Global Statistics

All countries
552,796,538
Confirmed
Updated on July 1, 2022 9:43 am
All countries
525,382,770
Recovered
Updated on July 1, 2022 9:43 am
All countries
6,358,276
Deaths
Updated on July 1, 2022 9:43 am

La poche des eaux est une poche contenant du liquide amniotique. Sa rupture survient souvent à l’approche de l’accouchement. Cependant, ce phénomène demeure encore un mystère pour de nombreuses femmes. Comment et pourquoi la poche des eaux de rompt-elle ? Quels sont les signes annonciateurs de cette rupture ? Quelles en sont les conséquences ?

Rupture de la poche des eaux : qu’est-ce que c’est ?

La poche des eaux est une poche directement reliée au placenta, contenant du liquide amniotique, et qui assure une protection du fœtus. Cette poche est faite essentiellement de deux membranes extrêmement fines que sont : le chorion et l’amnios. La poche des eaux a pour fonction principale, la protection du fœtus contre d’éventuelles infections.

La rupture de la poche des eaux peut survenir pendant l’accouchement, ou parfois même avant. Chez certaines femmes, cette rupture peut se produire durant le travail alors que d’autres la subissent sur le chemin vers la maternité.

La rupture de la poche des eaux n’est pas à confondre avec la fissuration de cette poche. En effet, la rupture se produit au niveau de l’orifice de la poche, et induit fréquemment un écoulement abondant de liquide amniotique. Cet écoulement s’accompagne généralement de l’accouchement.

Quant à la fissuration de la poche des eaux, elle se produit plus bas que la rupture, et l’écoulement de liquide amniotique est moins important. La rupture de la poche des eaux peut survenir à tout moment, avec ou sans que les contractions ne se produisent. Lorsqu’elle survient, il faut immédiatement se rendre à la maternité.

Qu’est-ce qui coule de la poche des eaux et comment le détecter ?

Il est particulièrement difficile de reconnaître ou de distinguer ce qui coule de la poche des eaux, surtout lorsqu’il s’agit de la première grossesse. C’est alors à juste titre que de nombreuses personnes confondent les pertes d’urine ou les écoulements vaginaux avec le liquide amniotique.

Pour déterminer avec précision s’il s’agit de la perte des eaux, il faut placer une serviette hygiénique sur le slip de la femme enceinte. Si, après quelques minutes, le liquide recueilli par la serviette est clair comme de l’eau savonneuse, il s’agit bien de la perte des eaux.

Le liquide amniotique est d’ailleurs plus fade et plus permanent que l’urine. Ces différentes caractéristiques permettent alors de savoir qu’il s’est produit une rupture de la poche amniochoriale. Ce liquide, qui coule de la poche des eaux, permet de maintenir une température ambiante de 37°C chez le fœtus.

Cependant, lorsqu’on n’est pas sûr de connaître la nature du liquide qui coule, il est préférable de s’en référer à une sagefemme. Cette dernière pourra alors poser un spéculum, pour déterminer s’il s’agit d’une rupture de la poche des eaux.

Il est également possible d’utiliser un cotontige pour prendre les mesures du PH du vagin. Il suffit simplement d’introduire le coton-tige dans le vagin. Si sa couleur passe du jaune au bleu, c’est le signe de la rupture de la poche des eaux.

Quand exactement se produit la rupture de la poche des eaux ?

Le terme de la grossesse est le moment le plus fréquent auquel se produit la rupture de la poche des eaux. On parlera de rupture prématurée, si elle survient avant ce moment. Il s’agit d’une situation à risque face à laquelle, la future maman doit faire très attention. Elle peut, par ailleurs, entraîner de graves conséquences, et augmenter le risque de fausse couche.

Par ailleurs, de nombreuses femmes perdent les eaux très tôt (à cinq ou six mois de grossesse), mais réussissent tout de même à aller au bout de leur grossesse. Ceci, pour la simple et bonne raison que le liquide amniotique arrive à se régénérer lui-même.

Après la rupture de la poche des eaux, la femme enceinte est placée sous surveillance pour une bonne avancée du travail et une protection du bébé.

Quelques facteurs à l’origine de la rupture de la poche des eaux

Les infections bactériennes sont les premiers signes indiquant l’imminence d’une rupture de la poche des eaux. Chez au moins 40 % des femmes enceintes, ces infections sont responsables de la rupture de la poche des eaux. En effet, de nombreuses bactéries peuvent se former au niveau du ventre de la femme en état de grossesse, et provoquer une rupture des membranes, et donc un accouchement prématuré.

La rupture de la poche des eaux peut également être causée par un problème au niveau du col de l’utérus ou une mauvaise position du placenta. Pour les cas de mauvaise posture du placenta, on parle de placenta praevia.

