Global Statistics

All countries
551,819,640
Confirmed
Updated on June 30, 2022 5:24 am
All countries
524,643,307
Recovered
Updated on June 30, 2022 5:24 am
All countries
6,356,292
Deaths
Updated on June 30, 2022 5:24 am

Comment traiter une intolérance au lactose ?

Le lactose est un sucre, généralement présent dans les produits laitiers. Après consommation de ces derniers, le lactose qu’ils renferment est censé normalement subir une dégradation, sous l’action de la lactase dans l’organisme. Parfois, il arrive que la dégradation n’ait pas lieu, ce qui crée de nombreux problèmes tels que des ballonnements, des crampes d’estomac, de la diarrhée… On parle dès lors d’intolérance au lactose.

Pour donc remédier à cela, plusieurs solutions ont été mises en place afin de soulager les patients atteints d’intolérance au lactose. Comment définir une intolérance au lactose et quels sont les traitements possibles de cette affection ?

L’intolérance au lactose : Définition

L’intolérance au lactose correspond à un trouble de digestion, causé par l’absence ou le manque de lactase dans l’organisme. Autrement dit, c’est une incapacité à digérer le lactose pour des raisons de quantité insuffisante de lactase.

En effet, dans le lait, il y a plusieurs sucres dont le lactose, qui en est le principal et le plus complexe. C’est un sucre naturel qui se retrouve dans presque tous les produits laitiers en concentrations diverses, en fonction du type de fermentation subi : fermentation lactique ou non.

Lorsque vous consommez du lait ou un produit laitier, la lactase, qui est un enzyme intestinal spécifique au lait, et produite dans la muqueuse intérieure de l’intestin grêle par les cellules, se charge de la dissociation ou de la dégradation du lactose.

Étant donné que le lactose contient deux éléments principaux, le glucose et le galactose ; la dissociation va conduire à l’obtention de ces deux substances. Les deux sucres simples obtenus sont ensuite absorbés par la paroi intestinale pour être éjectés dans la circulation.

En cas de quantité insuffisante ou de manque de lactase, la dissociation et l’absorption ne pourront pas s’opérer. Ainsi, le lactose commencera à se concentrer en quantité excessive dans l’intestin.  Il va ensuite atterrir dans le gros intestin tel qu’il est, pour ensuite être fermenté par les bactéries.

De ce fait, cette fermentation va produire des acides gras, des gaz (dioxyde de carbone, hydrogène, méthane) responsables des flatulences, des ballonnements et des crampes abdominales. Cette situation engendre par la même occasion une accumulation assez importante d’eau dans le gros intestin, avec des envies consécutives de diarrhée ainsi que des gaz et douleurs.

Quels sont les différents types d’intolérance au lactose ?

Les intolérances au lactose sont de 3 ordres :

L’intolérance primaire au lactose

L’intolérance primaire au lactose est un type d’intolérance qu’on remarque souvent dans les régions où les populations n’ont pas l’habitude de consommer du lait. Il résulte le plus souvent de leurs conditions de vie.

Dans ces régions, la diminution de la production de lactase s’observe le plus chez les nourrissons sevrés, plutôt que chez les personnes âgées.

L’intolérance secondaire au lactose

L’intolérance secondaire au lactose est aussi le résultat des conditions de vie et tient sa source de certains troubles dits gastro-intestinaux.

Dans certains cas, surtout quand elle a été causée par une exposition à des parasites intestinaux, l’intolérance secondaire ne dure qu’un court moment. Elle peut également survenir après une apparition de la maladie de Crohn, du syndrome du côlon irritable, etc.

L’intolérance au lactose causée par un déficit congénital en lactase

En dehors de certaines conditions de vie susceptibles d’entrainer une intolérance au lactose, il y a le facteur de risque suivant : la génétique ou l’hérédité. Déjà à la naissance, l’enfant peut présenter ce handicap de ne pas pouvoir produire de la lactase.

Quelles sont les causes de l’intolérance au lactose ?

