Global Statistics

All countries
240,190,120
Confirmed
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
215,766,611
Recovered
Updated on October 14, 2021 6:59 pm
All countries
4,893,211
Deaths
Updated on October 14, 2021 6:59 pm

Créatinine et santé des reins

Les reins sont des organes qui se situent en dessous du diaphragme. On les retrouve donc au milieu du dos et non en bas comme le pensent 80 % des Français. Ils mesurent approximativement 6 cm de largeur, 12 cm de longueur et 3 cm d’épaisseur. Ce sont des organes vitaux qui permettent de faire sortir du milieu intérieur des déchets et substances toxiques. Ils abattent un travail extraordinaire, car ils filtrent 180 l de sang chaque jour.

Lorsqu’ils commencent par avoir des problèmes, la santé du sujet se dégrade considérablement. Car bien sûr, les déchets qui sont censés être dehors ne le sont pas. C’est pour cela que le taux de créatinine (déchet organique éliminé uniquement par les reins) est un indicateur clé sur l’état des reins.

Définition de la créatinine

La créatinine est un déchet métabolique normal découlant du fonctionnement de l’organisme. Plus précisément, elle est issue de la déshydratation de la créatine (élément synthétisé par le foie et jouant un rôle dans la contraction musculaire) et de la dégradation de la phosphocréatine dans le muscle.

Ainsi, lorsque l’activité musculaire ou la masse des muscles augmentent, on en retrouvera une quantité plus importante dans l’organisme. Naturellement, la créatinine est transportée par le sang. Toutefois, puisqu’elle est filtrée au niveau des reins afin d’être éliminée, on en retrouve aussi dans les urines.

Relation entre le taux de créatinine élevé dans le sang et la santé des reins

L’activité musculaire et la masse des muscles élevées ne sont pas les seuls facteurs qui entraînent l’augmentation de la quantité sanguine de créatinine. Certaines fois, le taux du déchet organique commence par monter dans le plasma lorsque les reins ne sont plus en condition de l’éliminer convenablement.

Ainsi, un taux de créatinine élevé veut parfois dire que la capacité des reins est faible en ce qui concerne l’élimination des déchets comme la créatinine. Dans ce cas, on parle d’insuffisance rénale

Sinon, un taux élevé de créatinine peut aussi être le signe

  • D’une insuffisance cardiaque ;
  • D’une leucémie ;
  • D’une hypertension artérielle ;
  • D’une blessure musculaire ;
  • D’un épuisement physique ;
  • D’une destruction du tissu des muscles striés (rhabdomyolyse) ;
  • D’une déshydratation.
Creatinine test for renal function test

En savoir plus sur le dosage de la créatinine

Cette section présente de plus amples détails sur le dosage de la créatine, quand et pourquoi le faire, à quoi s’attendre en faisant cette analyse, etc.

Qu’est-ce que le dosage de la créatinine ?

Le dosage de la créatinine est un examen qui permet de connaître le taux de ce déchet métabolique dans l’organisme. Et ce taux quant à lui, reflète approximativement la capacité d’élimination des déchets par les reins. En effet, en cas d’insuffisance rénale, puisque ces organes ne jouent plus normalement leur fonction, les déchets s’accumuleront. Et, le test permettra de détecter une quantité élevée… ou non dans l’organisme.

Quand fait-on un dosage de la créatinine ?

Le médecin demandera cette analyse lorsqu’il effectue un dépistage de maladies rénales comme : 

  • Le calcul rénal ;
  • Une affection rénale chronique ;
  • Une infection rénale ;
  • Un cancer du rein ;
  • Une ischémie due à une baisse d’irrigation sanguine de l’organe, etc.

Et dans ces cas, le dosage de la créatinine est souvent associée à la recherche de protéines dans les urines. On parle de recherche d’albuminurie et il s’agit d’un autre marqueur d’insuffisance rénale. Le dosage de la créatinine peut aussi être demandé dans le cadre du suivi d’une maladie rénale déjà présente. Pour l’adaptation de la posologie de certains médicaments sollicitant grandement la fonction rénale, ce test est utile.

Toujours en ce qui concerne les problèmes rénaux, les médecins le prescrivent à des patients qui s’apprêtent à faire certains examens de radiologie qui requièrent l’usage de produits de contraste iodés. Ces derniers devant être éliminés par filtration rénale, ils sont donc utilisables avec précaution en cas de problèmes de la fonction des reins.

Par ailleurs, un dosage de la créatine peut être demandé pour s’assurer du bon fonctionnement des muscles.

