Global Statistics

All countries
643,290,708
Confirmed
Updated on November 21, 2022 11:59 pm
All countries
621,043,526
Recovered
Updated on November 21, 2022 11:59 pm
All countries
6,626,895
Deaths
Updated on November 21, 2022 11:59 pm

Dermatillomanie : comment arrêter de se gratter le corps?

La dermatillomanie conduit au grattage du corps. Les femmes sont majoritairement concernées par cette pathologie. Elle déclenche un comportement obsessionnel, avec une forte envie de se gratter. Un tel grattage engendre des conséquences sur la peau telles que les lésions, les blessures et d’autres. Causes, symptômes et traitements de ce mal ici.

Qu’est-ce que la dermatillomanie ?

Généralités sur la dermatillomanie

La dermatillomanie désigne un comportement compulsif qui amène à se gratter fréquemment et violemment sa peau. Elle est classée dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs. Cette maladie se manifeste par le triturage répété des parties du corps. En tant que trouble obsessionnel compulsif, la dermatillomanie se traite par des thérapies comportementales.

Cependant, il faut noter que la pathologie engendre un comportement répétitif que le patient n’arrive pas à contrôler. Elle touche environ 1 à 2 % de la population. Les femmes sont plus touchées par la maladie, et les premiers signes de ce trouble se développent le plus souvent à l’adolescence.

Par ailleurs, il est possible de développer ce trouble au cours d’une autre période de la vie. Certains peuvent donc développer la pathologie depuis leur enfance ou à l’âge adulte.

La dermatillomanie se manifeste majoritairement chez les femmes et les enfants sont souvent en colère. Elle peut aussi se manifester quand le sujet est dans un état de choc.

Pendant ce trouble psychique, différentes parties du corps peuvent être concernées par les grattages excessifs. Il s’agit notamment :

  • Des bras ;
  • Des jambes ;
  • Du cou ;
  • Des aisselles ;
  • Des mains ;
  • Du visage surtout ;
  • Des fesses ;
  • De la poitrine ;
  • Du ventre ;
  • Des pieds ;
  • Du dos ;
  • Du cuir chevelu ;
  • Des épaules.

Les dermatillomanes

Les personnes qui souffrent de la dermatillomanie se triturent la peau ou se donnent des coups de façon répétée. Elles ne se grattent pas pour faire disparaître une acné ou un bouton qui dérange. Elles le font involontairement et y trouvent plaisir ou satisfaction.

Ces personnes attaquent toutes les parties du corps où il est possible de triturer. Généralement, elles recherchent une forme particulière de croûte à arracher. Pour y parvenir, elles peuvent se servir de leurs doigts, des ongles ou d’une pince à épiler.

Certains dermatillomanes s’arrachent violemment les poils ou mordent la peau d’autres personnes. D’autres en revanche se retiennent de se triturer devant autrui, et attendent de le faire quand ils seront seuls. Habituellement, les dermatillomanes ressentent les envies de se triturer la peau le soir avant de se coucher.

Cependant ce trouble peut surgir à n’importe quel moment de la journée et peut durer des heures. Lorsque le trouble prend de l’ampleur, les personnes qui en souffrent ont des difficultés à mener leurs activités quotidiennes.

Fort de cette emprise, la plupart des dermatillomanes se sentent gênés de leur incapacité à contrôler ce trouble. Ce qui les amène généralement à une consultation médicale. 

Quelles sont les causes de la dermatillomanie ?

La grande anxiété ou les situations de stress répétées sont les principales causes de la dermatillomanie. Elle peut aussi provenir d’une situation de choc post-traumatique. En effet, certaines personnes réagissent au stress et à l’anxiété, en ayant des comportements compulsifs, dont la dermatilomanie. Il en est de même, quand le sujet se retrouve dans un état de choc post-traumatique.

Cette pathologie peut également avoir des causes psychologiques. Il s’agit notamment d’une colère refoulée, d’une dépression, d’une honte de soi et d’un sentiment de dégoût pour soi.  

Quelles sont les conséquences de la dermatillomanie ?

La dermatillomanie provoque des égratignures et des écorchures sur la peau. Ces écorchures peuvent s’infecter, si aucun soin n’est appliqué. Ces égratignures peuvent aussi cicatriser automatiquement et laisser des marques sur la peau pour toujours.

Les grattages violents et excessifs peuvent aussi provoquer des lésions sur la peau, ou conduire à un saignement abondant. Cette situation peut conduire à une grave infection de la circulation sanguine dont la septicémie. Les cas graves de septicémie peuvent nécessiter une hospitalisation de plusieurs jours.  

Quels sont les symptômes de la dermatillomanie ?

Les personnes atteintes de la dermatillomanie présentent des signes qui ne trompent pas. Comme premier signe, il y a la vérification de chaque partie de la peau, pour détecter une imperfection. Le deuxième symptôme de ce trouble est le triturage, qui consiste à torturer inconsciemment la peau de façon répétée. Les zones triturées ou la fréquence du triturage peuvent varier en fonction de chaque individu.

À ces symptômes de la dermatillomanie, peuvent s’ajouter les suivants :

  • Le grattage à l’aide des ongles, d’une aiguille ou d’un rasoir ;
  • Les troubles mentaux (trichotillomanie et dépression) ;
  • La morsure des lèvres ;
  • Le triturage de la peau des autres ;
  • La morsure de la peau des ongles ;
  • La torture du cuir chevelure ou des poils.

Comment fait-on le diagnostic de la dermatillomanie ?

Le diagnostic de la dermatillomanie s’effectue par un examen clinique. Il est effectué par un médecin spécialiste des comportements humains. L’examen consiste à poser des questions au patient et à repérer des signes, afin de détecter le trouble.

Ainsi, le médecin identifie les comportements irrationnels de grattage ou de triturage qui apportent un sentiment de plaisir au patient. Il notifie les tentatives du patient d’arrêter le triturage ainsi que les conséquences issues du grattage. C’est sur la base de tous ces éléments que le médecin déclare une dermatillomanie.

Par ailleurs, le diagnostic de la dermatillomanie n’est posé que si le patient effectue des grattages au point de se blesser.

Comment traiter la dermatillomanie ?

Avant tout traitement de la dermatillomanie, il est conseillé de consulter un dermatologue. Cette précaution est importante, afin de permettre à la peau de guérir dans les meilleures conditions. Il faut également un psychologue ou un psychiatre, pour accompagner le patient dans la gestion de sa manie.

Les traitements de ce trouble sont regroupés en trois grandes catégories que sont :

  • Les traitements médicamenteux ;
  • Les thérapies comportementales et cognitives ;
  • Les pratiques de relaxation.

Les traitements médicamenteux

Avant l’usage de tout traitement médicamenteux, il faut en amont consulter un médecin spécialiste. Les traitements médicamenteux qui entrent en jeu en cas de dermatillomanie sont souvent, des antidépresseurs et des anxiolytiques spécifiques. Ces antidépresseurs sont ceux utilisés pour les troubles obsessionnels compulsifs.

De plus, lorsque le grattage conduit à des lésions, le patient doit également consulter un dermatologue. Il doit suivre les prescriptions du dermatologue pour traiter convenablement les lésions ainsi que les éventuels problèmes cutanés

Les thérapies comportementales et cognitives

Consulter un psychologue est très important pour limiter la dermatillomanie. Le psychologue prend en charge le patient et l’aide à gérer ce trouble, grâce à une thérapie comportementale. Cette thérapie est efficace dans la plupart des cas, et aide le patient à mieux se contrôler.

La thérapie comportementale se base sur la technique de renversement des habitudes. Elle permet de devenir plus conscient de ses gestes et de découvrir les situations qui provoquent le trouble. Elle permet aussi d’arrêter les gestes de triturage pour d’autres gestes comme : tricoter ou s’asseoir sur les mains.

Aussi, l’encouragement des proches du patient et leur accompagnement aident fortement à gérer ce trouble.

Les pratiques de relaxation

Plusieurs autres techniques de relaxation peuvent aussi aider à atténuer la dermatillomanie. Il s’agit notamment des techniques qui aident à un meilleur contrôle de soi, de ses gestes et du stress. On note ainsi :

  • La relaxation avec inspiration profonde ;
  • La gymnastique ;
  • Le yoga ou le taï-chi ;
  • La respiration carrée :
  • La méditation ;
  • La sophrologie ;
  • L’hypnose.

Vous aimerez aussi :

Related Articles