Global Statistics

All countries
591,712,323
Confirmed
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
561,930,639
Recovered
Updated on August 10, 2022 10:20 pm
All countries
6,443,303
Deaths
Updated on August 10, 2022 10:20 pm

EUPANTOL 40 : Le guide complet du médicament

Avant de prescrire un traitement à son patient, le professionnel de la santé se doit de consulter la notice. De même, avant de prendre un médicament, le malade doit d’abord se renseigner sur son utilisation. C’est un geste simple et pourtant très utile pour éviter les risques et d’éventuelles complications lors du traitement.

Ainsi, si vous envisagez de prescrire ou de suivre un traitement par EUPANTOL 40 mg, ce guide vous apportera toutes les informations nécessaires sur ce médicament. Il vous permettra de connaitre sa dénomination et sa composition. Vous saurez aussi comment il est utilisé, les contre-indications et également les mises en garde le concernant.

De même, vous y découvrirez l’action du médicament EUPANTOL 40 mg sur la fertilité, la grossesse et l’allaitement. Pour finir, ce guide vous informera sur les effets indésirables et ce qu’il faut faire en cas de surdosage.

Sommaire de l'article

Dénomination et Composition

Le médicament faisant l’objet de ce guide est l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant. C’est un inhibiteur sélectif de la pompe à protons. Dans chaque comprimé de l’EUPANTOL, on retrouve 40 mg de la substance active pantoprazole. Celle-ci se présente sous forme de pantoprazole sodique sesquihydraté. Ce médicament contient aussi d’autres excipients.

En effet, dans le noyau, on retrouve :

  • Carbonate de sodium anhydre ;
  • Mannitol (E412) ;
  • Crospovidone ;
  • Povidone K90 ;
  • Stéarate de calcium.

Au niveau de l’enrobage :

  • Povidone K25 ;
  • Hypromellose ;
  • Dioxyde de titane (E171) ;
  • Oxyde de fer jaune (E172) ;
  • Propylèneglycol ;
  • Copolymère d’acide méthacrylique et d’acrylate d’éthyle (1:1) ;
  • Polysorbate 80 ;
  • Laurilsulfate de sodium ;
  • Citrate de triéthyle.

Dans l’encre d’impression :

  • Gomme-laque ;
  • Oxyde de fer rouge (E172) ;
  • Oxyde de fer noir (E172) ;
  • Solution d’ammoniaque concentrée ;
  • Oxyde de fer jaune (E172).

Par ailleurs, l’EUPANTOL 40 mg est un comprimé de couleur jaune, avec une forme ovale et biconvexe. L’inscription P40 est imprimée à l’encre brune sur l’une de ses faces. Les comprimés de l’EUPANTOL 40 mg sont commercialisés dans des flacons faits en polyéthylène haute densité (PEHD), avec un bouchon à vis en polyéthylène basse densité (PEBD).

Dans les boites, on peut retrouver 7 à plus de 100 comprimés gastro-résistants. La présentation à usage hospitalier de l’EUPANTOL 40 mg est faite dans des boites pouvant contenir jusqu’à 700 (5 x 140) comprimés gastro-résistants. Toutefois, toutes les présentations ne sont pas obligatoirement commercialisées.

Dans quel cas utiliser ce médicament

L’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant est un médicament qui réduit la quantité d’acide produite par l’estomac d’un individu. Il est ainsi conseillé aux adultes pour traiter différents maux comme :

  • Le syndrome de Zollinger-Ellison et toute autre affection pouvant causer un excès d’acidité gastrique ;
  • Les ulcères gastriques et duodénaux ;
  • Une infection liée à une bactérie nommée Helicobacter pylori (H. pylori)chez des patients qui souffrent d’ulcères duodénaux et gastriques.

Dans ce dernier cas, l’EUPANTOL 40 mg doit être utilisé en association à une bithérapie antibiotique (thérapie d’éradication par deux antibiotiques). Le but de ce traitement est en fait d’éliminer les bactéries et de limiter au maximum les risques que ces ulcères réapparaissent après la rémission.

