Global Statistics

All countries
591,602,347
Confirmed
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
561,820,754
Recovered
Updated on August 10, 2022 7:17 pm
All countries
6,442,881
Deaths
Updated on August 10, 2022 7:17 pm

En quoi consiste l’examen de la prostate ?

L’examen de la prostate est un test pratiqué, dans le cadre du diagnostic du cancer de la prostate. Il s’agit de la deuxième cause de cancer chez les hommes adultes, après le cancer de la peau. Cependant, il est hautement traitable, surtout dans les premiers stades. Le cancer de la prostate prend naissance dans la prostate, qui fait partie du système reproducteur masculin. Il ne produit souvent aucun symptôme dans les premiers stades. Ainsi, l’examen de la prostate peut aider à détecter le cancer à temps, afin de le traiter convenablement.

Qu’est-ce qu’un examen de la prostate ?

Le dépistage consiste à rechercher les premiers signes d’une maladie, chez les personnes qui ne présentent aucun symptôme. Le dépistage du cancer vise à détecter les changements révélateurs à un stade précoce, lorsque le traitement est plus susceptible d’être efficace.

Les médecins utilisent couramment deux tests principaux, pour dépister le cancer de la prostate :

  • Le toucher rectal ;
  • Le test de l’antigène prostatique spécifique.

Aucun des deux tests ne peut confirmer la présence d’un cancer de la prostate car, divers autres facteurs peuvent influencer les résultats. Cependant, ces tests peuvent indiquer si des étapes supplémentaires sont nécessaires.

En effet, une biopsie de la prostate est le seul moyen de confirmer qu’une personne a ou non, un cancer de la prostate. Par ailleurs, avant de subir l’un ou l’autre de ces tests, le patient devra donner son consentement, ce qui implique de confirmer qu’il comprend les avantages et les risques potentiels.

Le toucher rectal

Le toucher rectal est un examen physique, des changements dans la prostate qui pourraient indiquer une tumeur.

Avant le toucher rectal

Les questions courantes à se poser avant un toucher rectal incluent :

  • Que se passera-t-il pendant le toucher rectal ?
  • Combien de temps cela prendra-t-il?
  • Sera-t-il douloureux?
  • Quelle est la précision d’un toucher rectal, en termes de détection de cancer ?
  • Que va-t-il se passer ensuite?

Les patients doivent également informer l’équipe de soins de santé, s’ils ont des hémorroïdes ou des fissures anales, car un toucher rectal peut les exacerber.

Pendant le toucher rectal

La procédure nécessite généralement que le sujet se déshabille, de la taille vers le bas. Le spécialiste peut demander au patient de s’allonger sur le côté gauche et de ramener ses genoux vers sa poitrine ou, de se tenir debout et de s’appuyer contre une table.

Le spécialiste va par la suite :

  • Mettre des gants et mettre du lubrifiant sur un doigt ;
  • Évaluer la zone autour du rectum pour tout ce qui est inhabituel ;
  • Insérer doucement le doigt lubrifié, dans le rectum ;
  • Sentir la prostate pour en évaluer la taille et vérifier les bosses, les points mous ou durs et, d’autres anomalies.

Un toucher rectal n’est généralement pas douloureux, mais il peut être légèrement inconfortable. Cela ne prend que quelques minutes pour terminer.

Après le toucher rectal

Après l’examen, le médecin expliquera les résultats. Le patient peut généralement reprendre ses activités habituelles immédiatement après l’examen. Cependant, il peut y avoir des saignements du rectum par la suite, en particulier si, le sujet a des hémorroïdes ou des fissures anales. Si le saignement persiste ou est important, le patient doit contacter son médecin.

Résultats du toucher rectal

Le médecin expliquera généralement les résultats du toucher rectal, après l’examen. Le patient peut également subir un test de l’antigène prostatique spécifique le même jour. Si le médecin estime que des mesures supplémentaires peuvent être nécessaires, il se basera sur les résultats du test de l’antigène prostatique spécifique et du toucher rectal.

Il convient de noter qu’un toucher rectal produit souvent un résultat faussement positif. Si le médecin détecte des changements dans la prostate, cela n’indique pas nécessairement un cancer. Des nodules prostatiques peuvent se développer, à cause du cancer de la prostate ou d’autres affections liées à la prostate.

Test de l’antigène prostatique spécifique

Ce test sanguin mesure, la quantité de l’antigène prostatique spécifique produite par la prostate. Une partie de cet antigène s’infiltre dans le sang et, apparaîtra lors des tests.

Des taux élevés de l’antigène prostatique spécifique dans le sang peuvent indiquer un cancer de la prostate mais, d’autres conditions et facteurs peuvent augmenter ses taux. Des niveaux élevés ne signifient pas nécessairement que le cancer est présent.

En quoi consiste le test de l’antigène prostatique spécifique ?

Le test de l’antigène prostatique spécifique consiste à, prélever un échantillon de sang et à l’envoyer à un laboratoire pour analyse. Les résultats indiquent :

  • Niveaux normaux : la plupart des hommes adultes en bonne santé ont des niveaux de PSA inférieurs à 4 nano grammes par millilitre (ng/ml) ;
  • Niveaux limites : les niveaux de PSA de 4 à 10 ng/ml sont limites. Il y a 1 chance sur 4 que le cancer soit présent ;
  • Taux élevés : si les taux de PSA sont supérieurs à 10 ng/ml, il y a 50 % de chances que le patient ait un cancer de la prostate. Le spécialiste recommandera probablement plus de tests, y compris une biopsie de la prostate.

