Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Covid-Variant Alpha : Caractéristiques, Symptômes et Vaccin

Aussi connu sous le nom du variant britannique ou variant anglais, le variant alpha est un variant du SARS-CoV-2, virus responsable de la Covid-19. Il a été identifié la toute première fois en Octobre 2020, lors de l’épidémie de Covid-19, au Royaume-Uni. À partir du mois de décembre de la même année, le variant s’est rapidement propagé avec une augmentation importante du nombre de cas. En quoi consiste le variant alpha ? Quels sont les symptômes et le taux de gravité de l’affection ? Les vaccins sont-ils efficaces contre ce variant ?  

Variant Alpha : quels sont ses noms ?

Après sa découverte, le variant alpha a été nommé variant anglais. Le nom Alpha a été donné par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), au printemps 2021. On lui a aussi attribué le nom VOC-202012/01. Le VOC se traduit par « Variant of concern », qui signifie que le variant apparait sur le plan mondial comme étant lié à des changements dans la sévérité des symptômes, la réaction des anticorps ou l’efficacité du vaccin, du point de vue de l’OMS.

Bien avant qu’il soit nommé VOC-202012.01, le variant Alpha était connu sous le nom VUI-202012/01. VIU traduit Variant « under investigation ». Ainsi, les autorités sanitaires surveillaient le variant, mais son importance n’était pas encore estimée. Le variant Alpha est également nommé B.1.1.7, puisqu’il fait partie de la lignée B.1.1.7, qui s’avère être une branche spécifique du virus SARS-CoV-2.

Variant Alpha : quelles en sont les caractéristiques ?

Comme tous les autres variants, le variant Alpha provient d’une mutation du SARS-CoV-2. Sa source n’est pas clairement définie, mais il appartient à la famille des virus ARN (des virus qui varient fréquemment). Le virus responsable de la Covid-19 est constitué de trente mille nucléotides. Afin d’infecter d’autres cellules, le virus se réplique, ce qui engendre des erreurs dans son patrimoine génétique. Ce sont ces erreurs qui se traduisent par des mutations.

De nombreuses mutations sont silencieuses et n’impactent pas le fonctionnement du virus. Il y a donc des mutations qui contribuent à l’amélioration du virus. Au nombre de ces améliorations, le virus peut paraitre plus contagieux ou échapper à la défense immunitaire, ou encore, avoir le potentiel de franchir la limite de l’espèce. Les mutations dont il est question rendent le virus très performant et ceci, bien plus que le virus originel. C’est ce qui explique pourquoi les cas de variants de la Covid-19 prennent davantage d’ampleur.

Naturellement, un virus avec un taux de contagion plus élevé devient un virus dominant. C’est pour cela que le variant Alpha est devenu dominant en moins de deux mois, dans la Grande-Bretagne.

En effet, on dénombre trois variants Alpha :

  • Le variant Alpha qui a été identifié la toute première en septembre 2020 au Royaume-Uni ;
  • Le variant 20l/484Q et le 20l/484K, qui ont été détectés la première fois en Janvier 2021 au Royaume-Uni.

Quels sont les symptômes du variant Alpha ?

Le variant Alpha a révélé des signes cliniques, similaires à ceux du virus Covid-originel. Une étude anglaise publiée dans le British Medical Journal en janvier 2021 a rapporté néanmoins (après analyse des symptômes des six mille personnes), que les sujets peuvent présenter une toux, de la fatigue, une myalgie, des douleurs des muscles ou un mal de gorge, comparativement à ceux qui sont infectés par d’autres variants.

Étant donné qu’il a été estimé que les variants sont beaucoup plus susceptibles d’engendrer des symptômes d’infection des voies respiratoires supérieures, comme le rhume et la toux, cela peut favoriser la propagation entre les personnes.

