduction du gonflement. Ceci, en agissant sur les vaisseaux sanguins et sur le drainage des veines et des lymphatiques.

Il est donc possible d’appliquer de la glace ou une matière gelée, enroulée dans un tissu propre sur la boule au poignet. Cette opération peut être reprise plusieurs fois dans la journée, pour optimiser l’effet de la glace sur la boule.

Utiliser des huiles pour traiter la boule au poignet

Il existe plusieurs solutions faites à base d’huiles qui peuvent s’avérer efficaces dans le traitement de la boule au poignet. Ces différentes huiles sont faites de constituants assez spécifiques, et sont destinées à être appliquées sur les articulations infectées. Il s’agit notamment de :

  • L’huile de Lentisque Pistachier qui, par sa composante, permet de drainer des liquides et de servir d’antidouleur ;
  • L’huile d’Eucalyptus au citron qui, par ses constituants, peut agir sur les causes et contribuer à réduire les dégâts tout en accélérant la guérison ;
  • L’huile de Menthe au poivre qui est un antalgique puissant. Elle élimine efficacement la douleur.

Un suivi médical

Le suivi médical est le premier traitement qu’un médecin peut proposer, lorsqu’il s’agit de soigner une boule au poignet. Ce suivi est fait suivant des phases bien précises :

  • Immobiliser l’articulation

Cette immobilisation se fait sur une période donnée, à l’aide d’une attelle. Elle a pour objectif de faire cesser toutes les sollicitations de l’articulation du poignet, pour faire partir la douleur. Elle permet aussi d’évaluer l’évolution ou non de la boule pendant encore quelque temps. En optant pour l’immobilisation, le patient met l’articulation au repos et contribue à sa résorption.

  • Écraser la boule au poignet

Il s’agit de la méthode d’écrasement du kyste synovial. Elle consiste à éclater ou à briser la boule en la pressant avec la main, une pièce de monnaie ou avec un objet épais. Cette méthode de pression peut favoriser une guérison partielle, allant jusqu’à un taux estimé à 30 %.

  • Faire une ponction avec de l’argile verte

Cette méthode est la dernière dans le processus de suivi médical pour le traitement d’une boule au poignet. Elle a pour objectif de procéder à l’aspiration du liquide visqueux contenu dans la boule, en utilisant de l’argile verte. Imbue de silicates, l’argile verte est un remède naturel spécifique pour prendre en charge et guérir la boule au poignet. Ses vertus lui permettent d’absorber des liquides et des toxines du corps.

L’argile peut être utilisée de plusieurs manières. En effet le patient peut boire son eau ou son lait, pour se soulager. Mais la technique la plus efficace reste et demeure le cataplasme. Il faudra juste mélanger de la poudre d’argile dans un récipient non métallique avec de l’eau, pour obtenir une pâte lisse. Elle sera ensuite appliquée sur la partie infectée pendant une demi-heure.

Le patient a la possibilité de faire usage de plusieurs cataplasmes dans la journée, pour plus d’efficacité. Ce traitement peut être fait, aussi bien à la maison que dans un centre de santé. À l’hôpital, dans le but de faciliter la ponction et le retrait du liquide, il peut être injecté au patient de l’enzyme.

Une fois la ponction faite, des mesures sont prises pour éviter une apparition récurrente de cette boule sur le corps du patient. La mesure à laquelle on a le plus recours est l’injection de stéroïde au patient. Les constituants de ce liquide forment une sorte de barrière contre ce type de kyste dans l’organisme.

  • Faire de l’ostéopathie

Il s’agit aussi d’une thérapie envisageable, pour soigner ce type de trouble. Elle est souvent indiquée dans le traitement des troubles ayant rapport avec les articulations. Faisant appel à plusieurs techniques, sa mise en œuvre exige une restriction de la mobilité, en vue de lever les contraintes qui entravent les articulations.

L’ostéopathie contribue à accélérer la mobilité des segments et des articulations du corps, tout en mettant fin aux tensions qui empêchent leur bon fonctionnement. Par ailleurs, la technique de l’ostéopathie favorise une meilleure circulation, en ce sens qu’elle procède à la recherche des points conflictuels qui agissent sur les différents vaisseaux.

Elle est donc une technique efficace qui aide à gérer la douleur. Elle peut s’avérer très utile dans le traitement et la prévention de boule au poignet.

Procéder au retrait du kyste grâce à la chirurgie

Lorsque le suivi médical échoue, il est indiqué de penser à un traitement plus rationnel. Ledit traitement va s’imposer, surtout lorsque les douleurs sont persistantes, et constituent une entrave majeure aux occupations quotidiennes du patient.

Il est question en fait d’une opération chirurgicale, qui a pour objectif de retirer complètement le kyste. Pour réussir convenablement cette opération, il est important de procéder de deux manières.

Une chirurgie à ciel ouvert

Le chirurgien, par le biais de cette opération, devra procéder à une incision en regard de la boule au poignet. Une telle procédure pourra permettre le retrait complet du kyste synovial au poignet.

Une chirurgie mini-invasive

Puisqu’il s’agit d’un kyste arthro-synovial du poignet, il sera procédé à une arthroscopie du poignet. Il s’agit d’une stratégie consistant à faire usage d’incisions assez minimes sur la partie infectée.

L’arthroscopie a pour visée, l’introduction d’une petite caméra dans le poignet. Cela permet donc une résection du kyste, depuis l’intérieur des parois articulaires. Une telle méthode est surtout utile lorsque la boule au poignet est de très petite taille. On parle d’un kyste occulte.

Il est indispensable de prendre certaines dispositions avant la tenue de ces opérations chirurgicales. En effet, elles devront se dérouler en ambulatoire et sous anesthésie locorégionale. Après les opérations chirurgicales, il est inutile d’immobiliser le poignet ou de penser à une quelconque rééducation.

Cependant, le patient pourrait ressentir des douleurs dans ses différentes articulations du poignet, pendant quelques mois. C’est la raison pour laquelle, quelques jours de kinésithérapie pourraient accélérer la guérison complète du poignet. Il est important de noter que la probabilité pour que la boule au poignet resurgisse après une opération chirurgicale, est de 15 % en 24mois.

Au demeurant, procéder à la chirurgie de la boule au poignet permet de :

  • Récupérer rapidement et en un temps record ;
  • Retrouver la mobilité de son poignet ;
  • Faire disparaître les cicatrices non esthétiques auparavant visibles sur le poignet.

La chirurgie permet également de ne pas connaître des complications après opération ou après guérison.

Vous aimerez aussi :

Related Articles