Il est important de noter que, les niveaux de l’antigène prostatique spécifique peuvent naturellement varier d’une personne à l’autre. Un sujet avec des niveaux élevés peut ne pas avoir de cancer de la prostate. D’autre part, environ 15% des personnes testées positives pour le cancer de la prostate après une biopsie, ont des taux de l’antigène prostatique spécifique inférieurs à 4 ng/ml. Par ailleurs, le cancer de la prostate n’est pas la seule cause des taux élevés de l’antigène prostatique spécifique.

Que signifient les résultats ?

Les taux de l’antigène prostatique spécifique peuvent être supérieurs à la ligne de base, pour diverses raisons autres que le cancer de la prostate.

D’autres facteurs qui peuvent augmenter les niveaux de l’antigène prostatique comprennent :

  • Un âge avancé ;
  • Une éjaculation récente ;
  • Des procédures médicales, y compris un toucher rectal, une biopsie ou certaines investigations urologiques ;
  • Une supplémentation en testostérone ;
  • Une hypertrophie de la prostate, en raison d’une hyperplasie bénigne de la prostate, par exemple ;
  • Une prostatite, qui est une inflammation et un gonflement de la prostate.

En outre, les personnes obèses peuvent avoir des lectures de l’antigène prostatique spécifique plus faibles.

De plus, certains médicaments peuvent réduire les taux de l’antigène prostatique spécifique, notamment :

  • Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase, qui peuvent aider à traiter l’hyperplasie bénigne de la prostate ;
  • L’aspirine, que certaines personnes prennent régulièrement comme anticoagulant ;
  • Les statines, qui aident à réguler le taux de cholestérol ;
  • Les diurétiques thiazidiques, une sorte de pilule pour l’eau qui peut aider à réduire l’hypertension artérielle.

Certains médicaments, à base de plantes et suppléments, peuvent également abaisser les niveaux de l’antigène prostatique spécifique. Les taux élevés de l’antigène prostatique spécifique à eux seuls, n’indiquent pas un cancer. Cependant, si un toucher rectal révèle également des changements, un médecin peut recommander une biopsie, pour un résultat plus précis.

Que se passe-t-il ensuite ?

Si les tests de toucher rectal et de l’antigène prostatique spécifique ne montrent rien d’inhabituel, le médecin peut recommander une surveillance, en répétant un ou les deux tests, tous les 1 à 2 ans. Si les résultats peuvent indiquer un cancer de la prostate, le médecin peut recommander une biopsie. Cependant, une biopsie de la prostate peut entraîner des complications.

Trois alternatives à la biopsie de la prostate

Les patients devraient discuter avec leur médecin, pour savoir si une biopsie de la prostate est appropriée ou si une alternative peut être meilleure. Une biopsie peut être la meilleure option lorsque :

  • Les niveaux d’antigène prostatique spécifique sont élevés ou, significativement plus élevés que ne le suggère la taille de la prostate ;
  • L’imagerie de la prostate suggère qu’une forme agressive de cancer peut être présente ;
  • Un individu a un risque accru de cancer de la prostate.

Trois des alternatives possibles à une biopsie de la prostate sont les suivantes :

Tests enzymatiques pour le cancer de la prostate

Certains tests vérifient les enzymes produites par le cancer de la prostate, pour voir si le cancer est présent et, évaluer s’il peut être agressif ou à croissance rapide. Ces tests utilisent des échantillons de sang ou d’urine, pour déterminer le risque global d’une personne de développer un cancer de la prostate.

Les médecins recommandent généralement ces tests aux hommes qui ont des scores de l’antigène prostatique spécifique élevés ou, ceux dont les médecins trouvent des anomalies lors d’un examen numérique de la prostate.

4Kscore

Un test sanguin plus récent est le test 4Kscore, qui mesure le risque de cancer de la prostate chez une personne. Ce test ne remplace pas complètement la nécessité d’une biopsie mais, il peut aider à identifier qui devrait en avoir une. En conséquence, cela peut aider les médecins à réduire le nombre de personnes qui ont des biopsies.

Les tests enzymatiques ne peuvent pas identifier tous les cas de cancer de la prostate et, les biopsies non plus. Au lieu de cela, les analyses de sang et d’urine peuvent identifier, les présentations les plus agressives de la maladie.

Certaines formes de cancer de la prostate ont une croissance lente, plutôt qu’agressive. Il est peu probable que le cancer de la prostate à croissance lente soit mortel.

Dans la plupart des cas, un médecin recommandera une biopsie de la prostate, en raison d’un score de l’antigène prostatique spécifique élevé. Cependant, d’autres problèmes de santé peuvent contribuer à un score élevé. Un score de l’antigène prostatique spécifique a également tendance à augmenter, avec l’âge.

Attendre et tester à nouveau les niveaux de l’antigène prostatique spécifique peut être utile. Si ce score reste élevé mais, n’a pas changé depuis le dernier test, un sujet peut ne pas avoir de cancer de la prostate.

IRM

Une IRM utilise un champ magnétique et des impulsions de radiofréquence, pour produire une image claire de la prostate.

Tout comme les biopsies, les IRM peuvent parfois produire un résultat incorrect. Cependant, ils sont moins invasifs et donnent toujours un indicateur précis du risque de cancer de la prostate.

Les médecins utilisent diverses techniques d’IRM, pour rechercher un cancer de la prostate notamment :

  • Imagerie pondérée en diffusion : elle examine comment la prostate absorbe l’eau ;
  • Imagerie de contraste : Le médecin observe le flux sanguin dans et autour de la prostate, à l’aide d’un colorant ;
  • Imagerie spectroscopique : Elle vise à distinguer le cancer de la prostate d’autres causes d’hypertrophie de la prostate, telles que l’infection.

Chaque technique a des forces, des faiblesses et une capacité variable à détecter un type de cancer de la prostate. Les méthodes d’IRM les plus efficaces combinent plusieurs de ces techniques d’imagerie.

Vous aimerez aussi :

Related Articles