Global Statistics

All countries
551,312,585
Confirmed
Updated on June 29, 2022 9:23 pm
All countries
523,612,526
Recovered
Updated on June 29, 2022 9:23 pm
All countries
6,354,819
Deaths
Updated on June 29, 2022 9:23 pm

Cavité buccale : pathologies et traitements

La cavité buccale de l’homme, c’est ce qui lui permet de consommer de la nourriture, nécessaire à sa survie. Elle présente une anatomie assez complexe, pourtant indispensable pour remplir convenablement ses fonctions. Au cours d’une vie, elle peut être affectée par de nombreux maux et troubles plus ou moins graves. 

Heureusement qu’il existe plusieurs spécialités médicales qui s’occupent de ces maladies grâce à des examens et des traitements afin de soulager l’être humain. Revue en détail de l’anatomie, des pathologies et des différents paramètres afférents au traitement d’un mal de la cavité buccale.

Anatomie de la cavité buccale

La cavité buccale encore dénommée « bouche » ou « cavité orale » est la cavité de la région inférieure du visage qui s’ouvre par les lèvres. Les glandes salivaires et la langue s’y retrouvent au centre. Cette dernière est un organe de dix centimètres environ qui comprend de nombreux vaisseaux sanguins et plus d’une trentaine de muscles.

On y retrouve également la voûte palatine qui est formée par le voile du palais mou et le voile du palais dur. La bouche comporte aussi le plancher buccal et l’uvule (ou la luette) qui est un appendice de dix à quinze millimètres de long approximativement. Tout cela reste sans compter les gencives et les dents qui sont au nombre de 32 à l’âge adulte

  • Huit incisives ;
  • Huit prémolaires ;
  • Huit molaires ;
  • Quatre canines ;
  • Quatre dents de sagesse.

La cavité buccale représente la première partie, c’est-à-dire, le point de départ du tube digestif. Elle est délimitée par : 

  • La voûte palatine ou le palais (sur le dessus) ;
  • La langue et le plancher buccal (sur le dessous) ;
  • Les joues (sur les côtés) ;
  • Les lèvres supérieures et inférieures (sur le devant) ;
  • Le pharynx (à l’arrière).

En outre, elle est tapissée par une muqueuse protectrice. Sa région périphérique est dénommée « le vestibule » et elle est séparée par les arcades dentaires et les gencives, du reste de la bouche.

À quoi sert la cavité buccale ?

La cavité buccale assure l’alimentation, la communication et quelques fois la respiration chez l’être humain.

L’alimentation

La cavité buccale est l’ouverture par laquelle les aliments passent pour rentrer dans le corps de l’être humain. Elle donne donc droit au passage des aliments. Pour cela, elle comporte les dents qui ont pour rôle de mastiquer la nourriture.

Les glandes salivaires quant à elles permettent de sécréter de la salive pour dégrader les aliments en petites masses que l’on peut avaler facilement. Elle les prépare ainsi à effectuer le trajet le long du tube digestif. Il ne faut pas oublier non plus que la cavité buccale assure la succion, un réflexe d’alimentation que le bébé perd en grandissant.

La communication

La cavité buccale permet la communication verbale (phonation). Cette aptitude est principalement favorisée par la langue, les lèvres et la luette qui, lors de l’émission des sons, sert à contrôler l’air. La bouche sert aussi à la communication non verbale qui regroupe notamment les baisers, les mimiques, etc. 

La respiration

Parfois, la cavité buccale peut servir à la respiration. Il s’agit toutefois d’un rôle de suppléance. En effet, en cas d’oblitération des narines, elle met en communication l’air extérieur avec l’appareil respiratoire. La respiration n’est donc pas une fonction principale de la cavité buccale.

Quelles sont les pathologies de la cavité buccale ?

La spécialité médicale qui s’occupe des maux pouvant affecter la cavité buccale est la stomatologie. Elle prend en charge les nombreux troubles que l’on classe généralement en trois grandes catégories : 

  • Pathologies infectieuses (les mycoses) ;
  • Pathologies tumorales (les carcinomes épidermoïdes) ;
  • Pathologies traumatologiques (les ulcérations de la cavité buccale).

Toutefois, voici les affections de la cavité buccale qu’on rencontre fréquemment.

L’halitose

L’halitose est une pathologie mineure de la cavité buccale qui affecte pourtant de nombreuses personnes. De plus, elle peut être très incommodante et impacte significativement le bien-être des individus qui en sont atteints. En effet, les gens qui en souffrent ont constamment une mauvaise haleine qui sort de leur bouche lors d’une discussion ou pendant l’expiration. Cette maladie peut affecter les enfants comme les grandes personnes.

