Accueil Bien-être Dépendance affective : symptômes et prise en charge

Dépendance affective : symptômes et prise en charge

0
Dépendance affective : symptômes et prise en charge
Concept de dépendance affective

La dépendante affective se caractérise par un besoin excessif de l’approbation des autres pour être heureux. Elle occasionne des comportements d’attachement extrême et même de soumission pouvant devenir toxique aussi bien pour le malade que pour son entourage. Mais, comment savoir quand vous êtes un dépendant affectif ? Quelles en sont les conséquences et comment peut-on traiter ce trouble ?

Être un dépendant affectif, qu’est-ce que cela signifie ?

La dépendance affective ou le trouble de la personnalité dépendante traduit un état psychologique d’incapacité à vivre pour soi. En effet, il s’agit d’une pathologie où la personne dépendante n’est heureuse que lorsqu’elle est appréciée et complimentée par son entourage.

Chez le dépendant affectif, seul le jugement positif des autres compte. Pour obtenir leur approbation, il se met à leur entière disposition, quitte à ignorer ses propres besoins. Dans cette quête d’amour et d’appréciation continue, la personne souffrant du trouble s’efface devant les autres. Aussi, elle perd peu à peu ce qui est essentiel à son bonheur.

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la dépendance affective ne se manifeste pas que dans les relations amoureuses. Les personnes avec ce trouble ressentent le besoin d’approbation dans tous les domaines de leur vie. Il peut s’agir d’une relation avec leur partenaire, leurs amis, et même en milieu professionnel avec leurs collègues.

Dépendance affective : comment expliquer l’origine du trouble ?

La dépendance affective s’explique généralement par des liens d’attachement vulnérables. De fait, les personnes avec un passé relationnel compliqué sont plus enclines à souffrir de ce trouble psychologique. Mais, cet état de dépendance peut également être la conséquence directe d’une enfance traumatisante ou d’une expérience négative.

En outre, la timidité et les vulnérabilités biologiques peuvent également favoriser l’apparition de la dépendance affective au cours de la vie. Quoi qu’il en soit, toutes les personnes souffrant de ce trouble ont un point en commun. Ils ont une faible estime de soi et peu de confiance en eux.

Comment se manifeste la dépendance affective ?

Le trouble de la personnalité dépendante se manifeste de diverses manières. Les signes peuvent, en effet, aller d’un geste banal à une vraie obsession. Cela empêche les dépendants affectifs à avoir des relations saines avec leur entourage. Parmi ces signes qui peuvent donner l’alerte, on peut citer :

La peur d’être abandonné

Le dépendant affectif a une peur bleue d’être abandonné par son partenaire, ses amis ou sa famille. Quel que soit le type de relation, il est angoissé à l’idée de perdre l’autre, d’être exclu ou d’être rejeté. Cet état d’inconfort crée chez lui une anxiété permanente qui se traduit, entre autres, par :

  • Le stress 
  • Des palpitations 
  • Une sensation de mal être 
  • Des sueurs froides
  • Une inquiétude permanente.

Par ailleurs, dans le but de ne pas perdre la relation, le dépendant affectif peut user de manipulation pour tout garder sous contrôle. Par exemple, dans ses relations amicales, tout comme en amour, il peut paraître très jaloux. Il souhaite avoir une amitié exclusive. Par peur de ne plus être le centre d’attention du groupe, il peut se mettre à faire de la compétition avec les autres.

En outre, le dépendant affectif peut également aller jusqu’à poser des actes peu orthodoxes. Il peut, par exemple, simuler une maladie ou se blesser intentionnellement dans le but d’avoir l’attention des autres. En milieu professionnel, il va avoir tendance à dire oui pour tout, même quand cela ne l’arrange pas. Ainsi, il n’hésitera pas à faire le travail de ses collègues à leur place, car pour lui, dire non l’exposerait à un rejet. C’est d’ailleurs ce qu’il craint certainement le plus.

Une tendance à tomber amoureux du premier venu

Les personnes victimes du trouble de la dépendance affective sont prêtes à tout laisser tomber pour le premier venu. Cela se passe notamment lorsque celui-ci s’intéresse à eux. Toute nouvelle relation devient un fantasme qu’ils subliment et chérissent. Même lorsque les signes montrent clairement que la relation est vouée à l’échec, ils s’y accrochent à tout prix et font tout pour maintenir l’illusion.

Un besoin constant d’être rassuré

Un autre signe de dépendance affective est le besoin d’être rassuré en permanence. En effet, une personne avec ce trouble attend de son partenaire et de son entourage :

  • Qu’il lui porte de l’intérêt
  • Qu’il le complimente
  • Qu’il soit à ses petits soins
  • Qu’il lui accorde tout son temps.