Ce médicament peut aussi être prescrit aux adolescents âgés de 12 ans et plus pour le traitement de l’œsophagite par reflux gastro-œsophagien. C’est une inflammation de l’œsophage (le tube qui relie la bouche à l’estomac), suivie de la régurgitation d’acide gastrique.

Posologie, dosage et mode d’administration

L’utilisation de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant doit se faire avec l’accord d’un médecin ou d’un pharmacien. Tout au long du traitement et même après guérison, les patients doivent suivre scrupuleusement les consignes et les instructions du médecin.

Cela évite les effets indésirables ou les problèmes de surdosage pouvant survenir chez les malades. Si vous ne comprenez donc pas une information dans ce guide, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel de la santé pour obtenir plus d’explication.

Posologie et dosage

La posologie recommandée pour un traitement par EUPANTOL 40 mg dépend du patient concerné et de la pathologie à traiter.

Adultes et adolescents ayant 12 ans et plus

Œsophagite par reflux gastro-œsophagien

Pour traiter cette pathologie, le patient doit prendre un comprimé d’EUPANTOL par jour. Dans certains cas, le médecin peut doubler la dose initiale recommandée. À titre d’exemple, le patient n’a pas eu de réponse à un autre traitement. Dans ce cas, il peut passer à une dose journalière de 2 comprimés d’EUPANTOL.

En général, il est conseillé de suivre le traitement pendant 4 semaines pour assurer la cicatrisation des lésions d’œsophagite. Si le patient n’obtient pas satisfaction après cette période, le médecin peut recommander un prolongement de 4 semaines supplémentaires.

Éradication de H. pylori en combinaison avec une bithérapie antibiotique

Les patients souffrant d’ulcères gastriques et duodénaux causés par Helicobacter pylori doivent recourir à une association thérapeutique pour éradiquer la pathologie. Ils doivent prendre un comprimé d’EUPANTOL deux fois par jour en association avec deux comprimés d’antibiotiques. Pour le choix de ces derniers, il faut prendre en compte les directives officielles locales. Ainsi, plusieurs associations peuvent être recommandées pour l’éradication de Helicobacter pylori :

  • Première recommandation : un comprimé d’EUPANTOL (deux fois par jour) en association avec 1000 mg d’amoxicilline (deux fois par jour) et 500 mg de clarithromycine (deux fois par jour) ;
  • Deuxième recommandation : un comprimé d’EUPANTOL (deux fois par jour) en association avec 400 à 500 mg de métronidazole (deux fois par jour) et 250 à 500 mg de clarithromycine (deux fois par jour) ;
  • Troisième recommandation : un comprimé d’EUPANTOL (deux fois par jour) en association avec 1000 mg d’amoxicilline (deux fois par jour) et 400 à 500 mg de métronidazole (deux fois par jour).

Au niveau des deuxième et troisième recommandations, le patient peut remplacer la dose de métronidazole par 500 mg de tinidazole. Assurez-vous que le premier comprimé de pantoprazole soit pris 1 heure avant de prendre votre petit déjeuner. Ensuite, le deuxième comprimé de pantoprazole doit être pris 1 heure avant le repas du soir.

Vous devez suivre les instructions données par votre médecin traitant et prendre le soin de bien lire les notices qui portent les informations des antibiotiques. La durée recommandée pour le traitement en association thérapeutique est de 7 jours. Cependant, il est possible de prolonger la durée jusqu’à deux semaines au maximum.

Traitement pour ulcères gastriques

Chez les patients souffrant d’ulcères gastriques, la posologie recommandée est d’un comprimé d’EUPANTOL par jour. Dans certains cas, le médecin peut autoriser une augmentation de la dose à 2 comprimés d’EUPANTOL par jour.

Le patient doit suivre normalement le traitement pendant 4 semaines pour la cicatrisation des ulcères gastriques. S’il n’obtient pas un résultat positif, le médecin peut autoriser un prolongement de 4 semaines supplémentaires pour le traitement.

Traitement pour ulcères duodénaux

Chez les patients souffrant d’ulcères duodénaux, la dose recommandée est d’un comprimé d’EUPANTOL par jour. Dans certains cas, le professionnel de la santé peut autoriser une majoration de la dose à 2 comprimés d’EUPANTOL par jour.

