Global Statistics

All countries
592,515,615
Confirmed
Updated on August 11, 2022 6:24 am
All countries
562,586,739
Recovered
Updated on August 11, 2022 6:24 am
All countries
6,446,385
Deaths
Updated on August 11, 2022 6:24 am

Cancer de l’ovaire : Causes, Symptômes et Traitements

Chez les femmes, il existe principalement deux glandes reproductrices. Il s’agit des ovaires. Ces derniers sont responsables de la production des ovules encore appelées œufs. On les retrouve également au niveau de la sécrétion des deux principales hormones féminines ( l’œstrogènes et la progestérone). Cependant, au sein des ovaires, il peut y avoir certaines cellules cancéreuses. On parle ainsi du cancer de l’ovaire. C’est l’une des maladies les plus graves dont souffrent les femmes. En l’absence d’un diagnostic rapide et d’un traitement adéquat, le cancer de l’ovaire peut être fatal. Quels sont les divers symptômes et traitements appropriés à ce trouble ?

Qu’est-ce que le cancer de l’ovaire ?

Cancer ovarien – © Crédit : informationhospitaliere.com

Au sein de chaque organe du corps humain, on peut noter à tout moment le développement de certaines cellules anormales. Ainsi, le cancer de l’ovaire survient lorsque des cellules anormales de l’ovaire commencent à se multiplier de manière incontrôlée, et à former une tumeur. Si elle n’est pas traitée, la tumeur peut se propager à d’autres parties du corps. On parle ainsi du cancer de l’ovaire métastatique. Il s’agit des phases les plus avancés du trouble.

Même si le cancer de l’ovaire comme toutes les autres maladies présente souvent des signes avant-coureurs, les premiers symptômes sont vagues et on peut les écarter facilement sans le savoir. C’est certainement la raison pour laquelle vingt pour cent de sources fiables de cancers de l’ovaire sont détectés à un stade précoce.

Quels sont les premiers symptômes du cancer de l’ovaire ?

Comme il a été souligné plus haut, il est très facile de ne pas prendre en compte les premiers symptômes d’un cancer ovarien. En effet, ces derniers sont semblables à d’autres maladies courantes, ou ont tendance à apparaître et à disparaître. Ils peuvent donc ne pas être stables. Les premiers symptômes comprennent :

  • Les ballonnements abdominaux, pression et douleur ;
  • La plénitude anormale après avoir mangé ;
  • La difficulté à manger ;
  • L’augmentation de la miction ;
  • L’envie accrue d’uriner.

Le cancer de l’ovaire peut également provoquer d’autres symptômes, tels que :

  • La fatigue ;
  • Indigestion ;
  • Les brûlures d’estomac ;
  • La constipation ;
  • Le mal au dos ;
  • Les irrégularités menstruelles ;
  • Des rapports sexuels douloureux ;
  • La dermatomyosite : il s’agit d’une maladie inflammatoire très rare qui peut être à la base d’une éruption cutanée, une faiblesse musculaire et des muscles enflammés.

Cependant, il faut prendre en compte le fait que ces symptômes peuvent survenir pour un certain nombre de raisons. Ils n’ont pas nécessairement pour cause, le cancer de l’ovaire. Beaucoup de femmes ont certains de ces problèmes à un moment ou à un autre.

Ces types de symptômes sont souvent temporaires et répondent à des traitements simples dans la plupart des cas. Lorsque les symptômes persistent, cela veut dire qu’ils sont dus au cancer de l’ovaire. Ils s’aggravent généralement, à mesure que la tumeur se développe. À ce stade, le cancer s’est généralement propagé à l’extérieur des ovaires, ce qui le rend beaucoup plus difficile à traiter efficacement.

Quels sont les divers types de cancer de l’ovaire ?

Les ovaires sont constitués de trois types de cellules. Chaque cellule peut se développer en un type de tumeur différent.

  • Les tumeurs épithéliales se forment dans la couche de tissu, à l’extérieur des ovaires. Environ 90 % des cancers de l’ovaire sont des tumeurs épithéliales ;
  • Les tumeurs stromales se développent dans les cellules productrices d’hormones. Sept pour cent des cancers de l’ovaire sont des tumeurs stromales ;
  • Les tumeurs des cellules germinales se développent dans les cellules productrices d’œufs. Ces tumeurs sont rares.

Kyste ovarien

La plupart des kystes ovariens ne sont pas cancéreux. Cependant, un très petit nombre peut être cancéreux.

Un kyste de l’ovaire est une collection de liquide ou d’air, qui se développe dans ou autour de l’ovaire. La majorité des kystes de l’ovaire se forment, pendant une ovulation normale, c’est-à-dire lorsque l’ovaire libère un ovule. Ils ne provoquent généralement que des symptômes comme des ballonnements, et disparaissent sans traitement.

