Global Statistics

All countries
618,807,415
Confirmed
Updated on September 22, 2022 2:33 pm
All countries
597,301,052
Recovered
Updated on September 22, 2022 2:33 pm
All countries
6,535,210
Deaths
Updated on September 22, 2022 2:33 pm

Décalottage de bébé : Pourquoi et comment le faire ?

Les nouveau-nés ont un pénis qui demande à être nettoyé régulièrement, en raison des saletés qu’il peut contenir. Lorsque ces saletés ne sont pas évacuées, elles peuvent provoquer des infections. Pour ce fait, certains parents ont recours au décalottage. En effet, il s’agit d’une pratique qui consiste à décoller le prépuce du gland du pénis. C’est un geste d’hygiène qui se fait naturellement dans le bain. Qu’est-ce que le décalottage ? Comment et pourquoi le réaliser ?

Décalottage : de quoi s’agit-il ?

C’est une pratique qui consiste à faire coulisser le prépuce sur le gland du pénis. En effet, lorsque l’enfant n’est pas circoncis, le prépuce a tendance à recouvrir le gland. Ce phénomène peut engendrer la sécrétion de smegma. Les smegmas sont des substances pâteuses blanches qui coagulent et, agissent comme une sorte de colle. Ces substances maintiennent le prépuce collé au gland. Cependant, ces petites adhérences ne sont pas si graves. Il suffit de tirer un petit peu dessus, tous les jours, dans le bain et, la colle finira par partir.

Le décalottage est généralement réalisé aux nourrissons de sexe masculin. C’est une toilette spécifique, pratiquée uniquement lorsque le médecin constate une rougeur. Il est d’ailleurs recommandé de consulter un médecin avant d’entreprendre un tel soin soi-même. Ce geste reste invasif pour le bébé, étant donné que son intimité est pratiquement identique à celle d’une personne âgée.

Lorsque les rougeurs sont engendrées par une pathologie, un manque d’hygiène, une malformation de l’appareil reproducteur ou une peau collante, alors le médecin recommande un décalottage. Les raisons sont multiples. Elles sont indiquées aux parents en fonction des résultats de l’examen médical. Les parents, quant à eux, doivent suivre des mesures d’hygiène particulières. Ceux-ci doivent acheter des couches hypoallergéniques ou encore, utiliser des savons neutres pour la toilette.

Les nouveau-nés sont éventuellement trop petits durant les premiers mois qui précèdent leur naissance.Il est possible qu’ils aient de petites érections. Toutefois, elles ne sont pas si suffisantes pour décoller le prépuce du gland. Aucun consensus médical n’existe au sujet du décalottage. Les recommandations varient d’un pédiatre à un autre, en fonction de l’expérience.

Cependant, la plupart des pédiatres conseillent aux parents de ne pas toucher le prépuce avant l’âge de 24 mois, car le pénis est trop petit. Au cours de la visite des 24 mois, le pédiatre observe l’état du prépuce. Plus précisément, il vérifie si le prépuce a des adhérences ou s’il coulisse normalement sur le gland (et ne présente aucun rétrécissement). Il est important de préciser que le prépuce colle par endroit, lorsqu’il y a des adhérences. Ainsi, le pédiatre conseille aux parents de tirer tout doucement sur la peau du prépuce, sans forcer. Cet acte permettra de retirer progressivement les adhérences qui s’y trouvent.

Pourquoi décalotter le bébé ?

Le bout du pénis est formé de ce que l’on appelle le gland. L’extrémité dissimulée par un bout de peau est appelée prépuce. Durant le baptême, c’est ce morceau de peau qui est coupé, dans de nombreuses religions. Le gland est très sensible, surtout lorsque l’enfant est un nourrisson. Par moment, les résidus d’excréments ou d’urine peuvent rester coincés sous la peau. Ce qui pourrait engendrer des rougeurs ou inflammations. Ces deux manifestations peuvent être très douloureuses pour l’enfant.

Face à ce problème, le pédiatre recommande par conséquent, de pratiquer des soins de lavement. Ces soins permettront l’évacuation des résidus. On parle ainsi du décalottage (pratique qui consiste à tirer doucement sur la peau du nourrisson pour dégager le gland). Le nettoyage se fait avec de l’eau. Il n’est pas nécessaire d’utiliser des produits comme les savons parfumés ou même les désinfectants alcoolisés. En effet, la peau est très fragile à cette extrémité. L’utilisation de ces produits (désinfectants alcoolisés, savons parfumés) risquerait donc de l’endommager. Le mieux, serait de le faire durant le bain du bébé car, sa peau sera ramollie par la chaleur de l’eau et il sera détendu.

En revanche, certains pédiatres s’opposent à cette pratique. Ceux-ci considèrent le décalottage comme étant dangereux, inutile et traumatisant pour l’enfant. Par ailleurs, ils estiment que les adhérences préputiales se libéreront, par le biais des érections, naturellement. Ils estiment qu’il n’est pas nécessaire médicalement et de ce fait, pointent du doigt, un risque infectieux. Outre le fait que le décalottage puisse être traumatisant, il peut créer une fibrose, au niveau de la peau. Ainsi, cette dernière se resserrera de manière plus forte, nécessitant par conséquent, une intervention chirurgicale.

