Global Statistics

All countries
672,357,831
Confirmed
Updated on January 19, 2023 8:09 pm
All countries
624,880,395
Recovered
Updated on January 19, 2023 8:09 pm
All countries
6,737,386
Deaths
Updated on January 19, 2023 8:09 pm

Escherichia coli : causes, symptômes et traitements

L’Escherichia coli est une bactérie appartenant à la famille des entérobactéries. Elle est présente de façon naturelle dans la flore digestive ou intestinale de l’homme et des animaux. En général, les souches de cette bactérie ne sont pas agressives à l’encontre de l’organisme dans lequel elles se retrouvent. Toutefois, certaines souches constituant une minorité sont reconnues comme pathogènes pour l’Homme.  Il s’agit des souches de l’Escherichia coli entérohémorragique par exemple. Cette catégorie de souches est responsable de plusieurs infections notamment digestives et urinaires.

Escherichia coli : qu’est-ce que c’est ?

L’Escherichia coli est également connu sous la dénomination secondaire de « colibacille ». Elle est une bactérie naturellement présente dans la flore intestinale. D’après les imageries réalisées dans le cadre de certaines études, elle constitue même 80% de la surface totale de cette flore. Sa fonction première est de participer au bon fonctionnement de l’organisme en général et du microbiote intestinal en particulier. À travers cette fonction, les souches saines d’E. Coli inhibent la croissance des autres bactéries.

L’Escherichia coli stimule également la production de la vitamine K, qui est une vitamine essentielle pour la coagulation sanguine. Malheureusement, cette bactérie n’est pas uniquement composée de souches inoffensives. En effet, certaines variantes d’E. Coli sont considérées comme pathogènes et donc dangereuses pour l’organisme humain. Ainsi, elles induisent diverses pathologies digestives comme la gastro-entérite, des infections intestinales caractérisées notamment par la diarrhée et le vomissement.

Des infections des voies urinaires sont également susceptibles d’être causées par cette pathologie. Pour bien cerner comment les souches pathogènes de cette bactérie peuvent causer des dommages à l’organisme, il est important de connaître leur mode d’action, ainsi que leur mode de transmission.

Quels sont les modes d’action des bactéries  Escherichia coli ?

Les mauvaises souches d’E. Coli entrent dans l’organisme humain par la voie orale. Une fois en circulation, elles vont se fixer à la muqueuse intestinale, qui était habituellement assiégée par les souches inoffensives de la bactérie. Grâce à leur agressivité et à leur force supérieure, les souches dangereuses parviennent en général à prendre le dessus sur les souches saines. Par la suite, elles s’implantent même dans des zones intestinales difficiles d’accès.

Leur déplacement dans l’organisme crée quelques dommages irréversibles, en raison de la réaction tardive du système immunitaire. Cependant, il est important d’indiquer qu’il existe plusieurs types de souches pathogènes. Les dommages causés à l’organisme varient d’une souche à une autre.

Escherichia coli entérotoxigéniques

Connue sous l’abréviation commune de « ECET », le principal dommage causé par cette souche est une diarrhée. Chez les enfants de moins de 3 ans, cette diarrhée est associée à une déshydratation sévère. Ces cas sont particulièrement recensés dans les pays du sud, notamment en Afrique et en Asie.  La souche agit également chez les animaux et est responsable d’une diarrhée dite néonatale.

Les souches ECET opèrent principalement dans la zone proche de l’intestin grêle. Elles évoluent en sécrétant des toxines telles que les thermostables et les thermolabiles. L’infection induite par cette souche est principalement causée par la toxine thermolabile. Outre la diarrhée aqueuse qui en résulte, on note également des symptômes tels que :

  • Des nausées ;
  • Des vomissements ;
  • Des crampes et douleurs abdominales, etc.

Escherichia coli entéropathogènes

Ces souches connues sous l’abréviation d’ECEP entraînent des gastro-entérites chez l’enfant. Leur particularité est qu’elles ne sont dangereuses que chez les enfants ayant moins de deux ans. Chez l’adulte, ces souches sont inoffensives. Toutefois, quelques cas de diarrhées du voyageur ont été recensés. Ils demeurent toutefois extrêmement rares.