Le patient doit suivre en principe le traitement pendant 2 semaines pour la cicatrisation d’un ulcère duodénal. S’il n’obtient pas un résultat concluant, le médecin peut autoriser un prolongement de 2 semaines supplémentaires pour le traitement.

Syndrome de Zollinger-Ellison et autres cas d’hypersécrétions pathologiques

Pour le traitement de longue durée du syndrome de Zollinger-Ellison, la posologie initiale est de 80 mg (soit 2 comprimés d’EUPANTOL 40 mg) au quotidien. Il en est de même pour les autres affections à l’origine d’un excès d’acidité gastrique. Dans certains cas, le médecin traitant peut augmenter ou diminuer la dose.

Pour ce faire, il tiendra compte des besoins du patient et des résultats des mesures du débit acide. Si la dose recommandée est supérieure à 80 mg par jour, elle devra être divisée en deux prises. En outre, il n’est pas rare que le médecin autorise une augmentation de la posologie au-dessus de 160 mg par jour de pantoprazole. Toutefois, quelques conditions sont à observer :

  • L’augmentation doit être temporaire ;
  • La durée du traitement ne doit pas dépasser celle recommandée pour la maîtrise de la sécrétion acide.

Concernant la durée du traitement du syndrome de Zollinger-Ellison, elle n’est pas limitée dans le temps. Le médecin traitant doit l’adapter aux besoins cliniques de chaque patient. Il en est de même pour les autres situations hypersécrétoires pathologiques.

Patients présentant une insuffisance hépatique

Les patients présentant une insuffisance hépatique sévère ne doivent pas dépasser la dose quotidienne de 20 mg de pantoprazole.

Par ailleurs, l’utilisation d’EUPANTOL a été étudiée dans le cadre d’une association thérapeutique. Mais, les données d’efficacité et de sécurité sont limitées. De ce fait, le traitement par lEUPANTOL ne doit pas être recommandé pour l’éradication de H. pylori chez les sujets présentant une insuffisance hépatique.

Patients présentant une insuffisance rénale

Les patients ayant des problèmes d’insuffisance rénale ne nécessitent aucun ajustement de la posologie. L’utilisation d’EUPANTOL a été aussi étudiée dans le cadre d’une association thérapeutique. Cependant, les données en termes d’efficacité et de sécurité sont limitées. LEUPANTOL n’est donc pas indiqué pour l’éradication de H. pylori chez les sujets présentant une insuffisance hépatique.

Patients âgés et enfants de moins de 12 ans

Les sujets âgés ne nécessitent aucune adaptation de la posologie.

En outre, l’utilisation d’EUPANTOL a été aussi étudiée chez les enfants de moins de 12 ans. Les données d’efficacité et de sécurité étant limitées, le traitement par l’EUPANTOL n’est pas recommandé chez les patients dans cette tranche d’âge.

Mode d’administration

La prise de l’EUPANTOL, comprimé gastro-résistant se fait par voie orale. Le médicament ne doit pas être croqué ou écrasé. Le patient doit en effet l’avaler entièrement avec un peu d’eau. Aussi, il est conseillé de prendre l’EUPANTOL 1 heure avant un repas.

Selon la pathologie à traiter, prenez la dose appropriée. Si vous avez des doutes sur les informations fournies plus haut, vous pouvez vous rapprocher de votre médecin ou de votre pharmacien pour avoir plus d’éclaircissement.

Contre-indication et mise en garde

Contre-indication

Il est déconseillé de prendre l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant dans les cas suivants :

  • Hypersensibilité au pantoprazole ou à l’un des autres excipients de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant ;
  • Allergies aux médicaments qui contiennent un autre inhibiteur de la pompe à protons.

