Global Statistics

All countries
648,378,391
Confirmed
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
624,672,089
Recovered
Updated on December 2, 2022 1:06 am
All countries
6,641,996
Deaths
Updated on December 2, 2022 1:06 am

Enclouage centromédullaire : différentes techniques et complications

L’enclouage centromédullaire consiste à mettre en place un clou dans la cavité centrale cylindrique d’un os long fracturé. Cela permet d’immobiliser avec force les fragments osseux en bonne position. En effet, c’est l’une des techniques les plus utilisées et l’enclouage centromédullaire est souvent effectué sans dégagement du foyer de la facture. Cependant, cette méthode de fixation nécessite beaucoup d’attention, car elle peut avoir de graves conséquences sur la santé du patient. Qu’est-ce qu’un enclouage centromédullaire ? Quelles sont ses différentes techniques ? Quelles sont les différentes complications qui en découlent ? Retrouvez tous les détails dans ce billet.

Qu’appelle-t-on enclouage centromédullaire ?

L’enclouage centromédullaire est une pratique qui consiste à introduire dans le canal médullaire de l’os un clou. Cette pratique favorise le renforcement d’une fracture, en conservant sans dommage le serrage musculaire de l’os. Le mode de fonctionnement de l’enclouage centromédullaire est semblable à une attelle interne. En effet, il donne la possibilité d’équilibrer les fractures des os par le biais d’un abord minime.

Cette technique est fondée sur des principes mécaniques et biologiques indiscutables, qui sont exigés en raison de la divergence de la plaque. Cette dernière  repose sur la robustesse absolue du montage. De par le perfectionnement du matériel, l’enclouage centromédullaire est de plus en plus conseillé aux patients.

Quelles sont les différentes techniques de l’enclouage centromédullaire ?

Les praticiens utilisent différentes techniques pour réaliser l’enclouage centromédullaire. On distingue

La plaque intra condylienne

De nombreux médecins généralistes effectuent la fixation des fractures au niveau des cuisses via une plaque intra condylienne. Cependant, cette technique de l’enclouage centromédullaire est préstratégique. Il est important de savoir que la contention par plaque vissée n’est pas plus conseillée que l’enclouage parce que, les résultats ne sont pas efficaces. De plus, en raison de la fragilité des cuisses du patient qui implique l’utilisation de nombreuses vis, cette technique présente beaucoup de dangers. Par ailleurs, la cicatrisation de l’os du patient se fait par cal, ce qui limite sa formation.

Il est important de savoir que cette technique a lieu également chez un patient qui présente une fracture fémorale. En effet, cette pratique de l’enclouage centromédullaire implique la présence de deux plaques. L’une en face latérale et l’autre en face de l’os qui constitue le squelette de la cuisse. Vous pouvez donc remarquer que dans 18 fractures diaphysaires, il y a uniquement 10 qui ont donné un résultat satisfaisant. La technique de la plaque intra condylienne de l’enclouage centromédullaire n’est donc pas recommandée par les spécialistes du domaine, et elle présente également beaucoup de risques.

L’utilisation d’une attelle

La technique de l’utilisation d’une attelle est aussi une technique de l’enclouage centromédullaire, qui présente des risques. En effet, sa contribution à la réduction d’une fracture au niveau des cuisses est sans importance. De plus, le patient fera face à une sensation douloureuse physique après cette intervention. C’est une pratique qui doit être délaissée, car la cicatrisation osseuse ne correspond pas aux attentes du médecin et la lésion est parfois dangereuse.

Il est important de savoir que l’enclouage à lui seul, ne contient pas la puissance physique requise. De plus, la tige métallique non verrouillée peut à tout moment refaire surface, autrement dit, elle peut sortir à travers la peau. La combinaison de l’enclouage est très compliquée à réaliser, en plus de l’enclouage en forme de faisceau. La mise en place des plaques nécessite beaucoup de dépenses et la cicatrisation qu’elle engendre est plus dangereuse que celle de l’enclouage centromédullaire.

L’enclouage par broche

D’après plusieurs recherches, d’autres médecins proposent la technique de l’enclouage centromédullaire, qui se fait par une broche à effet débordant. Pour ce faire, le médecin généraliste mettra un implant au milieu de la moelle osseuse dans lequel se situent de petites broches. La broche à effet débordant est alors plus avantageuse que l’enclouage en forme de faisceau.

De plus, elle limite toutes les complications liées au procédé de pose, car sa mise en place se fait de façon verrouillée. Cette technique est la plus recommandée parmi toutes les méthodes et limite les difficultés que le patient peut rencontrer.

Quelles sont les différentes complications de l’enclouage centromédullaire ?

Infection

L’infection est l’une des complications les plus fréquentes chez un individu ayant subi l’enclouage centromédullaire. Le tabagisme ou le diabète sont des facteurs qui augmentent cette complication. En effet, l’infection est généralement causée par les pathogènes inoculés pendant la fracture. Par conséquent, lors de l’opération chirurgicale, le médecin généraliste doit bien prendre soin de son patient, car il peut y avoir une infection nosocomiale.

Aussi, les infections suite à la contamination communautaire, apparaissent au bout de quelques jours après l’admission. Si le médecin constate la présence d’une infection, il laisse les équipements d’ostéosynthèse jusqu’au moment où la fracture se corrige. Si le problème persiste, le foyer septique doit être entretenu quotidiennement ou le patient sera mis sous un traitement à base d’antibiotiques.  

Syndrome des loges

Le syndrome des loges est également une complication suite à une intervention chirurgicale de l’enclouage centromédullaire. Ce syndrome apparaît après un excès de pression dans la jambe et il engendre la compression des nerfs des muscles.

Le syndrome des loges se manifeste par une sensation physique douloureuse, d’où l’utilité de bien la surveiller. Le patient confronté à ce type de problème doit subir une seconde intervention chirurgicale dans les plus brefs délais, pour réduire les douleurs musculaires.

La phlébite

Cette complication se caractérise par la formation des caillots dans les veines, et peut être la cause d’une hémorragie pulmonaire. Cependant, malgré le traitement à base d’anticoagulant que le médecin fera suivre au patient, la phlébite peut survenir. La cicatrice au niveau des genoux peut aussi être à l’origine de la perte des mouvements.

Pseudarthrose

Cette complication de l’enclouage centromédullaire est la conséquence du non renforcement de la fracture sans tenir compte du délai habituel. Les facteurs qui contribuent à son apparition sont l’infection et le tabagisme.

 

Article précédent
Article suivant
Chirurgie esthétique : risques pendant et après l’opération

Vous aimerez aussi :

Related Articles