Global Statistics

All countries
591,602,347
Confirmed
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
561,820,754
Recovered
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
6,442,881
Deaths
Updated on August 10, 2022 7:17 pm

Couperose : Causes, Symptômes et Traitements

Encore appelée  rosacée, la couperose est une affection qui touche particulièrement les personnes âgées de plus de 30 ans. Même si elle touche majoritairement les femmes, les hommes n’en sont pas épargnés. Ce sont des rougeurs bénignes, qui se présentent particulièrement comme un handicap permanent pour le patient. Le laser, les antibiotiques et les crèmes sont les moyens les plus utilisés, pour lutter contre cette anomalie. Voici un petit point sur les caractéristiques de cette anomalie et les moyens d’y remédier.

Qu’est-ce que la couperose ?

La couperose – © Crédit : informationhospitaliere.com

La couperose est une éruption cutanée chronique, touchant la face centrale du visage. Elle débute le plus souvent entre 30 et 60 ans. Bien que la couperose puisse affecter n’importe qui, il s’agit d’une affection cutanée, courante chez les personnes à la peau claire, aux yeux bleus et aux origines celtiques. Elle peut être transitoire, récurrente ou persistante et, se caractérise par sa couleur rouge. La couperose était autrefois connue sous le nom d’acné rosacée, mais cela est incorrect car elle n’est pas liée à l’acné.

Quelle est la cause de la couperose ?

Il existe plusieurs théories concernant la cause de la couperose notamment, des facteurs génétiques, environnementaux, vasculaires et inflammatoires. Les dommages cutanés dus à une exposition chronique aux rayons UV y jouent un rôle. La réponse immunitaire innée de la peau, semble être importante car, des concentrations élevées de peptides antimicrobiens tels que les cathélicidines, ont été observées dans la couperose.

Les cathélicidines font partie de la défense normale de la peau contre les microbes. Les cathélicidines favorisent l’infiltration des neutrophiles dans le derme et, la dilatation des vaisseaux sanguins. Les neutrophiles libèrent de l’oxyde nitrique favorisant également la vasodilatation. Du liquide s’échappe de ces vaisseaux sanguins dilatés, provoquant un gonflement (œdème) et, les cytokines pro-inflammatoires s’infiltrent dans le derme, augmentant l’inflammation.

Les métalloprotéinases matricielles telles que la collagénase et l’élastase, semblent également importantes dans la rosacée. Ces enzymes remodèlent les tissus normaux et aident à la cicatrisation des plaies et, à la production de vaisseaux sanguins. Lors de la couperose, ils sont en concentration élevée et peuvent ainsi contribuer à l’inflammation cutanée. Ils favorisent également l’épaississement et le durcissement de la peau.

Les métalloprotéinases matricielles peuvent également, activer les cathélicidines contribuant à l’inflammation. Des acariens du follicule pileux sont parfois observés dans les papules de la rosacée mais, leur rôle n’est pas clair. Une incidence accrue de rosacée a été signalée chez les personnes porteuses de la bactérie de l’estomac Helicobacter pylori mais, la plupart des dermatologues ne pensent pas qu’elle soit la cause de la rosacée. La rosacée peut être aggravée par les crèmes ou les huiles pour le visage et en particulier, par les stéroïdes topiques.

Quelles sont les caractéristiques cliniques de la couperose ?

La couperose se traduit par des taches rouges et parfois des pustules. Elles sont en forme de dôme plutôt pointus et contrairement à l’acné, il n’y a pas de points noirs, de points blancs ou de nodules. La couperose peut également entraîner des zones rouges, une desquamation et un gonflement. Les symptômes de la couperose sont :

  • Le rougissement des joues ;
  • Une rougeur persistante sur le vaisseau sanguin visible ;
  • Des papules et pustules rouges sur le nez, le front, les joues et le menton suivent souvent. Le tronc et les membres supérieurs peuvent également être touchés ;
  • La peau du visage devient sèche et squameuse ;
  • Les brûlures et picotements notamment en réaction au maquillage, aux crèmes solaires et autres crèmes pour le visage ;
  • Les bords des paupières deviennent rouges, douloureux ou granuleux ( rosacée oculaire) ;
  • Augmentation du volume du nez avec des pores proéminents et un épaississement fibreux ;
  • Le gonflement d’autres zones du visage, y compris les paupières ;
  • Œdèmes solides du haut du visage, dus à une obstruction lymphatique ;
  • Les papules et nodules jaune-brun persistants, dus à la couperose granulomateuse.

Quel est le diagnostic différentiel de la couperose ?

La couperose peut parfois être confondue ou accompagnée d’autres éruptions cutanées du visage. Ces éruptions sont entre autres :

  • L’acné vulgaire ;
  • La rosacée stéroïde ;
  • La Dermatite périorificielle ou dermatite périoculaire ;
  • La Démodécie ;
  • La kératose pilaire atrophique faciei ;
  • Le vieillissement de la peau ;
  • La rosacée fulminante ;
  • La dermatite séborrhéique ;
  • La dermite de contact irritante ;
  • Un lupus érythémateux disséminé ;
  • La dermatomyosite.

A l’apparition de ces éruptions cutanées, rendez-vous chez un spécialiste, pour suivre un traitement approprié.

Comment diagnostique-t-on la couperose ?