Mise en garde

Précautions avant un traitement par Eupantol 40

Les patients doivent demander l’avis de leur médecin ou de leur pharmacien avant de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant dans les cas suivants :

  • Le patient a des problèmes hépatiques sévères ;
  • Le sujet a de faibles réserves corporelles en vitamines B12 ;
  • Il présente des facteurs de risque d’affaiblissement de votre taux de vitamine B12 ;
  • Le malade prend le pantoprazole en association avec un inhibiteur de la protéase du VIH comme l’atazanavir (utilisé dans le traitement contre l’infection par le VIH) ;
  • La personne souffre d’ostéoporose (diminution de la densité osseuse) ;
  • Elle prend des stéroïdes, ce qui fait d’elle un patient à risque de souffrir d’ostéoporose ;
  • Le sujet a de faibles taux de magnésium dans le sang ;
  • Il a déjà développé une fois une réaction cutanée après avoir suivi un traitement par un médicament similaire à l’EUPANTOL ;
  • Le patient développe une éruption cutanée, plus précisément au niveau des zones qui sont exposées aux rayons du soleil ;
  • La personne doit faire un examen sanguin particulier (Chromogranine A).

Précautions lors d’un traitement par Eupantol 40

Contactez directement votre médecin si vous constatez l’un des symptômes suivants :

  • Des vomissements, surtout s’ils sont répétitifs ;
  • Une perte de poids involontaire ;
  • Des douleurs à la poitrine ;
  • Des douleurs au niveau de l’estomac ;
  • Une diarrhée sévère et/ou persistante ;
  • Des vomissements de sang ;
  • Une pâleur et une faiblesse (anémie) ;
  • Des difficultés à avaler ou une douleur à la déglutition ;
  • La présence de sang dans les selles.

Ces symptômes peuvent apparaitre avant ou après avoir pris l’EUPANTOL. Il peut s’agir de signes prédicatifs d’une maladie plus grave. Le médecin peut juger approprié de faire passer au patient quelques tests pour écarter le risque de pathologie maligne. En effet, le pantoprazole est un médicament qui atténue aussi les symptômes d’une tumeur. Il peut donc retarder son diagnostic. Si les symptômes persistent malgré le traitement, le médecin peut décider de faire d’autres examens.

Insuffisance hépatique

Chez les patients souffrant d’une insuffisance hépatique sévère, le médecin doit surveiller régulièrement leur taux d’enzymes hépatiques pendant le traitement. Cette précaution est surtout importante lorsque les sujets doivent prendre l’EUPANTOL sur une longue période. Si le médecin remarque une augmentation des enzymes hépatiques, il devra arrêter le traitement par pantoprazole.

Tumeur gastrique maligne

Rappelez-vous que l’utilisation de la pantoprazole peut masquer les symptômes d’un cancer gastrique et retarder son diagnostic. Vous devez alors informer votre médecin lorsque vous remarquez l’un des symptômes listés plus haut. Le médecin devra écarter l’éventualité d’une affection maligne. Il en est de même lorsqu’un ulcère gastrique est présent ou suspecté chez le patient.

Administration simultanée d’inhibiteurs de la protéase du VIH

Il est conseillé de prendre l’EUPANTOL en concomitance avec des inhibiteurs de la protéase du VIH (comme l’atazanavir par exemple). Mais, cela doit être surveillé, car l’association risque de diminuer considérablement leur biodiversité.

Influence sur l’absorption de la vitamine B12

Le pantoprazole est un anti-sécrétoire gastrique. Chez les patients souffrant syndrome de Zollinger-Ellison et nécessitant un traitement à long terme, il peut ainsi réduire l’absorption de la vitamine B12 (cyanocobalamine).

Il en est de même pour les patients atteints d’autres situations hypersécrétoires pathologiques et nécessitant un traitement au long cours. Un patient qui a des réserves réduites ou présentant des facteurs de risque de diminution du taux de la vitamine B12 doit donc informer son médecin avant de suivre un traitement par pantoprazole.

Traitement sur une longue période

Dans le cas d’un traitement sur le long terme, les patients doivent faire l’objet d’une surveillance étroite et régulière. Cela est surtout important quand la durée du traitement excède 1 an.

Infections bactériennes gastro-intestinales

Dans certains cas, le traitement par l’EUPANTOL peut conduire à une augmentation du risque d’infections gastro-intestinales. Celles-ci peuvent être provoquées par des bactéries comme Salmonella, C. difficile ou Campylobacter.

Si le patient remarque un symptôme annonçant de telles infections, il devra donc se rapprocher immédiatement de son médecin traitant.

