Global Statistics

All countries
672,357,831
Confirmed
Updated on January 19, 2023 9:09 pm
All countries
624,880,395
Recovered
Updated on January 19, 2023 9:09 pm
All countries
6,737,386
Deaths
Updated on January 19, 2023 9:09 pm

Hématomes : traitements et préventions

Un hématome est une accumulation localisée de sang qui se forme à l’intérieur du corps à la suite d’une blessure ou d’une intervention chirurgicale. Ils se présentent généralement sous la forme d’une tuméfaction sombre, bleuâtre ou violette de la peau, qui peut laisser s’écouler du sang lorsqu’on la presse. Ils peuvent se développer après une blessure ou sans raison précise. De plus, les symptômes de cette accumulation sont nombreux et peuvent comprendre un gonflement et des ecchymoses, qui disparaissent généralement en quelques jours ou semaines. Ils peuvent se produire n’importe où sur le corps, mais les sites les plus courants sont les bras et les jambes. Découvrez dans cet article les origines, les symptômes, les traitements et les préventions des hématomes.

Définition des hématomes

Les hématomes sont des types de malformations hématologiques dans lesquelles du sang supplémentaire s’accumule dans la peau et d’autres tissus. Ils peuvent se produire au-dessus ou au-dessous de la surface de la peau. Mais ils sont faciles à détecter, car ils se soulèvent en raison du gonflement. La taille de ces bosses peut varier, certaines étant assez grandes. Certains types d’hématomes nécessitent une attention médicale et doivent être examinés par un médecin dès que possible.

Les trois principaux types d’hématomes sont les hématomes sous-duraux, épiduraux et sous-cutanés.

Les hématomes sous-duraux

L’hématome sous-dural est une contusion sur le cerveau, causée par une augmentation soudaine de la pression intracrânienne. Il se développe généralement au fil des jours ou des semaines. Ce développement se fait lorsque de petites ruptures se produisent dans les vaisseaux sanguins entre le crâne et le cerveau. Le sang s’accumule alors entre ces couches, provoquant une pression sur le cerveau.

L’origine des hématomes sous-duraux est le saignement spontané d’un vaisseau, généralement de la matière arachnoïde. Cela peut se produire sans blessure apparente, ou lors d’un traumatisme aigu ou d’une hémorragie sous-arachnoïdienne.

Les traumatismes cérébraux, les interventions chirurgicales et certaines maladies peuvent aussi être à l’origine des hémorragies sous-durales.

Les hématomes épiduraux

Un hématome épidural est un saignement entre la dure-mère et les os du crâne, survenant généralement après un traumatisme crânien. La dure-mère est la membrane qui recouvre le cerveau et la moelle épinière. Ainsi, l’origine la plus fréquente de cette accumulation est un traumatisme crânien dû à un accident de voiture, une chute ou une blessure sportive. L’hématome épidural peut aussi résulter d’une fracture du crâne ou d’une rupture spontanée d’un vaisseau sanguin. Le risque d’apparition de ce type d’hématomes tend à être plus élevé chez les adultes plus âgés. Certaines données indiquent que de faibles niveaux de vitamine K, d’acide folique et de B12 sont liés à un risque accru.

Les hématomes sous-cutanés

Un hématome sous-cutané est une accumulation de sang à l’extérieur de la peau, qui peut ou non avoir formé un caillot. Il se produit généralement sur la tête, le cou et la partie supérieure externe du bras, où il y a beaucoup de tissu musculaire. Cette protection musculaire peut aussi contribuer à prévenir les lésions cérébrales graves lors d’un traumatisme crânien.

Les hématomes sous-cutanés peuvent être causés par un certain nombre de blessures ou de traumatismes, y compris des chutes. Ils se forment généralement à la suite d’un impact ou d’une force contondante contre les tissus mous. Ils peuvent également se former à la suite de procédures médicales telles que des interventions chirurgicales ou des injections, mais cela est rarement fait intentionnellement. Mais ils peuvent aussi se développer de façon inattendue, sans cause évidente.

Ils sont aussi causés par la déchirure des veines superficielles dans leurs parois ou par une pression plus importante exercée sur elles par les tissus sous-jacents.

Les origines des hématomes

Il existe différentes origines aux hématomes.

Un traumatisme accidentel

Un traumatisme accidentel est à l’origine de l’accumulation de sang chez environ 70 % des enfants traités aux urgences des hôpitaux. Ce traumatisme peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Cela peut être dû à des troubles de la coagulation et/ou à des facteurs génétiques. La possibilité de sévices corporels ne doit pas non plus être négligée.