Symptômes

Le principal symptôme de l’halitose est évidemment une odeur relativement forte émanant de la cavité buccale. Mais l’individu affecté ne s’en rend forcément pas compte. Voici donc d’autres signes qui peuvent vite l’alerter : la présence d’un dépôt blanchâtre sur sa langue, les douleurs, les saignements…

Causes

La mauvaise haleine que produit l’halitose est causée par la rupture de l’équilibre des bactéries qui se trouvent dans la bouche. Cela peut être dû à un mauvais entretien de la cavité buccale. Cependant, elle peut être entraînée par la présence d’une infection buccale telle que la carie dentaire, la parodontite, la gingivite et bien d’autres. 

La consommation de certains aliments peut également être responsable de cette pathologie. Il peut s’agir de l’oignon, de l’ail ou de certaines épices. Aussi, lorsque les débris alimentaires se décomposent dans la bouche et qu’ils ne sont pas vite nettoyés, ils créent des composés sulfurés volatils (CSV). Ceux-ci dégagent une très forte odeur. D’autres causes peuvent également être citées à savoir : 

  • Certaines pathologies gastriques ;
  • La prise de certains médicaments ;
  • Un état de grossesse ;
  • La consommation de tabac, etc.

Traitements

Chez l’enfant comme chez l’adulte, l’halitose se règle souvent lorsqu’on entretient une excellente hygiène bucco-dentaire. Toutefois, si elle est sous-jacente à un mal donné, il faudra traiter la pathologie pour y remédier définitivement. Dans tous les cas, il est important de consulter son dentiste pour avoir les bonnes directives afin de soigner cette maladie de la cavité buccale.

La carie dentaire

La carie dentaire est une maladie qui s’attaque aux dents du sujet infecté. L’email est la première partie touchée et une cavité s’y forme. Ensuite, la carie dentaire se propage en profondeur. Si aucune prise en charge n’est faite, le trou s’agrandit et la dentine peut être atteinte. Lorsqu’un traitement n’est toujours pas administré, la carie peut s’étendre et atteindre la pulpe de la dent. Elle peut aussi atteindre le ligament, la gencive ou encore l’os.

Symptômes

Dans un premier temps, la carie dentaire se manifeste par l’apparition d’un point brun et d’une douleur sur l’organe infecté. La douleur est aiguë quand le sujet consomme du froid, du chaud, du salé ou lorsqu’il mord. Aussi, elle est de plus en plus importante au fur et à mesure que l’infection évolue. Lorsque celle-ci atteint le ligament, on assiste donc à la formation d’abcès et de pus autour de la dent.

Causes

Le sucre représente le principal facteur à l’origine de cette maladie de la cavité buccale. En effet, les bactéries que l’on retrouve dans la bouche en l’occurrence les lactobacilles et la bactérie streptococcies mutans acidifient les sucres consommés.

Les acides se lient maintenant à ces bactéries puis à la salive et aux particules alimentaires pour former la plaque dentaire. Si cette dernière n’est pas régulièrement enlevée par un brossage, elle s’attaque aux dents, entraînant la carie. En dehors du sucre, d’autres causes de cette maladie sont entre autres le mauvais brossage, le grignotage, etc.

Traitements

Si la carie n’a pas eu le temps d’atteindre la pulpe dentaire, alors elle se soigne facilement. Les dentistes effectuent généralement un nettoyage puis un plombage de la dent. Ils utilisent un composite ou un amalgame pour boucher le trou. La dent s’en trouve ainsi préservée.

En revanche, lorsque l’affection se trouve à un stade évolué, le canal de la dent doit être nettoyé et traité. Pour une dent très abîmée, le médecin peut avoir recours à une dévitalisation et à une extraction. Une ordonnance d’antidouleur, d’antibiotique ou d’autres médicaments peuvent être prescrite en supplément de ces procédures. 

La gingivite dentaire

La gingivite dentaire représente la pathologie parodontale la plus fréquente pouvant toucher des individus de tous les âges. Elle se manifeste par une inflammation de la gencive dont la couleur normale (le rose) vire au rouge vif. Cette maladie évolutive est généralement indolore

La gingivite – © Crédit : informationhospitaliere.com

Symptômes

Le premier symptôme d’une gingivite dentaire, c’est le saignement non douloureux de la mâchoire qui se produit au moment du brossage. Lorsque le sujet est plutôt en présence d’une gingivite chronique, des gencives deviennent sensibles, enflées et rouges. Cela peut lui entraîner des difficultés à mastiquer.

Causes

Le plus souvent, la gingivite est causée par une mauvaise hygiène dentaire. Les bactéries, les déchets alimentaires et les protéines salivaires présents dans la cavité buccale se fixent sur les dents et forment la plaque dentaire. 

Lorsque cette dernière n’est pas contrôlée, elle recouvre les dents et progressivement, s’infiltre entre elles et les gencives. Et sous l’action de la salive contenant des sels minéraux, la plaque se transforme en une couche rugueuse qui sert de niche aux bactéries. C’est donc cette situation qui entraînera alors la gingivite dentaire.

