Global Statistics

All countries
526,114,048
Confirmed
Updated on May 20, 2022 6:24 pm
All countries
481,707,503
Recovered
Updated on May 20, 2022 6:24 pm
All countries
6,297,640
Deaths
Updated on May 20, 2022 6:24 pm

Diversification alimentaire chez le bébé : comment se préparer ?

Après quelques mois de lait maternel ou de lait au biberon, il est temps de présenter de nouveaux aliments à votre bébé. La diversification alimentaire est une étape primordiale dans la vie du nourrisson. En effet, cette période est importante dans le processus de développement de son organisme. C’est une période faite de découvertes et d’expériences culinaires qui aiguisent sa capacité gustative. Vous devez donc être vigilant(e), afin de savoir quoi lui donner ou non, car ses capacités digestives ne sont pas aussi développées.

C’est quoi la diversification alimentaire ?

La diversification alimentaire indique l’introduction d’aliments solides, autres que le lait maternel ou le lait de biberon. Même si c’est un moment qui soulève beaucoup de questions, il est très attendu par les parents. La diversification alimentaire est une période pendant laquelle le bébé commence à alterner ses repas, afin de découvrir de nouvelles saveurs, textures, de nouvelles recettes et de nouveaux aliments différents du lait. C’est un moment indispensable pour son développement en général. 

La diversification alimentaire permet selon quelques études, de ne pas développer des allergies face à certains aliments. Introduire par exemple un aliment dans la diversification alimentaire de votre bébé, permet d’éviter le risque d’allergie face à cet aliment, à la longue. Elle permet aussi à votre enfant de développer ses cinq sens et plus particulièrement celui du goût. Ses facultés gustatives vont se stimuler durant cette étape de découverte alimentaire.  Il apprendra  par exemple à découvrir le goût succulent des patates douces, de la tomate ou d’autres aliments. 

A quel âge faut-il parler de diversification alimentaire ?

Jusqu’aux 4 premiers mois, votre bébé ne devra recevoir qu’une alimentation en lait : soit le lait maternel ou un lait infantile encore appelé lait premier âge. Le lait est la principale substance nutritive dont son organisme a besoin, pour son développement. Vous ne devez donc en aucun cas introduire des aliments solides avant ses 4 mois, au risque de dégrader l’état de santé actuel et futur de votre bébé. En effet, avant les 4 mois l’organisme du bébé n’a pas encore la capacité requise pour digérer les aliments solides.

Entre le 4ème et le 6ème mois, l’organisme de votre bébé commence à demander des vitamines supplémentaires, qui ne sont pas dans le lait maternel ou le lait premier âge. D’où l’importance d’associer au lait d’autres aliments. Ce n’est donc qu’entre 4 et 6 mois que vous devez débuter la diversification alimentaire.  Il est important de ne pas commencer la diversification alimentaire avant les 4 premiers mois de votre bébé ni après ses 6 mois, pour éviter d’augmenter les risques d’allergies

L’importance du lait maternel et celui infantile pendant la diversification alimentaire 

Le lait est le meilleur aliment que votre bébé puisse avoir au cours de ses premiers mois. En effet, il est fait sur mesure pour votre bébé et constitue par ricochet, la base même de son alimentation. Jusqu’à ses 3 ans, le lait restera un des aliments principaux que votre bébé doit consommer. Il participe au développement de son organisme grâce aux nutriments, vitamines et minéraux qu’il contient.  Il faut reconnaître que hormis le lait maternel, il y a aussi d’autres laits que vous pouvez utiliser pour votre bébé. 

Cependant à chaque étape de sa croissance, il y a un lait adapté si vous optez pour un allaitement mixte. Ainsi, jusqu’à ses 6 mois, votre bébé pourra utiliser le lait premier âge. Après ses 6 mois, il passera au lait de suite encore appelé lait 2ème âge. Il contient les nutriments nécessaires à votre bébé (minéraux, glucides, vitamines, oligo-éléments etc.). A ses 12 mois ou 1 an ; le lait de croissance prendra la place du lait de suite. Encore appelé lait 3ème âge, il est doté de calcium, de protéines et d’autres nutriments qui permettront à votre bébé de bien grandir.  Jusqu’à ses 3 ans, le lait de croissance restera un complément aux aliments diversifiés que vous proposerez à votre bébé. 

Comment réussir la diversification alimentaire et par quel aliment commencer ?