Un traumatisme contondant

Les traumatismes contondants sont une cause commune et fréquente d’hématomes. Un traumatisme contondant se produit, lorsqu’une force externe est appliquée sur une partie du corps. Cette force s’applique toutefois avec une précision suffisante pour provoquer une blessure qui brise les vaisseaux sanguins. Les vaisseaux sanguins brisés libèrent le sang dans les tissus mous ou les espaces sous-jacents du corps. Il en résulte un saignement dans les tissus environnants.

Une contusion

Une contusion est le résultat d’un dommage causé aux tissus mous, souvent par un objet contondant. Une ecchymose, ou contusion se produit lorsque les tissus mous sous la peau sont endommagés. Ce qui entraîne une accumulation de sang plus profondément dans les tissus. Il est possible que le dépôt de sang soit causé par une rupture ou un déchirement de petites artères et de capillaires.

La caractéristique cardinale des contusions est un gonflement cortical hémorragique qui produit une variété de tableaux cliniques. Les contusions peuvent être associées à des déficits neurologiques focaux. Mais leur caractéristique principale est une perte de conscience sans rapport avec le mécanisme de la lésion.

Enfin, il faut noter qu’une personne peut avoir un hématome après une intervention chirurgicale si l’incision a été suturée trop serrée et s’est ouverte.

Les symptômes des hématomes

Les hématomes peuvent être causés par une blessure ou par une maladie. Mais il est important de comprendre les symptômes et de consulter un médecin dès que possible, afin de pouvoir les traiter.

En dehors de la décoloration de la peau et du gonflement de celle-ci, les symptômes de l’hématome sont les suivants.

La chaleur

Les symptômes thermiques possibles d’un hématome comprennent une absence de sensation, une sensibilité et une chaleur. La chaleur est l’un des symptômes les plus courants de l’hématome en raison de sa tendance naturelle à augmenter la circulation pour tenter de se guérir.

La chaleur ressentie dans un hématome est due à la pression exercée par le sang sur le nerf. Cette pression peut provoquer une douleur intense, ainsi que d’autres symptômes tels que des sueurs, un gonflement et des difficultés à se déplacer.

Les autres symptômes de la chaleur peuvent inclure des maux de tête et/ou des vertiges, des nausées, une faiblesse et un épuisement. Cela est dû au fait que le sang coagule plus rapidement que la normale après une blessure.

La sensibilité au toucher

La sensibilité au toucher est la condition dans laquelle une personne ressent une douleur lorsqu’elle touche une certaine partie de son corps. Le cerveau sent qu’une partie du corps a été blessée. Mais comme il ne peut pas déterminer quelle partie est blessée, il envoie des signaux dans tout le corps. Ces signaux provoquent des contractions musculaires et des douleurs dans tout le corps.

Elle peut devenir un problème si une personne a des difficultés à déterminer précisément la partie de son corps qui la fait souffrir. Dans ce cas, elle peut être dangereuse et peut signifier qu’il y a un trou dans l’os du crâne. Des saignements peuvent également se produire dans d’autres parties de la tête, comme les nerfs et les zones proches des yeux.

De plus, la sensibilité au toucher peut être ressentie comme une démangeaison, une sensation de brûlure ou des picotements. La perte de sensibilité tactile dans les doigts ou les orteils peut rendre difficile l’exécution de tâches de routine.

La douleur

La douleur est un symptôme courant d’un hématome. Il peut s’agir d’une douleur aiguë, en coup de poignard, ou d’une douleur sourde et douloureuse. Elle peut s’aggraver lorsque la zone touchée est heurtée ou déplacée. Une personne atteinte d’un hématome peut ressentir une pression dans les aines, ainsi qu’un gonflement et une inflammation.

La douleur peut aussi être décrite comme vive et localisée, ou vague et diffuse. Elle peut irradier du site de la blessure ou du problème lié à la blessure vers d’autres régions, comme le dos ou la tête. C’est ce qui s’appelle la sciatique. Parfois, une sensation associée d’engourdissement et de picotement dans une extrémité peut indiquer une atteinte des nerfs situés à proximité.

La localisation de la douleur doit également être notée. Une personne peut ressentir une douleur du même côté que sa blessure. Cela est dû au fait que du sang ou du liquide se soit accumulé près des nerfs qui courent de ce côté du corps.