Toutefois, ce mal peut également être causé par d’autres facteurs. Ce sont : la présence d’une maladie du sang ou d’une infection, des apports insuffisants en calcium ou en vitamines, une malposition des dents

Traitements

Le traitement de la gingivite dentaire repose sur un détartrage fréquent. Plus particulièrement, les patients sujets à la récidive de cette pathologie doivent le faire une fois tous les 6 mois. L’application de certaines règles d’hygiène ne doit pas être négligée non plus :

  • Laver les dents pendant 2 minutes au moins 2 fois par jour ;
  • Utiliser une brosse à dents souple ;
  • Utiliser quotidiennement des brossettes interdentaires ;
  • Adopter un dentifrice adapté recommandé par le dentiste.

La parodontite ou maladie du parodonte

Alors que la gingivite se définit comme étant l’inflammation des gencives, la parodontite quant à elle est l’inflammation des tissus qui relient la mâchoire et les dents. En outre, une gingivite dentaire récidivante ou chronique peut évoluer vers la maladie du parodonte se caractérisant par un déchaussement dentaire.

La parodontite affecte généralement les personnes de plus de 35 ans. Et dans ce cas, elle évolue de manière modérée et lente. On parle de la parodontite chronique. À l’inverse, lorsqu’elle atteint les individus ayant moins de 30 ans, elle progresse très rapidement.

Symptômes

Puisque cette maladie de la cavité dentaire fait généralement suite à une gingivite, le sujet ressentira les mêmes symptômes. En plus, ces derniers seront accompagnés d’une mauvaise haleine et d’un écoulement de pus dans l’espace entre la gencive et la dent. Lorsque l’affection dégénère, on observe un déchaussement et une perte des dents.

Causes

La parodontite, à l’instar de la gingivite dentaire, est le plus souvent causée par une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Cette dernière ayant entraîné la formation de tartre dans la cavité buccale. La gencive se rétracte, son attache autour des dents ainsi que l’os qui maintient les dents sont détruits. C’est la parodontite. 

Cette maladie peut également être entraînée par un grincement de dents répété, une mauvaise position de la mâchoire, le diabète (rarement)… Entre autres causes, on distingue aussi, les anomalies du tissu conjonctif de soutien et des troubles hormonaux.

Traitements

Adopter une bonne hygiène bucco-dentaire, c’est la première démarche à suivre pour soigner la gingivite dentaire. Ensuite, il faut voir un spécialiste pour des nettoyages réguliers.

Ce dernier peut également prescrire des bains de bouche, des antibiotiques et des antidouleurs. De plus, une alimentation saine et équilibrée est fondamentale en présence de cette pathologie. Enfin, si nécessaire, le dentiste peut avoir recours à une chirurgie.

Les aphtes buccaux ou stomatites aphteuses

Les aphtes buccaux sont de petites ulcérations qui tapissent l’intérieur de la cavité buccale. Elles peuvent apparaître à l’intérieur des lèvres, de la bouche et sur la langue. Plus rarement, on les retrouve sur les gencives et le palais. Les aphtes sont bénins et ils ne sont pas contagieux. En général, ils guérissent au bout de deux semaines.

La stomatite aphteuse – © Crédit : informationhospitaliere.com

Symptômes

Une sensation de brûlure ou de cuisson dans la cavité buccale précède la survenue des aphtes. Ensuite apparaît une tache rouge douloureuse avant que ne se forme rapidement l’ulcération.

En général, cette dernière mesure entre deux et dix millimètres sauf en cas d’aphtes géants. Elle présente une forme ovale ou arrondie de couleur grisâtre ou jaunâtre. Son pourtour est rouge vif et bien net. Le plus souvent, l’aphte est unique. Néanmoins, il arrive qu’on en retrouve jusqu’à 6 dans la cavité buccale au cours d’une poussée.

Causes

Les facteurs entraînant la survenue d’aphtes dans la cavité buccale sont nombreux. On distingue notamment : 

  • Une mauvaise hygiène dentaire ;
  • Des lésions provoquées par une mauvaise adaptation des prothèses dentaires ;
  • Des lésions causées par la mastication d’un aliment acide ou dur ;
  • Diverses plaies et brûlures ;
  • La chimiothérapie ou la radiothérapie ;
  • L’arrêt du tabac ;
  • Des changements hormonaux ;
  • Certaines maladies (la maladie de Behçet ou la maladie de Crohn) ;
  • Certains médicaments (les antidépresseurs, les bêtabloquants, les antistéroïdiens, les anti-inflammatoires…) ;
  • Le stress et la fatigue.

Traitements

En principe, un aphte dans la cavité buccale se résorbe de lui-même au bout de dix ou quinze jours. Toutefois, certains contextes nécessitent des soins médicaux. Par exemple, pour des aphtes buccaux très douloureux, le médecin peut prescrire des anesthésiques locaux afin de calmer la douleur. En présence d’aphtes multiples et extrêmement douloureux, c’est généralement un traitement à base de corticoïdes qui est recommandé.

