Global Statistics

All countries
240,190,120
Confirmed
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
215,766,611
Recovered
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
4,893,211
Deaths
Updated on October 14, 2021 6:59 pm

Cancer du foie : Facteurs de risque, symptômes, traitements et préventions

En France, environ 8 000 personnes sont touchées par le cancer du foie chaque année. En effet, ce type de cancer est généralement dû à des complications suite à une affection chronique telle que la cirrhose hépatique. Les patients, généralement des hommes, sont diagnostiqués tardivement ce qui rend le traitement plus ou moins difficile. Le traitement le plus fréquemment prescrit par les médecins est la chirurgie, plus précisément la greffe du foie. Mais il existe d’autres traitements tels que la chimiothérapie localisée, l’ablation partielle du foie ou la destruction du cancer par la chaleur. Découvrez dans cet article les facteurs de risques, les symptômes, les traitements ainsi que les moyens de prévention du cancer du foie.

Quel est le rôle que joue le foie dans l’organisme ?

Situé du côté droit du thorax, plus précisément sous la cage thoracique, le foie est un organe volumineux, mais vital pour le corps humain. Il permet le stockage et la transformation des substances nutritives qui proviennent des intestins. Le foie assure également la fabrication de la bile, une substance nécessaire à la digestion des corps gras. Il permet aussi la fabrication des protéines indispensables à la coagulation du sang. En plus de ces rôles, le foie assure également les fonctions de transformation et de filtration des substances toxiques qui seront plus tard éliminées par les urines et les selles. Cet organe joue un rôle capital dans le stockage des sucres et des vitamines. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que les maladies du foie se manifestent souvent par la fatigue.

Cancer du foie : qu’est-ce que c’est ?

Différents des métastases issues des cellules cancéreuses d’autres organes, les cancers de foie sont généralement caractérisés par la croissance de nodules cancéreux au niveau du foie. Majoritairement, les nodules cancéreux se développent dans les foies atteints de maladies chroniques provoquant une cirrhose depuis des années. Le cancer du foie est une affection qui peut rester longtemps sans se manifester, ce qui complique son diagnostic précoce. Les personnes chez lesquelles ce type de cancer est diagnostiqué souffrent le plus souvent de formes évoluées difficiles à traiter.

Les différents types de cancer du foie

Sixième sur la liste des cancers les plus courants dans le monde, le cancer du foie est classé par catégories. Il existe deux catégories de cancer du foie que sont les cancers du foie primaires et secondaires.

Cancers du foie primaires

Les cancers du foie primaires sont baptisés avec le nom de la cellule à partir de laquelle la tumeur s’est développée. Il existe deux formes de cancer du foie primaire : le cancer d’arbre biliaire et le carcinome hépatocellulaire encore appelé HCC.

Répertorié comme le cancer du foie primaire le plus courant, le HCC affecte les hépatocytes qui constituent les cellules primaires du foie. Cette forme de cancer du foie primaire se localise normalement dans le foie, mais peut se développer et atteindre d’autres organes.

Le cancer d’arbre biliaire ou le cholangiocarcinome quant à lui, représente une forme rare mais grave et agressive des tumeurs du foie. Ce type de cancer du foie émerge au niveau des cellules de la voie biliaire principale et est beaucoup plus diagnostiqué chez les femmes contrairement au HCC. En dehors de ces deux catégories, il existe d’autres types de cancer du foie. Certaines de ces tumeurs du foie souvent rares sont bénignes.

Cancers du foie secondaires

Les cancers du foie secondaires sont également des cancers métastatiques et sont généralement dus au développement de la tumeur dans le fuselage. Le cancer du foie secondaire est beaucoup plus présent chez les patients développant les cancers du pancréas, du grand côlon, du poumon, de l’estomac ou du sein. Ces tumeurs du foie sont le plus souvent malignes.

Cancer du foie foudroyant : facteurs de risque

Le cancer du foie peut être causé par de nombreux facteurs, selon la catégorie et le type ou la forme de la tumeur. Cependant, la cause principale des tumeurs du foie reste la cirrhose. En d’autres termes, les différentes formes des cancers du foie tirent leurs sources des hépatites et de l’alcoolisme.

La cirrhose du foie : qu’est-ce que c’est ?

Agressées pendant longtemps, les cellules du foie meurent, laissant leur place à des tissus fibreux. Ce phénomène est connu sous le nom de la fibrose. La fibrose, lorsqu’elle se développe, généralement après plusieurs années, elle dévient un obstacle pour la circulation sanguine au niveau du foie. La cirrhose constitue la phase terminale de la fibrose, notamment pendant que cette dernière perturbe intensément le fonctionnement du foie.

Qu’est-ce qui cause la cirrhose du foie ?