Les causes de l’intolérance au lactose se rapportent le plus à l’état de la muqueuse de l’intestin grêle. On peut donc les ranger en deux catégories : lactase primaire et lactase secondaire.

On parle de lactase secondaire lorsque cette intolérance au lactose est temporaire. C’est-à-dire qu’elle est causée suite au dommage subi par la muqueuse de l’intestin grêle, qui ne pourra donc plus produire de lactose.

Cet endommagement est causé par une infection intestinale ou des maladies telles que l’allergie au gluten, les cancers, les maladies digestives, etc. Après être guéries, ces personnes retrouvent les capacités nécessaires pour digérer le lactose.

Il y a également la lactase primaire qui est le résultat de certaines mutations génétiques, provoquant l’absence de lactase.

Quels sont les symptômes de l’intolérance au lactose ?

Les symptômes de l’intolérance au lactose diffèrent et varient selon l’âge de l’individu atteint.

En général, chez certains patients qui ne tolèrent pas le lactose, le premier symptôme est l’intolérance au lait et aux produits laitiers. Les enfants sont plus sensibles au développement des symptômes. Le développement des symptômes chez les grandes personnes n’apparaît qu’après une consommation allant au-delà de 250 à 375 millilitres de lait.

À part ce symptôme, il y en a d’autres.

Chez l’enfant (surtout quand il est allergique au lait de vache) :

  • La diarrhée ;
  • L’arrêt de croissance du poids (si le lait fait partie de son régime) ;
  • Les démangeaisons ;
  • Les éruptions cutanées ;
  • La respiration sifflante, ressemblant habituellement à d’autres réactions allergiques ;
  • Les symptômes digestifs ;
  • Les vomissements ;
  • Les douleurs abdominales.

Chez les adultes :

  • Flatulences ;
  • Ballonnements ;
  • Des bruits intestinaux audibles ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Nausées et/ou vomissements ;
  • Diarrhées pressantes ;
  • Crampes abdominales ;
  • Fatigue ;
  • Symptômes de reflux œsophagien ;
  • Douleurs musculaires et articulaires ;
  • Etc.

La diarrhée peut entraîner un déficit de certaines substances nutritives, puisque leur absorption n’aboutit pas, dans la mesure où elles sont très rapidement rejetées par l’organisme. Toutefois, ces divers symptômes sont en général moins dangereux, mais très gênants et douloureux. Ce qui implique la nécessité d’un diagnostic et d’une prise en charge du patient.

Comment poser le diagnostic de l’intolérance au lactose ?

Le diagnostic en matière d’intolérance au lactose permet de savoir si les symptômes que présente le patient surviennent après la consommation de produits laitiers. Ce diagnostic se fait de diverses manières :

Évaluation des symptômes après consommation du lactose

Lorsque ce sont les symptômes relatifs à l’intolérance au lactose que le patient présente, le médecin fera un diagnostic basé sur une période d’essai de 3 ou 4 semaines. Pendant cette période, le patient va suivre un régime alimentaire n’incluant pas des produits laitiers. Si après ce régime, le patient ne présente plus de symptômes et que c’est en reprenant la consommation des produits laitiers que les symptômes réapparaissent, le diagnostic est donc vrai.

Les tests spécifiques

En dehors de l’évaluation des symptômes, l’agent de santé peut également faire un test d’haleine à l’hydrogène qui dure 4 heures. Il consiste à faire consommer sciemment, une quantité mesurée de lactose au patient. Avant et après la consommation de la substance, les médecins mesurent la quantité d’hydrogène dans l’air expiré par le patient, avec un intervalle d’une heure environ.

Une mesure de l’hydrogène est faite parce qu’en cas d’ingestion de lactose non absorbé, par les bactéries intestinales, celles-ci produisent de l’hydrogène. Lorsqu’après le test, on remarque que la quantité d’hydrogène se trouvant dans l’air expiré a augmenté, on retiendra que le patient souffre de l’intolérance au lactose.