La candidose buccale ou muguet buccal ou stomatite prothétique

La candidose buccale encore connue sous les noms de « muguet buccal » et « stomatite prothétique » est une affection de la cavité nasale. Elle est entraînée par la prolifération d’un champion appelé Candida albicans dans la cavité buccale. 

Candidose orale ou buccale – © Crédit : informationhospitaliere.com

Symptômes

La candidose buccale entraîne des lésions blanchâtres qui apparaissent soudainement et qui sont souvent sur la face interne des joues et sur la langue. Elles peuvent aussi se retrouver dans la gorge et sur le palais.

Ce sont là, les principaux symptômes de cette maladie. Toutefois, le patient peut expérimenter d’autres signes tels que les irritations et les rougeurs dans la cavité buccale. Attention à ne pas confondre ces symptômes avec ceux de la leucoplasie

Causes

La candidose buccale est entraînée par un déséquilibre des champignons naturellement présents dans la cavité buccale. Ce déséquilibre pouvant être causé par différents facteurs tels que : 

  • Un système immunitaire affaibli ;
  • La prise d’un antibiotique ;
  • La présence d’un diabète ;
  • La consommation d’alcool et de tabac.

Traitements

Une bonne hygiène dentaire est un point fondamental pour soigner cette pathologie de la cavité buccale. Les personnes avec un système immunitaire sain n’auront aucun problème à s’en remettre facilement.

Néanmoins, la prise d’un traitement léger est indispensable en présence d’une candidose buccale. Cela permet d’éviter la propagation de l’infection dans la circulation sanguine. Le traitement servira aussi à empêcher que la pathologie affecte les organes vitaux des patients avec un système immunitaire défaillant.

Des antifongiques sont alors prescrits et les molécules les plus couramment utilisées sont : le Miconazole, le Nystatine, le Fluconazole et l’Amphotéricine B. On les retrouve généralement sous forme de comprimés.

Herpes word cloud collage, health concept background

L’herpès labial ou bouton de fièvre ou stomatite herpétique

L’herpès labial est une infection de la cavité buccale encore dénommée bouton de fièvre ou stomatite herpétique. Elle se manifeste par l’apparition de lésions au niveau des lèvres comme l’indique son nom. Il s’agit d’une pathologie contagieuse, qui se transmet par contact et qui affecte beaucoup plus les enfants.

Symptômes

Une première infection au virus causant l’herpès labial peut passer inaperçue et ne présenter aucune manifestation. Mais parfois, elle peut causer des symptômes très importants avec des aphtes buccaux étendus et nombreux. On parle de gingivostomatite. Cela s’accompagne de fortes douleurs locales et de fièvre élevée

Causes

L’herpès labial est une maladie virale causée par un virus dénommé le HSV1. Il s’agit d’un virus de la famille des Herpès simplex. Elle s’attrape par contact direct avec une personne infectée.

Aussi, il faut noter qu’après une première infection, le virus reste présent dans les cellules nerveuses locales. Il peut alors être réactivé par différents facteurs que sont le stress, les règles, un traumatisme ou une exposition au soleil. Une thérapie qui inhibe le système immunitaire, une infection ou une fièvre​ peut également en être la cause.​ 

Traitements

Le traitement pour ce mal repose principalement sur la prise d’antidouleurs. Vous pouvez donc vous procurer du paracétamol en vente libre. Si vous contactez un médecin, il pourrait être amené à recommander un traitement antiviral sous forme de comprimés à base de valaciclovir ou d’aciclovir. C’est généralement le Zelitrex ° qui est prescrit. Par ailleurs, sachez que vous n’avez pas besoin d’une crème à appliquer sur les lésions.

Le syndrome pieds-mains-bouche

La maladie pieds-mains-bouche est une infection contagieuse bénigne qui touche surtout les enfants de 4 mois à 6 ans. Comme son nom l’indique, elle affecte les membres ainsi que la cavité buccale. Et on observe à ses endroits, des éruptions de papulo vésicules accompagnées de plusieurs autres symptômes.

Symptômes

Les premiers symptômes qui apparaissent sont la fièvre, la perte de l’appétit, les maux de tête et de gorge, une rhinite, la diarrhée, etc. Ensuite, au niveau de la cavité buccale, il remarquera :

  • Un érythème pharyngé ;
  • Des rougeurs dans la bouche et dans la gorge ;
  • Des papules à l’intérieur des joues, sur les gencives et autour de la langue ;
  • Des vésicules de petite taille remplies de liquide ;
  • Des aphtes très douloureux…

Bien entendu, des lésions se développeront aussi sur les doigts, sur le dos ou la paume des mains et sur les plantes des pieds. 

Causes

Ce syndrome est d’origine virale. Il est donc entraîné par certains types de virus tels que des entérovirus de type coxsackievirus. Le virus en cause pénètre alors dans la cavité buccale, dans la gorge et dans tout le tube digestif entraînant l’apparition des symptômes.

