Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Comment traiter la fasciite plantaire ?

La fasciite plantaire est une blessure ou pathologie au pied, qui survient après une inflammation du tissu reliant les orteils et le talon. Cette pathologie peut affecter un seul pied ou les deux. Les douleurs qu’elle induit peuvent être de forte intensité. Cependant, lorsqu’elle n’est pas rapidement prise en charge, la fasciite plantaire peut conduire à de graves complications, qui vont nécessiter des prises en charge spécifiques. Quels sont les principaux symptômes de la fasciite plantaire ? Quels sont les meilleurs moyens de traitement de cette pathologie ?

Définition de la fasciite plantaire

L’étirement ou l’inflammation du fascia plantaire est l’origine principale de cette blessure qu’on désigne aussi par le nom d’aponévrosite plantaire. En effet, le fascia plantaire est une membrane constituée de fibres qui représente une liaison entre le talon et les orteils.

La fasciite plantaire – © Crédit : informationhospitaliere.com
La fasciite plantaire – © Crédit : informationhospitaliere.com

Les douleurs intenses au talon sont les manifestations les plus fréquentes de la fasciite plantaire. C’est pour cette raison que les personnes qui pratiquent des activités sportives sont les plus atteintes vu qu’elles sollicitent énormément toutes les structures du pied.

Lorsqu’on est atteint de fasciite plantaire, la conduite à tenir consiste à réduire ou arrêter les activités sportives et consulter un médecin pour suivre un traitement adapté. Si ces mesures ne sont pas prises, la pathologie peut s’aggraver et évoluer vers de dangereuses complications.

Les causes de la fasciite plantaire

De nombreuses situations autant physiques que psychologiques peuvent être à l’origine du déclenchement d’une fasciite plantaire.

Le sport

Le sport est une de ces situations conduisant à la fasciite plantaire, ou du moins, l’une des plus fréquentes. En effet, lorsqu’on pratique des activités sportives sans l’équipement adéquat ou encore sans une bonne préparation des muscles et du tendon, cela peut provoquer des étirements au niveau du fascia plantaire. Ce qui conduit plus tard à la fasciite plantaire. Les activités sportives qui présentent plus le risque de causer cette pathologie sont :

  • Les sports d’équipe (football, basketball, volleyball…) ;
  • Le jogging (course à pied) ;
  • Les sauts et le ski ;
  • Les entraînements sur un simulateur d’escaliers ;
  • La danse aérobique.

Ces activités sont considérées comme à risque puisque leur pratique nécessite généralement une sollicitation de toute la structure du pied.

L’obésité et la sur-alimentation

D’un autre côté, il y a aussi l’obésité et la sur-alimentation qui créent des conditions favorables au développement de la fasciite plantaire. Cela s’explique par le fait que le surplus ou l’excédent de poids jouent un rôle important dans l’augmentation des tensions musculaires au niveau de l’arrière de la jambe. Ces tensions, normalement presque inexistantes, qui commencent à se manifester fréquemment ont alors une répercussion sur les pieds.

Le port de mauvaises chaussures

Vu que l’on porte des chaussures pratiquement tout le temps, il faut accorder un soin particulier au choix de ces dernières puisqu’elles peuvent causer des dommages si elles créent une mauvaise posture. En effet, si la chaussure serre trop les pieds, elle provoque une atrophie des muscles qui conduit à un mauvais soutien de la voûte plantaire. Cela provoque ensuite un déséquilibre biomécanique. Les types de chaussures produisant cet effet sont notamment ceux dont les semelles sont trop dures et dont l’intérieur n’est pas assez confortable : dans les deux cas, il y a une déstabilisation du talon qui se produit.

Autres causes

En dehors des principales causes de la fasciite plantaire précédemment évoquées, il existe également quelques facteurs qui contribuent dans une moindre mesure à l’apparition de cette pathologie. Par exemple, les personnes ayant des pieds plats ou creux ont plus de risques de développer une fasciite plantaire. Il y a aussi les personnes ayant une jambe plus longue que l’autre, une mauvaise rotation des jambes ou encore des muscles et des mollets trop forts qui sont naturellement prédisposés à développer cette pathologie.

Par ailleurs, l’âge peut également être un facteur de déclenchement. Plus l’on vieillit, plus le fascia plantaire devient rigide et plus enclin à des microchirurgies. On peut aussi évoquer les maladies inflammatoires (l’arthrite par exemple) qui représentent un facteur de risque important.

De façon plus isolée, on peut retrouver les facteurs suivants :

  • L’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde ;
  • Les déséquilibres mécaniques et naturels du pied ;
  • Une augmentation subite du nombre de pas durant une marche ou une course ;
  • Les tensions des muscles et des mollets.

Au-delà de ces facteurs, la fasciite plantaire peut aussi apparaître suite au rétrécissement du fascia plantaire. Ce rétrécissement survient généralement pendant la nuit quand il se produit une flexion de la cheville.