Les kystes sont plus préoccupants s’ils empêchent l’ovulation. Les femmes arrêtent d’ovuler après la ménopause. Si un kyste de l’ovaire se forme avant la ménopause, le médecin voudra peut-être faire plus de tests, pour découvrir la cause du kyste, surtout s’il est gros ou ne disparaît pas en quelques mois.

Facteurs de risque du cancer de l’ovaire

La cause exacte du cancer de l’ovaire est inconnue. Cependant, ces facteurs peuvent augmenter votre risque :

  • Un antécédent familial de cancer de l’ovaire ;
  • Mutations génétiques de gènes associés au cancer de l’ovaire ;
  • Des antécédents personnels de cancer du sein, de l’utérus ou du côlon ;
  • L’obésité ;
  • L’utilisation de certains médicaments de fertilité ou de thérapies hormonales ;
  • L’endométriose.

D’un autre côté, le fait d’avoir un âge avancé est un autre facteur de risque. En majorité, les cas de cancer de l’ovaire se développent après la ménopause. Toutefois, il est possible d’avoir un cancer de l’ovaire, sans avoir aucun de ces facteurs de risque. De même, avoir l’un de ces facteurs de risque ne signifie pas nécessairement que vous développerez un cancer de l’ovaire.

Comment le cancer de l’ovaire est-il diagnostiqué?

Il est beaucoup plus facile de traiter le cancer de l’ovaire lorsque le médecin pose son diagnostic, à un stade précoce. Cependant, il n’est pas facile à détecter.

Les ovaires sont profondément logés dans la cavité abdominale, il est donc peu probable de ressentir une tumeur. Il n’y a pas de dépistage diagnostic de routine disponible pour le cancer de l’ovaire. Pour cela, il est capital de notifier à son médecin, les symptômes inhabituels ou persistants.

Si ce dernier craint l’existence d’un cancer de l’ovaire, il recommandera probablement un examen pelvien. Effectuer cet examen peut aider le médecin à découvrir des irrégularités. Toutefois, les petites tumeurs ovariennes sont très difficiles à sentir.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, elle s’appuie contre la vessie et le rectum. Le médecin peut être en mesure de détecter des irrégularités lors d’un examen pelvien rectovaginal. Il peut également effectuer les tests suivants :

  • Échographie transvaginale : C’est un test d’imagerie qui utilise des ondes sonores, pour détecter les tumeurs dans les organes reproducteurs, y compris les ovaires. Cependant, une échographie transvaginale ne peut pas aider le médecin à déterminer si les tumeurs sont cancéreuses ;
  • Test sanguin pour mesurer les niveaux d’antigènes du cancer (CA-125) : Un test CA-125 est un biomarqueur utilisé pour évaluer la réponse au traitement du cancer de l’ovaire et d’autres cancers des organes reproducteurs. Toutefois, les fibromes utérins, les menstruations et le cancer de l’utérus, ont également la possibilité d’affecter les niveaux de CA-125 dans le sang ;
  • Biopsie : La biopsie consiste en un petit prélèvement d’échantillon de tissu ovarien et à son analyse au microscope.

Il est important de noter que, bien que tous ces tests puissent aider le médecin à établir un diagnostic, une biopsie est le seul moyen pour ce dernier de confirmer l’existence d’un cancer de l’ovaire.

Quels sont les stades du cancer de l’ovaire?

Le médecin détermine le stade en fonction de l’étendue de la propagation du cancer. Il y a quatre étapes, et chaque étape a des sous-étapes.

Etapes du cancer de l’ovaire – © Crédit : informationhospitaliere.com

Étape 1

Le cancer de l’ovaire de stade 1 comporte trois sous-stades :

  • Étape 1A : Le cancer est limité, ou localisé à un ovaire ;
  • Étape 1B : Le cancer est dans les deux ovaires ;
  • Étape 1C : Il y a aussi des cellules cancéreuses à l’extérieur de l’ovaire.

Étape 2

Au stade 2, la tumeur s’est propagée à d’autres structures pelviennes. Il comporte deux sous-étapes :

  • Étape 2A : Le cancer s’est propagé à l’utérus ou aux trompes de Fallope ;
  • Étape 2B. Le cancer s’est déjà répandu au rectum ou à la vessie.

