Accueil Bien-être Cycle menstruel : quels sont les symptômes d’une ovulation ?

Cycle menstruel : quels sont les symptômes d’une ovulation ?

0
Cycle menstruel : quels sont les symptômes d’une ovulation ?
Cycle menstruel

L’étape essentielle du cycle menstruel qui permet la conception d’un enfant est l’ovulation. Bien que cela soit un processus naturel chez les femmes, il est souvent difficile de déterminer quand l’ovulation a lieu. Pourtant, comprendre les symptômes d’ovulation peut aider les femmes à détecter leur fenêtre de fertilité et à améliorer leurs chances de concevoir. Quels sont alors les signes qui permettent de détecter une ovulation ? On fait le point dans cet article.

Explication du cycle menstruel

Chez les femmes, le cycle menstruel correspond à une série de transformations physiologiques. Ces dernières ont lieu dans le but de préparer le corps à une possible gestation. En effet, le cycle se divise en plusieurs phases, chacune caractérisée par des événements spécifiques. Voici les informations essentielles concernant chaque phase :

La phase menstruelle

Cette phase débute le premier jour des règles et dure en moyenne de 3 à 7 jours. Elle se caractérise par l’écoulement de sang et de tissus de l’endomètre (la paroi interne de l’utérus) qui est évacué du corps.

La phase folliculaire

Cette phase débute juste après la fin des règles et dure en moyenne de 7 à 10 jours. Elle est caractérisée par une augmentation de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) qui stimule les ovaires à produire des follicules (petites poches remplies de liquide contenant un ovocyte immature). Un seul follicule deviendra dominant et continuera à mûrir.

L’ovulation

Cette phase se produit vers le 14ème jour du cycle en moyenne. L’hormone lutéinisante (LH) déclenche la rupture du follicule dominant. Il libère un ovocyte mature dans les trompes de Fallope où il pourra être fécondé par un spermatozoïde.

La phase lutéale

Cette phase commence juste après l’ovulation et dure en moyenne de 10 à 14 jours. La transformation du follicule vide en corps jaune conduit à la sécrétion de progestérone, qui prépare l’endomètre à l’implantation d’un embryon. Si la fécondation ne se produit pas, le corps jaune se détériore et la production de progestérone diminue.

La phase prémenstruelle

Lorsque le corps jaune subit une dégénérescence totale, les niveaux d’oestrogènes et de progestérone diminuent simultanément. Cela entraîne le détachement de l’endomètre qui est évacué lors des règles suivantes. Par ailleurs, ces phases se répètent environ tous les 28 jours en moyenne. Néanmoins, la durée et l’intensité du cycle menstruel peuvent varier d’une femme à l’autre.

L’ovulation : définition et mécanisme

La libération mensuelle d’un ovule mature depuis l’ovaire vers la trompe de Fallope pour une éventuelle fécondation est appelée ovulation. Chez les femmes en âge de procréer, ce processus se produit généralement tous les mois, environ deux semaines avant le début des règles suivantes.

La régulation de l’ovulation est sous le contrôle des hormones reproductives produites par l’hypophyse. Il s’agit en particulier de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et de l’hormone lutéinisante (LH). Au début du cycle menstruel, les niveaux d’oestrogènes augmentent, ce qui stimule la libération de FSH. Cette hormone stimule la croissance de plusieurs follicules ovariens. Cependant, un seul follicule se développe plus rapidement que les autres et libère progressivement des niveaux élevés d’oestrogènes.

Les niveaux élevés d’oestrogènes induisent une augmentation de la production de LH, qui entraîne une augmentation rapide de la croissance folliculaire, appelée effet « LH surge ». Dans un délai de 24 à 36 heures après l’augmentation du taux de LH, l’ovulation est généralement déclenchée. Elle libère ainsi l’ovule mature dans la trompe de Fallope pour qu’elle puisse être fécondée par un spermatozoïde.

Après l’ovulation, les niveaux d’oestrogènes et de progestérone augmentent, préparant l’utérus à une éventuelle implantation d’un embryon. En l’absence de fécondation, la diminution des niveaux d’oestrogènes et de progestérone provoque la desquamation de la muqueuse utérine, marquant ainsi le début du cycle menstruel.

Notons que le moment de l’ovulation peut varier en fonction de différents facteurs tels que l’âge, le stress, les troubles hormonaux et les médicaments. Des tests d’ovulation peuvent être utilisés pour aider à déterminer le moment de l’ovulation et à optimiser les chances de concevoir.

Les principaux symptômes de l’ovulation

L’ovulation survient généralement une fois par mois chez les femmes en âge de procréer. Les symptômes notés peuvent varier d’une femme à l’autre, mais certains signes peuvent être remarqués.

Des changements dans les sécrétions vaginales

Au cours de l’ovulation, les sécrétions vaginales peuvent devenir plus abondantes, plus claires et plus glissantes que d’habitude. Cela permet de faciliter le passage des spermatozoïdes.

Une légère augmentation de la température corporelle

Après l’ovulation, la température corporelle de la femme peut augmenter légèrement, en raison de l’augmentation de la production de progestérone.

