Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Comment fonctionne un test de grossesse ?

Aujourd’hui disponibles en pharmacies et dans les grandes surfaces de vente sans obligation d’avoir une ordonnance, le test de grossesse permet aux femmes de savoir si elles sont réellement enceintes. Même si son utilisation peut sembler facile, certains modèles de ces tests sont assez complexes à comprendre. Il faut alors en connaître le fonctionnement pour pouvoir bien l’utiliser. De quelle façon se présente alors un test de grossesse ? Quels en sont les différents types et comment fonctionne-t-il ?

Le test de grossesse : qu’est-ce que c’est ?

Son nom l’indique clairement, le test de grossesse permet à une femme d’avoir la certitude sur son état de grossesse. On ne l’utilise qu’une seule fois et il faut attendre un retard des règles.

Environ 4 millions de tests de grossesse sont vendus chaque année dans le monde entier. C’est la preuve que ces tests sont vraiment utiles pour les femmes. Par ailleurs, ces tests ont beaucoup évolué avec le temps. Il en existe alors de nombreux modèles de nos jours : des digitaux, des connectés et bien d’autres encore. Certains tests, plus perfectionnés, peuvent même indiquer si la femme est enceinte avant le jour de réapparition présumée des règles.

On distingue essentiellement deux manières de réaliser un test de grossesse. La première manière consiste à se rendre dans un laboratoire d’analyses pour un prélèvement sanguin. L’analyse de sang révélera si la femme est enceinte ou non : c’est le test sanguin.

La deuxième manière, qualifiée de test urinaire, est celle qui consiste à détecter une éventuelle grossesse à partir de l’urine de la femme. Chacun  de ces deux tests fonctionne, en évaluant le taux de l’hormone de la grossesse, la HCG, dans l’urine ou dans le sang. Nous nous concentrerons beaucoup plus sur le fonctionnement d’un test urinaire de grossesse.

Le fonctionnement d’un test de grossesse

La détection de l’hormone HCG dans les urines est le procédé sur lequel repose le fonctionnement d’un test de grossesse. En effet, les tests sont réalisés avec un procédé immunologique, qui fera réagir certains anticorps au contact de cette hormone.

L’HCG, aussi appelée hormone de la grossesse, est sécrétée par l’embryon, à partir du moment où la nidation de l’œuf commence. C’est environ une semaine après la fécondation que cette nidation débute. Lorsque le test détecte cette hormone dans l’urine de la femme, la conclusion directe est qu’elle est enceinte.

Le fonctionnement d’un test de grossesse est moins complexe qu’on pourrait bien l’imaginer. On le reconnaît facilement grâce à sa forme de bâtonnet en plastique. Il en existe aussi en bandelette. Durant le test, l’un des embouts du bâtonnet doit être placé sous un filet d’urine, pendant une période qui peut aller de cinq à quinze secondes.

Au bout de trois ou cinq minutes, les résultats du test apparaissent. Selon le modèle de test utilisé, les résultats peuvent s’afficher sous différentes modalités. Ils peuvent être sous la forme de trait coloré qui indique que la femme est enceinte, ou sous la forme d’un signe « + » qui traduit la même conclusion. Par ricochet, le signe « – » indique qu’il n’y a pas de grossesse. Certains tests peuvent même afficher sur un écran d’affichage la mention « enceinte » ou « pas enceinte », selon le cas. Ces modèles perfectionnés peuvent aussi indiquer le nombre de semaines écoulés depuis la conception du futur bébé.

Par ailleurs, la quasi-totalité des tests de grossesse sont équipés d’une fenêtre dite de « test » à partir de laquelle, on détermine si le test fonctionne normalement. Un trait doit apparaître dans cette fenêtre si le test marche bien.

Il faut aussi noter que la prise de certains médicaments tels que les inducteurs d’ovulation qui contiennent de la HCG, peut être à l’origine d’une altération des résultats d’un test de grossesse. 

Quelques règles à respecter avant la lecture des résultats du test de grossesse

L’interprétation des résultats du test de grossesse est une étape importante, qui peut différer d’un modèle de test à un autre. Pour se retrouver facilement, il vaut mieux lire la notice d’emploi du produit. Par ailleurs, il y a deux points essentiels à respecter avant de consulter les résultats.

Le premier consiste à respecter scrupuleusement le temps de pause, après avoir passé le test sous l’urine. Allant d’une à cinq minutes, ce temps permet au dispositif de bien analyser l’urine afin d’y détecter des éventuelles traces de HCG. Il faut noter qu’après dix minutes, les capteurs du test ne réagissent plus. Les résultats du test peuvent alors changer.