Comment se fait un dosage de la créatinine ?

Comme stipulé plus haut, la créatinine se retrouve aussi bien dans le sang que dans les urines. Ainsi, pour connaitre sa quantité dans l’organisme, il est possible de faire une évaluation grâce au sang ou grâce à l’urine. Dans le premier cas, on parle de créatininémie et dans le second cas, c’est une créatininurie.

La mesure sanguine (créatininémie) se fera par une prise de sang qui se prélève le plus souvent au niveau du pli du coude. Notez que le sujet n’a pas besoin d’être à jeun pour ce faire. En revanche, si c’est la méthode des urines (créatininurie) qui sera utilisée, elle se base sur la totalité des urines du sujet pendant 24 heures. Les urines collectées seront conservées au frais en attendant la fin de la collecte.

Toutefois, que cela soit pour une créatininémie ou pour une créatininurie, il est recommandé pendant les 48 heures qui précèdent l’examen, d’éviter toute activité physique intense. Car, comme vous savez, cela influence la quantité de créatine brûlée et par conséquent celle de la créatinine se trouvant dans l’organisme.

Il est aussi conseillé de limiter la consommation de viande rouge, car cet aliment est riche en créatine. Il pourrait alors faire grimper circonstanciellement le taux de créatine et fausser l’analyse des résultats. Pendant les 24 heures qui précèdent l’examen, il faut manger moins de 200 g de viande rouge. Ou mieux, il ne faut pas en consommer du tout.

La veille de l’examen et le jour même, il est également proscrit de consommer des produits ou des boissons diurétiques. La prise de certains médicaments est aussi interdite. Ce sont entre autres : 

  • Les corticostéroïdes ;
  • La quinine ;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • La vitamine C ;
  • Les tétracyclines ;
  • Les méthyldopa ;
  • Les aminosides, etc.

Les médecins sont chargés d’en informer les patients. Et pour finir, une alimentation et une hydratation normales sont requises pendant les jours qui précèdent le dosage de la créatine urinaire ou sanguin.

Quels sont les résultats normaux ?

Comme mentionné plus haut, la concentration de la créatine dans le sang est grandement fonction de la masse musculaire de chaque individu. Toutefois, le taux de créatinine sanguin normal moyen est : 

  • Compris entre 7 et 10 mg/l pour un nouveau-né ;
  • Compris entre 3 et 8  mg/l pour les sujets de 4 à 10 ans ;
  • Compris entre 4 et 10  mg/l pour les sujets ayant entre 10 et 14 ans ;
  • Compris entre 6 et 12  mg/l pour les sujets de sexe masculin de plus de 16 ans ;
  • Compris entre 4 et 10  mg/l pour les sujets de sexe féminin de plus de 16 ans.

Au-delà des seuils ci-dessus, le médecin peut soupçonner des maladies rénales. En revanche, si ces seuils ne sont pas atteints, il peut s’agir : 

  • D’une faiblesse musculaire (causée par l’âge ou une dystrophie musculaire) ;
  • D’une grossesse ;
  • D’une atteinte du foie ;
  • D’un empoisonnement au monoxyde de carbone ;
  • D’une hypothyroïdie…

En ce qui concerne le taux de créatinine urinaire, les valeurs normales sont : 

  • Compris entre 17 et 50 mg/24 h pour un nouveau-né ;
  • Compris entre 100 et 400 mg/24 h pour un enfant de moins de 5 ans ;
  • Compris entre 300 et 900 mg/24 h pour un enfant de 5 à 13 ans ;
  • Compris entre 500 et 1500 mg/24 h pour un adolescent de 14 à 18 ans ;
  • Compris entre 900 et 1800 mg/24 h pour une femme adulte ;
  • Compris entre 1200 et 2000 mg/24 h pour un homme adulte.

Si les valeurs précédemment énumérées ne sont pas atteintes, c’est-à-dire si le taux de créatinine dans les urines est bas, cela peut signifier que les reins n’éliminent pas convenablement les déchets. Par conséquent, le patient pourrait souffrir d’une insuffisance rénale. Toutefois, il peut s’agir d’autres paramètres tels que : 

  • Un âge avancé ;
  • Les cas d’états de choc toxi-infectieux ;
  • Les cas d’adénome prostatique ;
  • Les coliques néphrétiques ;
  • La présence d’une glomérulonéphrite aiguë ou chronique (infection au niveau du rein) ;
  • La présence d’une polykystose rénale (kyste au niveau de l’organe) ;
  • Les cas d’hyperthyroïdie, etc.

