Global Statistics

All countries
672,538,648
Confirmed
Updated on January 20, 2023 4:11 am
All countries
625,057,441
Recovered
Updated on January 20, 2023 4:11 am
All countries
6,739,397
Deaths
Updated on January 20, 2023 4:11 am

Encoprésie : causes, symptômes, traitements

Chez l’enfant, il arrive de remarquer l’émission de selles involontaires. Cela est dû à un rectum trop plein. On parle d’encoprésie. En effet, la maladie est généralement remarquée chez les enfants ayant au moins 4 ans. On reconnaît la maladie grâce à certains signes précis. Ses causes sont variées. Il est donc important de les notifier afin d’identifier le traitement adéquat à proposer à l’enfant. Que savoir sur l’encoprésie ? Quels sont les causes et symptômes de cette pathologie ? Quels traitements adopter pour l’éradiquer ?

Que savoir sur l’encoprésie ?

On définit l’encoprésie comme le fait de déféquer involontairement ou de libérer les selles dans des endroits inappropriés chez les enfants d’au moins 4 ans. En d’autres termes, il s’agit du terme médical utilisé pour désigner l’émission de matières fécales de manière régulière et involontaire chez l’enfant. En réalité, l’encoprésie est une affection qui s’assimile à l’énurésie. Elles appartiennent toutes à la famille des troubles d’élimination.

Habituellement, les enfants ayant au moins 4 ans doivent avoir appris à mieux contrôler leur émission de selles. A partir de cet âge, le jeune enfant ne peut plus se chier dessus. De ce fait, avant de diagnostiquer la maladie, il est quand même conseillé de rechercher les causes. D’autant plus qu’elles pourraient être soit d’origine médicale, soit organique. Aussi, faut-il notifier qu’il existe plusieurs formes d’encoprésie.

Quelles sont les différentes formes d’encoprésie et leurs causes ?

Les formes d’encoprésie sont différentes et présentent des caractéristiques particulières. Ainsi, on peut parler de :

L’encoprésie rétentionnelle

Pour cette forme d’encoprésie, on remarque que les enfants émettent des selles de façon répétée. Dans certains cas, ces derniers peuvent même aller aux toilettes tous les jours, sans pour autant expulser complètement la matière fécale. Selon les analyses des experts, l’encoprésie rétentionnelle est provoquée par des altérations physiologiques. Il s’agit d’ailleurs de la forme la plus fréquente d’encoprésie relevée chez les enfants. Elle est généralement associée à la constipation.

Les causes sont entre autres :

  • La présence d’un mégacôlon ;
  • Des antécédents de douleurs pendant la défécation ;
  • Le fait que l’enfant refuse d’utiliser le pot ;
  • Une maladie organique neurologique comme le spina bifida ;
  • la présence d’un trouble organique digestif tel que la maladie de Hirschsprung.

A ces causes s’ajoutent aussi la phobie de la défécation et l’apprentissage trop précoce ou rigide de la propreté.

L’encoprésie non rétentionnelle

L’encoprésie non rétentionnelle est une forme causée généralement par un trouble psychologique majeur ou antisocial. Lorsqu’un enfant souffre de cette forme de la maladie, l’idéal est de rechercher la présence d’un autre trouble chez ce dernier. Cependant, elle n’est pas associée à la constipation.

Cette forme nécessite une attention particulière de la part du médecin car elle peut être provoquée par :

  • Des difficultés scolaires ou familiales ;
  • Un trouble du comportement.

Dans certains cas, il est possible qu’une pathologie psychiatrique en soit la cause.

Quels sont les symptômes de l’encoprésie ?

Il est possible de confondre les symptômes de l’encoprésie à d’autres maladies. Néanmoins, certains signes précis peuvent aider à mieux détecter la maladie. Ainsi, pendant les débuts, on remarquera la constipation, des douleurs abdominales et des ballonnements chez l’enfant.

Par la suite, lorsque la maladie atteint un stade évolué, la constipation devient habituelle. De plus, on remarque que le rythme des contractions est irrégulier. Aussi, faut-il notifier que les périodes de stagnations négligées peuvent entraîner la formation de fécalome.

Comment diagnostiquer l’encoprésie ?

Même si elle concerne surtout les enfants, le diagnostic de l’encoprésie doit se faire par un gastro-entérologue. En effet, le diagnostic est clinique et se fait au moyen de plusieurs techniques. Ainsi, la première étape est de faire une consultation pour connaître les différentes causes de la maladie. Elle repose sur un interrogatoire qui sera soumis au patient. La consultation permettra également de détecter la présence d’autres pathologies. Ensuite, une radiographie abdominale est effectuée pour éradiquer toutes les causes liées à l’incontinence.

Pour finir, le médecin peut faire des examens complémentaires afin de confirmer son diagnostic. Dans tous les cas, il ne revient qu’à lui seul de décider du type d’examen à faire pour détecter efficacement la présence de la maladie et proposer un traitement.

Encoprésie : comment la traiter ?

Le traitement de l’encoprésie dépend de la forme de la maladie et de la cause. Mais habituellement, le traitement se fait de plusieurs manières. Dans un premier temps, le médecin peut conseiller un accompagnement éducatif afin de faciliter l’adhésion de l’enfant à la prise en charge. Cela permettra aussi de lui expliquer les différents troubles dont il est souffrant et la manière dont il doit se comporter.

Ensuite, il est possible de se tourner vers un traitement médicamenteux à base de laxatifs. Ces produits auront pour but d’entretenir le côlon et de nettoyer l’ampoule du rectum.

En dernier lieu, le professionnel de santé peut conseiller un traitement naturel qui repose sur une alimentation riche en liquides et en fibres insolubles.

Par ailleurs, il peut même arriver que le médecin propose une prise en charge pédopsychiatrique ou psychologique. Dans ce cas, il faudra que l’enfant soit rassuré qu’il ne lui arrivera rien de grave. Pour être plus précis, l’enfant doit être mis dans un état de confiance.

Il faut notifier que le traitement d’un cas d’encoprésie chez l’enfant se fait sur le long terme. Cela dit, le traitement peut durer entre 6 et 24 mois en fonction de la gravité de la maladie.

Comment prévenir l’encoprésie ?

Il existe des méthodes simples pour prévenir l’encoprésie chez l’enfant. Tout d’abord, les parents de l’enfant doivent veiller à ce qu’il ait une bonne hygiène. Ils doivent l’aider à respecter les règles d’hygiène et s’assurer qu’il bénéficie d’une alimentation saine.

Il faudra aussi que l’enfant bénéficie d’un suivi médical régulier, conformément aux prescriptions du médecin. Les parents doivent également veiller à ce que l’enfant apprenne progressivement les techniques et règles de base liées à la propreté.

Pour finir, il est indispensable de porter une attention particulière aux difficultés sociales ressenties par le jeune enfant. D’autant plus que ces difficultés peuvent avoir des impacts négatifs sur son développement.

De façon générale, l’encoprésie est une maladie qui paraît banale chez l’enfant. Mais, il est indispensable de la traiter le plus tôt possible pour éviter la survenue d’éventuelles complications. Pour les éviter, l’idéal est d’opter pour un suivi régulier auprès d’un gastro-entérologue.

Article précédent
Cryothérapie : procédure, bienfaits et précautions
Article suivant

Vous aimerez aussi :

Related Articles