Global Statistics

All countries
597,377,003
Confirmed
Updated on August 17, 2022 5:37 pm
All countries
553,525,701
Recovered
Updated on August 17, 2022 5:37 pm
All countries
6,460,550
Deaths
Updated on August 17, 2022 5:37 pm

Douleurs au talon : causes, symptômes et traitements

Les douleurs au talon font partie des douleurs les plus craintes. Elles peuvent s’avérer très handicapantes, surtout si elles ne sont pas traitées à temps. Très souvent, les douleurs du pied sont provoquées par des maladies inflammatoires. Mais, elles peuvent aussi apparaître, pour des raisons mécaniques comme le port de chaussures non adaptées, la pratique du sport, etc. Ces douleurs se manifestent de diverses manières, et peuvent avoir de nombreuses complications, si elles ne sont pas traitées à temps. Dans certains cas, elles s’accompagnent de certains signes alarmants qui nécessitent l’intervention immédiate d’un podologue. Heureusement, la médecine propose diverses solutions pour en venir à bout en fonction des causes.

Définition : qu’est-ce qu’une douleur au talon ?

Les douleurs au talon sont encore appelées des talalgies. Elles sont le résultat d’une souffrance du talon. En effet, le talon représente la partie arrière du pied. Il est constitué du Calcanéus (encore appelé Calcanéum) et de certains tissus situés autour de lui. Chacune des composantes du talon peut être une cause de douleur. Il s’agit plus précisément :

  • Du Calcanéus ;
  • Des aponévroses ;
  • Des tissus mous ;
  • De la peau environnante.

La douleur du talon peut donc apparaître sur l’ensemble du talon, sur le pourtour du talon, à l’arrière du talon et même sous le talon.

Les talalgies peuvent atteindre soit un seul pied soit les deux en même temps. Quelles qu’elles soient, ces douleurs sont vraiment gênantes et peuvent handicaper leur sujet.

Quelles sont les potentielles causes des douleurs au talon ?

Les douleurs du talon peuvent avoir diverses origines. Ces causes sont classées en trois catégories à savoir : les causes mécaniques, les causes inflammatoires et une troisième catégorie pour d’autres causes encore.

Les causes mécaniques

Ces causes mécaniques de douleurs au talon peuvent être liées à plusieurs organes du pied. Il peut s’agir d’un traumatisme ou de la tendinite du tendon d’Achille.

  • La fasciite

C’est une inflammation du fascia plantaire. En effet, c’est cette membrane fibreuse et épaisse qui relie les phalanges du pied (orteils) au calcanéum (os du talon). Lorsqu’elle est inflammatoire, la douleur se manifeste progressivement et se situe plus sous le talon. On parle aussi d’aponévrosite plantaire. Certains facteurs comme la marche en général, la montée ou la descente des escaliers ou encore la position debout prolongée peuvent l’aggraver.

  • La tendinite du tendon d’Achille

La lésion du tendon d’Achille peut également causer des talalgies. Celles-ci sont plus situées à l’arrière du talon. Elles surviennent suite à la pratique intensive ou fréquente d’une activité sportive comme la course à pied, et parfois dès le début d’un effort physique. Ces douleurs s’intensifient et deviennent permanentes lorsque les tendons sont toujours sollicités. Toutefois, le repos suffit souvent pour calmer les douleurs. Les personnes les plus exposées à la tendinite sont celles ayant un genou dévié en dedans (valgum) ou dehors (valgum), un pied creux ou plat ou encore des pieds de différentes longueurs.

  • Les traumatismes du talon

Ce sont des accidents qui affectent une ou plusieurs parties du talon, et qui provoquent des douleurs. Dans le cas d’une fracture de l’os, il faut nécessairement faire une radiographie pour établir un diagnostic formel. Il peut également s’agir d’une très grosse sollicitation du talon dans le cadre d’une longue marche. Dans certains cas, le traumatisme n’affecte que les tissus qui entourent l’os. Dans tous les cas, les douleurs dues au traumatisme du talon sont très aiguës et nécessitent souvent un arrêt immédiat de l’activité. La poursuite pourrait causer de graves dommages.

  • La maladie de Sever chez les enfants

Elle se déclenche beaucoup chez les garçons sportifs âgés de 8 à 13 ans. Des footballeurs, aux athlètes et gymnastes en passant par les danseurs, ils sont tous exposés à cette maladie. En effet, elle est due à certains nombres de microfractures et une lésion du noyau d’ossification du calcanéum. Les douleurs qu’elle provoque au talon apparaissent progressivement, et peuvent être unies ou bilatérales. Parfois, elle handicape l’athlète et l’oblige à arrêter toute forme d’activité sportive. Toutefois, elle guérit quelques mois après l’arrêt.

