Global Statistics

All countries
526,080,107
Confirmed
Updated on May 20, 2022 4:23 pm
All countries
481,645,534
Recovered
Updated on May 20, 2022 4:23 pm
All countries
6,297,530
Deaths
Updated on May 20, 2022 4:23 pm

Comment traiter la calcification de la prostate ?

Les calcifications de la prostate sont une conséquence d’épisodes pathologiques, généralement infectieux ou inflammatoires. Elles apparaissent comme des formations stables, pouvant être mises en évidence par un examen échographique. Ce trouble uro-génital est assez fréquent au sein de la population masculine, où il touche environ un tiers des personnes. Qu’est-ce que la calcification de la prostate ? Quelles en sont les causes, les manifestations et quels traitements pour s’en débarrasser ?

Qu’est-ce que la calcification de la prostate ?

La calcification de la prostate ou calcification prostatique est un dépôt de substances minérales (le plus souvent le calcium), à l’intérieur des voies génitales masculines. Ces minéraux sont des formations stables, de tailles variables. Ils sont localisés à l’intérieur de la prostate, plus précisément entre les parties périphériques de l’organe et dans la région péri-urétrale (autour de l’urètre).

Cet incident pathologique est dans la majorité des cas, le résultat de plusieurs épisodes infectieux ou inflammatoires non traités. En fonction de la gravité de l’infection, il peut se former un ou plusieurs amas de minerais à l’intérieur de la prostate.

En règle générale, les calculs de la prostate sont à la fois bénins et imperceptibles par l’hôte. Ils ne sont découverts que par hasard, lors d’un examen clinique, une biopsie de la prostate, une échographie ou une IRM ou au cours d’un examen physique tel que le toucher rectal. Le problème peut, dans certains cas, évoluer et être source d’inconfort. À ce stade d’évolution, les formations caliciformes mesurent entre un demi-millimètre et cinq millimètres, comparables aux graines de pavot ou aux grains de mil.

Calcification prostatique : quelles sont les personnes les plus à risque ?

Il existe un grand risque de formation caliciforme chez les personnes :

  • Agées de plus de 50 ans ;
  • Atteintes de cancer de la prostate ;
  • Ayant des antécédents de maladies infectieuses ;
  • Présentant une inflammation de la prostate ;
  • Souffrant de maladies de la prostate.

Les personnes souffrant de troubles urologiques affectant des organes autres que la prostate, peuvent également présenter des calcifications prostatiques.

Quels sont les différents types de calcifications prostatiques ?

Selon leur emplacement, il existe deux types de calcifications de la prostate.

Les calcifications péri-adénomateuses

Les calcifications péri-adénomateuses apparaissent le plus souvent, chez les individus affectés d’adénomes de la prostate etchez les sujets âgés. Elles sont formées par précipitation de sels à l’intérieur des canaux en relation avec la prostate. Il s’ensuit une compression de l’organe avec reflux intra prostatique de l’urine. Les symptômes associés à ce type de calcification prostatique sont : la pollakiurie (besoin fréquent d’uriner) et l’interruption du jet d’urine, qui se traduit par un démarrage retardé lors de la miction.

Calcifications péri-urétrales

Cette forme de calcification prostatique est plus répandue chez les individus de jeune âge. La symptomatologie qui se produit dépend de la localisation des calculs calciques :

  • La survenue des troubles de la miction avec une douleur référée à la pointe du pénis suggère un dépôt calcique sous le col de la vessie ;
  • La sensation gênante de pesanteur entre la racine du scrotum et le rectum (périnée) indique une calcification entre la partie de l’urètre et le col de la vessie ;
  • Les signes tels qu’une éjaculation précoce et douloureuse ou une hémospermie,  signalent un dépôt de minerais à la sortie des canaux éjaculatoires.

Les calcifications péri-urétrales sont ici, des formations qui se produisent dans les structures situées à la périphérie de la prostate (scrotum, testicules, épididyme). Les complications au niveau de ces structures peuvent induire de façon directe, des calcifications de la prostate.

Quelles sont les causes de calcification prostatique ?

Fondamentalement, les causes de la calcification de la prostate sont :

  • La rétention de l’urine pendant un long moment ;
  • La calcification des corps amylacés riches en calcium qui proviennent des sécrétions de la prostate ;
  • Une prostatite aiguë ou chronique qui est une inflammation de la prostate, déclenchée par exemple par une infection bactérienne, des infections des voies urinaires, une congestion urinaire, des maladies des testicules et de l’épididyme, des rapports sexuels ;
  • Abcès de la prostate : inflammation purulente qui s’isole ;
  • Tumeurs de la prostate : les tumeurs bénignes et malignes sur la prostate peuvent entraîner une calcification ;
  • Le diabète sucré ;
  • Des complications chirurgicales ;
  • Une mauvaise radiothérapie ;
  • Une hypertrophie bénigne de la prostate.

À noter que l’incidence de calcification prostatique est de 10 % chez les personnes atteintes d’une hypertrophie bénigne de la prostate.