Comment décalotter ?

Décalotter un bébé, se fait en douceur. L’idéal serait de le réaliser durant son bain, car sa peau sera assouplie. Il est possible de réaliser le décalottage tous les jours, pour obtenir un résultat rapide. Toutefois, en cas de décalottage incomplet, il est possible que les adhérences perdurent tout au long de l’enfance. À partir du 24e mois (l’âge du bébé), les parents doivent serrer le prépuce fermement et avec délicatesse à la fois. Le but est d’assouplir la peau du gland. À force de réaliser cet exercice régulièrement, ils finiront par obtenir un résultat positif, au bout de 3 ans (maximum).

Cependant, il se peut que le résultat ne soit pas concluant chez certaines personnes. Ainsi, elles pourront opter pour l’utilisation d’une crème à base de cortisone. Cette crème doit être utilisée, tout en réalisant le décalottage du nourrisson. Elle ne doit pas faire option d’usage unique. La crème doit être appliquée une fois par jour, sur une durée d’un mois, entre le gland et le prépuce. Le plus souvent, le traitement se révèle satisfaisant au bout d’un mois. Si tel n’est pas le cas, il est préférable de se rendre chez un urologue. Celui-ci pourra analyser le sexe du bébé et l’opérer, pour retirer les adhérences.

Contre-indications du décalottage

Il est formellement interdit de décalotter le bébé après une opération de malformation de l’appareil génital. En effet, ces soins doivent être réalisés par des professionnels. Étant donné que le pénis est très sensible, un déchirement de la peau serait extrêmement douloureux pour l’enfant. Autant laisser les professionnels, particulièrement les puéricultrices, s’en occuper.

De plus, cette technique est fortement contre-indiquée, à la suite d’une circoncision.

Le décalottage précoce est-il toujours recommandé ?

Décalotter un enfant, revient à faire glisser le prépuce vers la base du pénis. De cette façon, le gland se retrouve à l’air libre. Pour des raisons hygiénistes, que l’on sait aujourd’hui infondées, les pédiatres et médecins ont longtemps recommandé d’effectuer ce geste chez les enfants. Nombreux sont ceux qui ont crû qu’en décalottant leur enfant, ils limiteraient le risque de phimosis. Le phimosis est, en effet, une maladie caractérisée par un prépuce serré et, une incapacité à rétrécir l’arrière du gland.

Pour les enfants non circoncis, le rétrécissement du prépuce est normal. Cette affection est souvent à l’origine de perturbations de la vie sexuelle à l’âge adulte et, d’infections. Cependant, on sait dorénavant que le décalottage précoce n’empêche en aucun cas, la survenue d’un phimosis.

Sous l’effet des petites érections et de la croissance de la verge, les adhérences disparaissent progressivement. Si au bout de 4 ans, elles perdurent, le médecin peut pratiquer un décalottage, sous crème anesthésique. Cette pratique permettra de libérer les dernières adhérences. Le médecin peut faire recours à une petite incision ou carrément, une circoncision (en cas de phimosis).

Le décalottage peut être à l’origine de complications plus graves, notamment les œdèmes et saignements. Si la cicatrice devient étroite, le médecin devra effectuer une intervention chirurgicale pour libérer le prépuce. Le bébé risque, suite à cette intervention, de ressentir des douleurs chaque fois qu’il voudra uriner. Les douleurs se font sentir, entre 24 et 48 heures. Souvent, le prépuce est si étroit que les parents ne parviennent pas à décalotter. Dans ces cas, il est urgent de consulter un pédiatre. Celui-ci «remettra» le prépuce, à travers des manœuvres très douloureuses. Ce genre d’épisode laissera clairement des conséquences psychologiques. Tout ceci pour dire qu’on ne doit toucher au sexe du bébé, uniquement quand cela est nécessaire.

Il est plus intime, pour une grande personne de se décalotter durant sa toilette intime. Mais ce qui vaut pour les grands, n’est pas vrai chez les enfants. Une toilette classique des parties intimes suffit largement pour ces derniers. À l’âge de 4 ans, lorsqu’ils commenceront à faire leur toilette tout seul, on pourra leur inculquer les bons gestes, afin qu’ils puissent se décalotter librement.

De façon générale, le décalottage est une technique qui consiste à retirer le gland du prépuce. Il est réalisé sur les enfants de sexe masculin (garçons). C’est une pratique qui peut avoir d’énormes impacts sur la santé de l’enfant si, elle n’est pas réalisée correctement. Face au décalottage, les avis sont divergents. Pour certains, décalotter le bébé n’est pas nécessaire. Dans le même temps, d’autres ne reprochent rien à cette pratique et l’encouragent. Quoi qu’il en soit, réaliser un décalottage nécessite une certaine finesse car, le pénis, qui est l’organe sexuel de l’enfant, est très sensible.

Vous aimerez aussi :

Related Articles