Global Statistics

All countries
648,352,481
Confirmed
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
624,654,245
Recovered
Updated on December 2, 2022 12:06 am
All countries
6,641,825
Deaths
Updated on December 2, 2022 12:06 am

Douleurs dentaires : causes, symptômes et traitements

La douleur dentaire est l’une des inflammations les plus redoutées chez les humains. De nombreux facteurs peuvent causer ces irritations dentaires. Il peut s’agir d’une infection, d’un accident, d’actes chirurgicaux, et bien d’autres causes possibles. Cette douleur se manifeste de différentes manières et sous différents degrés, en fonction de la cause.

Dans certains cas, il s’agit d’un mal bénin qu’on peut traiter soi-même. Dans d’autres, la douleur peut évoluer et provoquer de nombreuses autres complications. Heureusement, il existe de nombreux remèdes pour en venir à bout. On distingue les solutions naturelles et les solutions médicamenteuses, mais certains cas nécessitent une intervention. Comment traiter efficacement les douleurs dentaires ?

Définition : Qu’est-ce qu’une douleur dentaire ?

La dent est composée d’un organe central et important : la pulpe. Cet organe est constitué de nerfs et de vaisseaux sanguins. Ces vaisseaux sanguins et ces nerfs entrent dans la cavité, via un chenal très étroit. Or, lorsqu’elle est infectée ou inflammatoire, la pulpe dentaire peut facilement se retrouver comprimée.

Ainsi, à chaque fois qu’il y a une infection ou une augmentation de la température dans cette zone, on assiste à une vasodilatation. Cet évènement augmente l’afflux du sang et conduit à une compression des nerfs. Ce sont ces derniers qui envoient un signal au niveau du cerveau sous forme de douleur.

Quelles sont les causes possibles des douleurs dentaires ?

Les causes du mal de dent sont multiples et de divers ordres. On distingue les causes infectieuses, les effets post-chirurgicaux, et bien d’autres encore.

La carie

La carie dentaire est la cause la plus fréquente de douleurs dentaires. En effet, elle se traduit par une désintégration localisée de l’émail dentaire de la dentine. Il peut arriver que cette destruction évolue jusqu’au niveau des nerfs. Plus la carie évolue vers la pulpe, plus la douleur est vive. En d’autres termes, le degré de la douleur dépend de la progression du mal.

Différents stades de la carie dentaire – Crédit : informationhospitaliere.com
Différents stades de la carie dentaire – Crédit : informationhospitaliere.com

En outre, la carie est aussi caractérisée par une augmentation de la douleur au contact du sucre ou du froid.

La pulpite

Encore appelée « la rage de dents », la pulpite est une irritation du nerf de la dent. Elle provoque une douleur vive au niveau de la dent. Cette douleur peut parfois s’avérer insoutenable. Elle s’accroît davantage au contact du chaud, du froid et par la position couchée.

En effet, la pulpite se déclenche lorsque la carie atteint le nerf dentaire ou lorsque la dent est atteinte de nécrose.

L’arthrite dentaire

L’arthrite dentaire est une pathologie également connue sous le nom de Desmodontite. Elle se manifeste à travers une douleur irradiante et plus importante. Dans ce cas précis, la dent ne réagit pas aux différents changements de température. Elle souffre plutôt en cas de pression mécanique ou de percussion, autrement dit de microtraumatisme.

En général, l’arthrite dentaire survient après un tassement alimentaire interdentaire. De nombreux facteurs peuvent provoquer un tel tassement. Il s’agit notamment de la carie proximale ou d’un défaut de point de contact entre deux obstructions.

L’hypersensibilité dentaire

Cette cause de douleur dentaire est elle aussi, due à la mauvaise hygiène du patient. Une personne qui consomme une trop grande quantité de produits sucrés et acides s’expose à l’hypersensibilité dentaire. En effet, ces produits participent activement à la déminéralisation de la dent, et la rendent de plus en plus sensible.

Un patient peut aussi souffrir d’hypersensibilité lorsqu’il y a déchaussement des collets. Dans ce genre de situation, le dentiste est amené à poser un vernis fluoré. Il peut également protéger la cavité des collets exposés avec un composite.