Dans la plupart des cas, aucune investigation n’est requise et, le diagnostic de rosacée est posé cliniquement. Parfois, une biopsie cutanée est effectuée, ce qui montre une inflammation chronique et des modifications vasculaires. Un diagnostic ou deux phénotypes majeurs sont nécessaires, pour le diagnostic.

Quel est le traitement de la couperose ?

Bien qu’il n’y ait pas de remède contre la rosacée, la mesure de traitement suivante peut aider à contrôler l’état de la peau.

Les mesures générales sont mis en place dans les cas suivants :

  • Dans la mesure du possible, réduisez les déclencheurs courants qui provoquent des rougeurs du visage ;
  • Évitez les crèmes pour le visage à base d’huile. : utilisez du maquillage à base d’eau ;
  • N’appliquez jamais de stéroïde topique sur la rosacée car, bien qu’une amélioration à court terme puisse être observée (vasoconstriction et effet anti-inflammatoire), cela aggrave la rosacée au cours des semaines suivantes (éventuellement par une augmentation de la production d’oxyde nitrique) ;
  • Protégez-vous du soleil : Utilisez des écrans solaires légers pour le visage, sans huile ;
  • Gardez votre visage au frais, pour réduire les bouffées vasomotrices : minimisez votre exposition aux aliments chauds ou épicés, à l’alcool, aux douches chaudes, aux bains chauds et aux pièces chaudes ;
  • Certaines personnes constatent qu’elles peuvent réduire les rougeurs du visage pendant de courtes périodes, en tenant un bloc de glace dans la bouche. Aucun traitement ne permet de soigner définitivement la couperose. Mais, en prenant des antibiotiques et en observant une bonne hygiène de vie, les symptômes se dissipent progressivement. Consultez votre médecin dès l’apparition des premiers symptômes, pour éviter les complications.

Quels sont les antibiotiques oraux prescrits pour la couperose ?

Les antibiotiques tétracyclines sont les plus recommandés. Il s’agit de la doxycycline et de la minocycline. Ils sont couramment utilisés pour traiter la couperose. Ils réduisent les rougeurs, les papules, les pustules et les symptômes oculaires. Les antibiotiques sont généralement prescrits pendant 6 à 12 semaines. La durée et la dose du traitement dépendent, de la gravité de la couperose. D’autres médicaments sont souvent nécessaires pour soigner définitivement les troubles car, les antibiotiques ne soulagent pas entièrement les symptômes. Parfois, d’autres antibiotiques oraux tels que le cotrimoxazole ou le métronidazole sont prescrits, pour les cas résistants.

Les anti-inflammatoires des antibiotiques ont-ils des effets sur le patient ?

Il a été démontré qu’ils inhibent et réduisent à leur tour, les cathélicidines et l’inflammation. La dose efficace de tétracyclines dans la rosacée est inférieure à celle requise pour tuer les bactéries, de sorte qu’elles n’exercent pas leur fonction antimicrobienne.

La crème ou le gel de métronidazole peut être utilisé seul ou à long terme, pour la rosacée inflammatoire légère. Lorsqu’il/elle est en association avec des antibiotiques oraux, pour les personnes présentant des symptômes plus graves, il/elle est efficace. Il/elle contrôle les acariens Demodex et est anti-inflammatoire.

Lorsque les antibiotiques sont inefficaces ou mal tolérés, l’isotrétinoïne orale peut être très efficace. Bien que l’isotrétinoïne soit souvent curative pour l’acné, elle peut être prescrite à faible dose pour les personnes atteintes de rosacée. Elle a des effets secondaires importants et ne convient pas à tout le monde.

Les inconvénients des antibiotiques à long terme incluent, le développement d’une résistance bactérienne. Ainsi, de faibles doses qui n’ont pas d’effets antimicrobiens sont préférables (par exemple, 40 à 50 mg de doxycycline par jour).

Comment réduire les bouffées vasomotrices ?

Les nutraceutiques ciblant les bouffées vasomotrices, les rougeurs du visage et l’inflammation, peuvent être bénéfiques. Ils peuvent réduire la dilatation vasculaire (élargissement des vaisseaux sanguins), qui entraîne des bouffées vasomotrices. Ils sont généralement bien tolérés. Les effets secondaires peuvent inclure une pression artérielle basse, des symptômes gastro-intestinaux, des yeux secs, une vision floue et, une fréquence cardiaque faible.

Quel agent anti-inflammatoire est utilisé pour la couperose ?

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux tels que le diclofénac, peuvent réduire l’inconfort et la rougeur observés, chez les patients atteints de rosacée. Bien qu’ils soient rares, les effets indésirables potentiels graves de ces agents comprennent l’ulcération peptique, la toxicité rénale et, les réactions d’hypersensibilité. Les inhibiteurs de la calcineurine tels que la pommade au tacrolimus et la crème au pimécrolimus sont rapportés, pour aider certains patients atteints de rosacée.

Qu’en est-il du laser vasculaire ?

Les télangiectasies persistantes peuvent être améliorées avec succès, avec un traitement au laser vasculaire ou à la lumière pulsée intense. Lorsque ceux-ci ne sont pas disponibles, la cautérisation, la diathermie (électrochirurgie) ou la sclérothérapie (injections salines fortes), peuvent être utiles. La rosacée papulo-pustuleuse peut également s’améliorer avec un traitement au laser ou par radiofréquence.

Vous aimerez aussi :

Related Articles