Étape 3

Le cancer de l’ovaire de stade 3 comporte trois sous-stades :

  • Étape 3A : Le cancer s’est propagé au microscope au-delà du bassin jusqu’à la muqueuse de l’abdomen et aux ganglions lymphatiques de l’abdomen.
  • Étape 3B : Les cellules cancéreuses se sont propagées, au-delà du bassin jusqu’à la muqueuse de l’abdomen, et sont visibles à l’œil nu, mais mesurent moins de 2 cm ;
  • Étape 3C : Des dépôts de cancer d’au moins 3/4 de pouce sont observés sur l’abdomen, ou à l’extérieur de la rate ou du foie. Cependant, le cancer n’est pas à l’intérieur de la rate ou du foie.

Étape 4

Au stade 4, la tumeur s’est propagée ou métastasée au-delà de l’abdomen, du bassin et des ganglions lymphatiques jusqu’aux poumons ou au foie. Il y a deux sous-étapes dans l’étape 4 :

  • Au stade 4A, les cellules cancéreuses se trouvent dans le liquide autour des poumons ;
  • Au stade 4B, le stade le plus avancé, les cellules ont atteint l’intérieur de la rate ou du foie, ou même d’autres organes distants comme la peau ou le cerveau.

Comment le cancer de l’ovaire est-il traité ? 

Le traitement du cancer de l’ovaire dépend de l’étendue de sa propagation. Une équipe de professionnels déterminera le plan de traitement, en fonction de chaque cas. Il comprendra très probablement au moins deux des éléments suivants :

  • Chimiothérapie ;
  • Chirurgie pour la stadification du cancer et pour enlever la tumeur ;
  • Thérapie ciblée ;
  • Hormonothérapie ;
  • Opération.

La chirurgie est le principal traitement du cancer de l’ovaire. Son but est d’enlever la tumeur, mais une hystérectomie, ou l’ablation complète de l’utérus, est souvent nécessaire. Le médecin traitant peut également recommander de retirer les ovaires et les trompes de Fallope, les ganglions lymphatiques voisins et d’autres tissus pelviens.

L’identification de toutes les localisations tumorales est difficile. Dans une étude, les chercheurs ont essayé de trouver des moyens d’amélioration du processus chirurgical, afin qu’il soit plus facile d’enlever tous les tissus cancéreux. Les thérapies ciblées, telles que la chimiothérapie, attaquent les cellules cancéreuses, tout en causant peu de dommages aux cellules normales du corps.

Les nouvelles thérapies utilisées pour le traitement du cancer épithélial de l’ovaire avancé comprennent les inhibiteurs de PARP. Ce sont des médicaments qui bloquent une enzyme utilisée par les cellules, pour réparer les dommages causés à leur ADN. Le premier inhibiteur de PARP a été approuvé en 2014, pour une utilisation dans le cancer de l’ovaire avancé qui avait été traité auparavant avec trois lignes de chimiothérapie (c’est-à-dire au moins deux récidives).

Les trois inhibiteurs de PARP actuellement disponibles comprennent :

  • Olaparib (Lynparza) ;
  • Niraparib (Zéjula) ;
  • Rucaparibe (Rubraca).

L’ajout du bevacizumab (Avastin), a aussi été utile avec la chimiothérapie, après une intervention chirurgicale.

Les traitements contre le cancer, y compris la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie, peuvent endommager les organes reproducteurs, ce qui rend difficile une grossesse. Si la patiente souhaite concevoir à l’avenir, il faudrait qu’elle en parle à son médecin avant de commencer le traitement. Ils peuvent discuter des options pour éventuellement, préserver sa fertilité.

Les options de préservation de la fertilité possibles incluent :

  • Congélation des embryons : L’ovule fécondé est congelé ;
  • Congélation des ovocytes : Pendant la procédure, un ovule non fécondé est congelé ;
  • Chirurgie pour préserver la fertilité : Chez certaines patientes, une intervention chirurgicale qui n’enlève qu’un ovaire et maintient l’ovaire sain peut être effectuée. Cela n’est généralement possible que dans les cas de cancer de l’ovaire à un stade précoce ;
  • La préservation du tissu ovarien : Cela implique de retirer et de congeler le tissu ovarien, pour une utilisation future ;
  • Suppression ovarienne : Cela implique de prendre des hormones pour supprimer temporairement la fonction ovarienne.

Peut-on prévenir le cancer de l’ovaire ?

Il n’existe aucun moyen pour éliminer totalement le risque de développer un cancer de l’ovaire. Néanmoins, la prise de certaines mesures permet d’en réduire le risque.

Les facteurs qui permettent de réduire le risque de développer un cancer de l’ovaire comprennent :

  • Prendre des pilules contraceptives orales ;
  • Allaitement maternel ;
  • Grossesse ;
  • Interventions chirurgicales sur vos organes reproducteurs (comme une ligature des trompes ou une hystérectomie).

Vous aimerez aussi :

Related Articles