Global Statistics

All countries
592,487,828
Confirmed
Updated on August 11, 2022 5:23 am
All countries
562,577,689
Recovered
Updated on August 11, 2022 5:23 am
All countries
6,446,278
Deaths
Updated on August 11, 2022 5:23 am

Cacosmie : causes, symptômes et traitements

La cacosmie est un dysfonctionnement de l’odorat, caractérisé par la présence d’une odeur désagréable ou fétide dans le nez, que la personne affectée n’arrive pas à éliminer. Le patient touché perçoit des odeurs nauséabondes sans que celles-ci ne soient présentes dans le milieu. Les causes sous-jacentes sont des infections, des problèmes gastriques, etc. Néanmoins, il existe des traitements pour se soulager de la cacosmie, mais ils reposent sur le symptôme à l’origine. Qu’est-ce que la cacosmie ? Quels en sont les causes et symptômes ?

Cacosmie : Définition

La cacosmie est un trouble rare du système olfactif, extrêmement gênant pour les personnes atteintes. Elle est caractérisée par la perception d’une odeur permanente désagréable dans le nez. C’est une odeur qui peut émaner du corps du patient ou être la conséquence d’un trouble neurologique. La cacosmie est une affection qui peut avoir des conséquences graves sur le quotidien du malade.

En effet, on distingue deux types de cacosmie :

  • La cacosmie subjective : les odeurs que le patient ressent ne sont pas réelles ni perçues par son entourage. Cette forme de cacosmie est rare ;
  • La cacosmie objective : les odeurs sont réelles et sont produites par le patient, ce sont des odeurs dites endogènes. Ces odeurs peuvent toutefois être ressenties par l’entourage.

Quelles sont les causes de la cacosmie ?

Les causes de la cacosmie sont multiples. Il peut s’agir :

  • de la perte de l’odorat après une infection ;
  • d’une tumeur intracrânienne ;
  • d’un diabète ;
  • d’une malformation des composants olfactifs ;
  • de l’intoxication à certaines substances ;
  • d’une sinusite ;
  • d’une rhinite chronique ou allergique ;
  • d’une dysthyroïdie (c’est-à-dire le dérèglement de la thyroïde) ;
  • d’une intervention chirurgicale relevant du champ ORL ;
  • de la prise d’ésoméprazole ;
  • de la présence de polypes, affectant le sinus ou les fosses nasales.

La principale cause de la cacosmie reste le rhume. Aussi, une infection sur 400 est à l’origine de la perte d’odorat transitoire ou permanente. Spontanément après la guérison de l’infection, environ 30% des patients retrouvent l’odorat, pendant que les autres devront suivre une rééducation.

Cependant, la cacosmie peut être aussi la manifestation d’une infection des sinus ou du nez ou encore, le résultat d’un dysfonctionnement du système olfactif. Dans ce dernier cas, il s’agit de la parosmie et le patient perçoit une odeur qui est mal détectée par le cerveau.

La cacosmie subjective est spécialement causée par des troubles neurologiques et psychologiques.

De plus, la cacosmie peut-être le signe d’une hallucination olfactive : on parle dans ce cas de phantosmie. Cette dernière est une pathologie très rare qui est causée par l’épilepsie, une tumeur cérébrale (qui affecte les fibres nerveuses ou le cortex olfactif) ou des pathologies psychiatriques.

Quels sont les facteurs de risque de la cacosmie ?

Les personnes concernées par la perte de l’odorat, dont la cacosmie, représentent environ 10% de la population globale.

Les facteurs qui favorisent ce trouble varient suivant les causes.

  • Infection des sinus : tabagisme, asthme ;
  • Infection des amygdales : la présence dans l’organisme d’une bactérie de type streptocoque ;
  • Infection dentaire : un accident pendant un soin dentaire, carie dentaire, infection des dents mal traitée ;
  • Refux gastro-œsophagien : tabac, surpoids, consommation des aliments riches en gras, obésité ;
  • Tumeurs cérébrales : déficience du système immunitaire, immunodépression, irradiations ;
  • Lésions cérébrales : explosions, accidents, chutes ;
  • Inflammation des voies nasales : pollution atmosphérique ;
  • Infestation par un virus : neutropénie, sida, faible taux de neutrophiles ;
  • Etc.

Quels sont les symptômes de la cacosmie ?

Une personne atteinte de la cacosmie peut présenter divers symptômes :

  • Perception d’odeurs désagréables : le patient perçoit des odeurs nauséabondes, absentes dans son milieu de vie ;
  • Aucune modification de la perception du goût ;

En plus de ces derniers, on distingue des symptômes divergents.