Traitements

Cette infection virale affectant la cavité buccale n’a pas besoin de traitement spécial pour guérir. Le système immunitaire intervient très rapidement pour stopper sa progression avant qu’il n’atteigne les organes vitaux. Ainsi, au bout d’une dizaine de jours environ, la personne souffrante est guérie.

Le lichen plan buccal

Le lichen plan est une maladie inflammatoire chronique et récidivante qui touche beaucoup plus les adultes d’âge moyen. Elle concerne jusqu’à 1 % de la population française et se présente sous diverses formes dont le lichen plan buccal. Cette forme quant à elle affecte la muqueuse de la bouche.

Elle se manifeste par des lésions se retrouvant dans la cavité buccale et le plus souvent des deux côtés de la bouche. Le sujet qui en souffre expérimentera en outre des périodes alternées de poussées et de rémission.

Symptômes

Les lésions qu’entraîne le lichen plan buccal sont des papules prurigineuses violettes qui donnent la sensation de démanger. Parfois, elles sont recouvertes d’une substance blanchâtre

Mais attention, notez que l’aspect des lésions de cette pathologie est très variable en fonction du type de lichen plan buccal s’exprimant. Ce peut être des tâches, des cloques, des plaies, des indurations et bien d’autres. Ces lésions se retrouvent sur la muqueuse des joues, des gencives et du dos de la langue.

Causes

Les causes du lichen plan en l’occurrence du lichen plan buccal ne sont pas encore clairement élucidées. Mais selon certains scientifiques, il s’agirait d’une maladie auto-immune entraînée par une perturbation du système immunitaire.

Traitements

Le lichen plan buccal n’a jusqu’à ce jour aucun traitement spécifique. Si les symptômes ne sont pas insupportables, il est recommandé aux patients de prendre tout simplement quelques mesures. 

Il s’agira d’éviter les aliments fortement relevés ou irritants ainsi que ceux contenant de la caféine. Une bonne hygiène de la cavité buccale paraît indispensable et pendant les poussées, le patient doit éviter de prendre de l’alcool ou de fumer. Et pour soulager la douleur, le médecin peut prescrire des crèmes anesthésiantes et des produits à base de cortisone.

L’amygdalite

L’amygdalite est une infection et une inflammation des amygdales. Ces dernières grossissent, deviennent douloureuses et gênent souvent la déglutition. L’amygdalite se présente sous deux formes. La forme aiguë s’étend généralement sur une quinzaine de jours et la forme chronique peut durer jusqu’à plusieurs années.

L’amygdalite – © Crédit : informationhospitaliere.com

Symptômes

Les symptômes de ce mal sont entre autres : 

  • Les maux de gorge et les maux de tête ;
  • Une fatigue chronique et un état fébrile ;
  • Une perte ou un enrouement de voix ;
  • La toux ;
  • Des douleurs au niveau des tempes…

Causes

L’amygdalite peut être d’origine virale ou bactérienne. Ainsi, elle se contracte suite à un contact avec une bactérie (streptocoque) ou un virus (mononucléose). Elle peut être transmise suite à une exposition à des gouttelettes contaminées : éternuements, baisers, etc. 

Traitements

Pour soigner ce mal de la cavité buccale, un traitement médicamenteux est habituellement requis. Il est composé d’anti-inflammatoires et parfois d’antibiotiques. Mais si l’affection est plus grave, elle peut conduire à une ablation des amygdales (opération chirurgicale).

La fente labio palantine

Familièrement dénommée bec de lièvre, la présence de la fente labio-palatine est due à une malformation congénitale. Celle-ci ayant entraîné la fusion du palais et de la lèvre supérieure pendant le développement du fœtus. Pour la corriger, il faudra passer par la case de la chirurgie

L’herpangine

L’herpangine est une infection douloureuse très fréquente chez les jeunes enfants, qui apparaît souvent par épidémie à l’automne ou en été. Elle se caractérise par des lésions à l’arrière de la bouche et se diagnostique grâce à certains signes spécifiques.

Symptômes

Cette pathologie de la cavité buccale peut débuter par un mal de gorge et une fièvre brutale. Habituellement, le sujet ressentira ces malaises quelques jours avant l’apparition des lésions de l’herpangine.

Ensuite surviennent des ulcérations à l’arrière de la bouche sur les piliers amygdaliens. Ces dernières peuvent être accompagnées d’autres signes tels que la fatigue, l’anorexie, le mal de gorge et les maux de tête.

Causes

Tout comme la maladie des mains-pieds-bouche, l’herpangine est causée par les virus de type coxsackievirus. Il s’agit donc d’une infection virale. 

Traitements

À l’instar de la maladie pieds-mains-bouche, l’herpangine n’a pas besoin d’un traitement spécial avant de disparaître d’elle-même. Ces symptômes peuvent durer une dizaine de jours. Toutefois, pour soulager les malaises, il est possible de se faire prescrire des antalgiques et des mesures topiques. Les antibiotiques sont absolument inefficaces contre cette maladie. 