Hypomagnésémie

Chez les patients traités par des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) comme le pantoprazole pendant plus de trois mois, de rares cas d’hypomagnésémies sévères ont été rapportés. Cette chute du taux de magnésium dans le sang s’observe surtout chez les sujets ayant suivi le traitement pendant un an. Cette pathologie peut se traduire par des symptômes comme :

  • Fatigue ;
  • Tétanie (contractions musculaires involontaires) ;
  • Bouffées délirantes ;
  • Sensations vertigineuses ;
  • Convulsions ;
  • Arythmie ventriculaire (accélération du rythme cardiaque).

De faibles taux de magnésium dans votre sang peuvent également entrainer une baisse de potassium (hypokaliémie) et/ou de calcium (hypocalcémie) dans l’organisme. Notez surtout que l’hypomagnésémie peut parfois se manifester de façon insidieuse et passer totalement inaperçue.

Chez la majorité des patients souffrant d’hypomagnésémie, leur état s’est amélioré après l’arrêt du traitement par IPP et supplémentation en magnésium. Chez les patients nécessitant un traitement prolongé par le pantoprazole, le professionnel de santé doit ainsi envisager un dosage du taux de magnésium avant le début du traitement par l’IPP.

Pendant le traitement, le médecin devra aussi réaliser régulièrement des examens sanguins pour surveiller le taux de magnésium chez les patients. Les mêmes précautions d’emploi doivent s’appliquer aux sujets nécessitant un traitement en association des IPP avec de la digoxine ou avec des médicaments pouvant entrainer une hypomagnésémie (comme des diurétiques par exemple).

L’utilisation de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant doit également être faite avec précaution chez les patients présentant une fracture osseuse ou un lupus érythémateux cutané subaigu (LECS).

Association d’autres médicaments avec l’EUPANTOL

Si vous prenez, avez récemment utilisé ou comptez prendre tout autre médicament (y compris des médicaments qui ont été obtenus sans ordonnance) avec l’EUPANTOL, vous devez en informer votre médecin ou votre pharmacien. En effet, l’EUPANTOL peut avoir un impact sur l’efficacité d’autres médicaments.

Demandez alors l’avis de votre médecin, si vous prenez des médicaments comme :

  • L’itraconazole, le posaconazole ou le kétoconazole (recommandés pour traiter des mycoses) ;
  • L’erlotinib (administré pour traiter certains types de cancers) ;
  • Des médicaments prescrits comme traitement contre l’infection par le VIH comme l’atazanavir ;
  • Du méthotrexate (administré dans le traitement des arthrites rhumatoïdes, du psoriasis et du cancer) ;
  • La rifampicine (administrée pour traiter les infections) ;
  • La fluvoxamine (administrée pour traiter la dépression et d’autres maladies psychiatriques) ;
  • Du millepertuis (Hyperrcum perforatum) : prescrit pour le traitement contre les dépressions légères ;
  • La phenprocoumone ou la warfarine qui peut affecter la fluidification ou l’épaississement du sang.

Fertilité, grossesse et allaitement

Si vous êtes une femme enceinte, une patiente allaitante ou planifiant une grossesse, vous devez éviter l’automédication pour plusieurs raisons à savoir :

  • D’un côté, pour préserver votre santé et celle du fœtus ;
  • De l’autre, pour préserver le bien-être de bébé et votre fertilité.

Fertilité

L’utilisation de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant a été étudié chez l’animal. Les résultats ne montrent aucun impact de la pantoprazole sur la fertilité. Rien ne prouve donc l’action de ce médicament sur la fertilité de l’être humain. Néanmoins, il est conseillé de se renseigner auprès d’un médecin ou d’un pharmacien avant de prendre l’EUPANTOL.

Grossesse

L’utilisation de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant a aussi été étudié chez la femme enceinte (entre 300 et 1 000 grossesses). Les données disponibles ne révèlent aucun effet toxique ou malformatif du pantoprazole chez le fœtus ou le nouveau-né. En revanche, les essais réalisés chez l’animal montrent une toxicité du médicament sur la reproduction. Par précaution, il est donc conseillé d’éviter d’utiliser l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant pendant la grossesse.