  • Congestion des sinus, maux de tête, écoulement nasal décoloré ou jaune ;
  • Sensibilité au froid et au chaud ;
  • Fièvre possible, toux ;
  • Maux de gorge, sifflement lors de l’inspiration (stridor), trouble respiratoire, hypersalivation ;
  • Formation de croûtes, éternuements ;
  • Sommeil perturbé, brûlures d’estomac, goût amer en bouche, remontées acides ;
  • Troubles de la vision, troubles locomoteurs, troubles de la mémoire, vertiges, fatigue, vomissements ou nausées ;
  • Crises d’épilepsie, hallucination olfactive.

En quoi consiste le diagnostic de la cacosmie ?

Le diagnostic de la cacosmie est clinique et il consiste à questionner le patient, puis rechercher d’éventuels troubles respiratoires et antécédents d’allergie. Le médecin procède également à une évaluation des conséquences de l’affection sur la vie personnelle et professionnelle du patient.

Ensuite, en cas de suspicion d’une cacosmie, divers examens peuvent être prescrits pour déterminer la cause sous-jacente :

  • Examen ORL : il permet de déterminer les infections ou inflammations visibles ;
  • Imagerie par Résonance magnétique (IRM) ou scanner ou encore endoscopie ;
  • PH-impédancemétrie afin de mesurer l’acidité de l’estomac et aussi diagntiquer un reflux œsophagien ;
  • Analyse sanguine ;
  • Etc.

Quels sont les traitements possibles de la cacosmie ?

Le traitement de la cacosmie est fonction de son origine.

Cas d’infection des sinus

La cacosmie provoquée par une infection des sinus peut être traitée par :

  • des médicaments : les corticoïdes (pour réduire un œdème si nécessaire), l’antalgique (le paracétamol par exemple pour faire baisser la douleur), les antibiotiques ( la pénicilline par exemple pour contrer l’infection);
  • des huiles essentielles : eucalyptus radiata (effet anti-infectieux), menthe des champs (effet décongestionnant), poivre noir (effet hyperthermisant et antalgique), eucalyptus citronné (effet anti-inflammatoire) ;
  • une intervention chirurgicale : microchirurgie endonasale, extraction d’une dent si nécessaire, lavage de sinus.

Cas d’infection dentaire

La cacosmie peut être traitée en :

  • Décontaminant la partie infectée, mais ceci doit être fait par un professionnel de santé ;
  • Administrant des antibiotiques au besoin.

En fonction de l’inflammation des voies nasales, l’agent de santé peut prescrire les traitements suivants :

  • Ingestion d’antihistaminiques ou de vasoconstricteurs ;
  • Humidification de l’air ambiant.

Cas d’infection des amygdales

Le traitement dans ce cas peut être fait par :

  • Une administration du paracétamol ou d’ibuprofène ;
  • L’absorption de quelques aliments hydratants, nourrissants et faciles à déglutir ;
  • Une réalisation de gargarismes à base d’eau chaude salée ;
  • Des vaporisateurs pour la gorge avec l’anesthésique local.

En cas de tumeur cérébrale

La cacosmie favorisée par une tumeur cérébrale peut être traitée grâce à la chimiothérapie, la thérapie ciblée et la radiothérapie. Lorsque la tumeur est très volumineuse, un traitement par ablation de la tumeur avec la chirurgie est nécessaire. Si les champignons prolifèrent, le traitement idéal est la prise d’antifongiques.

En cas de reflux gastrique

Les traitements dans ce cadre sont :

  • La chirurgie, afin de poser une valve entre l’estomac et l’œsophage, ce qui bloquera de manière mécanique le processus des remontées alimentaires ;
  • Les traitements pharmaceutiques, comme un complément à l’intervention chirurgicale : pansements gastriques ou antiacides (pour calmer), inhibiteurs de la pompe à protons (afin de bloquer les cellules qui produisent de l’acide), antihistaminiques H2 (pour diminuer la fabrication d’acide chlorhydrique).

De plus, dans un contexte de cacosmie favorisée par des lésions cérébrales, le patient peut suivre, en fonction du volume et de la localisation de la lésion, les traitements suivants :

  • La neurochirurgie, pour désactiver la zone du cerveau qui est lésée ;
  • La physiothérapie, afin de travailler l’équilibre ;
  • L’ergothérapie au besoin, afin de réapprendre les gestes effectués au quotidien ;
  • L’orthophonie au besoin, afin d’améliorer la communication orale.

Comment prévenir la cacosmie ?

En raison des multiples causes, il est possible de prévenir la cacosmie. À cet effet, il faut :

  • Éviter les contacts avec les personnes atteintes d’une infection susceptible d’être contagieuse ;
  • Effectuer une bonne hygiène dentaire, alimentaire et autres ;
  • Éviter de se coucher directement après le repas.

Enfin, pour une meilleure digestion, vous pouvez mélanger du miel avec les huiles essentielles de camomille romaine, de menthe poivrée et de basilic.

Vous aimerez aussi :

Related Articles