N. B. il est important de signaler au laboratoire la prise de diurétiques, car ils peuvent modifier les résultats obtenus lors du dosage urinaire de la créatinine.

La clairance urinaire, la complémentaire au dosage de la créatinine

Le calcul de la clairance urinaire est souvent indissociable du dosage de la créatinine…

Qu’est-ce que la clairance urinaire de la créatinine ?

Le dosage de la créatinine par créatininémie ou par créatininurie ne reflète pas exactement la capacité des reins à éliminer cet élément. L’interprétation du résultat pouvant être impacté par des variations liées à la masse musculaire comme mentionné plus haut.

Mais également, ils peuvent dépendre  d’autres facteurs comme l’âge par exemple. En effet, en fonction de ce paramètre, le seuil normal de l’élimination des déchets par les reins varie. Ainsi, pour s’affranchir de toutes ces incertitudes, un calcul de la clairance de la créatinine s’avère indispensable

Il s’agit en réalité de la capacité de filtrage des déchets par les reins, par unité de temps. Dans un terme plus technique, on parle du débit de filtration glomérulaire. En gros, la clairance et le dosage de la créatinine sont tous deux incontournables pour mesurer l’activité des reins. Ils permettent ainsi de faire un diagnostic fiable d’une maladie rénale.

Comment se calcule la clairance de la créatinine ?

3 différentes méthodes peuvent être employées pour trouver la clairance urinaire. Il y a la formule de Cockcroft et Gault, la formule de CKD EPI et celle de MDRD. Et elles se basent sur les différents paramètres que sont : 

  • Le résultat du dosage de la créatinine ;
  • Le sexe, l’âge et le poids ;
  • L’ethnie du patient ;
  • La technique employée pour le dosage de la créatinine.

NB : Il faut noter que les deux dernières méthodes pour calculer la clairance de la créatinine sont les plus performantes. Elles sont d’ailleurs plus recommandées pour les personnes d’un âge avancé.

Quand faut-il s’inquiéter ?

Un résultat normal de la clairance urinaire de la créatinine doit se trouver entre 107 et 139 ml/min. Ceci, chez les sujets de sexe masculin et d’un âge inférieur à la quarantaine. Chez les femmes de la même tranche d’âge, un résultat convenable doit être situé entre 87 et 107 ml/min.

Lorsque le résultat de la clairance de créatine est inférieur à 60 ml/min, cela signifie que le sujet est atteint d’une insuffisance rénale. En effet, la valeur de la clairance de la créatinine est inversement proportionnelle à celle du taux du déchet dans le sang. 

Une clairance basse correspond à une créatinine élevée, c’est-à-dire que les reins ne fonctionnent pas normalement. Par ailleurs, pour une clairance comprise entre 30 ml/min et 60 ml/min on parle d’une insuffisance rénale modérée. Et pour une clairance comprise entre 15 ml/min et 30 ml/min, on parle d’insuffisance rénale sévère

Un patient en attente de dialyse aura une clairance comprise entre 10 ml/min et 15 ml/min. Enfin, pour une clairance inférieure à 10 ml/min, une dialyse est en cours. Le sujet se trouve alors en phase terminale d’une insuffisance rénale.

Comportements à adopter en cas de maladies des reins

À ce jour, il n’existe aucun traitement pour guérir complètement d’une insuffisance rénale. En revanche, lorsqu’elle est formellement établie, certaines mesures de prévention peuvent être prises. Elles permettent de réduire son évolution.

Aménager son régime alimentaire

En présence d’une insuffisance rénale, il est recommandé de commencer par diminuer sa consommation journalière de protéines. Cette dernière doit être équivalente à une portion de poisson, de viandes et d’œufs. La dose maximale est de 0,8 mg de protéines par kilogramme et par jour.

Il est aussi préconisé de diminuer sa consommation de sel. Cela permettra de réduire la pression sur le filtre des organes, les préservant ainsi de l’altération. En moyenne, il ne faut pas excéder une quantité journalière de 6 g de sel. Et si possible, remplacez le sel dans son alimentation par des épices et par des aromates. 

En fonction de leur profil, certains sujets doivent réduire la dose quotidienne de phosphore et/ou de potassium qu’ils prennent. Entre autres aliments qui contiennent du phosphore, il y a : les sardines, les chocolats, les produits laitiers, les fruits de mer, etc. Et concernant le potassium, les aliments qui en contiennent une forte teneur sont : le café, le saumon, les épices, les pommes de terre, les bananes…

La consommation d’eau quant à elle doit être régulée. Elle ne doit être ni trop insuffisante, ni trop exagérée. Elle doit être proportionnelle à la soif : approximativement 1,5 l par jour.