En outre, il faut noter que dans ces conditions, une hygiène bucco-dentaire méticuleuse s’avère indispensable. Un régime alimentaire ne comprenant pas d’aliments salés ou acides peut aider l’enfant. Enfin, assurez-vous que le patient boive suffisamment d’eau.

L’ankyloglossie

L’ankyloglossie est une expression médicale qui veut dire « langue courbée ou serrée ». Ainsi, elle désigne une malformation congénitale qui réduit la mobilité de l’organe. Elle affecte les plus importantes fonctions de la cavité buccale et plus particulièrement de la langue que sont la phonation et l’alimentation. 

Symptômes

Tous les cas d’ankyloglossie ne présentent pas de symptômes. Cependant, dans certains cas, il y a des difficultés à lever la langue vers les dents supérieures. Ou encore le sujet aura du mal à les avancer vers les incisives inférieures. Il s’agit donc d’une mobilité réduite de l’organe. Entre autres symptômes courants, on peut avoir des troubles de la parole et d’alimentation. Bien sûr, un bébé présentant cette malformation peut avoir des difficultés pour la tétée.

Causes

Il y a une ankyloglossie lorsque la bande du tissu qui relie le plancher de la cavité buccale à la langue est trop courte. Les facteurs pouvant entraîner ce genre de choses ne sont pas clairement élucidés par les scientifiques.

Traitements

Cette maladie est généralement traitée prudemment et ne requiert pas souvent une intervention en dehors des séances d’informations aux parents d’enfants atteints. En effet, le point qui suscite des polémiques concerne le fait qu’il faille observer ou plutôt corriger par voie chirurgicale les cas d’ankyloglossie.

Et même si elle est très controversée, la pratique de la frénotomie avant l’âge de 6 mois pour favoriser l’allaitement des nourrissons est recommandée par de nombreux spécialistes. Selon eux, cette opération chirurgicale est parfaitement en adéquation avec les normes de la néonatalogie.

La bouche sèche ou xérostomie

La bouche sèche encore désignée par xérostomie est une affection dans laquelle votre cavité buccale ne produit pas suffisamment de salive. En effet, elle empêche ou ralentit la production de salive. La bouche n’étant plus humide, on parle alors de bouche sèche.

Symptômes

Au nombre des symptômes de ce trouble de la production salivaire, on distingue : 

  • Une sensation sèche ou collante dans la cavité buccale ;
  • Une sensation de brûlure sur la langue ;
  • Des difficultés à avaler ;
  • Des difficultés à parler et à mâcher ;
  • Des blessures buccales et des lèvres craquelées ;
  • Un goût métallique dans la bouche ou une baisse des capacités gustatives ;
  • Une mauvaise haleine récurrente.

Causes

La xérostomie peut être engendrée par de nombreux facteurs. Ces derniers peuvent avoir trait à ses habitudes de vie, à des changements biologiques dans son corps ou à certaines conditions médicales. On distingue : une hydratation insuffisante, une pratique de sport intensif, l’alcool, le tabac et les drogues, le vieillissement, les changements hormonaux, certains médicaments…

Traitements

La seule manière de guérir durablement le trouble de la bouche sèche, c’est de soigner sa cause. Et si la cause ne peut être résolue, alors le médecin tentera une hydratation de la cavité buccale par des substituts de salive. Dans ce sens, des bains de bouche spécialement conçus à cet effet peuvent vous aider.

Le cancer buccal

Le cancer de la bouche est une pathologie très grave de la cavité buccale. S’il est diagnostiqué trop tardivement ou s’il n’est pas traité, il peut entraîner la mort. Cette maladie peut se développer dans les tissus profonds de la bouche ou tout simplement sur la muqueuse. Les nerfs, les muscles et l’os peuvent être touchés, mais il semblerait que l’endroit le plus affecté soit la muqueuse buccale. 

Symptômes

Les symptômes de cette maladie de la cavité buccale, qu’ils soient tardifs ou non, sont nombreux. On distingue notamment : 

  • Un changement de texture, d’épaisseur ou de couleur des tissus buccaux ;
  • Des engourdissements ou des saignements ;
  • Des plaques, des aphtes buccaux ou des blessures qui ne se résorbent pas au bout d’un certain temps ;
  • Des plaques rouge foncé ou blanches dans la cavité buccale ou sur les lèvres ;
  • Une voix enrouée et une irritation de la gorge ;
  • Une perturbation des sensations de la langue et du sens du goût ;
  • Des apparitions de ganglions indolores ;
  • Des difficultés à avaler ou à mastiquer…

Causes

De nombreuses causes peuvent être à l’origine d’un cancer au niveau de la cavité buccale. Au nombre de ces dernières, on distingue notamment une grande consommation d’alcool, de tabac ou de cannabis. Une exposition répétée et prolongée des lèvres au soleil, une infection au virus du papillome humain (VPH) et une alimentation pauvre en fruits et légumes peuvent être à la base du cancer buccal.