Par ailleurs, la surdistension de l’utérus qui survient après des grossesses multiples, peut aussi conduire à une rupture de la poche des eaux. Du point de vue alimentation, il est important de noter que le manque de certaines substances telles que le fer, le zinc ou encore la vitamine C, peut avoir des impacts négatifs sur la poche des eaux.

La consommation d’alcool et de drogue est également identifiée comme un facteur à risque de la rupture de la poche des eaux. Ainsi, la grossesse est une période durant laquelle ces stupéfiants doivent être évités. Les femmes enceintes qui les consomment s’exposent donc au risque que la poche des eaux se rompe avant la date de l’accouchement.

Pour finir, les femmes ayant étant été victimes de traumatismes au niveau de l’abdomen, ont plus de risque de subir une rupture de la poche des eaux avant l’accouchement. Les cas de distensions des parois de l’abdomen augmentent également ce risque.

Rupture de la poche des eaux : quelles conséquences pour la maman et pour le bébé ?

Une rupture de la poche des eaux peut induire d’importantes conséquences, autant pour la maman que pour le bébé. Tout dépend bien évidemment du degré de précocité de la rupture. En effet, lorsque la rupture survient durant le premier trimestre de la grossesse, c’est généralement grave. Pourtant, c’est à cette période qu’elle survient le plus.

Avant la 33ème semaine de la grossesse, la future maman doit être placée dans une maternité de niveau 3 le plus tôt possible, si la rupture de la poche des eaux survient. Cette disposition permet de prévenir tous les risques d’insuffisance respiratoire du bébé.

Dans ces cas, l’accouchement est retardé le plus possible, pour permettre aux poumons du fœtus de bien se développer. Cette rupture prématurée de la poche des eaux est responsable de près de 40 % des cas de naissance précoce. Elle touche environ 6 femmes sur 10 dans le monde.

Du côté du fœtus encore dans le ventre, les principales conséquences sont relatives au ralentissement de développement et à de graves malformations. Il faut également préciser que les bébés issus de naissances prématurées sont souvent exposés à de nombreuses infections, surtout celles néonatales. Aussi, si la quantité de liquide qui coule de la poche amniotique est trop importante, le futur bébé est exposé à un risque d’oligoamnios.

En ce qui concerne la femme enceinte qui subit une rupture prématurée de la poche des eaux, elle court le risque d’être atteinte par de graves maladies dont : la septicémie, la méningite et le streptocoque B.

Dans certains cas complexes, le bébé peut même mourir avant la naissance. Ces cas se produisent, lorsque le liquide amniotique ne se régénère pas assez pour combler les pertes. Il faut aussi évoquer les risques de césarienne, qui sont très souvent dus à la rupture de la poche des eaux.

Comment réagir à la rupture de la poche des eaux ?

Lorsqu’on perd les eaux, le premier réflexe à avoir est de se rendre immédiatement à la maternité se trouvant le plus près de chez soi. Évidemment, la rupture de la poche des eaux n’est pas un évènement prévisible, mais il ne faut pas non plus l’attendre avant de décider de se rendre à la maternité. Dès que les premières contractions apparaissent, il faut tout de suite se mettre en route. La perte des eaux pourra alors se manifester durant le travail.

Par ailleurs, il est recommandé d’effectuer un examen gynécologique (comme l’échographie), ou même de refaire un test de grossesse, afin de s’assurer que le bébé soit toujours présent et en bonne santé. Dans le cas où le diagnostic confirme une rupture de la poche des eaux, les médecins prendront les dispositions adéquates pour hospitaliser la future maman. Cette dernière doit absolument se reposer en position allongée, et suivre à la lettre les prescriptions de son médecin.

Avant même que cette étape n’arrive, il est essentiel de ne consommer que des aliments qui ont été recommandés par les médecins durant la grossesse. Ainsi, l’accouchement se déroulera sans grande complication.

Les médecins prescriront également à la femme enceinte des antibiotiques, pour prévenir les éventuelles infections. La future maman doit aussi éviter au maximum les situations de stress.

Et si la poche des eaux ne se rompt pas ?

Chez certaines femmes, la poche des eaux peut être très résistante, à tel point qu’elle ne se rompe pas d’elle même. Dans ces cas, les sages-femmes utilisent alors une grande aiguille pour percer la poche et accélérer le travail. Cette action n’est pas du tout douloureuse et n’entraîne aucun danger pour le bébé. D’ailleurs, si l’accouchement se déroule sans complications, on ne touche même pas à la poche des eaux. Cette dernière se rompra elle-même, au moment de l’expulsion.

Vous aimerez aussi :

Related Articles