Par quel aliment commencer ?

L’un des aspects les plus importants de la diversification alimentaire reste les premiers aliments. Etant donné que la fonction digestive de votre enfant n’est pas encore développée à 100%, vous devrez commencer la diversification alimentaire par des légumes sans fibres.  Ces légumes sans fibres (courgettes sans peau et sans pépins, haricots verts, épinards, carottes…) doivent être cuisinés sans ajout de sel. Préparez-les uniquement à l’eau, pour permettre à votre bébé de vite les digérer. 

Comment réussir la diversification alimentaire ?

Ne pensez pas que votre bébé dévorera avec sourire la purée que vous lui présenterez, dès la première fois. C’est tout nouveau pour lui. Vous devez réaliser plusieurs essais avec les aliments, afin de connaître ceux qu’il aime le mieux et ceux qu’il n’aime pas.

Au début, ne lui proposez pas plus d’un légume par jour. Avec le temps, vous pouvez associer plusieurs légumes, afin d’en faire des recettes. Comme mentionné plus haut, les aliments ne doivent pas remplacer le lait. Prisez donc le repas du midi pour vos premiers essais. Le lait (tétée ou biberon) doit rester un moment de partage entre vous et votre bébé. 

Vous pouvez lui servir uniquement les légumes pendant deux semaines. Par la suite, diversifiez et testez les fruits. Ces fruits doivent être sous forme de compote, afin que la digestion soit plus facile

Comment se comporter si votre enfant refuse de goûter aux nouveaux aliments ?

Il peut arriver que votre bébé refuse les aliments que vous lui présentez. Ne l’y obligez surtout pas. Cependant, vous ne devez pas vous décourager. Persévérez, et réessayez le lendemain avec un nouveau légume par exemple.  Pour savoir si votre bébé n’aime pas vraiment un aliment, vous devez le lui présenter 10 à 16 reprises, de différentes façons.

A quel moment insérer les poissons, viandes dans la diversification alimentaire de votre bébé ?

Si vous commencez la diversification alimentaire à partir du 4ème mois, vous constaterez qu’à ses 3 ans, les découvertes alimentaires de votre bébé seront plus variées. L’introduction des différents aliments doit se faire progressivement. 

A partir du 7ème mois, vous pouvez déjà ajouter à ses aliments, le poisson et la viande (poulet, saumon, dinde, agneau…). Étant riches en nutriments (lipides, protéines…), ces aliments assureront le bon développement de votre bébé. Aussi, ils lui conféreront le plein d’énergie. Mais attention ! Vous devez éviter les poissons panés et les viandes grasses.  Aussi, devrez-vous les écraser ou les mixer. Les œufs aussi peuvent être introduits dans son alimentation, mais des œufs durs (œuf de volatile suffisamment cuit afin que le blanc et le jaune soient solides).

Les féculents aussi peuvent suivre les œufs, poissons et viandes. La pomme de terre est le féculent le plus recommandé. Elle peut être facilement écrasée. Elle peut être mélangée à la soupe de légumes. D’autres féculents comme le quinoa, la semoule ou le boulgour peuvent également être associés. Votre bébé les aimera sans doute.

Par la suite, ajoutez les matières grasses végétales comme l’huile d’olive ou encore celle de colza.

Quelle quantité de protéines donner à votre bébé pendant la diversification ?

L’excès de protéines est très mauvais pour la santé de votre bébé et ce, surtout sur le long terme. Entre 7 et 8 mois, essayez d’habituer votre bébé à la viande, à l’œuf et au poisson chaque jour. Il faut une quantité quotidienne de 10g (2 c à c de viande ou de poisson). Pour ce qui est de l’œuf, vous pouvez lui donner le quart de l’œuf dur par jour.

A son premier anniversaire, c’est-à-dire à ses 12 mois, la quantité recommandée pour la viande et le poisson est de 20g par jour, soit quatre cuillères à café. A ses deux ans, la quantité de viande et de poisson passera à 30 g par jour, c’est-à-dire six cuillères à café. 