Le test de tolérance au lactose

Le test de tolérance au lactose consiste à faire ingérer au patient une quantité mesurée de lactose. Les médecins vont ensuite commencer à contrôler les symptômes qui vont apparaître, tout en prenant plusieurs fois la mesure de son taux de glycémie.

Pour les patients capables de digérer le lactose, il n’y aura pas de développement de symptômes et une augmentation de la glycémie. Cependant, les personnes atteintes de l’intolérance au lactose développent des symptômes comme des ballonnements abdominaux, la diarrhée, un inconfort de quelques minutes, une augmentation du taux de glycémie.

Par ailleurs, le test de tolérance au lactose n’est plus utilisé de nos jours.

Quels traitements possibles pour l’intolérance au lactose ?

Les personnes souffrant d’intolérance au lactose pensent qu’il faut totalement arrêter la consommation des produits laitiers avant de trouver satisfaction. Mais, ce n’est pas la solution idéale.

Le lait contient autre que lactose, plusieurs autres substances indispensables pour la santé. Lorsque vous arrêtez l’apport en lactose, les symptômes cesseront, mais les effets sur le long terme sont dangereux pour la santé. D’autant plus vous ne donnez plus à votre organisme, les substances telles que le calcium, la vitamine D, etc.

Un manque de calcium chez l’enfant pourrait l’empêcher d’atteindre le pic de sa masse osseuse. Ce manque pourrait également être responsable des risques d’ostéoporose chez les personnes âgées.

Le lait et les produits laitiers, en plus de donner des éléments nutritifs à l’organisme, protègent votre santé. Ils peuvent notamment réduire le risque d’hypertension, de diabète, de cancer colorectal, etc. Ainsi, pour le traitement, il y a une série de solutions :

Une supplémentation en lactase

L’intolérance au lactose dans ce cas, peut être contrôlée par un régime ne contenant pas des produits laitiers à forte dose de lactose.

Il vous est conseillé de prendre du yaourt (qui contient de la lactase naturelle produite par les lactobacilles), le fromage (car ne contient qu’une petite quantité de lactose) et le lait (dont la teneur en lactose est réduite).

Le yaourt et le fromage sont obtenus par fermentation du lait, grâce à des bactéries dites lactiques. Une grande quantité de lactose est transformée en acide lactique lors du procédé.

Néanmoins, les patients qui ne doivent plus du tout apporter les produits laitiers à leur alimentation seront obligés de prendre régulièrement une supplémentation en calcium, afin de se protéger contre un déficit en calcium. Vous pouvez aussi prendre des comprimés de lactase pour améliorer la digestion du lactose.

Intégration de petites quantités de lactose dans l’alimentation

Comme on l’avait déjà dit, il n’est pas nécessaire de se sevrer complètement de la consommation du lait ou des produits laitiers. Si vous ne pouvez pas limiter vos aliments laitiers, vous pourrez alors ingérer juste de petites quantités de lait ou de produits laitiers dans votre alimentation.

Il a été démontré que les personnes qui souffrent d’intolérance au lactose ne présentent pas de symptômes, lorsqu’une petite quantité a été consommée et ce, suivant même une répartition rigoureuse tout au long de la journée. Donc vous pouvez consommer jusqu’à une tasse de lait (12 grammes de lactose) en accompagnement à d’autres aliments.

Du lait ou des produits laitiers, combiné(s) à d’autres aliments

Le lait et les produits laitiers sont mieux digérés par l’organisme lorsqu’ils sont consommés avec d’autres aliments, c’est-à-dire quand ils ne sont pas pris seuls. La digestion est plus facile, car le lactose entre progressivement dans l’intestin grêle. On vous conseille encore mieux de prendre des aliments riches en fibres solubles avec les produits laitiers. Ils retardent l’évacuation rapide des aliments (vomissements) et donnent plus de temps au lactose de digérer.

Vous aimerez aussi :

Related Articles