Entre autres causes, il y a la mauvaise hygiène bucco-dentaire ainsi que les prédispositions génétiques. En outre, les études ont prouvé que l’âge est un facteur de risque du cancer de la bouche. Les risques augmentent pour les sujets de plus de 40 ans. 

Traitements

Les traitements médicaux utilisés contre le cancer de la cavité buccale sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Ils peuvent être appliqués en combinaison ou seuls. Le choix du médecin dépendra de la gravité du cancer, de la localisation de la tumeur ainsi que du stade d’évolution du cancer.

Quels sont les médecins spécialistes de la cavité buccale ?

En présence d’un trouble touchant la bouche, plusieurs spécialistes peuvent être consultés. Bien entendu, le médecin généraliste est habilité à recevoir les premières plaintes et à les corriger si possible. Sinon, il peut toutefois orienter son patient vers divers médecins spécialisés.

Le chirurgien dentiste ou odontologiste 

Ce spécialiste des soins bucco-dentaires s’occupe des problèmes de la sphère orofaciale. Cette dernière comprend les maxillaires, les dents, les gencives… Il soulage les maux, veille à l’esthétique du sourire et restaure l’état de la bouche.

Avec l’aide d’un prothésiste, le chirurgien dentiste peut réaliser les prothèses dentaires telles que les couronnes. Il peut traiter aussi bien des pathologies simples de la cavité buccale comme les caries dentaires que celles qui sont plus complexes.

Il peut également diagnostiquer et soigner des troubles causant des douleurs faciales et orales. Enfin, l’odontologiste est habitué à gérer les urgences dentaires telles que les traumatismes, les infections et les douleurs.

Le stomatologue

Il faut savoir que la stomatologie est une branche de la chirurgie maxillo-faciale et donc une spécialité de la chirurgie.

Ainsi, le stomatologue est un spécialiste des pathologies buccales et dentaires qui prend en charge les extractions dentaires qui requièrent une anesthésie générale ou qui sont relativement difficiles. Ce sont entre autres des opérations concernant des malformations, la pose d’implants, les cancers et les traumatismes de la face.

L’orthodontiste 

Ce médecin exerçant dans le domaine de la médecine bucco-dentaire et de la chirurgie orale et spécialiste de l’orthopédie dento-faciale. Il rectifie la mauvaise position des dents des adultes et des enfants et contrôle la croissance des mâchoires. Il restaure aussi le bon alignement dentaire à l’aide d’appareils invisibles, de bagues dentaires et d’équipements orthodontiques.

En outre, lors de la fabrication de ces appareils correcteurs en laboratoire, l’orthodontiste est apte à préparer des devis descriptifs. En effet, il soigne aussi bien l’aspect esthétique que l’aspect fonctionnel de la denture.

Dans ce cadre, il effectue des radiographies et des examens, établit des diagnostics médicaux, prescrit des traitements, pose des appareils et les ajuste périodiquement. L’orthodontiste est également capable de s’occuper des traumatismes dentaires.

L’endodontiste

Il s’agit d’un spécialiste des problèmes concernant l’intérieur de la dent. Plus particulièrement, il s’occupe de ceux qui affectent les canaux dentaires contenant la pulpe dentaire. L’endodontiste s’occupe essentiellement du diagnostic, du traitement et de la prévention. Il soigne à la fois les systèmes simples et complexes.

Le parodontiste

Le parodontiste est le professionnel de la parodontie qui est une branche de la médecine dentaire. Il est le spécialiste des pathologies associées aux tissus de support des dents et gère aussi bien les diagnostics et les traitements que la prévention. 

On peut donc le contacter pour des maladies de gencives et des lésions dermatologiques qui surviennent au niveau de la cavité buccale. Il peut être recommandé pour le déchaussement des dents et les troubles osseux. Le parodontiste est également un expert de la chirurgie gingivale, des greffes de gencives, de l’insertion chirurgicale d’implants dentaires dans la mâchoire, etc. 

Le pédodontiste

Le pédodontiste est le chirurgien dentiste spécialiste des soins dentaires pour enfant. Il prend en charge les problèmes ayant trait au développement de leurs dents et enseigne l’hygiène bucco-dentaire. Sur de nombreux problèmes de la cavité buccale, ce professionnel est amené à travailler avec les orthodontistes.

L’occlusodontiste

Ce professionnel est le spécialiste des problèmes de la mâchoire. Il prend en charge des pathologies telles que le bruxisme, les douleurs articulaires au niveau des mandibules et la question d’occlusion dentaire.​ ​Le​s​ volets que l’occlusodontiste est habilité à prendre en charge​ sont :

  • ​​Les problèmes de contact de la mâchoire inférieure et supérieure​ ;
  • ​L​’équilibre général articulaire et musculaire au niveau des mâchoires​ ;
  • L​a bonne fonction de l’appareil manducateur… ​

Quels sont les examens médicaux de la cavité buccale ?