Quelques complications de la fasciite plantaire

Le pied est sollicité dans presque toutes les activités que mène l’homme. Il est donc primordial de prendre les dispositions adéquates pour corriger la fasciite plantaire lorsqu’elle s’installe. Sinon, elle peut évoluer vers de graves complications.

La plus fréquente des complications est l’épine calcanéenne. En effet, jusqu’à 60 % des personnes atteintes de fasciite plantaire développent aussi cette complication.

Maladie de l’épine calcanéenne – © Crédit : informationhospitaliere.com
Maladie de l’épine calcanéenne – © Crédit : informationhospitaliere.com

L’épine calcanéenne correspond à une petite formation osseuse qui s’installe entre le fascia plantaire et l’os du talon. La formation de ce morceau d’os est une réponse du pied pour résister à l’étirement excessif du tendon. Cette épine (aussi appelée exostose calcanéenne) va donc permettre à l’os du pied de soutenir la tension accrue du tendon.

Généralement, l’épine est d’une taille tellement insignifiante que le sujet n’en ressent pas la présence. Toutefois, dans certains cas, elle peut être tellement grosse qu’il faut procéder à une excision pour faire disparaître la pression locale qu’elle crée.

Les symptômes de la fasciite plantaire

Il n’existe pas vraiment beaucoup de symptômes de la fasciite plantaire. Ils se résument généralement à des douleurs d’intensité variable au niveau du talon. Les sujets ressentent beaucoup plus ces douleurs en matinée. Dans certains cas, ces maux disparaissent au bout d’un moment et reviennent quand le sujet a pratiqué une activité physique. Il peut aussi arriver que le patient ressente de la chaleur et du pincement dans le talon. La fasciite plantaire peut se manifester également par de légères tensions sur la partie extérieure du pied. Tous les déplacements deviennent difficiles pour le sujet, surtout les montées et les descentes d’escaliers.

Par ailleurs, on a plus de chance de développer cette pathologie quand on atteint l’âge de 45 ans, surtout chez les femmes. Les femmes en état de grossesse sont également des personnes très exposées à cette pathologie en raison de leur poids qui augmente fortement pendant la période.

Quelques traitements de la fasciite plantaire

Pour éviter les différentes complications de la fasciite plantaire, il faut la traiter le plus tôt possible. Il existe heureusement plusieurs moyens qui permettent de venir à bout de ce mal.

L’orthèse plantaire

La mise en place d’une orthèse plantaire est un moyen non seulement sûr, mais aussi rapide pour faire disparaître les douleurs induites par la fasciite plantaire. On recommande de consulter un podiatre afin de se procurer des orthèses réalisées sur mesure. Ce dernier fera une moule en fonction de la taille de votre pied. Pour que l’orthèse puisse réduire les douleurs de la fasciite plantaire, il faut qu’elle intègre un très bon support pour la cambrure du pied. Pour cela, il est nécessaire que l’impact de l’orthèse sur le talon soit réduit au maximum.

Réaliser une thérapie au laser

La thérapie au laser est une méthode qui consiste à utiliser une machine pour envoyer de nombreux rayons lumineux au travers de la peau. Il s’agit d’un procédé qui participe fortement à une bonne circulation du sang dans l’organisme. L’énergie qui est produite par les rayons lumineux propagés dans la peau supprime de manière immédiate les douleurs liées à la fasciite plantaire.

En plus de réduire la douleur, la thérapie au laser minimise également les risques d’inflammation et participe à la stimulation de la cicatrisation des zones affectées par la pathologie. Si la maladie n’est pas à un stade grave, cette méthode est toujours privilégiée, car elle n’est pas aussi invasive que la chirurgie.

La thérapie manuelle du pied

Cette thérapie englobe essentiellement les diverses techniques de massage ainsi que les connaissances expertes d’un podiatre. Ce dernier procède à une mobilisation des articulations du pied au moyen de massages. Ainsi, les douleurs de la fasciite plantaire disparaissent peu à peu. En examinant le sujet, le podiatre arrive à détecter les endroits d’où proviennent les douleurs et y effectue des mouvements précis.

L’injection de cortisone

La cortisone est une hormone naturelle qui a pour action de réduire les inflammations et d’accélérer la disparition des douleurs. On l’utilise pour soigner la fasciite plantaire quand des solutions plus simples n’ont pas donné les résultats attendus. Avant de procéder aux injections, le podiatre réalisera habituellement une échographie du pied pour évaluer les dommages et pour savoir quelles proportions de cortisone il faut injecter.

Même si cette méthode est très efficace, elle peut aussi avoir des effets secondaires indésirables. Par exemple, le patient peut être sujet à des démangeaisons ou à des décolorations de la peau.

Lorsque toutes ces solutions ne marchent pas, on peut réaliser une chirurgie podiatrique qui est le dernier recours pour venir à bout d’une fasciite plantaire. La chirurgie permet notamment de supprimer de façon définitive les douleurs.

Vous aimerez aussi :

Related Articles