Suivre rigoureusement son ordonnance médicale

Votre néphrologue ou votre médecin généraliste vous prescrira notamment des médicaments afin de faire baisser la quantité de protéines dans les urines (protéinurie). Ces médicaments serviront aussi à faire baisser la tension artérielle. Ce traitement devrait aider à obtenir une tension artérielle en dessous de 140/90. Faites l’effort de suivre rigoureusement.

Consulter régulièrement son médecin traitant

Consulter régulièrement son néphrologue ou son généraliste permet de suivre l’évolution de l’insuffisance rénale. Ce dernier demandera souvent un bilan sanguin comprenant entre autres le dosage de la créatinine et l’évaluation de la clairance. Aussi, la consultation permet d’ajuster les conseils diététiques et les traitements médicamenteux en fonction des besoins actuels. Tout cela aidera à réduire la progression de l’insuffisance rénale.

Autres conseils utiles

  • Pratiquer régulièrement une activité sportive (30 à 60 min chaque jour) ;
  • Arrêter définitivement de fumer (le tabac nuit à la santé des reins) ;
  • Effectuer fréquemment les mesures de la tension et les noter dans un carnet de suivi ;
  • Informer immédiatement tout personnel soignant en cas de survenue d’un autre problème de santé.

Prévenir l’insuffisance rénale, c’est encore mieux

Puisqu’il n’y a aucun traitement pour soulager l’insuffisance rénale, c’est alors mieux de la prévenir. Et pour ce faire, il faut boire suffisamment d’eau. En moyenne, 1,5 l par jour sont recommandé pour un être humain.

Il faut aussi éviter d’avoir une alimentation hyperprotéinée. Les reins sont de ce fait, trop sollicités et risquent de développer une insuffisance. Le fait de fumer multiplie par plus de 2 fois, la probabilité de souffrir d’une maladie rénale. Se priver du tabac représente une excellente mesure de prévention.

Prévenir des affections rénales, c’est aussi surveiller son taux de sucre dans le sang grâce à des examens réguliers. En effet ; un prédiabète ou même un diabète sont des facteurs pouvant affecter la santé rénale. Il faut en outre à tout prix éviter le surpoids ou l’obésité. Cela peut impacter la fonction glomérulaire.

Et pour finir, il faut savoir que la maladie rénale, avant un stade très avancé, ne fait apparaître aucun symptôme perceptible. Pour cela, au moins une fois par an, il faudra se faire dépister (prise de sang, bandelette urinaire, dosage de créatinine, calcul de la clairance urinaire, etc.). Cela peut se faire chez votre médecin traitant ou votre médecin au travail.

Aussi, lorsqu’on présente des facteurs à risque et qu’on a plus de 60 ans, une surveillance régulière est indispensable. Lesdits facteurs à risque sont entre autres : une maladie cardio-vasculaire, le diabète ou l’hypertension.

À consommer pour soutenir les reins

Pour aider les reins à améliorer leur fonction et à mieux filtrer les déchets tels que la créatinine, certaines tisanes peuvent faire beaucoup de bien. Il s’agit en l’occurrence d’une infusion de feuilles de sauge, de pissenlit, de verge d’or, de busserole ou d’ortie. Elles ont en effet, des vertus diurétiques reconnues. 

En provoquant la miction, elles facilitent le travail des reins. Aussi, elles éliminent la rétention d’eau et calment les irritations du système urinaire. Une infusion de persil et de citron s’avère également très efficace pour soutenir la fonction rénale, épurer les reins et éliminer certains petits calculs. 

Il est en outre recommandé de consommer l’huile d’olive qui est riche en minéraux et en antioxydant. En détoxifiant l’organisme, elle protège et renforce la fonction rénale. La betterave râpée, pressée sous forme de jus, en velouté ou cuite possède des vertus diurétiques et détoxifiantes. Elle permet de nettoyer les reins, la vésicule biliaire et même le foie.

La pastèque est un fruit qui comporte 90% d’eau. Elle peut donc vous hydrater et vous aider à entretenir le rein. De plus, elle est riche en sels minéraux et en vitamines, ce qui lui permet de renforcer les reins. Et pour finir, il y a aussi le curcuma qui est célèbre pour ses vertus anti-inflammatoires. Sa consommation servira à prévenir les infections urinaires ou une inflammation des reins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous aimerez aussi :

Related Articles