Accueil Hôpitaux Drépanocytose et don de sang : que faut-il savoir ?

Drépanocytose et don de sang : que faut-il savoir ?

0
Drépanocytose et don de sang : que faut-il savoir ?
Concept de drépanocytose et don de sang

Pour beaucoup d’incultes, « drépanocytose et don de sang » n’ont aucun sens. Pourtant, l’un ne va pas sans l’autre. Désirez-vous en connaître davantage sur la relation entre ces deux éléments ? Si oui, voici les explications adéquates !

Drépanocytose : l’affection génétique la plus répandue

Étant génétiquement héréditaire, la drépanocytose est une maladie grave affectant les globules rouges. Elle est caractérisée par une anomalie au niveau de l’hémoglobine. Cette dernière est la protéine assurant le déplacement de l’oxygène dans le sang. 

Contrairement aux idées préconçues, la drépanocytose n’est pas une maladie rare. En effet, elle est particulièrement fréquente chez les personnes originaires :

  • d’Afrique subsaharienne ;
  • des Antilles ;
  • d’Inde ;
  • du Moyen-Orient ;
  • du bassin méditerranéen. 

Dans le monde entier, le nombre de malades de drépanocytose est estimé à 6.400.000. En Belgique, cette maladie génétique est devenue la plus fréquente. Par conséquent, cette affection pose un réel problème de santé publique.

Quelles sont les conséquences de cette maladie ?

La dangerosité de cette maladie génétique se trouve au niveau de son impact sur la qualité de vie. En effet, les personnes souffrant de formes graves de drépanocytosevoient leur qualité de vie diminuer fortement.

Pour commencer, les périodes de crise subies par les drépanocytaires peuvent être très douloureuses. En termes d’intensité, la douleur ressentie dépasse largement celle d’un accouchement.

Ensuite, d’éventuelles complications peuvent survenir chez les malades. Il s’agit principalement de : 

  • l’accident vasculaire cérébral ;
  • l’insuffisance rénale ;
  • l’hépatite ;
  • les ulcères. 

Enfin, il faut noter que les traitements de cette maladie génétique sont lourds et contraignants. Parallèlement, les hospitalisations se font régulièrement.

Par ailleurs, une personne atteinte de drépanocytose doit éviter certaines activités telles que les sports intenses. Les activités en altitude ou dans le froid sont également des exercices à éviter par un drépanocytaire. Les fortes chaleurs, semblant normales pour tout un chacun, ne le sont pas pour les personnes atteintes de cette maladie génétique.

Bon à savoir : À défaut d’éviter des activités trop fortes, le drépanocytaire doit s’entourer de multiples précautions avant de les pratiquer

Le don de sang : l’un des traitements de cette maladie

Parmi les solutions de traitement, il y a les transfusions sanguines occasionnelles ou régulières issues de dons de sang. Un drépanocytaire doit recevoir une transfusion sanguine toutes les 6 semaines. D’ailleurs, ce traitement est indiqué chez 70% des patients, et ce, parfois dès leur plus jeune âge.

Pour une meilleure réussite de cette opération, il est impératif de transfuser le drépanocytaire avec du sang du même groupe que le sien. Cette condition est nécessaire pour des soucis de compatibilité.

En cas d’incompatibilité, le bénéficiaire du don de sang va parfois créer des anticorps contre les globules rouges reçus. Ce phénomène, appelé l’allo-immunisation, peut rendre la transfusion inefficace. Dans le pire des cas, il peut mettre sa vie en danger.

En effet, chaque personne est détenteur d’un groupe sanguin unique. Ayant été hérité de ses parents, le groupe sanguin est donc influencé par les origines. Par conséquent, les chances de trouver du sang compatible sont plus grandes si le donneur et le receveur ont des origines similaires. 

Actuellement dans le monde, il existe des différences importantes entre les groupes sanguins disponibles et ceux des drépanocytaires. À ce propos, en Europe, les donneurs sont majoritairement d’origine caucasienne. Par ailleurs, en fonction de leurs origines, les patients drépanocytaires possèdent plus fréquemment un groupe sanguin rare.

Attention : le principe de la compatibilité sanguine est d’autant plus important lorsque le malade reçoit des transfusions régulières.

Sensibiliser sur l’importance du don de sang : une autre manière d’aider les drépanocytaires

Pour s’en sortir, les drépanocytaires n’ont recours qu’aux échanges sanguins (érythraphérèse) pour améliorer leur qualité de vie. Grâce à cette méthode, le sang contenant des globules rouges falciformes par du sang obtenu d’un donneur.

L’érythraphérèse se déroule généralement toutes les 4 à 6 semaines. Il nécessite 10 dons de sang par séance. Par conséquent, un drépanocytaire a besoin d’environ 130 dons de sang par an pour mener une vie normale.

Cependant, un déséquilibre constant existe entre les groupes sanguins disponibles et ceux demandés. Pour combler cet écart, il est important de lancer des campagnes pour le don de sang. Le principal but est d’obtenir des donneurs de sang en nombre pour garantir les besoins en transfusion sanguine de ces drépanocytaires.

 Quant au second objectif, il consiste à faire prendre conscience de l’importance de faire des dons de sang. De cette façon, il est plus facile d’avoir des donneurs fréquents et dévoués à la cause des drépanocytaires.

À ce titre, il existe un grand nombre d’associations et d’ONG qui se donnent comme mission de mobiliser et de convaincre les populations de faire des dons de sang régulièrement.

Le don de sang est un des remèdes pour permettre aux personnes atteintes de drépanocytose de mieux vivre. Il s’agit d’une relation de cause et d’effet pour le bien-être des drépanocytaires. Pour cette raison, il est primordial d’inciter un grand nombre de personnes, notamment celles de la communauté noire.