Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Coqueluche chez l’enfant : causes, symptômes et traitements

La coqueluche est une pathologie extrêmement contagieuse. Les jeunes enfants n’ayant pas été vaccinés (tout comme les adultes n’ayant pas effectué le rappel de vaccination) courent plus de risques de contracter cette maladie. Cette affection peut durer plusieurs mois chez l’enfant. Qu’est-ce que la coqueluche ? Comment se manifeste-t-elle et quel traitement pour s’en débarrasser ?  

Présentation de la maladie   

La coqueluche est une affection respiratoire, très contagieuse. Elle tient sa dénomination du bruit des quintes de toux la caractérisant. La coqueluche est une maladie dont la gravité est beaucoup plus importante chez certaines catégories de personnes, notamment les enfants. Un individu vacciné est néanmoins susceptible de contracter plusieurs fois la maladie durant toute son existence. Par conséquent, une protection efficace nécessite plusieurs rappels de vaccination.

Les quintes de toux représentent les principales caractéristiques de cette maladie. La bactérie causant la coqueluche se transmet par voie aérienne, notamment via l’éternuement ou la toux. La coqueluche a une marge de progression relativement faible. De ce fait, la période d’incubation peut s’étaler sur une dizaine de jours. La bactérie bordetella pertussis s’installe, et se développe dans les muqueuses des voies respiratoires. Elle touche principalement les bronches et la trachée. À ces deux niveaux, on note une accumulation du mucus (sécrétions). Ces sécrétions sont évacuées à travers la toux, par l’organisme.

La bactérie bordetella pertussis cause une inflammation des voies respiratoires, ce qui rend difficile la respiration. Chez les enfants, la coqueluche peut être fatale, car elle peut engendrer des complications neurologiques ou pulmonaires.

Chaque année, la coqueluche affecte entre 40 et 60 millions d’individus. On dénombre également environ 300 000 décès par an (dus à cette maladie). Le prélèvement de sécrétions nasales est utilisé comme preuve, pour diagnostiquer cette affection. Le prélèvement se fait les jours précédant l’infection.

Mode de transmission de la coqueluche chez l’enfant

Un individu atteint de coqueluche peut facilement en contaminer 10 autres. Cette affection se contracte en effet, en cas de contacts rapprochés (ou directs) avec un individu malade. Ce dernier est beaucoup plus contagieux au cours de la phase d’incubation (qui dure approximativement 10 jours).

En raison de l’absence des symptômes, la coqueluche passe généralement inaperçue. D’après certaines études, environ 90 % des enfants non vaccinés contractent cette maladie. Durant les 7 premiers jours, la contagiosité est maximale. Ensuite, elle chute après 5 jours d’antibiothérapie.

Les causes de la coqueluche

Bordetella Pertussis est la bactérie à l’origine de la maladie (coqueluche). Dès qu’un individu malade tousse ou éternue, il peut facilement transmettre l’affection à un sujet sain (se trouvant dans les environs). Durant les premiers stades de la maladie, le patient doit être isolé, car tout contact avec ce dernier est susceptible d’entraîner une contagion de masse.

Les symptômes de la coqueluche

Il existe trois phases qui caractérisent la coqueluche. Il s’agit de :

  • La phase d’incubation ;
  • La phase paroxystique ;
  • La phase de convalescence.

Ces phases regroupent chacune, des symptômes spécifiques.

Phase d’incubation

La phase d’incubation dure une dizaine de jours. C’est la période s’étalant entre la contamination et l’apparition des symptômes primaires. La fin de la phase d’incubation se manifeste par :

  • Une fièvre (le plus souvent légère) ;
  • Un écoulement nasal ;
  • Des éternuements.

La période catarrhale est la seconde dénomination attribuée de la phase d’incubation. À la fin de la phase d’incubation, le sujet malade est extrêmement contagieux.