Contrairement aux idées reçues, l’alcoolisme n’est pas la seule cause de la cirrhose. En plus de l’alcool, la cirrhose peut être causée par d’autres facteurs. Dans le cas des tumeurs du foie, les causes de la cirrhose les plus répertoriées sont entre autres : l’alcoolisme chronique, l’obésité (stéatose hépatique) et les hépatites chroniques B et C. Il faut noter qu’en France, l’alcoolisme est la cause principale des cancers du foie.

Quelles sont les autres causes des cancers du foie ?

Outre la cirrhose qui représente le facteur de risque principal des cancers du foie, il existe d’autres causes de la maladie. Il s’agit entre autres de : l’hémochromatose, de certains parasites vivant dans les canaux biliaires, des substances chimiques industrielles et des toxines issues des moisissures. En effet, l’hémochromatose est une affection génétique rare qui fait accumuler des taux toxiques de fer dans le foie. Les parasites des canaux biliaires, quant à eux, sont principalement des douves. Les substances chimiques industrielles qui peuvent causer le cancer du foie sont généralement de l’arsenic ou du chlorure de vinyle.

En ce qui concerne les toxines produites par les moisissures, ce sont des aflatoxines et elles se développent sur des graines stockées dans la chaleur ou l’humidité. Le tabagisme présente aussi un risque important de cancers du foie.

Cancer du foie : symptômes et évolution

Tout comme la plupart des affections chroniques qui la provoquent, pendant des semaines, voire des années, la tumeur du foie n’engendre aucun symptôme. Cette raison implique un diagnostic tardif, lorsque la maladie est dans un stade avancé. Dans ces conditions, les symptômes qui se manifestent sont peu caractéristiques de l’affection. Dans sa phase terminale, en plus de la fatigue, des pertes du poids et d’appétit, des troubles digestifs, de la nausée, la tumeur fait apparaître des symptômes plus sévères. Avec l’évolution, le cancer du foie se manifeste par l’ictère, l’ascite, l’encéphalopathie hépatique, etc.

Évolution du cancer du foie

Par manque de traitement, un cancer du foie va se développer progressivement. La tumeur va atteindre non seulement tout le foie, mais aussi les parois des vaisseaux sanguins du foie et des canaux biliaires. Les cellules touchées par le cancer vont ensuite se propager dans le sang et migrer vers les organes voisins. Cette situation va être à l’origine de l’apparition des métastases au niveau d’autres organes tels que les os, les poumons, le cerveau, etc.

Lorsqu’elle est diagnostiquée, souvent tardivement, la tumeur du foie peut faire objet de traitement curatif ; mais seulement chez un tiers des patients. Les autres deux tiers des cas peuvent aussi être traités, mais avec un taux de récidive élevé (environ 80 à 85 %).

Aggravation du cancer du foie, ce qu’il faut savoir

La tumeur du foie existe en deux formes à savoir : forme bénigne et forme aggravée. Avant de s’aggraver, il faut bien évidemment que le cancer soit bénin. Dans le contexte d’une croissance du cancer, la personne affectée souffre énormément. Les signes cliniques deviennent sévères et fréquents. D’autres symptômes viennent s’ajouter à la liste des malaises éprouvés.

En effet, le jaunissement de la peau et des yeux est plus remarquable. Toutefois, ce symptôme ne se manifeste pas obligatoirement. Son apparition est conditionnée par l’obstruction des canaux biliaires. Ensuite, le malade est affecté par la maladie dénommée ascite. Il s’agit d’une entorse abdominale provoquée par l’existence de liquide.

Quelques semaines avant le décès du malade, la maladie démonstrative de l’aggravation se manifeste. Appelée l’encéphalopathie hépatique, cette affection met le malade dans un état de confusion et de somnolence. À force d’accumuler des toxines, le cerveau du malade fonctionne mal. Quant au foie, il est endommagé au point de ne plus jouer ses rôles.

Quelle est l’espérance de vie d’un malade du cancer du foie ?

En matière d’espérance de vie, le malade de la tumeur du foie possède des taux de survie. La survie au cancer du foie est scindée en trois catégories à savoir :

  • Cancer du foie espérance de vie pour tumeurs uniques ;
  • Durée de vie pour tumeurs traitées ;
  • Durée de vie pour cancer du foie phase terminale.

La première catégorie concerne tous les cas de cancer du foie notamment les tumeurs uniques. Ces dernières se distinguent grâce à leur taille qui est de 2 centimètres environ. Le cancer du foie survie est de 5 ans en moyenne pour 80 à 90% des personnes malades. Il est à noter que les malades ayant subi une ablation par radiofréquence (ARF) et une résection du foie.

La deuxième catégorie regroupe les malades qui ont reçu les divers traitements disponibles. Un classement est aussi effectué en fonction de la thérapie suivie pour guérir du mal. À cet effet, la résection de foie, l’ARF, et la greffe de foie prolongent la vie du malade de 5 ans dans 50 à 70% des cas. Le recours à la chimioembolisation transartérielle procure 16 à 40 mois de vie à la personne affectée.