Escherichia coli entéroinvasives

Ces souches sont à la base des syndromes dysentériques. Ces derniers se manifestent par des crampes abdominales, des nausées ou encore de la fièvre. Chez certains patients, on note également une diarrhée susceptible de se transformer en une dysenterie. Les souches ECEI agissent en provoquant notamment une forte réaction inflammatoire. Toutefois, leur intervention ne cause pas la mort des cellules, et ne provoque pas non plus la sécrétion des toxines.

Escherichia coli entérohémorragiques

Les ECEH comme on les appelle, sont des souches tristement célèbres grâce à leur implication dans une épidémie de diarrhée mortelle en Allemagne durant l’année 2011. Ce triste épisode leur a d’ailleurs valu d’être surnommés par la presse locale « les bactéries tueuses ».

La réputation de ces souches ne se limite pas à leur manifestation en 2011. De façon plus générale, cette souche est connue pour être plus virulente que les autres. Elle cause notamment des colites hémorragiques. Lorsqu’elles entrent dans l’organisme, une période d’incubation de 3 à 8 jours est observée. Avec une prise en charge précoce, les patients recouvrent la santé au bout de 10 jours.

Toutefois, une minorité des personnes atteintes finissent par développer la forme aiguë de l’infection. La gravité de cette forme fait que le pronostic vital est engagé dans la plupart des cas. Ce stade de la pathologie est notamment caractérisé par des complications telles que l’insuffisance rénale, le syndrome urémique et hémolytique ou encore une thrombopénie.

Escherichia coli entéroaggrégatives

Cette catégorie de souches pathogènes, a la particularité de se fixer sur les parois intestinales pour former un amas de briques. La conséquence principale de cette souche est un retard de croissance. Elle provoque également une forme de diarrhée chronique chez la personne atteinte.

Quelles sont les voies de transmission ou de contamination des bactéries Escherichia coli ?

L’entrée des souches pathogènes d’E. Coli dans l’organisme humain, peut se faire par de multiples moyens. Elle peut se faire via le contact avec certains animaux. Les bovins sont les animaux les plus incriminés. Ils seraient susceptibles d’héberger un grand nombre de souches pathogènes, notamment les ECEH. D’autres animaux sont également fréquemment infectés par ces bactéries. Il s’agit notamment du porc et du lapin ;

En outre, la transmission des germes des bactéries Escherichia coli à l’homme est plus fréquente par le biais de certaines denrées alimentaires. En premier lieu, les aliments contaminés sont les premiers moyens de transmission de ces infections à l’homme. Les viandes mal cuites sont fréquemment mises en cause. De même, la contamination peut prendre par des voies insoupçonnées comme les ustensiles de cuisine mal lavés.

Par ailleurs, certains fruits et légumes dont la culture ne répond pas aux normes sanitaires constituent des sources de contamination. Certaines sources d’eaux ne jouissant pas d’une bonne protection, ou n’ayant pas fait l’objet d’une désinfection représentent des menaces pour l’homme.

Quels moyens de préventions mettre en œuvre ?

Les moyens de prévention contre les bactéries Escherichia coli sont répartis en fonction des pathologies qu’elles provoquent. Premièrement, ces moyens concernent la prévention des infections digestives et intestinales. À ce titre, il est recommandé de s’assurer de la bonne cuisson de tous les aliments, en particulier des viandes hachées.  De même, le lavage des légumes doit être fait avec soin. Il en est de même pour le lavage des mains après les toilettes.

Les mesures préventives recommandent également de conserver séparément les aliments crus et ceux ayant déjà fait l’objet de cuisson. Une conservation commune pourrait causer une contamination croisée. Par ailleurs, les contacts avec les personnes souffrant de gastro-entérite sont prohibés.

Deuxièmement, en ce qui concerne les infections urinaires causées par les bactéries Escherichia coli peuvent être prévenus si certaines règles sont respectées. De façon générale, il est conseillé de s’essuyer avec les papiers hygiéniques de l’avant vers l’arrière après la selle. Cette précaution s’adresse particulièrement aux femmes, et permet d’éviter une contamination d’Escherichia coli.

Article précédent
Article suivant
Rage chez l’Homme : causes, diagnostic et traitements

Vous aimerez aussi :

Related Articles