La tuméfaction du calcanéum dans la partie où s’insère l’aponévrose plantaire peut provoquer des douleurs au talon. L’épine de Lenoir peut résulter d’une fasciite plantaire. Mais elle est aussi fréquente chez les personnes qui pratiquent un sport intensif, les personnes obèses ou encore des personnes qui ont l’habitude des talons hauts.

  • Les lésions de la peau

Certaines anomalies cutanées ou musculaires du pied, peuvent causer des douleurs au talon. Entre autres, on pourrait citer des callosités plantaires par hyperkératose. Il s’agit d’une bouffissure anormale de la couche superficielle de l’épiderme. On peut aussi citer les lésions des parties molles du pied comme les tissus sous-cutanés, les muscles, etc.

  • Les crevasses au talon

Elles sont dues à une sécheresse de la peau du pied. Généralement, les douleurs qu’elles provoquent sont sans grande gravité. Mais à la longue, de telles sécheresses peuvent occasionner des infections.

Hormis ces causes, il existe de nombreux autres facteurs susceptibles de favoriser des infections et donc des douleurs, dans la zone du talon. Entre autres, on pourrait citer :

  • Un défaut de musculature au niveau des pieds ;
  • Des jambes de longueurs disproportionnées ;
  • Les pieds très creux (creusement excessif de la voûte plantaire) ;
  • Les pieds plats (affaissement de la voûte plantaire) ;
  • L’obésité ;
  • Le port des chaussures non adaptées (particulièrement lors d’un exercice sportif) ;
  • Une augmentation brusque de l’intensité d’une activité sportive ou carrément une pratique trop intense.

Tous ces facteurs provoquent des douleurs aux talons avec des intensités inégales.

Les causes inflammatoires

Certaines talalgies sont dues à la présence d’autres maladies. On les appelle des causes inflammatoires. On peut citer :

  • Les maladies inflammatoires :

Les talalgies causées par les maladies inflammatoires sont connues pour être bilatérales. Elles apparaissent dès le réveil et régressent pendant la journée. Elles passent alternativement d’un pied à l’autre. Avec ce genre de douleurs, il peut arriver que le talon se gonfle.

  • La spondylarthrite ankylosante

La douleur au talon est l’un des premiers symptômes de cette pathologie. La spondylarthrite ankylosante correspond à une inflammation de la colonne vertébrale. C’est une maladie rhumatismale auto-immune, qui débouche souvent sur une inflammation articulaire. Elle est source d’un certain type spécifique de symptômes douloureux.

  • La maladie de Haglund

Cette pathologie est caractérisée par une malformation de calcanéum. Elle provoque une inflammation du tendon d’Achille, lorsque celui-ci le touche par frottement.

  • Autres maladies

Certaines maladies sont aussi non négligeables, lorsqu’on parle de douleurs aux talons. Il s’agit notamment de la polyarthrite rhumatoïde, du rhumatisme psoriasique associé à un psoriasis.

  • L’atteinte des nerfs

Certains problèmes au niveau des nerfs peuvent se manifester par des douleurs au talon. Notamment, dans le cadre d’une compression après une neuropathie liée à un diabète ou après une sciatique de type S1.

  • L’artérite des membres inférieurs

Elle est provoquée par un dépôt de graisses au niveau des parois des artères. En effet, cela resserre le calibre des vaisseaux sanguins situés dans les jambes. Il s’ensuit un défaut de vascularisation qui occasionne des brûlures et des douleurs de la plante des pieds.

  • Les MICI

Il s’agit des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Parmi les plus fréquentes, on peut citer la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique et bien d’autres encore.

Les talalgies peuvent survenir pour de nombreuses autres raisons, mais les plus fréquentes sont celles citées plus haut.

Comment se manifestent les douleurs au talon ?

Généralement, les talalgies se manifestent sur un seul talon, lors de la marche au moment du contact avec le sol. Toutefois, elles peuvent s’alterner entre les deux talons ou carrément se déclencher simultanément. Les douleurs se ressentent le plus souvent sous le talon ou l’arrière du talon. Mais les autres parties ne sont pas exclues.

En fonction de la cause de la douleur, elle peut apparaître intensément dès le réveil et s’atténuer dans les minutes qui suivent ou progressivement dans la journée. Il peut aussi arriver qu’elle persiste toute la journée. Ces douleurs peuvent s’aggraver par la marche, la position debout, l’exercice intense.

Il faut aussi notifier que l’intensité, la localisation et la nature de la douleur dépendent essentiellement de sa cause.

Quelles sont les complications possibles d’une douleur au talon ?

Lorsqu’une douleur n’est pas prise en charge à temps, elle peut s’aggraver. Elle peut évoluer, devenant handicapante. Elle peut atteindre un niveau où elle empêche la position debout et même la marche.