En outre, les dommages provenant du saignement dans les espaces entre les muscles étirent les nerfs et les tendons qui entourent ces espaces. Cela peut provoquer des douleurs, des engourdissements, des picotements ou même une faiblesse dans la zone affectée de votre corps.

Hormis cela, l’hématémèse est un symptôme des hématomes. Un patient souffrant de cette affection aura du sang dans ses vomissements, qui peuvent être rouge, marron ou gris. De petites quantités de sang apparaissent sous forme de taches dans les vomissures. De grandes quantités peuvent ressembler à du marc de café ou avoir la consistance de la gelée.

Les traitements des hématomes

Le meilleur traitement pour un hématome dépend de la taille, de la profondeur et de la localisation du saignement. Il dépend aussi de la tolérance à la douleur du patient. Le traitement peut inclure une compression, des poches de glace ou de froid et des dispositifs de compression tels que des bandages élastiques.

La compression

La technique de compression est une méthode de traitement utilisée pour diminuer le flux sanguin dans l’hématome et réduire le gonflement. Elle est également utilisée pour prévenir les saignements et les ecchymoses supplémentaires. La compression utilise le pouvoir de la gravité pour pousser le sang hors de la partie du corps en question. Son objectif est de faire sortir le sang de la zone blessée et d’empêcher la coagulation. Elle est souvent utilisée pour les blessures, mais peut également être utilisée pour les hémorragies internes.

Les poches de glaces

La glace est un moyen utile de soigner les hématomes. Elle aide à réduire la douleur et à faire descendre la température du corps. Elle aide aussi à stopper l’hémorragie en limitant la circulation du sang dans la zone affectée. Elle permet aussi le décongestionnement des vaisseaux sanguins.

Il existe deux types de poches de glace : les poches froides et les poches à glace réutilisables. Les poches froides ne restent pas froides longtemps. Elles ne fonctionnent pas correctement si elles sont congelées à nouveau. Les poches à glace réutilisables sont beaucoup plus pratiques et faciles à utiliser. Elles ne nécessitent pas d’espace de stockage supplémentaire dans le congélateur et sont disponibles dans différentes tailles et formes. Elles se remplissent d’eau glacée en quelques minutes et peuvent être utilisées après avoir refroidi. Une poche à glace réutilisable est une alternative écologique qui permet un traitement sûr, rapide et efficace des bosses et des bleus.

Les bandages élastiques

Les bandages élastiques sont utilisés pour traiter les contusions et les hématomes, pour prévenir le gonflement et réduire la douleur. Il a également été démontré qu’ils augmentent la vitesse d’élimination du sang drainé des tissus. Ces bandages sont utilisés pour traiter les plaies superficielles et les blessures des tissus profonds. Ils doivent être appliqués par couches en commençant par les plus grands, puis en allant vers les plus petits. La durée du traitement varie en fonction de la gravité de la blessure.

De plus, l’immobilisation est conseillée pendant au moins 24 heures après la blessure. Les patients présentant des blessures profondes qui entraînent une douleur intense et des spasmes musculaires peuvent nécessiter un repos au lit jusqu’à 72 heures.

La chirurgie

Un autre traitement peut inclure l’ablation chirurgicale du caillot sanguin. C’est une intervention chirurgicale qui vise à soulager les douleurs, affaiblir le caillot et contribuer à sa dissolution pour éviter qu’il ne se reforme. Cette technique permet d’enlever efficacement les hématomes sans aucun risque de morbidité ou d’anémie. Mais, elle répond à peine aux critères de traitement prédictifs. L’objectif est donc d’être en mesure de diagnostiquer le caillot et/ou sa présence avant son intervention qui se déroule sans anesthésie générale du patient.

Enfin, le traitement des ecchymoses associées aux hématomes consiste très souvent à suivre leur évolution et à les faire disparaître. La première étape consiste à nettoyer la plaie avec une lotion ou un savon, en éliminant délicatement toutes les saletés. Ensuite, il faut appliquer une lotion antiseptique qui empêchera toute infection de revenir.

Comment prévenir les hématomes ?

Pour prévenir les hématomes, il faut commencer par éviter toute situation pouvant en engendrer. Déjà, il est conseillé de ne pas jouer en étant adossé à une surface très dure.

Il faut aussi s’assurer de porter des protections lorsque vous pratiquez des sports pour lesquelles ces dernières sont conseillées.

Par ailleurs, il est important de s’assurer d’avoir un bon suivi médical lorsque vous souffrez de troubles de la coagulation.

Article précédent
Article suivant
Hystérectomie : causes, déroulement et précautions

Vous aimerez aussi :

Related Articles