Global Statistics

All countries
623,891,251
Confirmed
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
602,590,214
Recovered
Updated on October 4, 2022 2:44 pm
All countries
6,552,191
Deaths
Updated on October 4, 2022 2:44 pm

Caillots de sang et règles douloureuses : quelles explications ?

Les règles ou les menstruations correspondent à de simples pertes sanguines chaque mois chez les femmes. Survenant en cas de non-fécondation lors du cycle menstruel, ce saignement provient de la désagrégation de la paroi utérine. Il s’observe également lorsque l’ovule fécondé n’arrive pas à s’agripper à la muqueuse utérine pour faciliter la mise en place d’une grossesse. En effet, plusieurs problèmes peuvent être associés à ce saignement, comme les douleurs ou encore les caillots de sang. Focus sur les caillots de sang et des règles douloureuses ici.

Pourquoi les caillots de sang et comment se forment-ils ?

Les saignements observés lors du cycle menstruel sont épais, gluants et renferment des caillots dans certains cas : il s’agit d’un phénomène normal. En fin des règles, il y a épaississement de la cavité utérine, préparant celle-ci à accueillir une éventuelle grossesse. Dans le cas où il n’y a pas de grossesse, le sang se détache et migre du vagin vers l’extérieur, en prenant la forme de petits morceaux rouges au cours des menstruations. Cela n’est pas un phénomène inhabituel, il s’agit simplement du sang coagulé.

En termes clairs, les caillots de sang sont provoqués par une réaction chimique naturelle dans le corps. Ce sont des cellules sanguines qui coagulent et prennent un aspect de masses semi-solides et visqueuses. La formation des caillots de sang intervient généralement, à la suite d’une lésion au niveau d’un ou des vaisseaux sanguins. En cas de blessure, ces caillots permettent de boucher la fuite, dans l’optique d’éviter l’hémorragie ; ce qui n’est pas le cas lors des menstruations.

En effet, l’organisme sécrète un anticoagulant naturel pour permettre la circulation du sang de façon fluide. En cas d’insuffisance de cette substance, les caillots de sang se forment. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il y a un trouble gynécologique, mais s’ils sont accompagnés d’autres symptômes, il faut se faire consulter.  

Caillots de sang : d’où proviennent-ils ?

Le développement des caillots dans le sang n’est pas toujours provoqué par des règles hémorragiques, puisqu’un flux léger peut expliquer ce phénomène. Ils sont observés généralement le matin parce qu’au repos, le liquide rouge se stagne. Cela varie cependant d’une femme en période de menstrues à une autre. C’est-à-dire que certaines personnes évacuent ces débris de la muqueuse, pendant que d’autres ne le font pas.

Le risque de formation de caillots de sang peut être associé à l’utilisation de contraceptifs hormonaux chez certaines femmes. Lorsqu’elles fument ou sont âgées de plus de trente-cinq ans, ce phénomène peut s’aggraver. En outre, le manque ou la présence en quantité insuffisante de fer dans l’organisme peut empêcher la production de l’anticoagulant, qui permet l’écoulement fluide du saignement.

Les coagulations en question sont, dans certains cas, liés à une fausse-couche, à la grossesse extra-utérine, etc. Dans ce cas, il faudra procéder à un test de grossesse, dans l’optique de prendre connaissance de votre réelle situation.  Aussi, la présence du polype oudu fibrome au niveau du col de l’utérus peut s’accompagner des pertes importantes de sang des règles et des gros caillots de sang.   

Caillots de sang et règles douloureuses : que faire ?

Dès l’observation de caillots de sang, il faut commencer à surveiller votre alimentation. À cet effet, il faut vérifier si les aliments que vous consommez sont assez riches en fer : haricots rouges, soja, chocolat noir, viande, lentilles sèches, etc. Il faut aussi avoir recours aux compléments alimentaires. Ils permettront le rééquilibrage de l’organisme.

Si la carence en fer est accompagnée de certains symptômes, il faut procéder à une analyse sanguine. Il s’agit principalement des symptômes comme :

  • Les vertiges ;
  • Le mal de tête ;
  • La fatigue ou la sensation de faiblesse ;
  • Les essoufflements au moindre effort fourni ;
  • Etc.

Mais, en cas d’apparition de douleurs abdominales, il est recommandé d’avoir recours à un médecin pour une consultation. Cela est provoqué par une inflammation de l’utérus, qui parvient aux trompes de Fallope de même qu’aux ovaires ; il existe probablement un risque de kystes.