Symptômes associés à une calcification de la prostate

Les symptômes associés à la calcification prostatique sont multiples et ont une durée généralement supérieure à trois ou quatre mois. Ils peuvent inclure les symptômes typiques de troubles urinaires ou d’hypertrophie de la prostate tels que :

  • Des inconforts, tensions, chocs, douleur ou brûlure dans la région du périnée (entre le scrotum et l’anus), dans la région des testicules ou à l’extrémité du pénis. Ces sensations peuvent alors également s’étendre au bas-ventre, à l’aine et au dos dans certains cas ;
  • Une éjaculation précoce ;
  • La réduction de la libido ;
  • Douleur ou brûlure pendant ou après avoir uriné ;
  • Problèmes intestinaux tels que les ballonnements ou la diarrhée ;
  • Difficulté à marcher, à maintenir le siège pendant une longue période durant l’utilisation du vélo ;
  • Sensation d’être assis sur un objet (par exemple une balle de golf) ou d’avoir un corps étranger dans le rectum.

Dans certains cas (bien que rares), les phénomènes symptomatiques de la calcification de la prostate peuvent se manifester par un dysfonctionnement ou un déficit érectile. Cela vient du fait qu’il existe un « inconfort » considérable, dans tous les organes impliqués dans la reproduction.

Comment se fait le diagnostic d’une calcification de la prostate ?

En règle générale, les calcifications prostatiques ne sont découvertes que par hasard, au cours d’un examen urologique par exemple. En cas de suspicion de calcification de la prostate, le médecin peut ordonner des examens supplémentaires. Les tests diagnostiques pour détecter la calcification de la prostate sont :

  • La tomodensitométrie (TDM) ;
  • L’échographie pelvienne ou l’échographie supra-pubienne de la prostate qui est l’examen le plus courant. Elle est normalement effectuée chez les personnes âgées ou celles qui souffrent d’hypertrophie bénigne de la prostate ;
  • L’utilisation des sondes ultrasoniques ;
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) sans contraste, qui permet une étude plus approfondie des tissus mous de la prostate ;
  • Une échographie transrectale.

Très souvent, les calcifications prostatiques sont confondues avec des calculs rénaux. Lors de son analyse, l’urologue doit faire preuve de vigilance afin d’exclure toutes les éventualités de formations de calculs rénaux.

Comment traiter la calcification prostatique ?

Généralement, les calculs de la prostate qui demeurent asymptomatiques ne nécessitent pas de traitement. Ils peuvent être éliminés spontanément, au moment où ils passent dans l’urètre ou lors de la miction. À noter que le passage à l’expulsion provoque une douleur intense chez les hommes. Par ailleurs, si les calculs causent de l’inconfort, ils peuvent être traités spécifiquement.
Compte tenu du fait que les calculs de la prostate sont composés principalement de phosphate de calcium (82,6 %), la prise de suppléments de citrate de potassium peut aider à combattre le trouble. Il est recommandé aux individus qui suivent cette voie thérapeutique de poursuivre le traitement sur une période d’au moins 2 mois.

Parfois, la prise d’anti-inflammatoires naturels à base de curcumine et de bromélaïne peut se révéler utile lors du traitement. D’un autre côté, les calculs prostatiques peuvent avoir une origine bactérienne. Si c’est le cas, le professionnel de santé prescrit généralement des antibiotiques. Ces substances médicamenteuses aident à combattre les infections et réduisent dans le même temps les réactions inflammatoires.

L’antibiothérapie peut également être administrée par voie trans-périnéale. Cette procédure n’est cependant pas exempte d’effets secondaires. Elle provoque d’ailleurs une dysfonction érectile.

Dans de rares cas, il peut être nécessaire de recourir à la chirurgie. Chez les personnes souffrant d’une hypertrophie de la prostate par exemple, le tissu prostatique peut être également enlevé. La procédure est appelée résection trans-urétrale de la prostate (RTUP) et fait appel à un endoscope.

Durée et pronostic vital

Les amas de minerais peuvent se loger dans la prostate, et cela sur plusieurs années. En règle générale, la tendance aux dépôts de calcium augmente avec la vieillesse, en raison d’une inflammation plus fréquente ou de tumeurs. Étant donné que les calcifications sont généralement inoffensives et ne présentent aucun symptôme, elles ne sont souvent pas détectées rapidement.

En ce qui concerne l’espérance de vie, le trouble en lui-même n’induit pas de réduction significative. Le véritable problème réside dans le fait que les calculs peuvent évoluer et entraîner des complications graves. C’est pour cela qu’il est important de consulter un urologue fréquemment.

La calcification dans la prostate augmente-t-elle le taux de PSA ?

La PSA (Prostate Specific Antigen) est une protéine produite par l’organe lui-même. Les valeurs normales de ce médiateur biologique sont comprises entre 1,4 et 4,4 μg/l. Les calcifications dans la prostate peuvent théoriquement augmenter la valeur du PSA, mais légèrement, de sorte qu’elle n’est généralement pas perceptible. D’autre part, les maladies inflammatoires, les adénomes ou les tumeurs malignes conduisent à une augmentation plus massive du taux de PSA.

Vous aimerez aussi :

Related Articles