Quels sont les signes alarmants d’une douleur au talon ?

Lorsqu’on a mal au talon, il faut prêter attention à un certain nombre de signes. Si ces signes ne sont pas pris au sérieux, ils peuvent provoquer des complications.

Vous devez consulter un médecin lorsque :

  • Le talon devient rouge vif ;
  • La douleur vous empêche de poser le talon au sol ;
  • La douleur du talon survient soudainement, violemment ou fait suite à une chute ou un choc ;
  • La douleur persiste après deux ou trois semaines de traitement à la maison ;
  • Lorsque la douleur s’intensifie ou récidive malgré un traitement ;
  • Etc.

Vous devez également prêter attention aux symptômes comme les douleurs articulaires, les sciatiques, le psoriasis, la fièvre, la diarrhée, les douleurs abdominales, etc.

Lorsque vous souffrez de certaines maladies, une douleur au talon doit vous interpeller et vous conduire chez le médecin. Il s’agit notamment de :

  • La spondylarthrite ankylosante ;
  • Le diabète ;
  • La polyarthrite rhumatoïde ;
  • L’ostéoporose,
  • L’artériopathie des jambes ;
  • Etc.

À l’apparition de l’un de ces signes ou dans le cadre d’une de ces maladies, il est vivement conseillé de consulter un médecin dans les brefs délais.

Comment traiter une talalgie ?

Les douleurs du talon peuvent arriver à n’importe qui et à n’importe quel âge. Fort heureusement, il existe des remèdes qui permettent d’en arriver à bout.

Auto-traitement contre les douleurs du talon

Certaines talalgies ne nécessitent pas l’intervention d’un médecin. Il suffit parfois de prendre quelques antalgiques sans ordonnance, pour soulager provisoirement ou définitivement la douleur. Pour une action plus efficace de ces derniers, il faut mettre en pratique quelques conseils.

  • Faites le moins de mouvements possibles avec votre pied ;
  • Évitez les activités sportives et les postures dans lesquelles la douleur s’intensifie ;
  • Faites passer de la glace sur la zone de la douleur ;
  • Portez des chaussures plus adaptées ;
  • Etc.

En considérant la cause de votre mal au talon, le médecin peut prescrire :

  • Quelques séances de kinésithérapie (physiothérapie antalgique) ;
  • Le port d’une attelle pendant la nuit pour favoriser le repos du pied ;
  • Des semelles orthopédiques sur mesure ;
  • Le port des talonnettes sous la forme de gel de silicone.

Hormis ces mesures, il existe des médicaments susceptibles de guérir une talalgie.

Médicaments contre les douleurs du talon

Tout d’abord, l’objectif est de soulager la douleur. C’est pourquoi, il faut se tourner en premier recours vers les antalgiques. Sans ordonnance, vous pouvez acheter du Paracétamol en pharmacie.

Les spécialistes recommandent vivement des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène, le kétoprofène, etc. Il ne faut pas non plus négliger l’effet des crèmes et patchs anti-inflammatoires.

Pour des résultats positifs et sans effet secondaire, il est conseillé de :

  • Lire la notice pour bien suivre la dose recommandée ;
  • Ne pas utiliser un médicament en cas de contre-indication précisée sur la notice ;
  • Prendre l’anti-inflammatoire non stéroïdien et l’antalgique sur une durée courte ;
  • Ne pas associer plusieurs médicaments aux compositions différentes sauf sur avis médical.

Quoi qu’il en soit, il est fortement conseillé de demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Lorsque vous avez affaire à une douleur rebelle, ou lorsque ces premiers traitements ne suffisent pas, il est possible d’utiliser des ondes de choc sur le talon. Dans certains cas, une intervention chirurgicale est envisageable, mais seulement en dernier recours. Il s’agit des cas comme ceux d’une aponévrosite plantaire persistante, une tendinopathie d’Achille, une maladie de Haglund.

Pour le reste, consultez un médecin, si votre talalgie est associée à l’un des signes alarmants cités plus haut. Ce dernier saura orienter les examens pour établir un diagnostic formel. Ainsi, il pourra proposer le traitement adéquat.

Quelles chaussures éviter lorsqu’on a mal au talon ?

Le port de chaussures non adaptées pourrait provoquer ou aggraver des douleurs au talon. Par exemple, il vaut mieux éviter les chaussures trop plates et les chaussures aux semelles trop fines. Contrairement à ce que tout le monde croit, les chaussures à talons ne sont pas source de douleur au talon. Le plus important, c’est que ces talons ne soient pas trop hauts. Il est aussi déconseillé de porter des chaussures trop étroites.

Article précédentAutisme Asperger : quel est le meilleur test en ligne ?
Article suivantQu’est-ce qu’un malaise vagal ?

Vous aimerez aussi :

Related Articles