Pour explorer la bouche et détecter la présence d’éventuelles maladies, certains examens sont fréquemment faits ou demandés par les médecins. En savoir plus :

L’examen visuel

Dans un premier temps, il y a l’examen visuel qui peut permettre un diagnostic précoce et une prise en charge rapide. Il est pratiqué par le chirurgien dentiste pour évaluer ​:

  • ​L​es gencives et les dents​ ;
  • ​La langue et les tissus mous qui se trouvent en dessous​ ;
  • L​’intérieur des joues ​;
  • ​Le palais.

​C​et examen peut également aider à prévenir les pathologies de la cavité buccale et les affections dentaires. 

Les examens d’i​​magerie médicale

Le docteur peut aussi prescrire des examens d’imagerie tels que la radiographie, le scanner, l’IRM et le PET Scan

La radiographie utilise des rayons X pour obtenir des images nécessaires au diagnostic. Il représente l’examen standard de référence dans le cadre des pathologies de la cavité buccale. Ce premier examen est obligatoire et parfois, ses résultats sont suffisants pour déceler le mal dont souffre le patient.

Le scanner est également une technique d’imagerie qui consiste à explorer une partie donnée sur le corps (dans la cavité buccale) d’un sujet. Et il a pour but d’obtenir des images en coupe. Cet examen à visée diagnostique s’appuie sur l’utilisation de rayon X. 

Il faut savoir que le mot scanner désigne l’appareil spécialement conçu pour ce type d’examen médical. Toutefois, on s’en sert également pour parler de la procédure. Sinon, celle-ci peut aussi être dénommée scanographie ou tomodensitométrie.

L’Imagerie à Résonance Magnétique est un examen qui a pour but de générer des images précises de la bouche en 3D ou en 2 D. Il représente de même un examen à visée diagnostique qui est fait grâce à un grand appareil de forme cylindrique qui produit des ondes radio et un champ magnétique. Il faut noter que pour étudier la forme et l’aspect de tumeur dans la cavité buccale, l’IRM s’avère extrêmement performante.

Encore dénommé Tomoscintigraphie par Émission de Positons (PET), le PET Scan ou positron emission tomography (en anglais) est un examen médical d’imagerie fonctionnelle. En fait, il sert à visualiser le fonctionnement des organes. Il associe la prise d’image par un scanner à l’injection d’une substance radioactive décelable en imagerie.

Autres examens de la cavité buccale

D’autres examens demandés pour le diagnostic des affections de la cavité buccale sont l’endoscopie, la biopsie, l’amygdalectomie, la frénotomie et la frénectomie.​​​

Encore appelée fibroscopie, l’endoscopie est un examen médical de référence où l’on introduit dans le corps, un tube flexible dénommé endoscope ou fibroscope. Ce dernier étant muni de petites caméras, il sert à visualiser les structures internes. La fibroscopie est surtout utile dans le diagnostic de tout type de cancer en l’occurrence du cancer de la cavité buccale. Elle permet de repérer les zones suspectes.

La biopsie quant à elle consiste à prélever un morceau d’organe ou de tissu. Le fragment retiré fait l’objet d’une analyse biochimique et/ou d’un examen microscopique. Ainsi, les professionnels peuvent confirmer ou infirmer un diagnostic tel que le caractère cancéreux d’une tumeur.

Quelques opérations chirurgicales qui concernent la cavité buccale

Bien souvent, pour traiter certaines pathologies de la cavité dentaire, les médecins auront recours à des opérations chirurgicales. On distingue notamment la frénotomie, la frénectomie et l’amygdalectomie.

La frénotomie

La frénotomie est une opération qui consiste à inciser le frein de la langue généralement face à une situation d’ankyloglossie. Son but, c’est de rallonger le frein de l’organe afin que ce dernier soit parfaitement fonctionnel. La frénotomie peut être faite localement avec un laser.

La frénectomie

Cette opération consiste en une ablation (suppression) du frein de la langue. Tout comme la frénotomie, elle est recommandée dans le cadre d’une ankyloglossie. Elle a pour but de restaurer les fonctions de la langue (expression, alimentation, allaitement). Et à l’image de la frénotomie, elle peut être faite localement avec un laser.

L’amygdalectomie

Cette opération chirurgicale a pour but de supprimer les amygdales. Dans la plupart des cas, elle est réalisée lorsque les organes présentent une hypertrophie, c’est-à-dire quand elles sont trop grosses. Dans ces conditions, elles gênent la respiration, car elles bouchent les voies respiratoires. Néanmoins, cette opération peut aussi être faite dans d’autres cas tels que les angines répétées accompagnées de fièvre et de douleurs.

Contrairement aux idées reçues, cette opération de la cavité buccale n’est pas très simple. Elle requiert une étude cas par cas ainsi qu’une grande surveillance postopératoire.  

Vous aimerez aussi :

Related Articles