Hygiène et sécurité 

Lors de la diversification alimentaire, il est important de prendre certaines précautions afin de ne pas mettre la vie de votre bébé en danger. Voici quelques principaux conseils en matière de sécurité et d’hygiène alimentaire :

  • Se laver correctement les mains avant de préparer les aliments ;
  • Garder les surfaces propres ;
  • Eviter les aliments durs comme les carottes, les pommes crues ou les noix entières ;
  • Laver et éplucher correctement les fruits et légumes ;
  • Refroidir les aliments chauds et les tester avant de les donner au bébé ;
  • Retirer à chaque fois les pépins et les noyaux des fruits ;
  • Retirer les arêtes de poissons et de viandes ; 
  • Toujours surveiller votre bébé quand vous lui donnez à manger, car il peut s’étouffer.

Quelques erreurs à éviter pendant l’étape de la diversification alimentaire chez votre bébé

Entre les habitudes développées depuis des années, les informations qu’on trouve ci et là, vous n’êtes pas à l’abri des erreurs. Voici quelques conseils et règles qui ne seront jamais remises en cause lors de la diversification alimentaire de votre bébé :

  • Ne pas obliger son enfant à finir son assiette : Obliger votre bébé à finir son assiette peut provoquer un surpoids, ou même une obésité avec le temps. Les deux facteurs les plus importants pour votre bébé sont sa dose quotidienne de lait et l’évolution de sa croissance. Si votre bébé a  déjà bien mangé et refuse d’ouvrir sa bouche pour une énième cuillerée, comprenez juste qu’il n’a plus faim. Ne l’y obligez pas. Cependant, si au contraire votre bébé se nourrit peu, vous devez informer son pédiatre ;
  • Ne pas saler les plats de votre bébé : Reconnaissons-le, nous absorbons trop de sel, ce qui crée des complications et plus particulièrement des problèmes cardiaques. Même si le plat de votre bébé vous semble fade, dites-vous simplement qu’il n’a pas encore le point de comparaison. Il ne pourra donc pas vous en vouloir ;
  • Ne point donner à votre bébé les mêmes repas que vous : Le système digestif de votre bébé est encore immature. Autrement dit, son système n’est pas encore bien développé. Ainsi, les plats lourds, les conserves et les plats préparés du supermarché sont à proscrire nécessairement. Trop sucrés, trop salés, trop riches en graisses : tout cela n’est pas adapté à votre bébé ;
  • Ne pas commencer la diversification trop tôt ou trop tard : L’idéal moment pour commencer la diversification alimentaire est entre 4 et 6 mois. Cependant, vous devez obtenir l’accord de son pédiatre. Si vous commencez la diversification alimentaire trop tôt ou trop tard, cela risquerait d’accentuer le risque d’allergie ;
  • Ne pas grignoter entre les repas et ne pas manger devant la tablette ou la télévision : Grignoter entre les repas peut causer l’obésité. N’incitez pas votre bébé à le faire, car il essayera de reproduire vos comportements. Aussi, prendre les repas devant la télévision ou la tablette est très mauvais. Devant les écrans, nous oublions rapidement la quantité ingurgitée. Cela peut entraîner des problèmes d’obésité à la longue.

Quels aliments faut-il éviter à tout prix lors de la diversification alimentaire ?

Certains aliments sont absolument à proscrire pour votre bébé. Voici donc la liste de ces aliments qui peuvent être néfastes et engendrer des problèmes de santé sur le long terme :

  • les aliments trop riches en sucre ou en graisse (chips, biscuits, charcuteries…) ;
  •  les légumes secs et crus ;
  • les aliments riches en protéines (Autres produits laitiers en dehors du lait infantile) ;
  •  les poissons ou viandes préparés ;
  • autres boissons en dehors de l’eau naturelle ;
  • les épices.

Résumé de la diversification alimentaire en 10 points essentiels 

  1. Avoir l’approbation du pédiatre de votre bébé avant la diversification alimentaire ;
  2. Le lait doit être la base principale de l’alimentation de votre bébé pendant les 6 tout premiers mois ;
  3. Commencer la diversification alimentaire par les légumes ;
  4. Ajouter ensuite les fruits ;
  5. Ne mélangez pas les saveurs ;
  6. Persévérer malgré les refus de votre bébé ;
  7. La graisse végétale : un aliment important dans le développement cérébral de votre bébé ;
  8. Intégrer les aliments protéinés de faible quantité à la diversification alimentaire ;
  9. Quitter l’étape d’aliments mélangés à celui d’aliments en morceaux ;
  10.  Toujours donner l’exemple en goûtant devant lui ce que vous lui présentez.

Vous aimerez aussi :

Related Articles