Les abcès dentaires

Tout d’abord, l’abcès dentaire concerne la nécrose de la pulpe dentaire. Il s’agit d’une infection bactérienne qui se manifeste par une douleur dentaire. Elle se propage dans les tissus qui entourent la dent (flegmon ou cellulite). Le patient ressent également une fièvre persistante. Si elle n’est pas traitée à temps, elle peut provoquer une septicémie.

Il arrive qu’un abcès dentaire se développe, plusieurs années suite au traitement d’une racine. Elle survient près d’une dent dévitalisée ou couronnée, à cause d’un manque d’étanchéité au niveau de l’obturation.

La gingivite

Encore connue sous le nom d’inflammation gingivale, la gingivite fait souvent suite à un brossage insuffisant. Elle peut provoquer un gonflement et un saignement des gencives et donc des douleurs. Si elle n’est pas prise en charge à temps, elle peut se compliquer pour occasionner des infections parodontales autour de la dent. De ce fait, elle détruit le parodonte (ensemble des tissus de soutien de la dent).

En attendant le détartrage auprès du dentiste, le patient atteint de gingivite peut effectuer un brossage régulier ou des bains de bouche antiseptiques. Cela lui permettra de se soulager des douleurs et des saignements.

L’éruption des dents de sagesse

On appelle « dents de sagesse », les deux dernières dents situées après les molaires, au fond sur les maxillaires. Elles poussent souvent entre 18 et 25 ans et tout le monde n’en dispose pas.

Lors de l’éruption des dents de sagesse, le patient ressent des douleurs lorsqu’elles ne sont pas bien positionnées. Cela peut même causer une infection appelée la péricoronarite.

La péricoronarite

La péricoronarite est une infection et une inflammation du tissu intercalé entre l’opercule (le capuchon de la gencive sus-jacente) et la dent. Cette infection survient très souvent au niveau de la mandibule. Elle est l’une des sources de douleurs dentaires presque « inévitable ».

Douleurs post-extraction

Les douleurs post-extraction sont un autre exemple de douleurs « inévitables ». Elles apparaissent après l’extraction d’une dent, quelle qu’en soit la raison. Toutefois, elles ne sont pas si graves et sont faciles à traiter. Ces douleurs disparaissent généralement après la prise de quelques antalgiques.

Dans de rares cas, une alvéolite survient environ dix jours après l’amputation. Elle aussi peut causer des douleurs dentaires très intenses. Quant à elle, les antalgiques habituels n’en arrivent pas à bout. Il faut parfois prendre des antibiotiques avant d’en guérir.

Quels sont les symptômes des douleurs dentaires ?

Le type et l’intensité d’une douleur dépendent en grande partie de sa cause. Toujours en fonction de la cause, cette douleur peut s’aggraver par certains facteurs. Il s’agit généralement de :

  • Le froid ;
  • Le chaud ;
  • Le toucher ;
  • L’air froid ;
  • Les produits sucrés et/ou acides ;
  • Le brossage.

Il arrive que les douleurs dentaires se logent aussi souvent au niveau de la gencive qui gonfle et rougit.

La douleur peut être bénigne, aiguë ou accablante. Elle peut même donner l’impression de battre au point d’empêcher le sommeil. Elle peut aller jusqu’à irradier tout le visage et même le crâne. 

Quelles sont les complications possibles des douleurs dentaires ?

Les complications les plus graves d’une douleur de dent sont : la destruction ou la chute des dents. Cela arrive lorsque la douleur est due à une parodontite ou à des caries qui ne sont pas traitées à temps.

Parodontite – Crédit : informationhospitaliere.com
Parodontite – Crédit : informationhospitaliere.com

Dans le cas d’une infection des dents maxillaires non prise en charge, une sinusite peut se déclencher. Cette infection des sinus cause des douleurs plus intenses. La plupart du temps, ces douleurs sont perçues comme provenant des dents non affectées contigües aux sinus.

Dans d’autres cas de douleurs dentaires, le mal peut évoluer au point de provoquer des infections plus graves. On dénote souvent l’angine de Ludwig, une infection se logeant dans les espaces sous-mandibulaires. N’oublions pas la thrombose du sinus caverneux. Ces deux maux peuvent s’avérer mortels, et nécessitent donc une intervention immédiate.

Quels sont les signes alarmants des douleurs dentaires ?

