Global Statistics

All countries
648,392,672
Confirmed
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
624,678,103
Recovered
Updated on December 2, 2022 2:06 am
All countries
6,642,169
Deaths
Updated on December 2, 2022 2:06 am

Essoufflement de l’hospitalisation à domicile (HAD) : Dr Élisabeth Hubert réanime le secteur

Lors du salon Santexpo à Paris, la Dr Élisabeth Hubert, Présidente de la Fédération nationale des établissements d’HAD (Fnehad), a dénoncé des incongruités de l’HAD, qui dépassent fortement les quelques réussites du secteur.

Des problèmes freinent le recours à l’hospitalisation à domicile

Malgré la merveilleuse feuille de route pour l’HAD (2021-2026) et l’exécution de la forme des autorisations pour l’HAD, certains problèmes retardent encore l’émergence d’une HAD digne du nom.  

Un effondrement des activités

L’HAD régresse exponentiellement en passant d’un bondissement de 10 % en 2020 à une régression de (+7,8 %) au premier semestre 2021 et (+2 %)  au second semestre. En 2022 et pour la première fois, l’HAD s’effondre à hauteur de +4 %. La Dr Hubert estime que plusieurs raisons sous-tendent cette baisse d’activité, notamment :

  • Le non-rétablissement de l’activité MCO (court séjour) ;
  • le manque de notoriété de l’hospitalisation à domicile prescrite par les médecins traitants ou praticiens hospitaliers.

Sur ce dernier point, elle recommande la formation des infirmiers et médecins à recourir à l’HAD « par le biais de stages obligatoires » au sein des établissements d’HAD tout au long de leur cursus.

Des paradoxes

Une autre raison du repli des activités est l’arrivée tardive des patients en HAD. Cela profite bien aux établissements hospitaliers, surtout ceux petits et dépendants d’une activité quotidienne.

La  Dr Hubert explique un paradoxe très édifiant :

« On entend dire partout que des établissements sont sous tension, manquent de bras. Mais les hôpitaux ne laissent pas partir les malades ! » « Comme ils savent que les lits ne vont pas tourner, ils se disent qu’il vaut mieux avoir quelques milliers d’euros liés à un lit occupé trois jours de plus qu’un lit inoccupé ».

Propos recueillis sur le journal « lequotidiendumédecin »

L’hospitalisation à domicile [HAD] fonctionnerait bien avec un financement incitatif

La Dr Hubert souligne que le financement n’est pas le seul problème des dysfonctionnements des hôpitaux. Elle recadre en disant que : « la valeur ajoutée de l’hospitalisation, ce sont ses plateaux techniques, son expertise, les innovations thérapeutiques, la recherche. Ce n’est pas de faire de l’hôtellerie ».

Toutefois, la Fnehad souhaite qu’un mode de financement soit mis en place et « favorise financièrement les établissements et les praticiens » qui privilégient le recours à l’HAD. C’est alors une perspective assez raisonnable qui fait reluire l’HAD.

Vous aimerez aussi :

Related Articles