Global Statistics

All countries
648,392,672
Confirmed
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
624,678,103
Recovered
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
6,642,169
Deaths
Updated on December 2, 2022 2:06 am

Bradykinésie : causes, symptômes et traitements

La bradykinésie est une altération de la capacité à déplacer volontairement le corps humain. En plus de limiter les mouvements, elle diminue également les performances dans l’exécution des activités au quotidien. La bradykinésie peut toucher une partie ou l’ensemble du corps. Quelles sont ses causes, symptômes et traitements ?  

La bradykinésie : qu’est-ce que c’est ?

La bradykinésie est un ralentissement dans l’exécution de mouvements volontaires, sans aucun dysfonctionnement au niveau de la force musculaire. Ce symptôme apparaît graduellement, et peut se généraliser au point de créer une akinésie. Cette dernière est une incapacité totale à exécuter des mouvements.

La bradykinésie peut toucher aussi bien les membres que le visage. Même si elle est le plus souvent considérée comme un symptôme de la maladie de Parkinson, la bradykinésie peut également survenir, à la suite d’un AVC ou d’une tumeur au cerveau.   

Les causes de la bradykinésie

Certaines maladies provoquent un dysfonctionnement ou une dégénérescence des structures cérébrales et des neurones à dopamines. Celles-ci sont importantes pour la régulation du mouvement chez l’homme. Il s’en suit donc un ralentissement psychomoteur et le ralentissement, voire l’arrêt des activités motrices. L’une des plus connues est la maladie de Parkinson, et la bradykinésie est l’un de ses symptômes moteurs.     

Symptômes de la maladie de Parkinson – © Crédit : informationhospitaliere.com
Symptômes de la maladie de Parkinson – © Crédit : informationhospitaliere.com

La bradykinésie : les facteurs à risques

Il existe de nombreux facteurs de risques pour la bradykinésie. Le plus important est l’âge. En effet, à partir du 3ème âge notamment, on observe un risque important de dysfonctionnement des neurones. Des antécédents génétiques et des facteurs environnementaux peuvent également être à l’origine de l’apparition de la bradykinésie. Ce mal est aussi récurrent chez les personnes atteintes de schizophrénie, de troubles bipolaires, de la maladie de Parkinson, etc.

Bradykinésie : quels sont les symptômes ?

Comme l’akinésie, la bradykinésie est un mal qui s’installe progressivement. Une personne atteinte de bradykinésie se retrouve dans une situation où elle n’est plus en mesure d’exécuter un certain nombre de mouvements. Les symptômes les plus évocateurs de la bradykinésie sont :

  • Les difficultés liées à la motricité du visage ;
  • Les difficultés liées à la motricité des mains ;
  • L’hésitation dans la marche ;
  • Etc.

La bradykinésie est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, les personnes souffrant de la maladie de Parkinson perdent leur capacité à parler normalement.

Bradykinésie : le diagnostic de la maladie  

L’une des méthodes les plus courantes pour diagnostiquer la bradykinésie est, l’utilisation du test d’incoordination bradykinésie akinésie (en abrégé BRAIN test). L’examen dure en moyenne 60 secondes durant lesquelles, il est demandé au patient de taper frénétiquement sur des touches de clavier, en prenant le soin d’alterner les doigts. Le BRAIN test permet d’obtenir des scores qui renseignent les médecins sur le potentiel développement d’une bradykinésie chez un patient.  

Il existe également d’autres types de diagnostics tels que l’échelle MDS-UPDRS. Comme le BRAIN test, cet examen repose sur les résultats obtenus après l’évaluation de différents mouvements des doigts.

Comment traiter la bradykinésie ?

La médecine actuelle n’est pas en mesure de guérir des maux tels que la maladie de parkinson et la bradykinésie. Il est toutefois possible de limiter leurs symptômes.

Le traitement médical

Les médecins prescrivent généralement des médicaments, pour augmenter la production de dopamine dans le corps. Certains médicaments ont également les mêmes effets que la dopamine. Parmi ceux-ci, on retrouve les inhibiteurs de la MAO-B, carbidopa-lévodopa, etc.

Les interventions chirurgicales

La bradykinésie peut également être traitée grâce une intervention chirurgicale. Elle a pour nom ‘’la stimulation cérébrale profonde’’, et est généralement pratiquée sur les personnes atteintes de la maladie de parkinson.

La stimulation cérébrale profonde consiste à utiliser des électrodes, à les introduire dans des parties spécifiques du cerveau et à se servir des pulsions électriques pour stimuler le cerveau.

La rééducation

La rééducation ne permet pas d’en finir avec la bradykinésie, mais elle est recommandée pour limiter ses effets. Elle peut prendre plusieurs formes. Certains spécialistes préconisent des stratégies cognitives, et d’autres un renforcement musculaire. Il faut toutefois rappeler que la rééducation est une solution assez limitée, car à partir du moment où elle s’arrête, les symptômes reprennent le dessus. 

L’observation d’un nouveau style de vie

Il ne faut pas uniquement compter sur les médicaments ou la chirurgie pour améliorer la motricité, lorsque l’on est atteint de bradykinésie. Certains changements du mode de vie peuvent aussi aider à limiter les effets de la bradykinésie ou de la maladie de parkinson. Il est notamment recommandé de se mettre ou se remettre à la marche, à la natation, adopter une alimentation riche en fibres et en nutriments, etc.

Vous aimerez aussi :

Related Articles