Règles douloureuses : est-ce normal et comment se caractérisent-elles ?

En général, les indispositions normales s’observent après quatorze jours suivant l’ovulation, non fécondée et non implantée. Il a été rapporté que la plupart des femmes souffrent de douleurs lors des menstruations. Ce phénomène affecte d’ailleurs entre 50% et 80% d’entre elles, selon la classe d’âge.

Plus de dix pour cent des femmes ressentent intensément ces douleurs, au point de changer leur routine journalière, comme rester au lit toute la journée sans aller étudier ni travailler. Autrement dit, toutes les femmes n’ont pas la même réaction, certaines ne ressentent que de légères douleurs ou du moins aucune, pendant les règles.

Appelées dysménorrhées par les scientifiques, les règles douloureuses apparaissant comme un trouble gynécologique très habituel dont beaucoup de femmes souffrent. Elles se caractérisent par des douleurs au niveau du bas de l’abdomen non seulement avant, mais aussi après les règles. Les règles douloureuses sont associées à une contraction de l’utérus, donnant l’impression d’un accouchement, provoquée par une forte sécrétion de prostaglandines.

Celles-ci sont des molécules qui permettent la stimulation de l’organe de reproduction, afin d’évacuer les saignements menstruels. Tout au long de l’adolescence et des années qui précèdent la ménopause, les pertes de sang normales sont douloureuses. Il s’agit en réalité des périodes de fluctuations des hormones, qui n’ont rien d’anormal.

Règles douloureuses : causes et symptômes ?

La règle douloureuse chez certaines femmes est principalement causée par une forte contraction de l’utérus. En fait, l’endomètre produit une grande quantité de prostaglandines, dans l’optique d’éliminer la dentelle utérine. Ce mécanisme occasionne des douleurs ainsi que de l’inconfort. Il est également possible que les dysménorrhées soient observées après la chute des œstrogènes et progestérones en fin du cycle menstruel. Un déséquilibre hormonal au niveau des ovaires entraine plusieurs changements dans le corps, les muscles, l’humeur…

Par ailleurs, les règles douloureuses se manifestent par :

  • De violentes crampes au niveau du bas ventre ;
  • De la diarrhée ;
  • De l’acné ;
  • Des vomissements ;
  • De l’humeur changeante ;
  • Des maux de tête.

Elles se manifestent également par la fatigue et la rétention d’eau.

Règles douloureuses et caillots de sang : sont-ils des signes d’une endométriose ?

Les caillots de sang de même que les règles douloureuses s’accumulent à un stade donné, et les pertes de sang deviennent importantes, c’est une situation inquiétante. A cet effet, il ne faut pas prendre du paracétamol ou de l’ibuprofène, puisque les règles douloureuses ne passent pas avec ce traitement. Celles-ci peuvent même devenir handicapantes au point d’affecter votre moral et la qualité de votre vie.

Alors, les caillots de sang et les règles douloureuses et abondantes peuvent témoigner de la présence d’une endométriose, surtout en cas d’intensification des contractions. L’endométriose est définie comme une maladie provoquée par la mise en place des cellules de l’endomètre à l’extérieur de l’utérus.

Caillots de sang lors de la menstruation : comment l’éviter ?

La présence des morceaux de sang lors des menstruations peut être un phénomène normal, mais lorsque cela est accompagné des symptômes, la consultation chez un médecin s’impose. Cependant, vous devez veiller à certains aspects tels que : carence en fer, endométriose, déséquilibres hormonaux, etc.

Dans le cas où vous avez essayé d’être enceinte, les caillots de sang de couleur jaunâtre ou grisâtre peuvent être observés.

Règles douloureuses : comment se soulager ?

Les règles douloureuses sont très désagréables, mais le recours aux médicaments peut vous soulager, bien qu’il ne soit pas la meilleure solution. Vous pouvez également :

  • Décontracter les muscles utérins en utilisant une bouillotte chaude ;
  • Diminuer votre consommation de sucre raffiné, puisque celui-ci favorise une production importante de prostaglandines ;
  • Masser la zone douloureuse.

De plus, plusieurs remèdes naturels ont fait leurs preuves dans le cadre des règles douloureuses. Nous avons par exemple les huiles essentielles de lavande et d’onagre. Cette dernière est très recommandée pour la prévention du syndrome prémenstruel. Enfin, il est recommandé d’être plus détendue pendant la période des saignements menstruels, dans l’optique d’éviter au mieux les douleurs au bas ventre.

Vous aimerez aussi :

Related Articles