Des douleurs dans le bas-ventre

Certaines femmes ressentent une douleur ou une sensation de crampes légères à modérées dans le bas-ventre, du côté où l’ovaire est en train de libérer l’ovule. Cette douleur est appelée douleur d’ovulation.

Une augmentation de la libido

Certaines femmes peuvent remarquer une augmentation de leur désir sexuel pendant l’ovulation. L’élévation des niveaux d’œstrogènes peut en être la cause, tout comme une légère hausse de la température corporelle qui se produit après l’ovulation.

Des saignements légers

Certaines femmes peuvent avoir des saignements légers au moment de l’ovulation. Cela est dû à la rupture de la paroi folliculaire lors de la libération de l’ovule. Par ailleurs, ces symptômes ne sont pas présents chez toutes les femmes. Certains peuvent être légers ou imperceptibles. Si vous essayez de concevoir, vous pouvez utiliser des tests d’ovulation pour déterminer le moment de l’ovulation avec précision.

Les méthodes de détection de l’ovulation

Repérer l’ovulation est crucial pour les femmes qui désirent tomber enceintes ou éviter une grossesse. Les techniques pour déterminer l’ovulation peuvent être classées en deux types. On note celles qui se basent sur les indices physiologiques et celles qui utilisent les hormones.

Les méthodes basées sur les symptômes

Les méthodes basées sur les symptômes impliquent de surveiller les signes et les symptômes physiques qui indiquent que l’ovulation est imminente ou en cours. Ces signes et symptômes peuvent inclure :

  • Des changements de la glaire cervicale ;
  • Une légère augmentation de la température corporelle ;
  • Des douleurs dans le bas-ventre ;
  • Des saignements légers ou des crampes légères.

En outre, les méthodes de détection de l’ovulation basées sur les symptômes peuvent être plus difficiles à utiliser, car elles nécessitent une certaine familiarité avec les signes et symptômes du corps. Cependant, elles peuvent également être plus précises pour certaines femmes, car elles sont basées sur les signaux physiques réels du corps.

Les méthodes basées sur les hormones

Les méthodes basées sur les hormones quant à elles impliquent de surveiller les niveaux d’hormones spécifiques dans le corps. Ceux-ci indiquent que l’ovulation est imminente ou en cours. Et ces hormones incluent l’hormone lutéinisante (LH), l’oestradiol et la progestérone.

Par ailleurs, les tests d’ovulation à domicile sont des exemples courants de méthodes basées sur les hormones. Ces tests fonctionnent en mesurant les niveaux d’hormones dans l’urine de la femme. Ils permettent d’indiquer le moment où les niveaux d’hormones atteignent un certain seuil, ce qui indique que l’ovulation est imminente. Notons que les tests d’ovulation peuvent être achetés en pharmacie et sont généralement faciles à utiliser.

En fin de compte, la méthode de détection de l’ovulation qui convient le mieux à une femme dépendra de ses préférences personnelles et de ses besoins individuels. Certaines femmes préfèrent utiliser plusieurs méthodes en même temps pour maximiser leurs chances de détecter l’ovulation.

Les facteurs pouvant affecter l’ovulation

Le cycle menstruel régulier est un signe important de la santé reproductive des femmes, car l’ovulation est essentielle pour la conception et la grossesse. Cette dernière peut être affectée par plusieurs facteurs divisés en deux catégories. On a les facteurs physiques et les facteurs liés au mode de vie.

Les facteurs physiques

Les facteurs physiques qui peuvent affecter l’ovulation comprennent les troubles endocriniens, tels que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Ces derniers peuvent perturber la régularité du cycle menstruel.

Les maladies inflammatoires pelviennes, telles que la salpingite, peuvent endommager les trompes de Fallope et empêcher l’ovulation. Les antécédents de chirurgie pelvienne peuvent également affecter l’ovulation en perturbant l’anatomie normale des organes reproducteurs. C’est le cas des césariennes et des hystérectomies.

Les facteurs liés au mode de vie

Les facteurs liés au mode de vie qui peuvent affecter l’ovulation comprennent le stress chronique. Celui-ci peut perturber l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien et entraîner une suppression de l’ovulation.

Le poids corporel excessif ou insuffisant peut également affecter l’ovulation en perturbant les niveaux hormonaux nécessaires à la régularité du cycle menstruel. La consommation excessive d’alcool ou de tabac est aussi en mesure de perturber les niveaux hormonaux et affecter l’ovulation.

Par ailleurs, certains médicaments peuvent affecter l’ovulation. C’est le cas des comprimés pour la fertilité utilisés pour stimuler l’ovulation chez les femmes atteintes de troubles de l’ovulation. Les contraceptifs oraux qui sont utilisés pour prévenir l’ovulation peuvent également affecter la régularité du cycle menstruel après leur arrêt.

Chaque mois, l’ovaire libère un ovule mature dans un processus appelé ovulation. Le cycle menstruel régulier est le signe d’une ovulation saine et d’une fertilité potentielle.