Supposons qu’une augmentation de la toux et des éternuements est liée au variant d’un virus spécifique. D’après Richard Tedder, chercheur en virologie médicale à l’Imperial College de Londres, ces deux affections peuvent augmenter remarquablement le volume du virus répandu dans l’environnement, et le rendre par conséquent plus infectieux.

Les données indiquent aussi que les malades sont moins susceptibles de faire face à une perte de goût ou de l’odorat. Par ailleurs, elles peuvent présenter des symptômes gastro-intestinaux, de maux de tête ou d’essoufflement, tout comme les symptômes de la Covid-19.

Comment se déroule le dépistage du variant Alpha ?

Selon un communiqué de Santé Publique France, le 10 Juin 2021, une nouvelle technique de criblage est utilisée, au détriment du dépistage classique des variants. Cette stratégie, qui a été mise en place le 31 mai 2021 en France, consiste à rechercher des mutations d’intérêt L452R, E484K et E484, à cause de leurs conséquences sur l’échappement à la défense immunitaire (E484K et E484) et la transmissibilité(L452R).

Plus encore, si le test de la Covid-19 est révélé positif, le sujet ne sait pas s’il est infecté par le variant Alpha (ou non), mais il peut avoir une idée de la mutation que renferme le virus qu’il a contracté.

Quel est le taux de contagiosité ?

La principale différence entre la variante Alpha et la forme originelle du Sars-Cov-2 est le taux de contagiosité, qui est très élevé chez le variant Anglais. Il est estimé que ce variant est contagieux à hauteur de 30% à 70%.

D’après Vincent Maréchal, si l’on suppose que le Ro (nombre de reproduction de base) est 1, le Ro du variant Alpha augmenterait en moyenne de 0,5. Ainsi, pour un Ro de 1, dix individus malades en contaminent dix autres, et donc l’épidémie stagne. En cas de Ro 1,5, 10 individus infectés transmettent le virus à 15 personnes. Cette information a d’ailleurs été confirmée par Santé Publique France, qui estime le taux de transmission du variant Alpha entre 43% et 90%.

Cas contacts : quelles sont les consignes ?

Les règles à suivre par les cas contacts d’une personne testée positive au variant Alpha (ou tout autre variant de Sars-CoV-2) sont similaires pour tous les cas contacts. Il s’agit :

  • De l’isolement de sept jours sans délai ;
  • D’effectuer deux tests de dépistage de la Covid-19 : le premier est à réaliser automatiquement avec un test antigénique et le second à la fin de l’isolement.

Pour les personnes en contact avec les cas contacts du variant Alpha, elles doivent :

  • Augmenter l’application des mesures barrières ;
  • Réduire considérablement leurs contacts sociaux pendant les sept jours qui suivent et effectuer un test antigénique dès l’apparition du premier symptôme ;
  • Travailler à domicile dès que possible.

Variant Alpha : le vaccin est-il efficace ?

D’après les annonces de Moderna et Pfizer, les deux vaccins s’avèrent être efficaces contre le variant Alpha. Le Conseil scientifique du Covid a d’ailleurs recommandé ces deux vaccins en prévention.

Toutefois, le virus étant en pleine multiplication, il y aura plus de mutants. Ce qui va conduire les variants à acquérir de nouvelles propriétés. À cet effet, il est primordial de recourir à la vaccination, pour éviter la prolifération du virus. Mais, il est estimé que les mutations 484Q ou 484K peuvent échapper à l’efficacité du vaccin.

Comment se protéger contre le variant Alpha ?

Face au variant Alpha, quelques dispositions sanitaires sont à suivre.

Pour se protéger, il est recommandé de porter les masques chirurgicaux ou ceux en tissus de catégorie 1. Cependant, le masque doit être utilisé en complément des gestes barrières. En France, il est recommandé à tous, de toujours mettre son masque, que ce soit à l’école, au restaurant, en entreprise. Il est également conseillé d’appliquer l’ensemble des gestes barrières indiquées, pour limiter la vague de Covid qui touche le pays.

Vous aimerez aussi :

Related Articles