La troisième catégorie se subdivise en deux parties. Dans la première partie, vous trouverez les personnes qui ont un cancer du foie inopérable. Leur durée de vie se réduit à 3 ou 4 mois après l’apparition des symptômes. La seconde partie, quant à elle, concerne les malades d’un cancer du foie foudroyant, mais traitable.

Leur survie dépend entièrement de leur choix d’accepter un traitement ou pas. S’ils décident de suivre une thérapeutique, leurs vies seront prolongées de 11 à 13 mois en moyenne. Par contre, sans traitement, ils ne feront que 6 à 8 mois en vie.

Quels sont les traitements pour contrer le cancer du foie ?

Le traitement de la tumeur du foie se fait de quatre différentes manières. En majorité, les techniques utilisées sont de type chirurgical. Elles requièrent une équipe composée de personnes compétentes dans diverses branches médicales. Ainsi, vous serez soutenu par :

  • Un oncologue médical ;
  • Un radiologue interventionnel ;
  • Un chirurgien attitré ;
  • Un hépatogastroentérologue ;
  • Un pathologiste.

Ces spécialistes collaboreront avec votre médecin traitant pour la réussite de votre traitement. La plupart du temps, ils sont au sein de l’hôpital dans lequel votre opération sera faite.

L’amputation proportionnelle du foie

L’ablation du foie est le principal recours pour un cancer du foie traitement. Elle se pratique sur un foie dont le fonctionnement n’est pas altéré par l’affection. Ce traitement est une opération chirurgicale qui consiste à extraire la partie comportant la tumeur. Dès que ce côté est retiré, le malade peut continuer à vivre sa vie normalement.

La greffe de foie

Cette solution est idéale lorsque le foie n’est plus fonctionnel. La greffe de foie a pour objectif de remplacer l’ancien organe pour un nouveau. Ce faisant, le cancer du foie et la maladie chronique sont définitivement traités. Toutefois, il faut trouver un donneur compatible et le processus peut prendre du temps.

Ablation par radiofréquence

La destruction tumorale percutanée est une alternative pour éviter la chirurgie. Elle se base sur la taille et la position de la tumeur dans l’organe affecté. Pour le faire, le médecin utilise la chaleur pour éliminer le cancer du foie à travers la peau.

La chimiothérapie

Connue de tous pour être utile contre le cancer, la chimiothérapie n’éradique pas le cancer. Elle freine tout simplement son évolution. Cette alternative est requise pour un cancer du foie inopérable. Le patient en bénéficie sous deux formes différentes à savoir : la thérapie ciblée et la chimioembolisation.

La chimioembolisation est une méthode qui allie un traitement à base de médicaments et un blocage du sang. Il importe de souligner que le sang bloqué est celui qui alimente la tumeur. L’injection se fait par voie sanguine. La thérapie ciblée permet de mener une attaque sur les anomalies moléculaires à l’origine du cancer du foie. Elle empêche ainsi la dissémination et la croissance des cellules cancéreuses.

Cancer du foie : quel est l’après-traitement ?

Après une intervention chirurgicale sur une tumeur du foie, il faut un suivi strict pour éviter une rechute. La première chose à contrôler est l’alimentation qui peut se transformer en un obstacle. Une mauvaise nutrition peut conduire à un surpoids ou à une dénutrition. Pendant cette période, les activités physiques sont recommandées.

À ce propos, le sport à pratiquer doit être en adéquation avec votre état de convalescence. Par ailleurs, l’arrêt de la consommation du tabac et de l’alcool est préférable pour la performance du traitement. Cette précaution permet d’avoir une réactivité rapide du traitement subi.

Comment prévenir les cancers du foie ?

Afin de prévenir les cancers du foie, il est important de prévenir leurs facteurs de risque. En d’autres termes lutter contre les tumeurs du foie revient à prévenir la cirrhose du foie et la fibrose. Il est donc important de :

  • réduire la consommation de boissons alcoolisées ;
  • se faire vacciner contre l’hépatite B ;
  • lutter contre l’obésité et l’embonpoint en pratiquant des activités physiques et en mangeant de façon équilibrée ;
  • se faire dépister de l’hépatite C ;
  • mettre des gants avant d’entrer en contact avec du sang d’autrui ;
  • éviter l’usage de la brosse ou du rasoir d’une autre personne ;
  • exiger des rapports sexuels protégés, surtout en période de menstrues ou en cas de l’herpès ou autre infection génitale ;

En plus de ces mesures de protection, il faut également éviter de partager les matériels d’inhalation ou d’injection, surtout pour les usagers de la drogue. Il existe aussi des mesures de prévention particulières pour les travailleurs qui, dans le cadre professionnel, sont obligés de manipuler des substances chimiques industrielles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles