Global Statistics

All countries
583,309,091
Confirmed
Updated on August 2, 2022 11:48 am
All countries
552,088,288
Recovered
Updated on August 2, 2022 11:48 am
All countries
6,422,511
Deaths
Updated on August 2, 2022 11:48 am

Diabète : quelles boissons privilégier et lesquelles éviter ?

Le diabète est une affection dont la prise en charge repose principalement sur l’adoption d’un régime alimentaire approprié. Ce régime doit inclure les boissons adéquates et bénéfiques à la glycémie dans le corps. Voici quelques boissons à consommer et à éviter en cas de diabète.

Quelles sont les boissons autorisées chez le diabétique ?

De nombreuses boissons participant à la régulation de la glycémie peuvent être indiquées en cas de diabète.

L’eau

Lorsque leur glycémie est en hausse, les personnes atteintes de diabète ou affectées par la résistance à l’insuline, présentent un besoin important de liquides dans leur corps. Ce surplus de glucose dans le sang peut être décomposé, voire éliminé par les reins à travers l’urine. Par conséquent, consommer beaucoup d’eau peut favoriser une baisse de la glycémie.

Les experts conseillent de boire un verre (220 ml) d’eau toutes les heures pour réhydrater le corps, suite à un pic glycémique. Boire beaucoup d’eau prévient non seulement la déshydratation et abaisse la glycémie, mais aide également à :

  • Garder la température corporelle à des valeurs normales ;
  • La lubrification des cellules cartilagineuses, rendant ainsi plus facile le travail de nos articulations ;
  • L’élimination facile des toxines par l’urine et la sueur ;
  • L’expulsion régularisée des selles afin de prévenir la constipation ;
  • L’optimisation des aptitudes cognitives et motrices ;
  • L’élévation de la sensation de satiété et la diminution des apports caloriques.

En cas d’accès limité à l’eau, l’organisme se tournera vers d’autres sources d’hydratation disponibles, comme la salive ou les larmes. Cela donne ainsi lieu à un cercle vicieux, ainsi qu’à une déshydratation plus conséquente.

Des études réalisées sur l’hormone vasopressine ont montré que son augmentation, en rapport avec la déshydratation, constitue un possible facteur de risque d’hyperglycémie. Une consommation accrue d’eau pourrait donc permettre de réduire les niveaux de vasopressine.

Le lait

Le lait est un élément important à inclure dans le régime d’une personne diabétique. Il est naturel et apporte assez de calcium, de potassium, de magnésium et de vitamines D à l’organisme. En outre, le lait compte parmi les aliments à indice glycémique bas. Il est donc parfaitement indiqué.

Cependant, tous les types de lait ne sont pas appropriés et peuvent déclencher des pics glycémiques. Pour maintenir un taux de glucose bas, le type de lait doit être bien choisi.  À cet effet, certains types spécifiques de lait sont assez recommandés chez les diabétiques.

  • Lait allégé ou demi-écrémé

Il s’agit d’un lait standardisé par l’industrie laitière avec un taux de matières grasses compris entre 1,5 et 1,8%. Il aide à la diminution de la tension artérielle, ce qui est essentiel aux diabétiques.

  • Lait ou jus de soja

C’est une boisson produite à partir d’eau et de graines de soja. Il dispose d’une bonne teneur en protéines et en oméga-3, mais est dépourvu de cholestérol. Il peut être consommé comme tel ou subir des transformations, pour donner notamment du yaourt de soja par lacto-fermentation.

  • Lait de coco

Il s’agit d’un liquide laiteux élaboré à base de pulpes de noix de coco râpées. Il réduit la vitesse à laquelle le sucre est libéré dans le sang, empêchant ainsi l’augmentation du taux de glycémie.

  • Lait d’avoine

C’est un lait élaboré à base de graines d’avoine et d’eau. Il possède une texture naturellement crémeuse ainsi qu’une saveur propre à l’avoine. Il est assez riche en magnésium, en fer et en calcium, et constitue ce qu’il y a de plus digeste.

  • Jus ou lait de riz

C’est une boisson végétale produite à base de riz. Il est en grande partie composé de riz complet et est souvent sans sucre. La majorité des variétés de lait de riz ont un goût sucré, en raison d’une activité enzymatique naturelle qui décompose les sucres complexes en sucres simples, notamment en glucose. Il existe également des laits de riz qui reçoivent du sucre de façon ajoutée. Chez les diabétiques, c’est la version non sucrée qui doit être considérée.

  • Lait d’amande

C’est une boisson de texture laiteuse élaborée à base d’eau et d’amandes décomposées en purée. On y retrouve des protéines végétales, des minéraux comme le calcium, le manganèse, le zinc, le cuivre, le fer, ainsi que les vitamines A, E, B1, B2 et B3. De plus, cette boisson végétale dispose d’un faible apport calorique, soit 2,5 kcal/ml.

D’autres produits laitiers peuvent être aussi considérés comme le yaourt nature grec allégé. Il s’agit d’une puissante source de probiotiques dont on note les effets positifs sur les niveaux de sucre et d’insuline dans le sang. Ce yaourt, comparativement au yaourt traditionnel, offre la combinaison idéale de glucides et de protéines, contribuant au maintien d’une basse glycémie et au contrôle de l’appétit.

Le thé

Il s’agit de la deuxième boisson la plus consommée au monde après l’eau et qui s’avère très bénéfique aux diabétiques. Ses vertus sont multiples et variées. Outre leur bonne saveur, les thés sont peu caloriques et sont bondés d’antioxydants permettant de réduire les risques de développement de nombreuses pathologies.

Selon une étude chinoise, le thé noir a des niveaux extrêmement élevés de polysaccharides, qui compliquent l’assimilation du sucre dans le sang. Cela explique son intérêt pour les diabétiques.

Boire fréquemment du thé noir aide également à diminuer les risques d’attaque cardiovasculaire. En effet, il participe à l’élargissement des artères, facilitant ainsi le flux sanguin.

Par ailleurs, les thés aident au renforcement de l’émail des dents et à la prévention des caries, grâce à leur constitution en fluor. Toutes ces vertus sont accessibles à condition de bien consommer son thé. L’on ne doit y ajouter ni sucre, ni lait. Ces compléments affectent la saveur du thé ainsi que ses avantages sur l’organisme. De même, le miel et le citron sont à proscrire.

Le café

La caféine, présente dans plusieurs compléments alimentaires, favorise la dégradation des réserves de graisses, tout en stimulant le métabolisme. Cela amène l’organisme à brûler un peu plus de calories dans les heures suivant sa consommation. Cependant, ces effets sont légers avec un apport raisonnable en caféine. Certaines études ayant trouvé un effet protecteur de la caféine contre le diabète de type 2, suggèrent qu’il faudrait boire quotidiennement entre 4 et 6 tasses de café.

Le café fort peut également servir de coupe-faim naturel. L’acide chlorogénique, l’un des polyphénols du café, semble aussi avoir des propriétés « brûle graisses ». Cependant, certaines études réalisées sur des individus obèses ou en surpoids, (évaluant les effets du café sur l’amaigrissement) n’ont pas encore été suffisamment concluantes pour étayer pleinement cette thèse.

Tout dépend aussi de la manière dont le café est bu : noir, avec du lait, de la crème ou du sucre. Un morceau de sucre de 5 g ajouté à une tasse de café apporte environ 20 kcal. Un café viennois en sachet ou un capuccino, apporte entre 50 et 120 kcal. Enfin, un café sucré de grand format avec crème fouettée, acheté dans une enseigne spécialisée, contient 450 kcal.

Quelles sont les boissons à éviter pour un diabétique ?

En plus de favoriser la prise de poids, les boissons sucrées sont nocives pour la santé. Il est préférable de faire l’impasse sur certains breuvages, afin de prévenir le diabète ou d’éviter qu’elle ne s’aggrave.

Les jus de fruits à caractère industriel

Bien que l’on ait souvent tendance à se donner bonne conscience, certains jus sont plus composés de sucres ajoutés que de fruits. Ils ont donc le potentiel de modifier significativement la glycémie des diabétiques. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il faudrait s’abstenir d’en boire. Mais, il faudrait limiter sa consommation à deux verres par jour.

Pour les personnes diabétiques, il est préférable de boire leur verre de jus de fruit lors des repas, car isoler la consommation d’aliments sucrés est déconseillé.

Pire que les jus industriels, les nectars de fruits ont une concentration en sucre encore plus forte. En ce qui concerne les smoothies, ils sont également chargés de sucres. La solution idéale est de substituer ces différentes boissons par des oranges pressées ou des fruits fraîchement cueillis. D’autant plus que ces fruits renferment assez de fibres, qui permettent de ralentir l’absorption du glucose et par conséquent, les pics glycémiques.

Le soda

La prise de poids ainsi que le développement du diabète de type 2 que favorisent les sodas, ont largement été démontré. Ils provoquent une aggravation rapide de la glycémie, en raison de leur forte concentration en sucre. Il est préférable d’opter pour les sodas zéro ou light qui ne renferment pas de sucre, mais doivent tout de même être consommés avec modération. De plus, les boissons énergisantes à haute teneur en sucre sont à éviter.

L’alcool

Les diabétiques ne sont pas enclins à la consommation d’alcool. Cependant, il y a quelques règles à suivre pour éviter de nuire à sa santé, car l’alcool affecte directement la glycémie en l’élevant (surtout s’il est consommé à jeun).

Les alcools très peu énergétiques et très peu sucrés sont plus à privilégier, même si cela n’est pas toujours simple, car la plupart d’entre eux le sont. Il faudrait faire une croix sur les boissons alcoolisées fortes telles que le gin, le whisky, le rhum, le martini, etc. La préférence doit être portée sur du vin blanc sec, du cidre, du vin rouge ou encore du champagne (sans sirop ajouté).

L’eau aromatisée

Ce type d’eau constitue un véritable piège, puisqu’il donne l’idée de boire de l’eau. Tant de gens en consomment en grande quantité, sans se rendre compte qu’ils absorbent du sucre. Aromatisée au citron, à la pêche, aux agrumes ou encore à la fraise, on peut la boire de façon occasionnelle, mais en aucun cas la substituer à l’eau minérale.

Bien sûr, en plus d’être vigilant sur les boissons, il est également important de surveiller ses habitudes alimentaires et d’effectuer une activité physique. En effet, la sédentarité ainsi que la surcharge pondérale représentent des facteurs de risques d’aggravation de la maladie.

Vous aimerez aussi :

Related Articles