Le deuxième point concerne la vérification de la fenêtre de contrôle. Cette dernière confirme le fonctionnement du test. Si cette fenêtre est vide, cela signifie que le test est défaillant et son résultat ne doit pas être pris en compte, quel qu’il soit. Cette situation peut se produire lorsque la tige du test n’a pas été suffisamment imprégnée d’urine, ou lorsque la quantité d’urine est beaucoup trop. Dans ces cas, il faut reprendre l’opération avec un nouveau test, car ils sont tous à usage unique.

Quel est le moment adapté pour réaliser le test de grossesse ?

N’importe quel moment convient pour réaliser un test de grossesse. Mais, pour des besoins de fiabilité, il est préférable d’attendre un retard de règles (c’est-à-dire 14 ou 15 jours après la conception) avant de le réaliser. Il faut préciser que même avant cette date, on peut avoir un résultat fiable avec la qualité des tests de plus en plus grandissante.

En ce qui concerne le moment de la journée où  il faut réaliser le test, le matin est vivement recommandé. En effet, les urines du matin contiennent beaucoup plus de HCG que celles des autres moments de la journée. Cependant, le test peut être fait aux autres moments de la journée.

Que dire de la fiabilité des tests de grossesse ?

Aujourd’hui, la précision des résultats des tests de grossesse est impressionnante. Ces tests sont considérés comme fiables, jusqu’à 99 %. Malgré cela, il reste toujours important de se rendre dans un laboratoire d’analyses pour confirmer les résultats. De cette manière, on sait avec précision de combien de semaines on est enceinte.

Par ailleurs, un résultat positif d’un test de grossesse est plus fiable qu’un résultat négatif. En effet, le test peut indiquer un résultat négatif pour diverses raisons : le test est réalisé trop tôt et l’hormone HCG n’existe pas en quantité suffisante pour être détecté. Les tumeurs ainsi que les lésions qui provoquent la sécrétion d’hormones semblables à la HCG peuvent aussi induire le test en erreur.

Les résultats du test de grossesse

Il y a deux issues possibles pour un test de grossesse : soit il est positif ou négatif. Voyons ici ce qu’il faut savoir sur chacune de ces éventualités.

Le test de grossesse positif

Un test de grossesse positif suppose que l’hormone HCG a été détectée dans l’urine de la femme. Des anticorps réagissent à cette hormone et produisent une réaction qui conduit à un résultat positif. Même si le test est fiable, un rendez-vous chez le médecin est recommandé pour confirmer le résultat.

Selon le modèle de test utilisé, le résultat positif peut être affiché de différentes manières :

  • Un trait vertical ;
  • Un symbole « + » ;
  • Le mot enceinte dans le cas d’un test digital ;
  • La mention enceinte accompagnée du nombre de semaines de la grossesse.

Il faut bien lire la notice pour savoir ce que signifie chacun de ces symboles. En ce qui concerne particulièrement les résultats sous forme de trait, le résultat est considéré comme positif, que la ligne soit foncée ou non. La raison est que la présence de ce trait traduit la présence de l’hormone HCG dans l’urine.

Le test de grossesse négatif

Un test de grossesse négatif se traduit par l’absence d’hormone HCG dans l’urine. Au contraire du test positif, on observera selon le modèle un signe « – », l’absence de trait ou la mention « pas enceinte » pour les tests digitaux.

Il peut parfois arriver que les règles ne réapparaissent pas après un test négatif. Dans ce cas, il faut attendre quelques jours et reprendre un nouveau test. Si ce dernier est toujours négatif, il faudra prendre rendez-vous avec un médecin pour comprendre ce qui est à l’origine de l’absence des règles.

Les risques de faux-positif ou de faux-négatif

Aussi fiables qu’ils puissent paraître, les tests de grossesse présentent toujours une marge d’erreur. Il s’agit notamment du « faux-positif » qui indique une grossesse alors que la femme n’est pas enceinte et du « faux-négatif » qui ne détecte pas de grossesse alors qu’il y en a.

En ce qui concerne le « faux-positif », il est très rare et ne survient que dans les situations suivantes :

  • Une induction d’ovulation qui contient l’hormone HCG ;
  • La présence de certains neuroleptiques ;
  • Un accouchement ou une faussecouche récente ;
  • La présence de détergent dans le flacon ayant servi à recueillir l’urine.

Chacune de ces situations peut conduire à un faux-positif. Lorsqu’on obtient ce type de résultat, il faut consulter son gynécologue ou une sage-femme pour un examen clinique.

Quant au « faux-négatif », il est plus fréquent et apparaît lorsque le test a été réalisé beaucoup trop tôt. Cela s’explique par la durée moyenne des cycles et la date d’ovulation.

Pour se mettre à l’abri d’un « faux-négatif », il faut attendre de constater réellement le retard des règles avant d’effectuer le test.

Vous aimerez aussi :

Related Articles