De même, si vous planifiez de tomber enceinte, il est préférable de demander conseil à votre médecin avant de prendre ce traitement. Dans certains cas, le professionnel de la santé peut autoriser l’utilisation de l’EUPANTOL. Par exemple, lorsque le médecin juge que le bénéfice pour le patient est supérieur à l’éventuel risque pour l’enfant à naitre.

Allaitement

Des études réalisées chez l’animal démontrent que le pantoprazole passe dans le lait maternel. Aussi, des cas de passages du médicament dans le lait maternel chez l’être humain ont été rapportés. De ce fait, il existe un risque potentiel pour le nouveau-né ou le nourrisson.

Le patient devra donc se renseigner auprès de son médecin pour prendre la décision appropriée : arrêter l’allaitement ou s’abstenir du traitement par EUPANTOL. Pour orienter le patient dans son choix, le professionnel de la santé tiendra compte du bénéfice du traitement par pantoprazole pour la femme et celui de l’allaitement pour l’enfant.

Effets indésirables

À l’instar des autres médicaments, L’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant peut causer chez certains patients des effets indésirables. Cependant, ceux-ci ne surviennent pas de manière systématique chez tous les patients. Aussi, les effets indésirables varient selon leur ordre de fréquence.

Effets indésirables fréquents

Pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10, les effets indésirables fréquents de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant sont les polypes bénins de l’estomac.

Effets indésirables peu fréquents

Pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 100, les effets indésirables peu fréquents de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant sont :

  • Des vertiges ;
  • Des maux de tête ;
  • La diarrhée ;
  • Des vomissements ;
  • Des ballonnements et flatulences répétées ;
  • La constipation ;
  • La bouche sèche ;
  • Douleur et gêne abdominales ;
  • Une rougeur ou une éruption cutanée ;
  • Un mal au cœur ;
  • La sensation de faiblesse, d’épuisement ou de malaise général ;
  • Des démangeaisons ;
  • Une fracture localisée à certains niveaux (la hanche, le poignet ou les vertèbres) ;
  • Des troubles du sommeil.

Effets indésirables rares

Pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 1 000, les réactions indésirables rares de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant sont :

  • Urticaire (manifestation de rougeurs analogues à celles causées par les orties) ;
  • Difficulté à avaler/à respirer ;
  • Gonflement de la langue et/ou la gorge ;
  • De graves vertiges avec accélération du rythme cardiaque ;
  • Transpiration excessive ;
  • Œdème facial allergique (œdème de Quincke/angiœdème).

D’autres effets indésirables rares concernent :

  • Une hausse de la température corporelle ;
  • Une forte fièvre ;
  • Le gonflement des extrémités (œdème périphérique) ;
  • Des réactions allergiques ;
  • La dépression ;
  • De l’hypertrophie des glandes mammaires chez l’homme ;
  • L’urticaire ;
  • Les douleurs articulaires ;
  • Des variations de poids ;
  • Des douleurs musculaires ;
  • La distorsion ou l’absence du goût ;
  • Des troubles de la vue (à l’exemple de la vision floue).

Effets indésirables très rares

Pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10 000, l’effet indésirable très rare de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant est la désorientation.

Effets à fréquence indéterminée

Ce sont les effets indésirables, dont on ne peut pas estimer la fréquence sur la base des données disponibles. Ainsi, les effets indésirables à fréquence indéterminée de l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant sont :

  • Érosion (avec un léger saignement) au niveau des yeux, de la bouche/des lèvres, du nez ou des parties génitales ;
  • Sensibilité/éruption cutanée, plus particulièrement au niveau des zones de la peau exposées aux rayons du soleil ;
  • Formation de cloques et détérioration rapide de votre état général ;
  • Symptômes pseudo-grippaux ;
  • Glandes enflées au niveau de l’aisselle par exemple ;
  • Modification de certains enzymes hépatiques ou globules blancs ;
  • Fièvre et douleurs articulaires ;
  • Rougeurs et grossissement des reins suivis par moment de douleurs au niveau du bas du dos (inflammation rénale grave) ou d’une miction douloureuse ;
  • Jaunissement de la peau ou du blanc des yeux (signes d’atteintes graves des cellules hépatiques).