Lorsqu’il n’obtient pas toutes ces choses dans une relation, il est facilement frustré et ne se sent pas aimé. Par exemple, il a tendance à développer des pensées obsessionnelles envers son partenaire. Sans raison apparente, il peut se mettre à douter de la fidélité de ce dernier. Il peut se demander, à longueur de journée, ce que fait ce dernier ou avec qui celui-ci passe son temps.

Le dépendant affectif, un éternel insatisfait

Que ce soit en amour, en amitié ou même avec la famille, le dépendant affectif crée une relation malsaine avec les personnes qui l’entoure. En raison de son besoin continuel d’être apprécié et aimé, il développe très vite une  grande jalousie qui vire parfois à l’obsession. Quelle que soit l’attention que lui donne son partenaire ou ses proches, il en veut toujours plus. Cela peut amener son entourage à s’éloigner de lui.

Incapacité à se prendre en charge

En raison de son manque de confiance en soi, le dépendant affectif se voit dans une position d’infériorité par rapport aux autres. Il se considère souvent minable, incapable et pas à la hauteur. Cette perception qu’il a de sa propre personne lui fait croire qu’il n’est pas assez qualifié pour prendre des décisions, même en ce qui le concerne. Il préfère alors laisser son partenaire ou son entourage prendre toutes les décisions de sa vie.

En outre, dans le cadre professionnel, le dépendant affectif est incapable de prendre des décisions. Il évite d’ailleurs les postes à responsabilité. Dans sa relation amoureuse, il peut donner à son partenaire le soin de choisir ce qu’il doit porter. C’en est de même pour sa fréquentation et la gestion de sa finance.

La dépendance affective, un facteur de risque pour les personnes toxiques

Les personnes souffrant du trouble de la personnalité dépendante ont une tendance à se soumettre à la personne dont elles dépendent. Cela s’explique par le fait qu’elles pensent ne pas être à la hauteur pour prendre des décisions par elles-mêmes. Cette manière de se comporter fait fuir leur entourage ou partenaire, mais attire parallèlement une catégorie de personnes toxiques.

En outre, notons que les dépendants affectifs sont souvent des proies faciles pour les manipulateurs, notamment dans les relations amoureuses. Ils tombent généralement sur des partenaires narcissiques qui n’hésitent pas à les manipuler à leur guise. Ces derniers peuvent les dévaloriser pour leur faire perdre leur estime de soi. À partir du moment où ils se vident de leur énergie, le partenaire manipulateur peut exercer toute son emprise.

Le dépendant affectif quant à lui, supporte toutes les atrocités que lui fait subir son conjoint pour de nombreuses raisons. Cela peut provenir du fait qu’il considère les reproches, les humiliations et les violences comme une preuve d’amour. Mais, cela peut être aussi dû au fait qu’il a peur d’être abandonné par le conjoint s’il essaie de s’opposer. Quoi qu’il en soit, reconnaissons que pour les pervers narcissiques, les dépendants affectifs sont des cibles idéales.

Dépendance affective : existe-t-il des solutions ?

Plusieurs solutions permettent de réduire l’impact de la dépendance affective chez une personne qui en souffre. Après un diagnostic positif, il est conseillé de recourir à une prise en charge psychothérapeutique. Cela permettra de sortir l’intéressé du cercle vicieux de la dépendance.

En effet, se sortir seule de cette situation est presque impossible. Avant de guérir le trouble, il faut, en amont, identifier les symptômes, mais surtout les causes de la dépendance. Ensuite, le professionnel de santé peut, à partir des données, recommander une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou une psychothérapie psychodynamique.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

La TCC est un traitement qui amène le patient à modifier les pensées ou croyances négatives qu’il a développées sur lui-même. Il s’agit d’une pratique très recommandée dans les cas de dépendance affective. Elle permet aussi de guérir des troubles comme la dépression, l’anxiété ou encore des comportements addictifs.

La psychothérapie psychodynamique

Il s’agit d’un processus qui aide les patients à prendre conscience de leurs agissements et de la raison qui les oblige à agir de la sorte. À partir de ce moment, ils peuvent, par eux-mêmes, penser à des solutions pour remédier à la situation inconfortable dans laquelle ils sont.

Notons que cette thérapie permet d’explorer les sentiments, la relation avec les autres et les aspects de vie intime qui font que les autres s’éloignent. Dans certains cas, des traitements médicamenteux peuvent traiter, non la dépendance affective, mais les symptômes qu’elle occasionne. Il s’agit, entre autres :

  • Des troubles de sommeil
  • De la perte d’énergie
  • De l’état d’anxiété
  • De la dépression.

Par exemple, les inhibiteurs sélectifs sont souvent prescrits aux patients souffrants du trouble de la personnalité dépendante. Ils permettent de capturer la sérotonine. Toutefois, les benzodiazépines sont fortement évitées en raison du risque de dépendance qu’ils peuvent engendrer.