Phase paroxystique

La phase paroxystique s’étend sur quatre à six semaines. Les quintes de toux représentent les seuls symptômes qui caractérisent cette phase. Celles-ci surviennent généralement la nuit. Elles sont répétées et violentes. Elles troublent le sommeil du sujet malade. Les quintes de toux sont associées à :

  • Des vomissements ;
  • Un son aigu durant la reprise de la respiration ;
  • Une inspiration difficile ;
  • Des spasmes survenant durant l’expiration ;
  • Un visage pouvant devenir rouge ou bleu ;
  • Un éclatement des petits vaisseaux localisés à proximité des yeux.

Phase de convalescence

Cette phase s’étend sur une à plusieurs semaines. Durant la phase de convalescence, les quintes de toux disparaissent progressivement. Les enfants et les nourrissons peuvent être confrontés à des complications neurologiques ou respiratoires. Ces enfants sont exposés à :

  • Des lésions cérébrales ;
  • Une otite moyenne ;
  • La pneumonie ;
  • Les convulsions ;
  • Une défaillance rénale ;
  • Une dénutrition ;
  • Une déshydratation ;
  • Une surinfection.

Lorsqu’un enfant de moins de 3 mois contracte la coqueluche, le médecin fait recourt à une hospitalisation. Celle-ci vise à prévenir une éventuelle complication.

Diagnostic de la coqueluche

Il est souvent compliqué d’établir un diagnostic précoce. En effet, les signes primaires de la maladie peuvent être confondus aux symptômes d’une infection respiratoire classique. Ce sont les quintes de toux qui permettent au médecin de reconnaître la maladie.

Dans l’optique d’établir un diagnostic, le médecin effectue certains tests. Ces derniers visent à localiser la bactérie à l’origine de la pathologie. Le médecin peut, par exemple, prélever (à l’aide d’un coton-tige) des cellules dans le nez ou la gorge du patient, en vue d’une analyse. À l’aide d’un test sanguin, le médecin peut également dépister la coqueluche. Dans ce cas, un taux anormal de leucocytes dans le sang, atteste de la présence de la maladie.

Mesures de prévention contre la coqueluche

La vaccination est le moyen par excellence pour prévenir la coqueluche. Pour ce faire, le médecin fait recours au vaccin acellulaire (qui est combiné à d’autres valences). Deux injections de ce vaccin sont nécessaires au nourrisson (à l’âge de 2 mois et de 4 mois). En dehors de ces deux doses, il doit subir un rappel à l’âge de 16 mois puis de 6 ans. Le second rappel doit être effectué entre 11 et 13 ans ou 16 ans et 18 ans.

Les pays occidentaux ont progressivement abandonné les vaccins à germe au profit des vaccins acellulaires. Le vaccin acellulaire est élaboré à partir de plusieurs antigènes de la coqueluche.

Étant donné que la coqueluche est extrêmement contagieuse, il est recommandé aux femmes enceintes de se faire vacciner, afin de garantir une meilleure santé à leurs enfants.

Traitement de la coqueluche

Le traitement de cette affection est symptomatique. Plus précisément, il repose sur les symptômes présentés par le patient. Les antitussifs n’ont aucune influence sur les quintes de toux. Le patient doit être isolé durant les 5 premiers jours de traitement. L’isolement du patient vise à limiter la propagation de l’affection. Pour traiter la maladie, les médecins font généralement recours à la prise d’antibiotiques.  

Lorsque la maladie est rapidement prise en charge, le patient à la possibilité de guérir rapidement. Les antibiotiques utilisés pour traiter la coqueluche sont :

  • Josamycine ;
  • Azythromicine ;
  • Clarithromicine ;
  • Érythromycine.

Cependant, ces antibiotiques ne préviennent pas les complications de la coqueluche. Ils ont des effets limités. Les proches du patient doivent également prendre ces antibiotiques par précaution.  

Vous aimerez aussi :

Related Articles