Les autres effets indésirables à fréquence indéterminée sont :

  • Une sensation de picotement ;
  • Des hallucinations et de la confusion (plus particulièrement chez les patients ayant des antécédents de ces symptômes) ;
  • Un pincement et/ou une piqûre ;
  • Des fourmillements ;
  • Une sensation de brûlure ou d’engourdissement ;
  • Une éruption cutanée (pouvant être suivie de douleurs articulaires) ;
  • L’inflammation du gros intestin (pouvant causer une diarrhée aqueuse sans interruption).

Les effets indésirables relevés à travers des tests sanguins

Lors des tests sanguins, quelques effets indésirables peuvent être identifiés. Certains sont peu fréquents, d’autres rares et d’autres encore sont très rares. Il existe aussi des effets à fréquence indéterminée.

Effets indésirables peu fréquents

Pouvant toucher jusqu’à 1 personne sur 100, l’effet peu fréquent relevé lors des tests est l’élévation du taux d’enzymes hépatiques.

Effets indésirables rares

Pouvant toucher jusqu’à 1 patient sur 1 000, les effets indésirables rares sont :

  • Augmentation de la bilirubine ;
  • Chute brusque d’un type de globules blancs précis circulants (granulocytes) accompagné ensuite d’une forte fièvre ;
  • Augmentation des graisses dans le sang.

Effets indésirables très rares

Pouvant toucher 1 patient sur 10 000, les effets indésirables à fréquence très rare sont :

  • La réduction du nombre de globules blancs qui peut accroitre la fréquence des infections ;
  • Une diminution anormale et simultanée du nombre des globules blancs et rouges ainsi que des plaquettes ;
  • Une réduction du nombre de plaquettes sanguines pouvant se manifester au travers de saignements ou des hématomes bien plus élevés que la normale.

Effets à fréquence indéterminée

Dans le cadre des tests sanguins, les effets indésirables à fréquence indéterminée sont :

  • La réduction du taux sanguin de magnésium, de calcium, de potassium ou de sodium.
  • Syndrome de Stevens-Johnson ;
  • Le syndrome de Lyell ;
  • L’érythème polymorphe ;
  • Syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse avec éosinophilie et des symptômes systémiques ;
  • Le Lupus érythémateux cutané subaigu ;
  • La photosensibilité.

Que faire au cas où vous identifierez des effets indésirables ?

Vous devez immédiatement informer votre infirmier(ère), votre pharmacien ou votre médecin traitant au cas où vous ressentirez un effet indésirable. Il en est de même pour tout autre type d’effet indésirable qui ne serait pas mentionné sur la notice.

Vous pouvez aussi faire la déclaration des effets secondaires en passant par :

  • Le système national de signalement : l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance ;
  • Le site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

En signalant les effets indésirables, vous fournissez davantage d’informations pour améliorer la sécurité du médicament et ses précautions d’emploi.

Surdosage

En cas de surdosage, les symptômes ne sont pas connus chez l’homme. Chez certains patients, des doses pouvant aller jusqu’à 240 mg ont été administrées par voie intraveineuse en deux minutes. Aucun signe de surdosage n’a été observé. En plus, le pantoprazole est lié aux protéines. Il n’est donc pas facile à dialyser. Néanmoins, pour plus de précautions, il est fortement conseillé de suivre scrupuleusement les instructions de votre médecin traitant.

Si vous prenez plus qu’il n’en faut d’EUPANTOL, vous devez en informer votre médecin traitant ou votre pharmacien. Il n’existe pour le moment aucune recommandation thérapeutique spécifique pour y remédier. Toutefois, en cas de surdosage avec des signes d’intoxication, vous recevrez un traitement symptomatique et de soutien.

Si vous sautez une prise d’EUPANTOL 40, vous ne devez surtout pas prendre de dose double pour combler celle que vous aurez oubliée. Il est ainsi conseillé de continuer normalement le traitement et de prendre la dose habituelle suivante au même moment que d’habitude.

Enfin, si vous souhaitez arrêtez le traitement par l’EUPANTOL 40 mg, comprimé gastro-résistant vous devrez d’abord en informer votre médecin traitant ou votre pharmacien. Celui-ci pourra vous donner la marche à suivre pour arrêter en toute quiétude votre traitement par le médicament EUPANTOL 40 mg.

Vous aimerez aussi :

Related Articles