Il arrive que les douleurs dentaires soient bénignes. Mais certains signes cliniques alarmants doivent attirer l’attention. Il s’agit notamment de :

  • Fièvres ;
  • Céphalées ;
  • Anomalies des nerfs crâniens ;
  • Sensibilité ou gonflement du plancher de la bouche ;
  • Etc.

Les fièvres sont rares dans le cadre d’une douleur dentaire. Elles apparaissent seulement lorsqu’il y a une grande extension locale.

Les céphalées quant à elles, évoquent le développement d’une sinusite. C’est surtout le cas, lorsque les prémolaires et molaires sont douloureuses. Toutefois, lorsque les céphalées sont accompagnées de symptômes visuels, d’anomalies de la motricité oculaire, ou des pupilles, il faut craindre une thrombose du sinus caverneux.

Lorsque le patient ressent une sensibilité et/ou une tuméfaction au niveau du plancher buccal, il ferait mieux de consulter un médecin. Ce dernier orientera ses examens vers la recherche d’une présence potentielle de l’angine de Ludwig.

Il peut aussi arriver que le patient soit sujet à un trismus, qui se traduit par des difficultés à ouvrir la bouche. Il s’accompagne souvent de toutes sortes d’infections de molaires inférieures, lorsqu’il s’agit d’une péricoronarite.

Quelques problèmes dentaires – Crédit : informationhospitaliere.com
Quelques problèmes dentaires – Crédit : informationhospitaliere.com

Par ailleurs, les problèmes dentaires isolés peuvent aussi être considérés comme des signes alarmants. Ces problèmes sont souvent bénins quoiqu’inconfortables. Seule la symptomatologie (caractéristiques de la douleur) peut orienter le médecin sur les causes de la douleur dans ces cas.

Quel examen clinique faire en cas de douleurs dentaires ?

Lorsque vous ressentez une douleur dentaire, il est conseillé de se rendre chez un médecin dentiste. Le professionnel de la dent saura orienter les examens et interrogations, pour identifier la vraie cause du mal. Car, il ne suffit pas de traiter la douleur ; il faut plutôt en traiter la cause.

Le médecin commence son diagnostic, en vous posant des questions sur les caractéristiques de la douleur. Ensuite, il procède à un examen physique. Cette partie du diagnostic est plus axée sur la face et sur la bouche. Le professionnel palpe les différents compartiments à la recherche d’une sensibilité, d’une induration ou d’une tuméfaction faciale. La présence de l’un de ces facteurs suggère une infection profonde.

Par suite, l’examen buccal consiste à rechercher toute présence de :

  • Caries ;
  • Tuméfaction située à la base d’une dent (indicateur d’abcès apical) ;
  • Inflammation gingivale ;

Si après cette phase, aucune dent ne semble poser problème, on explore à nouveau les dents localisées dans la région de la douleur. Le médecin dentiste recherche une sensibilité à la percussion, avec un abaissement de la langue.

Il arrive qu’on applique un glaçon sur chaque dent pour identifier une quelconque douleur. Lorsque la dent est saine, la douleur s’arrête juste après le retrait du glaçon. Si au contraire, la douleur persiste plusieurs secondes, cela évoque une lésion pulpaire comme la pulpite irréversible.

En dehors de ces examens physiques, il est possible d’effectuer un examen neurologique basé sur les nerfs crâniens. Ceci, lorsque le patient ressent des céphalées, de la fièvre ou encore une tuméfaction faciale.

Dans de rares cas, où une angine de Ludwig ou une thrombose du sinus caverneux sont suspectées, le dentiste a recours à une imagerie (IRM ou TDM).

Comment traiter les douleurs dentaires ?

Le traitement à adopter dans le cadre d’une douleur dentaire dépend en majorité de sa cause. Toutefois, il existe des solutions rapides et des solutions naturelles contre les maux de dents. Notons que ces solutions sont temporaires et s’utilisent en attendant de pouvoir consulter un médecin.

Les solutions rapides contre les douleurs dentaires

La science a découvert de nombreuses manières de traiter efficacement et rapidement une douleur dentaire sans gravité.

  • Les antalgiques

Comme pour toute douleur, les antidouleurs sont le premier recours. Dans le cas des douleurs dentaires, il est préférable d’utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens. L’Ibuprofène, très connu et en vente libre en pharmacie, est très recommandé. Toutefois, les antalgiques classiques comme le paracétamol conviennent parfaitement.

  • Les antibiotiques

L’usage des antibiotiques peut s’avérer nécessaire, lorsque le mal est d’origine infectieuse. À cet effet, une prescription médicale s’avère indispensable.

  • Les bains de bouche

En pharmacie, on retrouve des bains de bouche anti-sceptiques qui peuvent également servir. Ces derniers sont utilisés comme désinfectant.

  • L’homéopathie

Il est possible d’utiliser le « principe de la similitude », pour soulager des douleurs dentaires. Il suffit au patient de prendre aussi souvent que nécessaire, 5 granules de Chamomilla vulgaris 9CH. Il peut également prendre de la teinture de calendula, après l’avoir dilué dans un verre d’eau.

Les solutions naturelles contre les maux de dents 

Comme pour tout mal, il est possible de recourir à mère Nature pour soulager des douleurs dentaires. Ce sont quelques ingrédients naturels qui ont prouvé leur efficacité dans le soulagement de la douleur dentaire.

  • Le clou de girofle

Grâce à sa forte teneur en eugénol, cette substance a des effets antidouleurs, anti bactériens et anti-inflammatoires. Il peut donc anesthésier le mal, en attendant le rendez-vous avec le médecin. Il existe également sous forme d’huile essentielle et sous d’autres formes encore.

  • L’ail frais

Cet élément détient des propriétés anesthésiantes, anti-inflammatoires et aussi anti-infectieuses. Il suffit de placer un morceau d’ail contre la dent douloureuse, pour obtenir un soulagement.

  • L’argile

Ce produit de la nature est connu pour ses capacités antiseptiques, cicatrisantes et anti-inflammatoires. Elle a satisfait plus d’un, en calmant même les douleurs les plus tenaces.

  • Le gingembre

Cet ingrédient intervient dans la composition de nombreux produits pharmaceutiques. Entre autres, il joue le rôle d’antidouleur actif. Pour profiter de son effet, le patient doit juste mélanger la poudre de gingembre à une petite quantité d’eau.

  • Le vinaigre

C’est l’un des remèdes insoupçonnés contre le mal de dents. Son rôle est d’activer la circulation sanguine. Cela a pour effet d’atténuer la douleur. Pour bénéficier de ses effets, il suffit de l’utiliser en bain de bouche.

  • Les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles sont aussi à prendre en compte pour calmer des douleurs dentaires. Il s’agit notamment des huiles de lavande officinale, de menthe poivrée, de giroflier, etc. C’est aussi le cas de l’huile essentielle de sauge sclarée. Elle a un effet redoutable dans le traitement de l’inflammation buccale et pour la cicatrisation de la plaie.

  • L’aloe vera

Il a prouvé son effet anti-inflammatoire à travers plusieurs générations. Il s’utilise beaucoup plus sous forme de gel lorsqu’il y a une inflammation, un saignement de la gencive ou encore une gingivite.

  • Le Borax

Il détient également des propriétés anti-inflammatoires, et s’utilise souvent en homéopathie. Il suffit de 3 gélules toutes les 2 heures pendant les 12 premières heures, pour soulager la douleur. 

  • Le froid

Cette solution est la plus connue. Il s’agit d’une poche de glace enveloppée dans un linge à placer contre la joue. En effet, le froid empêche l’influx nerveux de circuler et la joue de se gonfler. On l’utilise surtout après une extraction pour réduire l’œdème.

Rappelons que l’usage de l’une de ces solutions ne dispense pas d’aller consulter un médecin dentiste. Le professionnel saura identifier la cause du mal pour un traitement adéquat.

Comment prévenir les douleurs dentaires ?

Pour prévenir les douleurs dentaires, il faut suivre les règles d’hygiène buccale. Il est conseillé d’effectuer un brossage efficace trois fois par jour, soit après chaque repas.

Il est également recommandé d’éviter les boissons sucrées et acides.

Pour finir, les spécialistes de la dent suggèrent une visite médicale au moins une fois par an.

Article précédent
Comment perdre du poids avec la danse ?
Article suivant

Vous aimerez aussi :

Related Articles